Planck (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Planck (télescope spatial))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Planck.

Planck

Caractéristiques
Organisation Agence spatiale européenne
Domaine Rayonnement micro-onde fossile
Statut mission partiellement achevée (HFI)
Masse 1912 kg
Lancement 14 mai 2009
Fin de mission 14 août 2013
Autres noms COBRAS / SAMBA
Orbite Héliocentrique
Localisation Point de Lagrange L2
Télescope
Type grégorien
Diamètre 1,5 m
Longueur d'onde micro-onde
Programme Horizon 2000
Index NSSDC 2009-026B
Site ESA
Principaux instruments
LFI Récepteurs de 10 à 90 GHz
HFI 54 bolomètres couvrant 6 bandes de 100 à 857 GHz

Planck est un observatoire spatial développé par l'Agence spatiale européenne (ESA) avec une participation de l'agence spatiale américaine, la NASA. La mission du satellite est de cartographier les infimes variations de température (ou d'intensité) du fond diffus cosmologique, rayonnement dans le domaine micro-onde montrant l'Univers tel qu'il était 380 000 ans après le Big Bang. La mission Planck a été sélectionnée en 1996 pour être la troisième mission de taille moyenne du programme scientifique de l'ESA Horizon 2000.

Le rayonnement étudié ne peut être observé de manière suffisamment précise que depuis l'espace. Deux satellites de la NASA - COBE à la fin des années 1980 et WMAP en 2001 - ont dressé une première carte du rayonnement fossile. Planck, lancé le 14 mai 2009 par une fusée Ariane 5, a comme objectif grâce à son instrument principal HFI refroidi à 0,1 kelvin de dresser une carte 20 à 30 fois plus précise que ses prédécesseurs. La collecte des données par HFI s'est achevée en janvier 2012 après épuisement de l'hélium utilisé pour refroidir les bolomètres utilisés comme détecteurs.

Une première interprétation complète des données collectées a été présentée en mars 2013. Les paramètres cosmologiques qui décrivent l'univers actuel et son histoire tels que âge de l'univers et sa composition initiale, ont pu être affinés grâce à la précision inégalée des données recueillies par Planck. Ces éléments permettent de mieux comprendre certains aspects de la physique de l'univers primordial, ainsi que le mode de formation des formation des grandes structures de l'Univers. Dans l'ensemble les données de Planck confirment la théorie de l'inflation cosmique, un des piliers de la théorie la plus couramment admise concernant le mode de formation de l'univers observable.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le satellite Planck observe deux types de rayonnement qui constituent les principales sources d'informations sur la structure de l'univers à ses débuts : le fond diffus cosmologique dans le domaine spectral des micro-ondes qui reflète la structure de l'univers primordial et le fond diffus infrarouge qui nous renseigne sur la formation des grandes structures de l'univers (galaxies et amas de galaxies) les plus anciennes.

Le fond diffus cosmologique photo de l'univers primordial[modifier | modifier le code]

Article principal : Fond diffus cosmologique.

Au cours des millénaires qui suivent le Big Bang, il y a 13,8 milliards d'années, la matière de l'univers primordial est en équilibre thermique, et émet un rayonnement électromagnétique de corps noir, dont la longueur d'onde est liée à la température de la matière. Mais celle-ci est à l'époque très chaude et très dense : elle se comporte comme un plasma et les photons associés à ce rayonnement ne peuvent se déplacer que sur des distances très courtes car ils interagissent immédiatement avec la matière : l'univers est opaque.

Immédiatement après le Big Bang, l'univers commence à se dilater et donc à se refroidir. Au bout de 380 000 ans, cette évolution produit le découplage du rayonnement : la température a suffisamment baissé pour que les électrons libres s'associent aux noyaux atomiques, formant des atomes. Dans ce nouvel état, la matière n'empêche plus les photons de se déplacer et le rayonnement qui existait au moment de cet événement se diffuse. La quantité d'énergie libérée est énorme. Initialement le rayonnement est celui d'un gaz chaud dont la température est de 3000 kelvins (2 700 °C). Il se situe alors dans le spectre du proche infrarouge, mais avec l'expansion de l'Univers, son énergie diminue (effet Doppler) et à notre époque, 13 milliards d'années après son apparition, ce rayonnement est celui d'un corps noir à la température extrêmement basse de 2,726 kelvins (-270 °C). Ce rayonnement diffus cosmologique, dont la longueur d'onde est de 3 mm ou 100 GHz, se situe dans un spectre intermédiaire entre l'infrarouge lointain (10-100 microns) et les micro-ondes (ondes centimétriques).

Ce rayonnement, dit fossile, continue à nous parvenir pratiquement inchangé depuis son émission. Il constitue une photo de l'univers tel qu'il existait au moment où les photons ont été libérés. Les caractéristiques du rayonnement apportent des informations sur les principaux paramètres de l'univers : son âge, sa composition... Ce rayonnement n'est pas parfaitement homogène : en fonction de la direction observée, apparaissent de petites fluctuations (anisotropies) dans le spectre qui reflètent des différences de température et de densité de la matière dans l'univers au moment de la libération des photons : selon les principales théories qui restent à confirmer, ces différences de densité sont apparues bien avant durant l'épisode baptisé inflation cosmique qui se situe dans les premières secondes après le Big Bang. L'ordre de grandeur de ces variations est très faible (1/10000) mais, sous l'influence notamment de la pesanteur, elles ont constitué les germes de la concentration de la matière dans des points privilégiés, et sont donc directement à l'origine des grandes structures de l'univers qui apparaissent par la suite : galaxies, amas de galaxies.

Le fond diffus infrarouge[modifier | modifier le code]

Les premières galaxies se sont formées à la fin des âges sombres, il y a environ 13 milliards d'années. Le rayonnement émis par ces objets puis par les générations de galaxies suivantes forme un fond diffus, c'est-à-dire que les sources ne peuvent être identifiées précisément. Le maximum d'intensité du rayonnement se situe dans l'infrarouge. Ce fond diffus a une double origine : lumière émise directement par les étoiles (fond optique) et émission des nuages de poussières à la suite de l'échauffement de ceux-ci par le rayonnement des étoiles. Son observation permet de reconstituer l'histoire de la formation des étoiles et des galaxies[1].

L'observation du fond diffus cosmologique[modifier | modifier le code]

La carte du fond diffus cosmique réalisée à l'aide des données WMAP après 9 années d'observation (2012).

Le phénomène du fond diffus cosmologique est une des conséquences de la théorie du Big Bang et son existence est prédite à la fin des années 1940 par le physicien George Gamow. Il est observé accidentellement en 1964 par Penzias et Wilson dans le cadre de recherches sur les émissions radio de la Voie lactée. Dans les années 1980, l'agence spatiale américaine, la NASA, décide de lancer des observatoires spatiaux pour cartographier de manière précise ce rayonnement. Cosmic Background Explorer est placé en orbite en 1992. Les données qu'il recueille confirment sans contestation possible que le rayonnement est celui d'un corps noir et permettent ainsi une validation importante de la théorie du Big Bang. L'observatoire spatial WMAP lancé en 2001 fournit des informations plus précises sur les paramètres de l'univers primordial et permet de dresser une carte détaillée de la distribution de la matière au moment de l'émission du rayonnement.

Sélection de la mission Planck[modifier | modifier le code]

En mai 1993, soit près de deux ans après le lancement du satellite COBE de la NASA et l'observation par ses instruments des fluctuations d'intensité du fond diffus cosmologique, deux projets d'observatoire spatial consacrés à ce sujet sont proposés dans le cadre du programme scientifique Horizon 2000 de l'Agence spatiale européenne. Le projet COBRAS (Cosmic Background Radiation Anisotropy Satellite) proposé par une équipe italienne utilise des transistors à effet de champ de type HEMT (High-electron-mobility transistor) tandis que SAMBA (SAtellite for Measurement of Background Anisotropies) proposé par une équipe française utilise des bolomètres. Les deux projets sont présélectionnés pour une étude de faisabilité à la condition qu'ils soient fusionnés. En 1996 le projet combiné COBRAS/SAMBA est retenu pour devenir la troisième mission de taille moyenne du programme Horizon 2000[2].

Le futur observatoire dont le lancement est prévu à l'époque en 2003 est rebaptisé Planck en hommage au physicien allemand Max Planck, prix Nobel de physique en 1918 et découvreur de la forme du spectre de corps noir dont le fond diffus cosmologique s'avère être la plus parfaite réalisation que l'on puisse trouver dans la nature. Peu après sa sélection l'agence spatiale européenne décide pour réduire les coûts de coupler le développement de son observatoire spatial infrarouge Herschel avec Planck. Les deux satellites doivent utiliser le même type de plate-forme, le développement est confié au même industriel et ils sont lancés ensemble par une fusée lourde Ariane 5. Le constructeur Alcatel Space, devenu depuis Thales Alenia Space, est sélectionné début 2001. L'entreprise, qui assure l'assemblage du satellite dans son Centre spatial de Cannes - Mandelieu, est le maître d’œuvre du programme qui rassemble environ 95 entreprises réparties dans toute l'Europe[3].

Planck emporte deux instruments scientifiques développés par des consortiums scientifiques qui sont définis début 1999. L'instrument HFI est réalisé par un consortium placé sous la direction de Jean-Loup Puget de l'Institut d'astrophysique spatiale d'Orsay (France) tandis que l'instrument LFI est réalisé par une équipe de scientifiques dirigé par N. Mandolesi de l'Istituto di Astrofisica Spaziale e Fisica Cosmica situé à Bologne (Italie). Plus d'une quarantaine d'autres organismes de recherches participent au développement des instruments dont la NASA qui fournit les bolomètres et une partie du fluide cryogénique de l'expérience HFI et un des étages permettant de refroidir les capteurs le Sorption Cooler (compresseur cryogénique assurant le refroidissement de 50 K à 20 K). Un consortium scientifique dirigé et financé par le Danemark est retenu début 2000 pour développer les réflecteurs du télescope[4]. Les capacités de l'observatoire spatial européen Planck en font un engin de troisième génération après les satellites américains COBE et WMAP.

Objectifs scientifiques[modifier | modifier le code]

Les objectifs scientifiques du satellite Planck sont les suivants :

  • L'objectif principal de Planck est de dresser une carte des températures du fond diffus cosmologique permettant de détailler les anisotropies (fluctuations) avec un niveau de détail inégalé par rapport à son prédécesseur immédiat WMAP. La sensibilité attendue (précision) sur la température mesurée est de 2 × 10-6, la résolution angulaire de la carte est de 5 minutes d'arc et la bande spectrale étudiée va de 30 à 857 GHz[5]
  • Mesure des paramètres cosmologiques avec une précision atteignant 1% ou mieux pour la densité de la matière baryonique ou la proportion de matière noire[5].
  • Vérifier certaines des hypothèses associées aux modèles d'inflation cosmique
  • Étude des amas de galaxies par l'effet Sunyaev-Zel'dovich
  • Étude du milieu interstellaire de la Galaxie.

Pour atteindre ces objectifs il est prévu initialement que la mission dure au minimum 18 mois afin de permettre aux instruments d'effectuer deux observations complètes du ciel.

Caractéristiques techniques du satellite[modifier | modifier le code]

Le satellite est constitué classiquement de deux sous-ensembles : la plate-forme ou module de service et la charge utile. La première, formant un socle cylindrique à huit côtés de faible hauteur, regroupe le système de production et de régulation d'énergie, le système de contrôle d'attitude, le système de gestion des données et des communications et l'électronique (partie chaude) des instruments scientifiques. La charge utile comprend le télescope équipé de deux miroirs et d'un baffle de protection thermique, le plan focal dans lesquels se trouvent les capteurs des instruments LFI et HFI et enfin les systèmes de refroidissement. L'ensemble est haut de 4,2 mètres pour un diamètre de 4,2 mètres et une masse de 1 912 kg. Le satellite emporte 385 kg d'hydrazine dont la majorité est utilisé par ses moteurs-fusées pour rejoindre son orbite finale. Il emporte également 7,7 kg d'hélium (36 000 litres d'hélium 4 et 12 000 litres d'hélium 3) utilisé pour maintenir à très basse température les détecteurs de l'instrument HFI et stockés dans 4 réservoirs pressurisés[6].

L'architecture cryogénique[modifier | modifier le code]

Éclaté du prototype du refroidisseur HFI de Planck.

Afin d’observer le fond diffus cosmologique dont le pic de température est de 2,725 K (soit -270,435 °C) et surtout pour dresser une carte ultra précise de ses infimes variations (± 0,00001 degré), les capteurs de Planck doivent être maintenus à une température extrêmement basse. Cette contrainte constitue la principale difficulté de conception du satellite et conditionne en grande partie son architecture. Planck dispose d’un système de refroidissement à six étages (trois passifs et trois actifs) conçu pour maintenir son miroir principal d'un mètre cinquante de diamètre à 60 K (-213 °C) et les détecteurs de sa charge utile à 20 K (-253 °C), 4 K (-269 °C) et même 0,1 K (-273,05 °C) pour les bolomètres de l’instrument haute fréquence HFI. La température de 0,1 K est atteinte en laboratoire avec des appareillages trop encombrants et lourds pour répondre aux contraintes d'une mission spatiale. Il a fallu mettre au point de nouvelles techniques pour atteindre cet objectif.

La plateforme avec son électronique et le panneau solaire représentent la partie chaude du satellite. La température de certains composants électroniques atteint ainsi 27 °C soit 300 K de plus que les détecteurs HFI. Les instruments et le télescope sont isolés sur le plan thermique de la plateforme par 3 ailettes superposées qui maintiennent la température en dessous de 50 K. Par ailleurs l'orientation du satellite est fixée de manière à ce que le Soleil ne frappe jamais la charge utile. Trois systèmes actifs assurent en cascade le refroidissement.

  • Une machine cryogénique fournie par le centre JPL de la NASA assure par détente d'hydrogène dans un cycle Joule-Thomson un refroidissement jusqu'à 20 kelvins. Cet étage est suffisant pour atteindre la température nécessaire à l'instrument LFI. Dans la mesure où il recycle en permanence l'hydrogène utilisé, cet équipement n'est pas à la merci d'un épuisement de celui-ci et permet à LFI de fonctionner sans limite de durée. Toutefois les capacités de "l'éponge" qui sert de compresseur se dégradent avec le temps[7].
  • Le refroidissement à 4 K est assuré par une pompe mécanique qui refroidit par détente Joule-Thomson d'hélium. Cet étage est fourni par le Royaume-Uni.
  • Le refroidissement à 0,1 K est assuré par deux procédés mis au point dans le cadre de la mission par l'équipe de Alain Benoit de l'Institut Néel à Grenoble : la température est abaissée à 1,6 K par détente Joule-Thomson d'un mélange des isotopes hélium 3 / hélium 4 puis elle est abaissée à 0,1 K par dilution de l'hélium 3 dans l'hélium 4 en circuit ouvert avec perte du mélange qui est évacué dans l'espace. La température ainsi obtenue n'a été égalée dans l'espace que par l'instrument XRS du télescope spatial rayons X japonais Suzaku dont la température était abaissé à 0,06 K mais qui a été victime d'une défaillance quelques semaines après la mise en service.

Instrumentation scientifique[modifier | modifier le code]

Le satellite embarque deux instruments : LFI (Low Frequency Instrument), de conception italienne et HFI (High Frequency Instrument) de conception française. Ces appellations reflètent les bandes de fréquences observées : de 30 à 70 gigahertz pour LFI et de 100 à 857 GHz pour HFI.

La partie optique[modifier | modifier le code]

Le rayonnement électromagnétique analysé par les deux instruments est concentré par un télescope de type grégorien de 1,75 × 1,5 m comportant un miroir primaire et un miroir secondaire. Des cornets associés à des guides d'ondes placés au plan focal du télescope filtrent les rayonnements par longueur d'ondes et dirigent celui-ci vers les détecteurs des instruments HFI et LFI. L'axe optique du télescope fait un angle de 85° avec l'axe de rotation du satellite. Un déflecteur peint en noir entoure le télescope afin de maintenir la température des miroirs en dessous de 40 kelvins[8].

L'instrument HFI[modifier | modifier le code]

L'instrument HFI (High Frequency Instrument) comporte 54 bolomètres opérant dans les bandes : 100, 143, 217, 353, 545 et 857 GHz, avec une largeur de bande de l'ordre de 30 % du spectre observé. Ces bolomètres fonctionnant de manière optimale lorsqu'ils sont refroidis, opéreront ici vers 0,1 K (entre 90 et 130 mK). Les bolomètres étant par construction des détecteurs à très large bande, la sélection en fréquence et en largeur de bande se fait en interposant sur le chemin optique des cornets/guides d'onde ainsi que des filtres interférentiels[9].

L'instrument LFI[modifier | modifier le code]

L'instrument Low Frequency Instrument observe trois bandes spectrales (30, 44 et 70 GHz) situé à des fréquences inférieures au pic du fond diffus mais permet d'améliorer la qualité finale de la carte du rayonnement tout en fournissant des informations sur les émissions galactiques et extra galactiques situées en avant plan. L'instrument LFI utilise des radiomètres fonctionnant à une température de 20 kelvins. La résolution angulaire est de 10 minutes d'arc et la sensibilité à la température est de 12 µK[10].

La plateforme - un développement commun pour Herschel et Planck[modifier | modifier le code]

Un module de service (SVM) est conçu et fabriqué par Thales Alenia Space dans son usine de Turin, pour les deux satellites Herschel et Planck combinés dans un programme unique[11]. Les structures des deux modules de service sont très semblables, de forme octogonale. Chaque panneau est dédié à des équipements thermiques, des réchauffeurs, prenant en compte les dissipations thermiques des expériences et des équipements voisins du satellite. De plus, une conception commune a été retenue aussi pour les deux satellites pour l'avionique, le système de mesure et de contrôle d'attitude, le système de contrôle et de gestion des données, le sous-système de télémesure et télécommande. Tous les équipements de la plateforme sont redondants.

Puissance électrique[modifier | modifier le code]

L'énergie électrique est fournie par des panneaux solaires équipés de cellules photovoltaïques à triple jonction, une batterie, et un système de contrôle gérant la charge de la batterie et distribuant une tension régulée de 28 volts aux divers équipements. Sur Planck, le panneau de cellules solaires est fixé sur le socle du module de service qui est dirigé en permanence vers le Soleil. Ce panneau et le module de service dont il est solidaire maintiennent en permanence dans leur ombre la charge utile. Il fournit en moyenne 1300 Watts dont 685 Watts sont destinés aux instruments (780 Watts en fin de vie)[6].

Contrôle d'attitude et propulsion[modifier | modifier le code]

La fonction de mesure et de contrôle d'attitude est effectuée par un calculateur de contrôle d'attitude, prenant en compte les mesures des senseurs d'attitude et commandant les couples de contrôle pour répondre aux spécifications de pointage et de basculement des charges utiles Herschel et Planck. Le satellite Planck est stabilisé en spin, à un tour par minute, avec une spécification de pointage inférieure à 37 minutes d'arc. Le satellite étant en mode "balayage" du ciel, il est aussi requis que la reproductibilité du pointage soit meilleure que 2,5 minutes d'arc en 20 jours. Le senseur d'attitude principal est un viseur d'étoiles. Les modifications et corrections de trajectoire sont effectués à l'aide de plusieurs grappes de petits moteurs-fusées brulant de l'hydrazine ayant une poussée de 1 Newton et de 20 Newtons. Les propulseurs les plus puissants sont utilisés pour l'insertion en orbite et les rectifications d'orbite en phase opérationnelle qui ont lieu en général une fois par mois.

Stockage et transmission des données[modifier | modifier le code]

Les données scientifiques produites par les instruments sont stockées dans une mémoire de masse de 32 gigabits (avec une mémoire de masse de secours). Elles sont transmises au cours de sessions cumulant 3 heures par jour avec un débit maximal de 1,5 mégabits par seconde. Le débit moyen lissé sur la journée est de 130 kilobits par seconde ce qui est suffisant pour transmettre les données collectées en continu. La transmission se fait au moyen d'une antenne moyen gain (faisceau de 15°) située sur le panneau solaire. Le satellite dispose par ailleurs de trois antennes faible gain installées au même endroit.

Développement[modifier | modifier le code]

Conception et réalisation[modifier | modifier le code]

Le dimensionnement de l'instrument HFI est réalisé dès 1992par J.-M. Lamarre responsable scientifique de l'instrument de HFI[12],[13].

Les tests[modifier | modifier le code]

Planck, comme tout satellite, doit passer une série de tests. Classiquement, ceci passe par les tests des sous-ensembles, en général testés dans les laboratoires respectifs (souvent, les laboratoires contribuent en nature en fournissant un morceau de l'expérience, en retour les scientifiques du laboratoire auront un accès privilégié aux observations (données brutes)), des tests d'intégration de chacune des expériences (un satellite embarquant souvent plusieurs expériences) et des tests d'ensemble. En ce qui concerne l'expérience HFI, les tests du modèle de qualification et du modèle de vol ont été menés à l'IAS en novembre 2004 et mars (qualification) et juin-juillet 2006 (calibration) respectivement. À chaque fois, pendant 3 à 4 semaines, l'expérience se fait sous vide, et refroidie dans une cuve à quelques kelvins (autour de 2,7 K). Les tests du satellite complet sont réalisés dans l'établissement de Cannes et au Centre spatial de Liège (CSL). Ce dernier développe une configuration de tests ainsi qu'une instrumentation spécifique dans ses installations de simulation spatiale. Cette phase de tests représente pour le CSL un budget de 17,5 millions d'euros et environ 125 000 heures de travail. La première étape des tests de qualification du satellite débute en juin 2005 et s'achève en septembre. La seconde étape a consisté à tester le modèle du satellite ; celle-ci s'achève au cours de l'été 2008.

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Lancement et mise à poste[modifier | modifier le code]

Les 5 points de Lagrange du système Terre-Soleil.

Le satellite (ainsi que le télescope spatial Herschel), sont lancés le 14 mai 2009 à 13 h 12 min 00 s UTC (10h12 locale), depuis Kourou, par un lanceur Ariane 5-ECA, le vol 188[14] et placé sur une orbite très elliptique de 270 km de périgée et 1 193 622 km d'apogée le menant aux alentours du second point de Lagrange du système Terre/Soleil (dénommé L2) en environ 45 jours. La trajectoire suivie est presque parfaite et ne nécessite que des corrections mineures à l'injection sur l'orbite de transfert. Planck modifie comme prévu sa trajectoire à mi-course (delta-v de 153,6 m/s) entre la Terre et sa destination et une dernière correction de 11,8 m/s[15].

En orbite autour du point de Lagrange L2[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet, Planck atteint le point de Lagrange L2 et s'insère en utilisant brièvement sa propulsion (delta-v de 58,8 m/s) sur une orbite dite de Lissajous qu'il parcourt en 6 mois et qui est choisie pour que le satellite ne se trouve jamais dans la pénombre de la Terre au moins durant 4 ans. Grâce à des manœuvres très précises Planck n'a consommé que 205 kg de carburant ce qui en laisse 160 kg pour les corrections de trajectoire et les modifications d'orientation qui correspondent à un delta-v annuel de respectivement de 1 m/s et 2,6 m/s. Le point de Lagrange L2 est une région de l'espace autour de laquelle le satellite peut se maintenir en équilibre en dépensant peu de carburant, tout en suivant à grande distance (1,5 millions km) la Terre dans sa course autour du Soleil. C'est ainsi que durant les 30 premiers mois d'opération il n'a été nécessaire de corriger la trajectoire qu'à 12 reprises en utilisant brièvement les petits moteurs-fusées du module de service. Ce type d'orbite a été choisi pour que les instruments puissent atteindre la température extrêmement basse (sur une orbite située près de la Terre, il serait difficile d'atteindre les 0,1 kelvins du fait des émissions thermiques de notre planète). L'axe du satellite est pointé vers le Soleil avec la base de la plate-forme tournée vers le Soleil tandis que la partie optique située à l'opposé est tournée vers l'extérieur du système solaire. Le panneau solaire bloque le rayonnement du Soleil et l'axe du satellite ne s'écarte jamais plus de 15° de la direction du Soleil[16],[15].

L'axe de visée du télescope fait un angle de pratiquement 85° par rapport à l'axe de rotation. Le satellite en pivotant autour de son axe à raison d'un tour par minute, permet aux instruments d'observer une bande de ciel étroite en forme de cercle. Le satellite observe à 50 reprises le même ruban de ciel puis décale légèrement l'axe pour observer une nouvelle portion du ciel. Ce décalage suit exactement la course de la Terre autour du Soleil. De cette manière en un peu moins de 8 mois les instruments balayent progressivement toute la voûte céleste hormis les zones polaires. Pour observer celles-ci le satellite dépointe une fois par heure son axe de rotation de 10°[17],[16].

Recette du satellite et mission nominale[modifier | modifier le code]

Les systèmes de réfrigération sont progressivement mis en route après le lancement du satellite et les détecteurs de HFI atteignent leur objectif de température de 0,1 K le 3 juillet[18]. Les opérations de calibrage et de vérification de performance se poursuivent jusqu'à fin août et se concluent avec l'assurance que les instruments fonctionnent comme prévu. La mission nominale s’achève le 27 novembre 2010 sans incident marquant et chaque région du ciel a été observée au moins deux fois.

Prolongement de la mission[modifier | modifier le code]

Le 19 novembre 2010 l'agence spatiale européenne a décidé de prolonger la mission Planck d'un an en même temps que celle de plusieurs autres satellites scientifiques. Ce délai doit permettre, par le biais d'une nouvelle méthode, d'obtenir à l'aide de l'instrument à basse fréquence (LFI) de nouvelles informations sur le rayonnement fossile. L'hélium qui est utilisé par le système de refroidissement pour maintenir les instruments en état de fonctionner ne devrait pas s'épuiser avant début 2012[19],[20]. Le 17 janvier 2012, l'ESA, le CNES, le CNRS et le CEA annoncent la fin de la mission pour l'instrument HFI. Il a été éteint après trente mois de fonctionnement exemplaire et a cartographié le rayonnement fossile pendant une période deux fois plus longue que prévue[21].

Résultats[modifier | modifier le code]

Données brutes[modifier | modifier le code]

Comparaison de la résolution des cartes du fond diffus cosmologique dressées à l'aide des instruments des satellites COBE, WMAP et Planck.
  • En juillet 2010, le satellite Planck envoie sa première image intégrale du ciel avec une vue particulière et inédite de la Voie lactée[22]. Ce portrait céleste est riche de 35 millions de pixels[23],[24].
  • Le 11 janvier 2011, une conférence de presse internationale est organisée à Paris par l’Agence spatiale européenne pour présenter une première série de résultats, le satellite ayant collecté depuis 2009 un nombre incroyable de données sur les objets les plus froids de l'Univers : la poussière tournoyante à très grand vitesse, découverte de « gaz sombre ». Le satellite est à l’honneur toute cette semaine à la Cité des sciences et de l'industrie[25].

Première interprétation des données recueillies par Planck (mars 2013)[modifier | modifier le code]

En mars 2013 la communauté internationale de scientifiques travaillant sur les données collectées par Planck livre pour la première fois une interprétation de l'ensemble des données recueillies par HFI ainsi que celles fournies par LFI. Ces résultats se traduisent par une trentaine de communications scientifiques[26],[27] :

  • Planck permet de dresser plusieurs cartes reconstituant l'histoire de l'Univers qui ont, comme prévu, une résolution très supérieure à celle de son prédécesseur WMAP. Outre la carte du du fonds diffus cosmologique, la carte du fond diffus infrarouge permet de reconstituer la lumière émise par les poussières de toutes les galaxies au cours des dix derniers milliards d'années.
  • Les principaux paramètres de l'univers primordial sont précisés. L'analyse des fluctuations du fonds diffus permet d'affiner la proportion des composants actuels de l'Univers : 4,8% de matière ordinaire (chiffre antérieur 4,3%), 25,8% de matière noire (23%) et 69,4% d'énergie sombre (72,8%).
  • La constante de Hubble, qui détermine la vitesse d'expansion de l'Univers est revue à la baisse. Sa valeur est désormais de 67,8 km/s par mégaparsec.
  • Plusieurs prédictions associés à la théorie de l'inflation cosmique sont confirmées et contribue à la validation du Modèle standard de la cosmologie décrivant les grandes étapes de l'histoire de l'univers observable. La carte détaillée du fonds diffus cosmologique montre ainsi que l'intensité des fluctuations de densité à grande échelle est légèrement supérieure à celle des fluctuations à petite échelle. La platitude de l'Univers est confirmée.
  • Les résultats de Planck, dans la limite de leur précision, paraissent exclure certaines théories comme les variations dans le temps de la constante de structure fine (qui régit l'intensité de la force électromagnétique) et des propriétés de l'énergie sombre.
  • Une première analyse de la polarisation du signal du fond diffus cosmologique montre que les valeurs sont parfaitement cohérentes avec l'intensité du signal à l'échelle des régions ayant donné naissance par la suite aux premières grandes structures de l'Univers : galaxies, amas de galaxies. Cette conclusion doit être toutefois confirmée dans le cadre d'études à paraitre en 2014.
  • Quelques résultats sont en désaccord avec les modèles : pour les échelles angulaires supérieures à 1° les fluctuations du fond cosmique diffus sont supérieures de 10% à ce que prévoit la théorie de l'inflation cosmique. Une tache froide figurant en bas à droite sur la même carte et déjà observée par WMAP ne trouve pas d'explication.

Deuxième interprétation des données recueillies par Planck (Décembre 2014)[modifier | modifier le code]

La communauté internationale des scientifiques, travaillant sur les données recueillies par le satellite Planck, livre pour la deuxième fois les résultats encore plus précis que ceux de Mars 2013. Ces résultats sont le fruit d'une observation de plus de 1500 jours dans le domaine millimétrique, grâce à l'instrument LFI, et de plus de 1000 jours dans le domaine submillimétrique jusqu'à l'infrarouge lointain avec, cette fois-ci, l'instrument HFI.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le fond diffus infrarouge », Consortium français instrument Planck-HFI (consulté le 26 mai 2013)
  2. (en) N. Mandolesi et al., « The Planck mission », Societa Astronomica Italiana, vol. 19,‎ 2012, p. 249-257 (lire en ligne)
  3. Christian Lardier, Anne Musquère, « Herschel et Planck à la conquête de l'Univers froid », dans Air & Cosmos, no 2171, 8 mai 2009
  4. (en) J.A. Tauber et al., « Planck pre-launch status: The Planck mission », Astronomy and Astrophysics, vol. 520,‎ 15 septembre 2010, p. 1-22 (DOI 10.1051/0004-6361/200912983, lire en ligne)
  5. a et b Planck scientific program 2005, p. 2
  6. a et b (en) « The satellite : overview », sur Planck Explanatory Supplement, Agence spatiale européenne (consulté le 29 mai 2013)
  7. « L'architecture cryogénique », Consortium français instrument Planck-HFI (consulté le 28 mai 2013)
  8. (en) J.A. Tauber et al., « Planck pre-launch status: The optical system », Astronomy and Astrophysics, vol. 520,‎ 2 mars 2010, p. 1-22 (DOI 10.1051/0004-6361/200912911, lire en ligne)
  9. (en) J.M. Lamarre et al., « Planck pre-launch status: The HFI instrument, from specification to actual performance », Astronomy and Astrophysics, vol. 520,‎ 27 janvier 2010, p. 1-20 (DOI 10.1051/0004-6361/200912975, lire en ligne)
  10. (en) M. Bersanelli et al., « Planck pre-launch status: Design and description of the Low Frequency Instrument », Astronomy and Astrophysics, vol. 520,‎ 2 mars 2010, p. 1-21 (DOI 10.1051/0004-6361/200912853, lire en ligne)
  11. Jean-Jacques Dechezelles (AAAF), « Les missions scientifiques Herschel et Planck - conférence de Bernard Collaudin et Thierry Banos (Thales Alenia Space) », dans La Lettre AAAF, no 9, octobre 2006, (ISSN 1767-0675), [lire en ligne]
  12. « Le père de la mission témoigne », dans Ciel & Espace, David Fossé, le 21 mars 2013 [1]
  13. liste des membres du Science Team de Planck
  14. ESA
  15. a et b (en) P. A. R. Ade et al., « Planck early results. I. The Planck mission », Astronomy and Astrophysics, vol. 520,‎ 31 mai 2011, p. 1-16 (DOI 10.1051/0004-6361/201116464, lire en ligne)
  16. a et b « La trajectoire de Planck », Site public instrument HFI (consulté le 28 mai 2013)
  17. « Planck : la mission », CNES Missions scientifiques (consulté le 27 mai 2013)
  18. Esa news
  19. (en) Dr Don Brownlee, « Europe maintains its presence on the final frontier », sur Agence spatiale européenne,‎ 22 novembre 2010
  20. « Journal de bord : Mission accomplie », sur HFI Planck,‎ 29 novembre 2010
  21. En bref, Air et Cosmos, no 2296 du 20 janvier 2012
  22. Emilie Martin, « Planck nous livre sa première carte du ciel », Ciel et Espace,‎ 2010 (consulté le 5 juillet 2010)
  23. Planck à l'ultime frontière de l'Univers, Sylvie Rouat, Sciences et Avenir, août 2010, page 38.
  24. L'ESA révèle la première carte intégrale du ciel de Planck
  25. « Planck : de nouvelles données sur notre Univers », dans Maxisciences, 12 janvier 2011, Planck : de nouvelles données sur notre Univers
  26. « Planck dévoile une nouvelle image du Big Bang », sur CNRS,‎ 21 mars 2013
  27. Alain Riazuelo, « Planck géomètre de l'univers primordial », Pour la Science, no 427,‎ mai 2013, p. 44-51

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]