Thor (fusée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thor (homonymie).
Thor Agena B prêt à lancer Discoverer 37 le 13 janvier 1962

Thor était un lanceur spatial américain développé à partir du missile balistique de portée intermédiaire PGM-17 Thor. Les différentes variantes de ce lanceur développé par l’US Air Force, qui comprennent les Thor-Able, Thor-Ablestar, Thor-Agena, Thorad-Agena et Thor-Burner ont été tirées près de 250 fois principalement pour lancer des satellites de reconnaissance. Les lanceurs Thor pouvaient lancer de quelques centaines de kg à 1,5 tonne (dans les dernières versions) en orbite basse. Les dernières fusées de cette famille ont été lancées en 1976. La Thor-Delta, variante de la Thor-Able, est par ailleurs à l'origine d'une large famille de lanceurs civils, les fusées Delta, dont la Delta II, toujours en opération en 2009, constitue l'ultime représentant.

Première version : la Thor-Able[modifier | modifier le code]

Les premières missions de Thor devaient permettre de tester la rentrée dans l'atmosphère de l'ogive des missiles Atlas. Pour ces trois tests, Thor était surmonté d'un deuxième étage nommé Able. Le premier de ces tirs, qui eut lieu le 23 avril 1958, fut un échec à cause d'un problème de turbopompe du moteur-fusée. Les tentatives suivantes de test de l'ogive nucléaire ne furent pas concluantes. Lors de chacun de ces tirs, la fusée Thor emmenait une souris; toutes moururent au cours des missions[1].

Le second étage Able devint Able I lorsqu'il fut amélioré par l'ajout d'un autre étage Altair X-248, une fusée à poudre. Une fusée Thor Able I tenta le 17 août 1958 de lancer la sonde Pioneer 0, qui aurait dû se placer en orbite autour de la Lune et la photographier, mais un problème de turbopompe fit rater le tir.

Le 7 août 1959, un lanceur Thor-Able réussit à lancer Explorer 6, le premier satellite à transmettre au sol les images de la Terre prises en orbite.

La Thor-Ablestar[modifier | modifier le code]

Ablestar était une fusée à carburant liquide, à réservoirs d'ergols pressurisés par gaz. Il fut utilisé comme dernier étage à Thor, permettant de meilleures performances[2]. Le 13 avril 1960, un lanceur Thor-Ablestar lança Transit 1B, le premier satellite ayant prouvé la possibilité d'utiliser les satellites comme moyen de positionnement au sol[3]. Le 22 juin de la même année, ce lanceur mit en orbite le premier des satellites GRAB (Galactic Radiation and Background) pour le compte de l'United States Navy. Ces satellites, embarquaient alors, sous couvert d'études des radiations solaires, des appareils de détection des signaux des radars de la défense soviétique[4], ce qui en firent les premiers satellites espions fonctionnels, deux mois avant qu'une des missions Corona renvoie sur Terre son premier film. Le 29 juin 1961, l'étage Ablestar qui fut utilisé pour lancer Transit 4A explosa dans l'espace, créant 294 débris visibles[5].

Thorad-Agena D contenant le satellite SERT-2, sur le pas de tir SLC-10 de la base de Vandenberg, en Californie.

La Thor-Agena[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thor-Agena.

L'étage Agena conçu pour les besoins de l'Armée de l'Air américaine) a été utilisé en tant que second étage sur un grand nombre d'exemplaires du lanceur. Trois versions (A, B, D) ont été successivement utilisées. La version Thrust Augmented Thor (TAT) de la Thor Agena, fut développé pour continuer à lancer les satellites Corona qui se faisaient de plus en plus lourds. Elle utilise trois propulseurs d'appoint à poudre Castor qui ajoutent chacun une poussée de 236 kN au lanceur Thor initial. le lanceur utilise des propulseurs d'appoint à poudre Castor dans les versions TAT :

  • Thor Agena A : 19 tirs dont 7 échecs entre 1959 et 1960
  • Thor Agena B : 40 tirs dont 7 échecs entre 1959 et 1960
  • Thor Agena D : 13 tirs dont 2 échecs entre 1962 et 1963
  • Thrust Augumated Thor (TAT) Agena B : 3 tirs entre 1963 et 1966
  • Thrust Augumated Thor (TAT) Agena D  : 60 tirs dont 4 échecs entre 1963 et 1968

Selon la version, le lanceur était capable d'envoyer des charges de 635 à 1300 kilogrammes en orbite polaire à 185 kilomètres d'altitude[6].

De juin 1959 à mai 1963, Thor fut l'étage principal utilisé par les lanceurs Thor-Agena utilisés pour les tirs des satellites Corona (aussi appelés Keyhole et Discoverer) sur la base de Vanderberg[7]. Ces satellites furent les premiers satellites utilisés pour photographier principalement les territoires de l'Union soviétique et de la Chine.

Thorad : la Thor-Agena avec étage Thor allongé[modifier | modifier le code]

Le lanceur Thorad-Agena utilise un étage Thor allongé ("Long Tank Thor" ou LTT) associé à un second étage Agena D. Cette version capable de mettre en orbite basse 1 500 kg, fut utilisée à 43 reprises (2 échecs) entre 1966 et 1972 pour lancer principalement des satellites de reconnaissance Corona. Les Thorad utilisaient 2 versions des propulseurs d'appoint Castor (2H et 2S).

La Thor-Delta version civile du lanceur Thor[modifier | modifier le code]

Article principal : Delta (fusée).

La quatrième évolution de Thor est le lanceur Thor-Delta combinaison d'un étage Thor et d'une version de l'étage Able adaptée aux besoins de la NASA. Lancée pour la première fois en 1960, c'est le point de départ de la famille des lanceurs cvils Delta dont les descendants (Delta II) sont toujours utilisés en 2009.

La Thor-Burner[modifier | modifier le code]

Le Thor-Burner est une version composée d'un premier étage Thor surmonté d'un ou deux étages à propergol solide. Ce lanceur militaire a été utilisé entre 1965 et 1980 pour placer en orbite les satellites météorologiques DMSP de l'Armée de l'Air américaine. Il a été rapidement mis au point à partir de composants existants pour se substituer à la fusée Scout trop peu fiable. Cinq versions se sont succédé avec une puissance croissante (150 à 500 kg en orbite polaire). Ce lanceur a été tiré à 31 reprises (deux échecs totaux et deux échecs partiels). Pour tous les tirs sauf deux la charge utile était constituée par un satellite DSAP/DMSP.

Principales caractéristiques techniques des versions du lanceur[modifier | modifier le code]

Missile Thor Thor Able IV Thor-Agena A Thor Able-Star Thor Burner 2A Thor AT Agena D Thorad Agena D SLV2H
Longueur 19,8 m 27,0 m 25,8 m 24,6 m 22,9 m 29,3 m 33,4 m
Diamètre 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m
Masse au lancement 49,9 t 52,0 t 53,1 t 53,0 t 51,8 t 71,0 t 85,1 t
Charge utile
(orbite basse)
W-49 120 kg (40 kg ESC) 250 kg 150 kg 770 kg
300 kg orbite polaire
1500 kg
650 kg orbite polaire
2.000 kg
750 kg orbite polaire
Étages 1 3 2 2 3 3 3
1e étage
Moteur Rocketdyne LR-79-7 Rocketdyne MB-3-3
Poussée au décollage 667 kN 765 kN
Ergols RP-1/LOX
Durée de fonctionnement 165 s 165 s 165 s 164 s 165 s 165 s 215 s
Masse au lancement/à vide 49,34 / 3,12 t 49,34 / 3,12 t 49,34 / 3,12 t 48,35 / 2,95 t 49,34 / 3,18 t 49,34 / 3,12 t 71,51 / 3,72 t
Longueur 18,4 m 18,4 m 19,2 m 18,4 m 18,4 m 18,4 m 21,4 m
Diamètre 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m 2,44 m
2e étage
Moteur Aerojet AJ-10 Bell 8048 Aerojet AJ-10-104 Thiokol TE-M-364-2 Bell 8081 Bell 8086
Poussée 34,3 kN 68,95 kN 35,1 kN 44,5 kN 71,2 kN 71,2 kN
Ergols UDMH/Acide nitrique HTBP UDMH/Acide nitrique
Masse au lancement/à vide 2,27 / 0,82 t 3,79 / 0,89 t 4,47 / 0,59 t 0,72 / 0,065 t 6,82 / 0,67 t
Durée de fonctionnement 115 s 120 s 296 s 42 s 240 s
Longueur 6,57 m 4,73 m 5,88 m 0,84 m 7,09 m 6,23 m
Diamètre 0,84 m 1,52 m 1,40 m 0,84 m 1,52 m 1,52 m
3e étage Propulseurs d'appoint
Moteurs Allegheny Ballistics
X-248
Thiokol TE-M-442-1 3 x M-33-20-4 3 x TX-354-5
Poussée 12,45 kN 34,63 kN 450,3 kN 474 kN
Ergols Propergol solide Propergol solide Propergol solide Propergol solide
Masse au lancement/à vide 250/39 kg 261/23 kg 3.850/535 kg 4.470/695 kg
Durée de fonctionnement 38 s 18 s 37 s 40 s
Longueur 1,55 m 0,66 m 5,72 m 7,75 m
Diamètre 0,46 m 0,66 m 0,79 m 0,79 m

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Thor Able », Encyclopedia Astronautica
  2. (en) « Able-Star », Encyclopedia Astronautica
  3. (en) « Transit 1B - NSSDC ID: 1960-003B », NASA NSSDC
  4. (en) « GRAB: le premier satellite espion », U.S. Navy
  5. (en) « Débris orbitaux: une chronologie », NASA JSC,‎ 1999, p. 18
  6. (en) Joseph S Bleymaier, « Future Space Booster Requirements », USAF
  7. (en) « Corona », NASA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :