Télescope spatial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le télescope spatial Hubble en orbite autour de la Terre.

Un télescope spatial est un télescope placé au-delà de l'atmosphère. Le télescope spatial présente l'avantage par rapport à son homologue terrestre de ne pas être perturbé par l'atmosphère terrestre. Celle-ci déforme le rayonnement lumineux dans le visible.

Les progrès de l'astronautique ont permis à compter des années 1960 d'envoyer dans l'espace des télescopes spatiaux de différents types dont le plus connu est le télescope spatial Hubble. Ces instruments jouent désormais un rôle important dans la collecte d'information sur les étoiles, les galaxies, les planètes éloignées et les autres objets célestes.

Caractéristiques d'un télescope spatial[modifier | modifier le code]

Spitzer, Hubble et XMM et leurs principaux composants

Un télescope spatial est un télescope installé dans l'espace pour observer les planètes éloignées, les galaxies et d'autres objets célestes.

On peut ranger les télescopes spatiaux en deux grandes catégories :

– les télescopes qui observent l'ensemble de la voute céleste ;
– les télescopes qui font des observations sur des fractions choisies du ciel.
Orbite

Dans l'idéal le satellite d'observation astronomique est placé sur une orbite la plus éloignée possible des perturbations lumineuses ou électromagnétiques. La Terre et la Lune peuvent être une grande source de perturbation. Pour y échapper certains satellites astronomiques sont placés sur des orbites qui les maintiennent éloignés en permanence loin de ces deux astres : point de Lagrange L2 de l'ensemble Terre-Soleil (par exemple Planck, Herschel), orbite héliocentrique dans le sillage de la Terre avec quelques semaines de décalage (par exemple Kepler). Par le passé les satellites en orbite basse ont toutefois été largement majoritaires. Certains satellites astronomiques sont sur des orbites terrestres à forte excentricité (Integral, Granat, XMM-Newton) pour permettre des observations à l'extérieur des ceintures de Van Allen (les particules à l'intérieur des ceintures perturbent les mesures) et disposer de longues durées d'observation ininterrompues (une périodicité longue limite le nombre d'interruptions liés au passage derrière la Terre).

Instrumentation
Résolution

La résolution des télescopes dans le visible est aujourd'hui meilleure que celle des télescopes terrestres : elle est seulement limitée par la charge utile des lanceurs existants et le coût de construction d'un gros télescope spatial. La réalisation du lanceur lourd Ares V pourrait permettre le lancement d'un télescope spatial doté d'un miroir de 8 à 17 mètres (projet Advanced Technology Large-Aperture Space Telescope).

Durée de vie

Le satellite d'observation astronomique comme les autres satellites doit se maintenir sur une orbite et être pointé vers l'objet observé pour accomplir sa mission ce qui nécessite de disposer d'ergols. La durée de vie est donc conditionnée par la quantité d'ergols emportée, car les opérations de maintenance d'un satellite, comme celles réalisées pour le télescope Hubble, sont trop couteuses pour être envisagées dans un cas normal. Certains satellites d'observation astronomique, comme les télescopes infrarouge, utilisent des capteurs qui nécessitent un liquide de refroidissement (hélium liquide). Celui-ci s'épuise progressivement ce qui limite la durée durant laquelle le satellite peut réaliser ses meilleures mesures.

Avantages du télescope spatial[modifier | modifier le code]

Les longueurs d'onde absorbées par l'atmosphère en % filtré (de 0 à 100 %)

Plusieurs phénomènes constituent des freins à l'observation astronomique depuis le sol : la turbulence naturelle de l'air, qui perturbe le cheminement des photons et réduit la qualité de l'image, limite la résolution aux environs d'une seconde d'arc même si certains télescopes terrestres (tel que le Very Large Telescope) peuvent contrebalancer les turbulences grâce à leur optique adaptative. Dans le domaine du rayonnement visible, un télescope spatial peut observer un objet cent fois moins lumineux que ce qui peut être techniquement observable depuis le sol. En outre, une grande partie du spectre électromagnétique est complètement (Gamma, X, etc.) ou partiellement (infrarouge et ultraviolet) absorbée par l'atmosphère et ne peut donc être observée que depuis l'espace. L'observation lumineuse depuis le sol est également de plus en plus handicapée par la pollution lumineuse due aux nombreuses sources de lumière artificielles[1].

Seuls le rayonnement visible et les fréquences radios ne pas atténués par l’atmosphère terrestre. L'astronomie spatiale joue un rôle essentiel pour les autres longueurs d'onde. Elle a pris aujourd'hui une grande importance grâce à des télescopes comme Chandra ou XMM-Nexton.

Historique[modifier | modifier le code]

Les principaux télescopes spatiaux et la partie du spectre électromagnétique qu'ils observent. Inspiré du schéma figurant ici : http://www.spitzer.caltech.edu/Media/mediaimages/background.shtml

Aux États-Unis la création d’un télescope spatial est évoquée pour la première fois en 1946 par Lyman Spitzer, un professeur et chercheur de l’université Yale, qui démontre dans son article intitulé « Les avantages d’un observatoire extra-terrestre dans le domaine de l’astronomie » qu’un télescope placé dans l’espace offre un grand nombre d’avantages car explique-t-il l’atmosphère terrestre filtre et déforme la lumière venue des étoiles. Même le télescope le plus perfectionné ne peut pas échapper à ce phénomène alors qu’un télescope situé en orbite le peut. Par ailleurs l’atmosphère bloque une grande partie du spectre électromagnétique comme le rayonnement X émis par des phénomènes de haute température dans les étoiles et dans d’autres objets si bien que celui-ci ne peut pas être détecté. Un télescope spatial pourrait permettre aux scientifiques de mesurer également ce type d’émission[2].

Les premiers observatoires astronomiques n'étaient que des projectiles lancés par une fusée-sonde pour sortir brièvement de l'atmosphère ; aujourd'hui, les télescopes sont mis en orbite pour des périodes qui peuvent aller de quelques semaines (missions embarquées sur la navette spatiale américaine) à quelques années. Un grand nombre d’observatoires spatiaux ont été mis en orbite et la plupart d’entre eux ont amélioré de manière importante nos connaissances cosmologiques. Certains de ces observatoires ont achevé leurs missions, tandis que d'autres sont toujours en opération. Les télescopes spatiaux sont lancés et maintenus par les agences spatiales : la NASA, l'Agence Spatiale Européenne, l'agence spatiale japonaise et Roskosmos pour la Russie.

Satellites astronomiques[modifier | modifier le code]

On peut classer les satellites astronomiques spatiaux en fonction des longueurs d'ondes qu'ils observent : rayonnement gamma, rayonnement X, ultraviolet, lumière visible, infra rouge, radio millimétrique et radio. Le terme de télescope est généralement réservé aux instruments qui utilisent une optique ce qui n'est pas le cas des satellites astronomiques observant le rayonnement Gamma, X et radio. Certains satellites peuvent observer plusieurs plages (ils apparaissent plusieurs fois dans le tableau ci-dessous). On intègre dans la catégorie des satellites astronomiques les instruments qui étudient les noyaux et/ou les électrons du rayonnement cosmique ainsi que ceux qui détectent les ondes gravitationnelles.

Observatoire de rayonnement gamma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astronomie gamma.

Les télescopes gamma collectent et mesurent le rayonnement gamma à haute énergie émis par les sources célestes. Ce rayonnement est absorbé par l'atmosphère et doit être observé depuis des ballons à haute altitude ou depuis l'espace. Le rayonnement gamma peut être généré par les supernovae, les étoiles à neutrons, les pulsars et les trous noirs. Les éruptions gamma, qui dégagent des énergies élevées, ont été également détectées sans qu'on en identifie la provenance[3].

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
High Energy Astronomy Observatory 3 (HEAO 3) NASA 1979-09-2020 septembre 1979 1981-05-2929 mai 1981 eo00486.4Orbite terrestre (486,4–504,9 km) [4],[5],[6]
Astrorivelatore Gamma ad Immagini LEggero (AGILE) ASI 2007-04-2323 avril 2007 eo00524Orbite terrestre (524–553 km) [7],[8]
Compton Gamma Ray Observatory (CGRO) NASA 1991-04-055 avril 1991 2000-06-044 juin 2000 eo00362Orbite terrestre (362–457 km) [9],[10],[11]
COS-B ESA 1975-08-099 août 1975 1982-04-2525 avril 1982 eo00339Orbite terrestre (339,6–99,876 km) [12],[13],[14]
Gamma RSA 1990-07-011er juillet 1990 1992-00-001992 eo00375Orbite terrestre (375 km) [15]
Fermi Gamma-ray Space Telescope NASA 2008-05-1411 juin 2008 eo00550Orbite terrestre (555 km) [16]
Granat CNRS & IKI 1989-12-011er décembre 1989 1999-05-2525 mai 1999 eo02000Orbite terrestre (2 000–200 000 km) [17],[18],[19]
High Energy Transient Explorer NASA 2000-10-099 octobre 2000 eo00590Orbite terrestre (590–650 km) [20],[21],[22]
International Gamma-Ray Astrophysics Laboratory (INTEGRAL) ESA 2002-10-1717 octobre 2002 eo00639Orbite terrestre (639–153 000 km) [23],[24]
Low Energy Gamma Ray Imager (LEGRI) INTA 1997-05-1919 mai 1997 eo00600Orbite terrestre (600 km) [25],[26]
Second Small Astronomy Satellite (SAS 2) NASA 1972-11-1515 novembre 1972 1973-06-088 juin 1973 eo00443Orbite terrestre (443–632 km) [27],[28]
Swift Gamma Ray Burst Explorer (SWIFT) NASA 2004-11-2020 novembre 2004 eo00585Orbite terrestre (585–604 km) [29],[30]

Observatoire spatial de rayonnement X[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astronomie des rayons X.

Les télescopes à rayons X mesurent le rayonnement X émis par les photons à haute énergie. Ceux-ci ne peuvent pas traverser l'atmosphère et doivent donc être observés soit depuis la haute atmosphère soit depuis l'espace. Plus types d'objets célestes émettent des rayons X depuis les amas de galaxie en passante par les trous noirs ou les noyaux galactiques actifs jusqu'aux objets galactiques tels que les restes de supernovae ou les étoiles et les étoiles doubles comportant une naine blanche,... Certains corps du système solaire émettent des rayons X, le plus notable étant la Lune, bien que la majorité du rayonnement X de la Lune provienne de la réflexion de rayons X du Soleil. On considère que la combinaison de nombreuses sources de rayonnement X non identifiées est à l'origine du rayonnement X de fond

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
A Broadband Imaging X-ray All-sky Survey (ABRIXAS) DLR 1999-04-2828 avril 1999 1999-07-011er juillet 1999 eo00549Orbite terrestre (549–598 km) [31],[32],[33]
Advanced Satellite for Cosmology and Astrophysics (ASCA) NASA & ISAS 1993-02-2020 février 1993 2001-03-22 mars 2001 eo00523.6Orbite terrestre (523,6–615,3 km) [34],[35]
AGILE ASI 2007-04-2323 avril 2007 eo00524Orbite terrestre (524–553 km) [7],[8]
Ariel V SRC & NASA 1974-10-1515 octobre 1974 1980-03-1414 mars 1980 eo00520Orbite terrestre (520 km) [36],[37]
Array of Low Energy X-ray Imaging Sensors (Alexis) LANL 1993-03-2525 avril 1993 2005-00-002005 eo00749Orbite terrestre (749–844 km) [38],[39],[40]
Aryabhata ISRO 1975-04-1919 avril 1975 1975-04-2323 avril 1975 eo00563Orbite terrestre (563–619 km) [41]
Astron IKI 1983-03-2323 mars 1983 1989-06-00juin 1989 eo02000Orbite terrestre (2 000—200 000 km) [42],[43],[44]
Astronomische Nederlandse Satelliet (ANS) SRON 1974-08-3030 août 1974 1976-06-00juin 1976 eo00266Orbite terrestre (266–1 176 km) [45],[46]
Astrosat ISRO 2009-04-00avril 2009 eo00650Orbite terrestre (650 km) [47]
Beppo-SAX ASI 1996-04-3030 avril 1996 2002-04-3030 avril 2002 eo00575Orbite terrestre (575–594 km) [48],[49],[50]
Broad Band X-ray Telescope (Astro 1) NASA 1990-12-22 décembre 1990 1990-12-1111 décembre 1990 eo00500Orbite terrestre (500 km) [51],[52]
Chandra NASA 1999-06-2323 juillet 1999 eo09942Orbite terrestre (9 942–140 000 km) [53],[54]
Constellation-X Observatory NASA TBA [55]
COS-B ESA 1975-08-099 août 1975 1982-04-2525 avril 1982 eo00339.6Orbite terrestre (339,6–99,876 km) [12],[13],[14]
Cosmic Radiation Satellite (CORSA) ISAS 1976-02-066 février 1976 1976-02-066 février 1976 Échec au lancement [56],[57]
Dark Universe Observatory NASA TBA eo00600Orbite terrestre (600 km) [58],[59]
Einstein Observatory (HEAO 2) NASA 1978-11-1313 novembre 1978 1981-04-2626 avril 1981 eo00465Orbite terrestre (465–476 km) [60],[61]
EXOSAT ESA 1983-05-2626 mai 1983 1986-04-088 avril 1986 eo00347Orbite terrestre (347–191 709 km) [62],[63],[64]
Ginga (Astro-C) ISAS 1987-02-055 février 1987 1991-11-011er novembre 1991 eo00517Orbite terrestre (517–708 km) [65],[66],[67]
Granat CNRS & IKI 1989-12-011er décembre 1989 1999-05-2525 mai 1999 eo02000Orbite terrestre (2 000–200 000 km) [17],[18],[19]
Hakucho ISAS 1979-02-2121 février 1979 1985-04-1616 avril 1985 eo00421Orbite terrestre (421–433 km) [68],[69],[70]
High Energy Astronomy Observatory 1 (HEAO 1) NASA 1977-08-1212 août 1977 1979-01-099 janvier 1979 eo00445Orbite terrestre (445 km) [71],[72],[73]
High Energy Astronomy Observatory 3 (HEAO 3) NASA 1979-09-2020 septembre 1979 1981-05-2929 mai 1981 eo00486.4Orbite terrestre (486,4–504,9 km) [4],[5],[5]
High Energy Transient Explorer 2 (HETE 2) NASA 2000-10-099 octobre 2000 eo00590Orbite terrestre (590–650 km) [20],[21],[22]
International Gamma-Ray Astrophysics Laboratory (INTEGRAL) ESA 2002-10-1717 octobre 2002 eo00639Orbite terrestre (639–153 000 km) [23],[24]
Nuclear Spectroscopic Telescope Array (NuSTAR) NASA 2012-06-1313 juin 2012 eo00525Orbite terrestre (525 km) [74]
ROSAT NASA & DLR 1990-06-011er juin 1990 1999-02-1212 février 1999 eo00580Orbite terrestre (580 km) [75],[76],[77]
Rossi X-ray Timing Explorer NASA 1995-12-3030 décembre 1995 eo00409Orbite terrestre (409 km) [78],[79]
Spectrum-X-Gamma IKI & NASA 2010-00-002010 [80]
Suzaku (ASTRO-E2) JAXA & NASA 2005-06-1010 juillet 2005 eo00550Orbite terrestre (550 km) [81],[82]
Swift Gamma Ray Burst Explorer NASA 2004-11-2020 novembre 2004 eo00585Orbite terrestre (585–604 km) [29],[30]
Tenma ISAS 1983-02-2020 février 1983 1989-01-1919 janvier 1989 eo00489Orbite terrestre (489–503 km) [83],[84],[85]
Third Small Astronomy Satellite (SAS-C) NASA 1975-05-077 mai 1975 1979-04-00avril 1979 eo00509Orbite terrestre (509–516 km) [86],[87],[88]
Uhuru NASA 1970-12-1212 décembre 1970 1973-03-00mars 1973 eo00531Orbite terrestre (531–572 km) [89],[90],[91]
X-Ray Evolving Universe Spectroscopy Mission (XEUS) ESA annuléannulé [92]
XMM-Newton ESA 1999-12-1010 décembre 1999 eo07365Orbite terrestre (7 365–114 000 km) [93],[94]

Télescope ultraviolet[modifier | modifier le code]

Les télescopes ultraviolet effectuent leurs observations dans la gamme des ondes ultraviolet c'est-à-dire entre 100 et 3 200 Å. La lumière dans ces longueurs d'onde est absorbée par l'atmosphère terrestre aussi les observations doivent être réalisées dans la haute atmosphère ou depuis l'espace[95]. Les objets célestes émettant un rayonnement ultraviolet comprennent le Soleil, les autres étoiles et les galaxies[96].

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
Astro-2 NASA 1993-04-022 mars 1993 1993-03-1818 mars 1993 eo00349Orbite terrestre (349–363 km) [97],[98]
Astron IKI 1983-03-2323 mars 1983 1989-06-00juin 1989 eo02000Orbite terrestre (2 000–200 000 km) [42],[43],[44]
Astronomische Nederlandse Satelliet (ANS) SRON 1974-08-3030 août 1974 1976-06-00juin 1976 eo00266Orbite terrestre (266–1 176 km) [45],[46]
Astrosat ISRO 2009-04-00avril 2009 eo00650Orbite terrestre (650 km) [47]
Broad Band X-ray Telescope / Astro 1 NASA 1990-12-022 décembre 1990 1990-12-1111 décembre 1990 eo00500Orbite terrestre (500 km) [51],[52]
Copernicus Observatory NASA 1972-08-2121 août 1972 1980-00-001980 eo00713Orbite terrestre (713–724 km) [99]
Cosmic Hot Interstellar Spectrometer (CHIPS) NASA 2003-01-1313 janvier 2003 eo00578Orbite terrestre (578–594 km) [100],[101]
Extreme Ultraviolet Explorer (EUVE) NASA 1992-06-077 juin 1992 2002-01-3030 janvier 2002 eo00515Orbite terrestre (515–527 km) [102],[103]
Far Ultraviolet Spectroscopic Explorer (FUSE) NASA & CNES & CSA 1999-06-2424 juin 1999 2007-07-1212 juillet 2007 eo00752Orbite terrestre (752–767 km) [104],[105]
Galaxy Evolution Explorer (GALEX) NASA 2003-04-2828 avril 2003 eo00691Orbite terrestre (691–697 km) [106],[107]
Hubble NASA 1990-04-2424 avril 1990 eo00586.47Orbite terrestre (586,47–610,44 km) [108]
International Ultraviolet Explorer (IUE) ESA & NASA & SERC 1978-01-2626 janvier 1978 1996-09-3030 septembre 1996 eo32050Orbite terrestre (32 050–52 254 km) [109],[110]
Korea Advanced Institute of Science and Technology Satellite 4 (Kaistsat 4) KARI 2003-09-2727 septembre 2003 eo00675Orbite terrestre (675–695 km) [111],[112]
OAO-2 NASA 1968-12-077 décembre 1968 1973-01-00janvier 1973 eo00749Orbite terrestre (749–758 km) [113],[99]
Swift Gamma Ray Burst Explorer (SWIFT) NASA 2004-11-2020 novembre 2004 eo00585Orbite terrestre (585–604 km) [29],[30]
Tel Aviv University Ultraviolet Explorer (TAUVEX) Agence spatiale israélienne ?? [114]
WSO-UV Roscosmos ?2015 Orbite géosynchrone [115]

Télescope en lumière visible[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astronomie.

L'astronomie en lumière visible est la forme la plus ancienne de l'observation des astres. Elle porte sur le rayonnement visible (entre 4 000 et 8 000 Å)[116]. Un télescope optique placé dans l'espace ne subit pas les déformations liées à la présence de l'atmosphère terrestre ce qui lui permet de fournir des images avec une résolution plus importante. Les télescopes optiques sont utilisés pour étudier, entre autres, les étoiles, les galaxies, les nébuleuses et les disques protoplanétaires [117].

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
Astrosat ISRO 2009-04-00avril 2009 eo00650Orbite terrestre (650 km) [47]
COROT CNES & ESA 2006-12-2727 décembre 2006 eo00872Orbite terrestre (872–884 km) [118],[119]
Dark Energy Space Telescope NASA & DOE non défini [120]
Gaia ESA prévu en 2013-12-1919 décembre 2013 lagrangeorbite terrestre [121]
Hipparcos ESA 1989-08-088 août 1989 1993-04-00mars 1993 eo00223Orbite terrestre (223–35 632 km) [122],[123],[124]
Hubble NASA 1990-04-2424 avril 1990 eo00586.47Orbite terrestre (586,47–610,44 km) [108]
Kepler NASA 2009-03-066 mars 2009 Earth-trailing heliocentric orbit [125],[126],[127]
MOST CSA 2003-06-3030 juin 2003 eo00819Orbite terrestre (819–832 km) [128],[129]
SIM Lite Astrometric Observatory NASA annulé [130]
Swift Gamma Ray Burst Explorer NASA 2004-11-2020 novembre 2004 eo00585Orbite terrestre (585–604 km) [29],[30]
Terrestrial Planet Finder NASA annulé [131]

Télescope infrarouge[modifier | modifier le code]

Le rayonnement infrarouge a une énergie plus faible que la lumière visible et est donc émis par des objets plus froids. Ce rayonnement permet d'observer les objets suivants : les étoiles froides dont les naines brunes, les nébuleuses et les galaxies avec un important décalage vers le rouge[132].

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
Akari (ASTRO-F) JAXA 2006-02-21février 21, 2006 eo00586.47Orbite terrestre (586,47–610,44 km) [133],[134]
Darwin ESA annulé lagrangePoint de Lagrange L2 [120]
Herschel ESA & NASA 2009-05-0614 mai 2009[135] lagrangePoint de Lagrange L2 [136],[137],[138]
IRAS NASA 1983-01-2525 janvier 1983 1983-11-2121 novembre 1983 eo00889Orbite terrestre (889–903 km) [139],[140]
Infrared Space Observatory (ISO) ESA 1995-11-1717 novembre 1995 1998-05-1616 mai 1998 eo01000Orbite terrestre (1 000–70 500 km) [141],[141],[142]
Infrared Telescope in Space ISAS & NASDA 1995-03-1818 mars 1995 1995-03-2525 avril 1995 eo00486Orbite terrestre (486 km) [143],[144]
James Webb Space Telescope NASA 2018-00-002018 [145]
Midcourse Space Experiment (MSX) USN 1996-04-2424 avril 1996 1997-02-2626 février 1997 eo00900Orbite terrestre (900 km) [146]
Spitzer Space Telescope NASA 2003-08-2525 août 2003 so0.98Orbite solaire (0,98–1,02 AU) [147],[148]
Submillimeter Wave Astronomy Satellite (SWAS) NASA 1998-12-066 décembre 1998 eo00638Orbite terrestre (638–651 km) [149],[150]
Terrestrial Planet Finder NASA TBA [131]
Wide Field Infrared Explorer (WIRE) NASA 1999-03-055 mars 1999 [151]
Wide-field Infrared Survey Explorer (WISE) NASA 2009 eo00500Orbite terrestre (500 km) [152],[153]

Ondes millimétriques et submillimétriques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Observation millimétrique.

Aux fréquences millimétriques, les photons sont très nombreux mais ont très peu d'énergie. Il faut donc en collecter beaucoup. Ce rayonnement permet de mesurer le fond diffus cosmologique, la distribution des radio-sources, ainsi que l'effet Sunyaev-Zel'dovich, ainsi que le rayonnement synchrotron et le rayonnement continu de freinage de notre galaxie.

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
COBE NASA 1989-11-1818 novembre 1989 1993-12-2323 décembre 1993 eo00900Orbite terrestre (900 km) [154],[155]
Odin SSC 2001-02-2020 février 2001 eo00622Orbite terrestre (622 km) [156],[157]
Planck ESA 2009-05-06 14 mai 2009 lagrangePoint de Lagrange L2 [158],[159],[137]
WMAP NASA 2001-06-3030 juin 2001 lagrangePoint de Lagrange L2 [160]

Radio-télescopes spatiaux[modifier | modifier le code]

L'atmosphère est transparente pour les ondes radio aussi les radio-télescopes placés dans l'espace sont utilisés généralement pour réaliser de l'interférométrie à très longue base. Un télescope est basé sur Terre tandis qu'un observatoire est placé dans l'espace : en synchronisant les signaux collectés par ces deux sources on simule un radio-télescope dont la taille serait la distance existant entre les deux instruments. Les observations effectuées avec ce type d'instrument portent sur les restes de supernovae, les lentilles gravitationnelles, les masers, les galaxies à sursaut de formation d'étoiles ainsi que beaucoup d'autres objets célestes.

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
Highly Advanced Laboratory for Communications and Astronomy (HALCA, or VSOP) ISAS 1997-02-1212 février 1997 2005-11-3030 novembre 2005 eo00560Orbite terrestre (560–21 400 km) [161],[162],[163]
RadioAstron IKI 2011 eo10000Orbite terrestre (10 000–390 000 km) [164],[165]
VSOP-2 JAXA 2012-00-002012 [120]

Détection de particules[modifier | modifier le code]

Certains observatoires spatiaux sont spécialisés dans la détection du rayonnement cosmique et des électrons. Ceux-ci peuvent être émis par le Soleil, notre galaxie (rayonnement cosmique) et des sources extra-galactiques (rayonnement cosmique extra-galactique). Il existe également un rayonnement cosmique à haute énergie émis par les noyaux des galaxies actives.

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
High Energy Astrophysics Observatory 3 (HEAO 3) NASA 1979-09-2020 septembre 1979 1981-05-2929 mai 1981 eo0046.4Orbite terrestre (486,4–504,9 km) [4],[5],[5]
Astromag Free-Flyer NASA 2005-01-011er janvier 2005 eo00500Orbite terrestre (500 km) [166],[167]
Payload for Antimatter Matter Exploration and Light-nuclei Astrophysics (PAMELA) ASI, INFN, RSA, DLR & SNSB 2006-05-1515 mai 2006 eo00350Orbite terrestre (350–610 km) [168],[169]
Spectromètre magnétique Alpha (AMS) ESA & NASA 2011-04-1916 mai 2011 eo00330Station spatiale internationale (Orbite terrestre 330–410 km)

Ondes gravitationnelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onde gravitationnelle.

L’observation des ondes gravitationnelles, prédites par la relativité générale, est un nouveau domaine. Le premier observatoire spatial, LISA (Laser Interferometer Space Antenna), doit être lancé par l’Agence spatiale européenne et la NASA en 2017. Les ondes gravitationnelles n'ont jamais pu être observées directement par les observatoires dédiés créés au sol du fait de sa très faible intensité. Le télescope utilise la technique de l'interférométrie.

Nom Agence spatiale Date de lancement Fin de mission Emplacement Ref(s)
Laser Interferometer Space Antenna (LISA) NASA / ESA projet so1Orbite solaire (environ UA ; sur l'orbite terrestre) [170]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. CNES Sciences : page Astronomie
  2. NASA : ""A Brief History of the Hubble Space Telescope""
  3. « Gamma rays », NASA (consulté le 1 mars 2008)
  4. a, b et c « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (HEAO 3) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  5. a, b, c, d et e « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (HEAO 3) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  6. « The High Energy Astrophysics Observatory-3 (HEAO-3) », NASA,‎ 26 juin 2003 (consulté le 27 février 2008)
  7. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (AGILE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  8. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (AGILE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  9. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Compton Gamma Ray Observatory) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  10. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Compton Gamma Ray Observatory) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  11. (en) « CGRO Science Support Center », NASA (consulté le 27 février 2008)
  12. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (COS-B) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  13. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (COS-B) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  14. a et b (en) « ESA - Space Science - Cos-B overview », ESA (consulté le 28 février 2008)
  15. (en) « The Gamma Satellite », NASA (consulté le 29 février 2008)
  16. (en) « GLAST Overview - The GLAST Mission », NASA,‎ 19 décembre 2007 (consulté le 27 février 2008)
  17. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (GRANAT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  18. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (GRANAT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  19. a et b (en) « 1999 Reentries » [PDF], The Aerospace Corporation, Center for Orbital and Reentry Debris Studies (consulté le 26 février 2008)
  20. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (HETE 2) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  21. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (HETE 2) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  22. a et b (en) « The High Energy Transient Explorer (HETE-2) », Massachusetts Institute of Technology,‎ 28 mars 2007 (consulté le 27 février 2008)
  23. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (INTEGRAL) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  24. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (INTEGRAL) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  25. (en) « Instrumentation: Low Energy Gamma Ray Imager (LEGRI) », Birmingham University,‎ 24 janvier 2006 (consulté le 27 février 2008)
  26. (en) « LEGRI », NASA,‎ 4 décembre 1997 (consulté le 28 février 2008)
  27. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (SAS-B) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  28. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (SAS-B) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  29. a, b, c et d (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Swift) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  30. a, b, c et d (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Swift) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  31. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ABRIXAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  32. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (ABRIXAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  33. (en) « ABRIXAS », Astronautix.com (consulté le 28 février 2008)
  34. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ASCA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  35. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (ASCA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  36. (en) « The Ariel V Satellite », NASA (consulté le 29 février 2008)
  37. (en) « The Ariel V Satellite - About », NASA (consulté le 29 février 2008)
  38. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Alexis) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  39. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Alexis) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  40. « AeroAstro Returning to Space With Launch of STPSat-1 This Fall », Space.com,‎ 5 juin 2006 (consulté le 28 février 2008)
  41. (en) « The Aryabhata Satellite », NASA (consulté le 29 février 2008)
  42. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ASTRON) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  43. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (ASTRON) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  44. a et b (en) « The Astron Satellite », NASA (consulté le 28 février 2008)
  45. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ANS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  46. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (ANS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  47. a, b et c (en) « ASTROSAT - An Indian Multiwave Astronomy Satellite », Inter-University Centre for Astronomy and Astrophysics (en) (consulté le 28 février 2008)
  48. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (BeppoSAX) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  49. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (BeppoSAX) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  50. (en) « HEASARC: BeppoSAX Guest Observer Facility », NASA (consulté le 28 février 2008)
  51. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Astro 1) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  52. a et b (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Astro 1) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  53. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Chandra) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  54. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Chandra) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  55. (en) « Official NASA Constellation-X Home Page », NASA (consulté le 28 février 2008)
  56. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (CORSA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  57. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (CORSA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  58. (en) « Dark Universe Observatory » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sonoma State University (en)
  59. (en) « Dark Universe Observatory - About the Launch Vehicle and Orbit » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sonoma State University
  60. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Einstein Observatory) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  61. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Einstein Observatory) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  62. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Exosat) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  63. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Exosat) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  64. (en) « ESA Science & Technology: Exosat », ESA (consulté le 28 février 2008)
  65. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Astro-C) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  66. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Astro-C) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  67. (en) « The Ginga Observatory », NASA (consulté le 28 février 2008)
  68. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Hakucho) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  69. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Hakucho) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  70. (en) « The Hakucho (CORSA-B) Satellite », NASA (consulté le 28 février 2008)
  71. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (HEAO 1) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  72. (en) « The High Energy Astrophysics Observatory-1 - Overview », NASA (consulté le 28 février 2008)
  73. (en) « The High Energy Astrophysics Observatory-1 - Mission Overview », NASA (consulté le 28 février 2008)
  74. « NuSTAR Quickfacts » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), California Institute of Technology. Consulté le 2008-02-28
  75. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ROSAT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  76. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (ROSAT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  77. (en) « The Roentgen Satellite », NASA (consulté le 28 février 2008)
  78. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (X-Ray Timing Explorer) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  79. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (X-Ray Timing Explorer) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  80. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Spectrum-X-Gamma) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  81. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Suzaku) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  82. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Suzaku) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  83. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Tenma) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  84. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Tenma) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  85. (en) « Institute of Space and Astronautical Science - JAXA - Tenma » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), JAXA
  86. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (SAS-C) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  87. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (SAS-C) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  88. (en) « The Third Small Astronomy Satellite (SAS-3) », NASA (consulté le 28 février 2008)
  89. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Uhuru) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  90. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Uhuru) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  91. (en) « The Uhuru Satellite », NASA (consulté le 28 février 2008)
  92. (en) « KEUS - The X-Ray Evolving Universe Spectroscopy Mission », ESA (consulté le 28 février 2008)
  93. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (XMM-Newton) », NASA (consulté le 25 février 2008)
  94. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (XMM-Newton) », NASA (consulté le 25 février 2008)
  95. (en) A. N. Cox, editor, Allen's Astrophysical Quantities, New York, Springer-Verlag,‎ 2000, 4e éd., relié (ISBN 978-0-387-98746-0, LCCN 98053154)
  96. (en) « Ultraviolet Waves », NASA (consulté le 28 février 2008)
  97. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Astro 2) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  98. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Astro 2) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  99. a et b (en) David Darling, « Orbiting Astronomical Observatory (OAO) in the Internet Encyclopedia of Science » (consulté le 28 février 2008)
  100. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (CHIPS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  101. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (CHIPS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  102. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (EUVE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  103. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (EUVE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  104. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (FUSE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  105. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (FUSE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  106. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (GALEX) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  107. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (GALEX) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  108. a et b (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Hubble Space Telescope) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  109. (en) « ESA Science & Technology: IUE », ESA (consulté le 29 février 2008)
  110. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (IUE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  111. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Kaistsat 4) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  112. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Kaistsat 4) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  113. (en) « Orbiting Astronomical Observatory OAO-2 », University of Wisconsin-Madison (consulté le 28 février 2008)
  114. (en) « TAUVEX: UV Astronomy Mission », Indian Institute of Astronomy (consulté le 28 février 2008)
  115. (en) « SCIENTIFIC PAYLOAD », sur site officiel (consulté le 20 octobre 2012)
  116. (en) P. Moore, Philip's Atlas of the Universe, Great Britain, George Philis Limited,‎ 1997 (ISBN 978-0-540-07465-5)
  117. « HubbleSite - The Telescope - Hubble Essentials », NASA (consulté le 1 mars 2008)
  118. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (COROT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  119. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (COROT) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  120. a, b et c (en) « Destiny JDEM Mission Public Page », National Optical Astronomy Observatory (consulté le 28 février 2008)
  121. (en) « ESA - Space Science - Gaia overview », ESA (consulté le 28 février 2008)
  122. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Hipparcus) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  123. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Hipparcus) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  124. (en) « The Hipparcos Space Astrometry Mission », ESA (consulté le 28 février 2008)
  125. Staff writers, « Nasa launches Earth hunter probe », BBC News,‎ 7 mars 2009 (consulté le 14 mars 2009)
  126. « Kepler Mission », NASA (consulté le 28 février 2008)
  127. (en) « Kepler - About - Mission News » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), NASA
  128. « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (MOST) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  129. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (MOST) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  130. « SIM Lite JPL », NASA (consulté le 19 mars 2009)
  131. a et b (en) « Planet Quest: Missions - Terrestrial Planet Finder », NASA (consulté le 3 mars 2008)
  132. (en) « Cool Cosmos », California Institute of Technology (consulté le 1 mars 2008)
  133. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Akari) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  134. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Akari) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  135. « Jet Propulsion Laboratory Herschel Mission News », Herschel.jpl.nasa.gov (consulté le 19 août 2009)
  136. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Herschel Space Observatory) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  137. a et b « Planck - Home Page », ESA,‎ 6 mars 2008 (consulté le 15 mars 2008)
  138. « Herschel Science Centre - A short Herschel mission overview », ESA,‎ 20 novembre 2007 (consulté le 15 mars 2008)
  139. « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (IRAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  140. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (IRAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  141. a et b « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (ISO) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  142. « ESA Science & Technology: ISO », ESA (consulté le 28 février 2008)
  143. (en) « IRTS Home Page », Institute of Space and Astronautical Science (consulté le 29 février 2008)
  144. Hiroshi Murakami et al., « The IRTS (Infrared Telescope in Space) Mission », Publications of the Astronomical Society of Japan, vol. 48,‎ octobre 1996, p. L41–L46 (lire en ligne)
  145. « The James Webb Space Telescope », NASA (consulté le 28 février 2008)
  146. « MSX Project Page », Infrared Processing and Analysis Center (consulté le 29 février 2008)
  147. « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Spitzer) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  148. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Spitzer) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  149. « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (SWAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  150. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (SWAS) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  151. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (WIRE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  152. « WISE: Wide-Field Infrared Survey Explorer », University of California, Los Angeles (consulté le 3 mars 2008)
  153. « WISE - Mapping the Infrared Sky » [PDF], NASA (consulté le 3 mars 2008)
  154. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (COBE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  155. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (COBE) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  156. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Odin) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  157. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Odin) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  158. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (PLANCK) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  159. (en) « Planck - Home Page », ESA (consulté le 28 février 2008)
  160. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (WMAP) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  161. (en) « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (HALCA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  162. (en) « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (HALCA) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  163. (en) « Minutes of VSOP-2 Tracking Station Meeting, 10/31-11/01/06 » [PDF], National Astronomical Observatory of Japan (consulté le 28 février 2008)
  164. (en) « Description of the RadioAstron project », Institut de recherche spatiale de l'Académie des sciences de Russie (consulté le 28 février 2008)
  165. (en) « Description of the RadioAstron project - Orbit », Institut de recherche spatiale de l'Académie des sciences de Russie (consulté le 28 février 2008)
  166. « NASA - NSSD - Spacecraft - Trajectory Details (Astromag FF) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  167. « NASA - NSSDC - Spacecraft - Details (Astromag-F) », NASA (consulté le 27 février 2008)
  168. « PAMELA Mission Official Website », Istituto Nazionale di Fisica Nucleare (consulté le 9 mars 2008)
  169. « PAMELA Mission Official Website - Partners », Istituto Nazionale di Fisica Nucleare (consulté le 9 mars 2008)
  170. « ESA Science & Technology: LISA », ESA (consulté le 27 février 2008)