KH-11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fausse image d'un KH-11 (photo retouchée du télescope Hubble).

La série de satellites espions Keyhole 11, ou KH-11, de nom de code 1010[1], Crystal, et Kennan[2], a été lancée aux États-Unis, entre décembre 1976 et 1990. Certains satellites sont encore opérationnels à ce jour (2007). Ces satellites, dotés de chambres photographiques numériques, ont été les premiers satellites espions américains à offrir une visualisation en temps réel. Jusqu'à la série KH-9, les photographies étaient retournées sur Terre à bord d'une capsule.

Les satellites KH-11 ressemblent probablement au télescope spatial Hubble dans leur forme générale. Avec un miroir primaire de 2,3 m, leur résolution théorique atteindrait 15 cm au sol (en l'absence de dégradations dues à l'atmosphère).

Les photographies sont renvoyées au sol par l'intermédiaire du réseau militaire Satellite Data System.

La durée de vie d'un satellite est d'environ 2 ou 3 ans, même si l'un d'entre eux (KH-11-6) a pu être utilisé pendant 11 ans[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Masse : entre 13 000 et 13 500 kg ;
  • Longueur : 19,5 m ;
  • Diamètre : 3 m ou moins[4].

Fuites d'informations classifiées sur le KH-11[modifier | modifier le code]

Une des photos publiées dans Jane's

En 1977, un employé de la CIA, William Kampiles, vendit un manuel secret du KH-11 au KGB en Grèce. Une taupe dans l'antenne du KGB en Grèce, Sergueï Bokhan, prévint la CIA et Kampiles fut jugé et condamné[5].

Au cours des années 1980, plusieurs fuites d'imagerie satellite eurent lieu. Lors de l'opération Eagle Claw en Iran, des photos satellites furent abandonnées par les Américains. En 1981, Aviation Week & Space Technology publia une photo (à la qualité dégradée) d'un bombardier soviétique prise sur l'aéroport de Ramenskoïe.

En 1984, un analyste du Naval Intelligence Support Center, Samuel Loring Morison, fournit au Jane's Defence Weekly plusieurs images du chantier naval soviétique 444 à Nikolaïev en Ukraine, où un porte-aéronefs de la classe Kiev était en construction. Les photos du KH-11 avaient subi un traitement numérique destiné à augmenter leur qualité[6].

Satellites[modifier | modifier le code]

Nom Lancé le Désignation internationale Autre nom Retombé le
KH-11-1 19 décembre 1976 1976-125A OPS-5705 28 janvier 1979
KH-11-2 14 juin 1978 1978-060A OPS-4515 23 août 1981
KH-11-3 7 février 1980 1980-010A OPS-2581 30 octobre 1982
KH-11-4 3 septembre 1981 1981-085A OPS-3984 23 novembre 1984
KH-11-5 17 novembre 1982 1982-111A OPS-9627 13 août 1985
KH-11-6 4 décembre 1984 1984-122A USA-6 toujours en orbite en 2007
KH-11-7 28 août 1985 1985-F02 USA n'a pas atteint l'orbite souhaitée
KH-11-8 26 octobre 1987 1987-090A USA-27 toujours en orbite en 2007
KH-11-9 6 novembre 1988 1988-099A USA-33 toujours en orbite en 2007
KH-11-10 1er mars 1990
(mission STS-36 de la navette spatiale)
1990-019B USA-53  ? (souvent identifié à MISTY)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bill Yenne, The Encyclopedia of US Spacecraft, Exeter Books (A Bison Book), New York, 1985, (ISBN 0-671-07580-2), p.82 Key Hole.
  2. (en) John Pike, KH-11 Crystal/Kennan.
  3. (en) Charles P. Vick, KH-11 Kennan, globalsecurity.org.
  4. (en) Mark Wade, KH-11, Encyclopedia Astronautica.
  5. Milton Bearden et James Risen (trad. Alain Deschamps et Dominique Peters), CIA-KGB : Le Dernier Combat [« The main ennemy »], Paris, Albin Michel,‎ 2004, 637 p. (ISBN 2-226-13803-X et 978-2-226-13803-3), p. 46
  6. Jeffrey T. Richelson, U.S. Satellite Imagery, 1960-1999, National Security Archive Electronic Briefing Book No. 13, 14 avril 1999 [lire en ligne (page consultée le 13 août 2010)]

Voir aussi[modifier | modifier le code]