Gamma (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gamma

alt=Description de l'image Mir-27.jpg.
Caractéristiques
Organisation RKA, CNES
Domaine Observatoire gamma
Statut Mission achevée
Masse 7350 kg
Lancement 11 juillet 1990
Lanceur Soyouz
Durée 2 ans
Orbite Orbite basse
Altitude 375 km
Inclinaison 51,6°
Index NSSDC 1990-058A
Principaux instruments
Gamma-1 télescope gamma
50 MeV-6GeV
Disk-M Télescope gamma
5 keV-25 MeV
Pulsar X-2 Télescope gamma
2 keV-25 keV

Gamma est un observatoire spatial soviétique puis russe développé avec une participation importante de la France et destiné à l'étude des rayons gamma de haute énergie émis par les objets célestes. Après une gestation de près de 35 ans le satellite a été lancé le 11 juillet 1990 et placé sur une orbite basse terrestre circulaire de 375 km.

Historique[modifier | modifier le code]

L'observatoire astronomique spatial gamma franco-soviétique est issu du programme spatial habité Soyouz et est l'aboutissement d'une gestion particulièrement longue. Le concept de départ a été défini en 1965 dans le cadre du projet de station spatiale "Nuage" constitué d'une station principale autour duquel plusieurs vaisseaux occupés par des équipages gravitent. Au début des années 1970 le projet devient le complexe de station spatiale MKBS/MOK. Celui-ci comprend plusieurs vaisseaux - laboratoires spécialisés ou instruments - volant de manière autonome autour d'une énorme station spatiale lancée par la fusée lunaire géante N-1. L'observatoire Gamma devait faire partie de ce complexe. Il était composé du module de service du vaisseau Soyouz mais par contre le module de descente et le module orbital étaient remplacés par un large cylindre pressurisé contenant les équipements scientifiques. Les travaux sur l'instrumentation scientifique débutent en 1972. En 1974 la France entre dans le projet.

En février 1976 le programme spatial soviétique est complètement refondu. Le développement de l'observatoire gamma est désormais associé au projet de station spatiale DOS-7/DOS-8 qui aboutira par la suite à la station Mir. Dans cette nouvelle version l'observatoire Gamma comprend un système d'amarrage passif permettant à un vaisseau Soyouz de s'y amarrer pour que l'équipage puisse à mi-vie changer les films et assurer la maintenance. En 1982 cette architecture est abandonnée car augmentant de manière trop importante la masse de l'observatoire. Par ailleurs tous les vols Soyouz sont mobilisés pour le ravitaillement et la maintenance de la station Mir. Le système de films est abandonné au profit d'une transmission par radio des données recueillies. À cette époque le lancement de Gamma est planifié en 1984, mais plusieurs problèmes techniques graves entrainent des délais qui repoussent le lancement jusqu'à 1990 soit 35 ans après le lancement du projet[1].

L'observatoire gamma[modifier | modifier le code]

La charge utile de Gamma comprend trois instruments pointant dans la même direction permettant l'observation de la même région du ciel[2] :

  • Le télescope Gamma-1, l'instrument principal du satellite, est conçu pour effectuer des observations dans la plage 50 MeV-6 GeV. Il comprend deux scintillateurs et un détecteur d'effet Tchernkov. Le capteur a une superficie de 2 000 cm². La résolution angulaire pour 100 MeV est de 1,5°. Pour la mesure de l'énergie des particules incidentes, la résolution est d'environ 12 % à 100 MeV. Un détecteur amovible de type masque codé à base de tungstène a été inclus à un stade avancé de la conception de l'instrument. Le masque est composé de 2 masques uni-dimensionnel formés de cellules de 1 mm de côté. La résolution obtenue à l'aide du masque était d'environ 20 minutes d'arc pour les rayons les moins puissants. Peu après la mise en orbite du satellite l'alimentation électrique de la chambre à étincelles de l'instrument est tombée en panne faisant chuter la résolution angulaire à environ 10°. Un viseur d'étoiles Telezvezda est utilisé pour pointer le télescope. Sa précision est de 2 minutes d'arc. Gamma-1 est développé conjointement par les instituts de recherche français et soviétiques.
  • L'observatoire gamma Disk-M est conçu pour la plage 20 keV-5 MeV. Le détecteur est composé de cristaux à scintillation. La résolution angulaire est de 2 minutes d'arc. L'instrument a cessé de fonctionner peu après le lancement.
  • Le télescope Pulsar X-2 couvre la plage 2-25 keV avec une résolution angulaire de 30 minutes d'arc et un champ optique de 10x10°. L'instrument est le fruit d'une collaboration franco-soviétique.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les observations effectuées par l'observatoire portent sur le pulsar Vela, le Centre galactique, Cygnus X-1, Hercules X-1 et la Nébuleuse du Crabe. Les instruments étudient également le rayonnement émis par le Soleil durant le pic de son cycle solaire. Mais finalement l'apport scientifique de l'observatoire spatial est peu important[1],[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Gamma », NASA NSSDC (consulté le 1 décembre 2012)
  2. a et b (en) « Gamma », NASA HEASARC (consulté le 1 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]