Space Launch System

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Space Launch System
Vue d'artiste du lancement du SLS dans sa configuration annoncée en septembre 2011.
Vue d'artiste du lancement du SLS dans sa configuration annoncée en septembre 2011.
Données générales
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur NASA
Premier vol Novembre 2018
Hauteur 121 m
Diamètre 8,4 m
Masse au décollage 3 000 tonnes
Nombre d’étage(s) 2
Charge utile en LEO 70-130 tonnes
Moteur(s) 4 RS-25D/E
Site de lancement LC-39, Centre spatial Kennedy
Ergol LOX/LH2
Motorisation
Propulseurs d'appoint 2 SSRB (5 segments)
1er étage 4 RS-25D/E
2e étage 1 RL-10B2
Missions
Exploration planétaire

Le Space Launch System ou SLS est un projet de lanceur spatial américain présenté le 14 septembre 2011 par Charles F. Bolden, administrateur de la NASA. C'est un lanceur lourd dont la conception dérive de celle de la navette spatiale américaine. Le SLS remplace le projet annulé des lanceurs Ares étudiés dans le cadre du programme Constellation, dont l'objectif était de lancer des missions spatiales habitées vers la Lune et permettre des séjours de longue durée sur notre satellite. Le but du SLS, dont le vol inaugural est planifié en 2018, est de réaliser des vols habités vers des astéroïdes, la Lune, les points de Lagrange et en dernier ressort vers la planète Mars à l'horizon 2035.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Space Launch System a été imaginé après l'abandon du programme Constellation qui planifiait le retour de l'homme sur la Lune vers l'horizon 2020. Depuis, il a été modifié : deux boosters d'appoint dérivant de ceux de la navette spatiale américaine ont été ajoutés pour une meilleure poussée au décollage. Son premier vol d'essai est planifié pour novembre 2018[1]. Un autre lanceur SLS a été imaginé, un lanceur cargo dont la conception dérive d'Ares V. S'il est un jour bâti, ce serait le plus grand lanceur jamais construit.

Le 31 juillet 2013, une première évaluation a validé le concept du SLS, permettant au projet de passer de la phase de conception à la phase de réalisation[2].

Début novembre 2013, William Gerstenmaier, administrateur adjoint de la NASA chargé de l'exploration spatiale habitée, annonce que le SLS est fini à 70%[3].

Quatre versions du lanceur sont ou ont été envisagées: Block 0(annulé), I, IB et II. Chaque version utilise un premier étage identique: pour le Block I et IB celui ci est propulsé par 4 RS-25D/E; pour le Block II, 5 RS-25D/E furent initialement envisagés mais la conception finale a retenu 4 moteurs au lieu des 5. Le 9 janvier 2015, la NASA a effectué le premier test d'un moteur RS-25 sur banc d'essais durant 500 secondes.

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'objectif du SLS est de transporter le vaisseau Orion. Ce devrait être l'objectif de son premier vol en 2018. Ce vaisseau habité devrait permettre des voyages vers la Lune, des astéroïdes, ou même Mars[4]. Il pourrait aussi servir au lancement de potentiels missions de retour d'échantillons d'Europe ou d'Encelade, Deep Space Habitat, Skylab II, missions pour le DoD, charges utiles commerciales, télescope monolithique ATLAST voire des missions vers le Soleil et Uranus.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le lanceur, d'une masse de 3 000 tonnes, est haut de 121 mètres, soit plus que Saturn V. Le diamètre du corps central est de 8,4 mètres. Il comporte deux étages cryotechniques et deux propulseurs d'appoint à propergol solide.

Selon la conception finale, le Block I du lanceur comporte un premier étage cryotechnique (c'est-à-dire dont les moteurs brûlent un mélange hydrogène/oxygène) propulsé par 4 moteurs RS-25D/E dérivés des moteurs SSME de la navette (RS-24). Il a une masse à vide 85 270 kg et une masse maximale de 979 452 kg. D'une poussée au décollage de 7440 kN, son impulsion spécifique est de 363 secondes au niveau de la mer et de 452 secondes dans le vide. Le deuxième étage (ICPS), également cryotechnique, est propulsé par un moteur RL-10B2. Long de 13,7 m et d'un diamètre de 5 m, sa masse à vide est de 3 490 kg et peut atteindre les 30 710 kg (masse maximale). Développant une poussée de 110,1 kN, l'étage fonctionne durant 1225 secondes et l'impulsion spécifique est de 462 secondes. Le corps central devrait être construit par Boeing[5].

L'étage supérieur sera constitué par l'Interim Cryogenic Propulsion Stage (ICPS) pour le Block I et l'Exploration Upper Stage (EUS) pour les Block IB et II.

Le lanceur comporte par ailleurs deux propulseurs d'appoint à ergol solide à 5 segments directement dérivés des Solid Rocket Booster (SRB) de la navette spatiale. Des études prévoient leur remplacement dans le cadre d'une évolution du lanceur par des propulseurs d'appoint liquides afin d'améliorer la poussée. La poussée au décollage est de 4 200 tonnes.

Le lanceur peut placer en orbite basse une charge utile de 70 tonnes ; les évolutions envisagées permettraient de porter la charge utile à 130 tonnes[6].

Le coût du projet est estimé à 35 milliards de dollars américains[7].

Configuration de la fusée en février 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « USA: premier tir du lanceur SLS au plus tard en novembre 2018 », AFP Infos Françaises,‎ 27 août 2014
  2. http://www.nasa.gov/exploration/systems/sls/sls-pdr.html
  3. http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sciences/20131112.AFP1834/le-premier-vol-du-vaisseau-spatial-orion-prevu-pour-septembre-2014.html
  4. « Orion réussit son premier vol », Le Point.fr,‎ 5 décembre 2014
  5. « Boeing obtient 2 milliards pour développer le corps central de la fusée la plus puissante du monde », L'Usine Nouvelle.com,‎ 3 juilllet 2014
  6. « La Nasa dévoile le futur lanceur lourd SLS », Air et Cosmos, no 2279,‎ 16 septembre 2011, p. 7 (ISSN 1240-3113)
  7. « La NASA dévoile une nouvelle fusée pour l'exploration habitée lointaine », Le Monde,‎ 14 septembre 2011, p. 7 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]