Glory (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glory.

Glory

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

vue d'artiste

Caractéristiques
Organisation NASA
Domaine Mesure du bilan énergétique de la Terre
Statut perdu au lancement
Masse 545 kg
Lancement 4 mars 2011
Lanceur Taurus XL
Programme Earth Observing System
Site http://glory.gsfc.nasa.gov/index.html
Le satellite peu avant son lancement.

Glory est un satellite scientifique du programme Earth Observing System de la NASA, l'agence spatiale des États-Unis, chargé de déterminer les caractéristiques des aérosols présents dans l'atmosphère terrestre et de mesurer avec précision l'irradiance totale du Soleil. Il devait faire partie du A-train, une série de satellites consacrés à l'observation de l'atmosphère terrestre mais a été perdu au cours de son lancement qui a eu lieu en 2011.

Historique[modifier | modifier le code]

le projet de développement de Glory,proposé par le centre spatial Goddard de la NASA, est approuvé en 2003. Début 2005 la NASA, qui rencontre des difficultés budgétaires, décide d'annuler la mission dont le cout est évalué à 208 millions US$ en choisissant d'installer le principal instrument, le polarimètre à bord d'un satellite NPOESS. Finalement sous la pression de plusieurs élus, la NASA décide au cours de l'été 2005 de rétablir la mission avec une date de lancement programmée fin 2008. Glory est perdu le 4 mars 2011 au cours de son lancement par une fusée Taurus XL depuis le Centre spatial Kennedy et s'est écrasé dans l'océan Pacifique aux environs des îles Gambier[1]. L'échec de cette mission a été évalué à 424 millions de dollars américains.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le climat de la Terre dépend de l'équilibre qui s'établit entre le rayonnement solaire qui atteint l'atmosphère terrestre et la manière dont l'atmosphère et la surface du sol réfléchissent, absorbent cette énergie puis rejettent en partie celle-ci dans l'espace. Les changements à long terme de l'irradiance (l'énergie émise par le Soleil) et de la composition de l'atmosphère entrainent des changements globaux du climat de la Terre et modifient les conditions météorologiques locales avec des répercussions sur les conditions de vie des communautés humaines. Dans ce contexte Glory devait remplir les objectifs suivants :

  • Mesurer avec une grande précision l'irradiance du Soleil en prenant la suite d'une longue série d'engins spatiaux chargés de cette tâche
  • Mesurer les caractéristiques physiques et chimiques des aérosols (composés organiques, composés soufrés,...) et des nuages ainsi que leur distribution dans l'espace. Ces mesures doivent être faites de manière exhaustive et avec une précision permettant de mesurer leur effet direct et indirect sur le climat.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Glory est un satellite de 545 kg, dont 45 kg de carburant, stabilisé sur 3 axes. Il devait être placé sur une orbite héliosynchrone circulaire à 705 km d'altitude avec une inclinaison de 98,2°. Sa durée de vie était de 3 ans avec une durée espérée de 5 ans[2]. Le satellite réutilise la plateforme du projet VCL abandonné à la suite de difficultés rencontrés dans la mise au point de son instrument scientifique. Dans sa configuration de lancement, panneaux solaires repliés, il est haut de 1,9 mètres pour un diamètre de 1,4 mètres.

Instruments[modifier | modifier le code]

Le satellite comporte trois instruments[3] :

  • Total Irradiance Monitor (TIM)
    TIM est constitué de quatre radiomètres montés sur une plateforme constamment pointée vers le Soleil, enregistrant l'irradiance de celui-ci avec une très grande précision.
  • Aerosol Polarimetry Sensor (APS)
    APS est un capteur qui mesure les caractéristiques des aérosols en lumière visible et en proche infrarouge.
  • Cloud Camera
    La caméra des nuages n'est pas véritablement un instrument mais elle permet de corriger les données fournies par l'APS. C'est un imageur qui permet de déterminer la couverture nuageuse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karine Sigaud-Zabulon, « Un satellite échoué non loin de l’archipel », Outre-Mer 1ère,‎ 7 mars 2011 (consulté le 10 mars 2001)
  2. (en) « Glory : spacecraft and instruments », NASA (consulté le 11 avril 2010)
  3. (en) « Glory : instruments », NASA (consulté le 11 avril 2010)

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]