Orbiting Carbon Observatory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Orbiting Carbon Observatory

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vue d'artiste

Caractéristiques
Organisation NASA
Domaine Cartographie du dioxyde de carbone terrestre
Masse 450 kg
Lancement début juillet 2014
Lanceur Delta II
Durée 2 ans
Autres noms OCO, OCO-2
Orbite polaire
Altitude 700 km
Programme EOS
Site http://oco.jpl.nasa.gov/
Principaux instruments
x spectromètres

L'Orbiting Carbon Observatory (OCO) est un satellite de télédétection de la NASA qui devait effectuer des mesures de la quantité de dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère terrestre. Cette mission spatiale fait partie du programme Earth Observing System qui regroupe un ensemble de satellites de la NASA chargés de collecter, sur de longues périodes, des données sur la surface de la Terre, la biosphère, l'atmosphère terrestre et les océans de la Terre. Un premier exemplaire du satellite est perdu au cours de son lancement le 24 février 2009. En mars 2010, la NASA a décidé de fabriquer et lancer un nouvel exemplaire du satellite, baptisé OCO-2, copie de l'exemplaire perdu. Son lancement est prévu en fin juin 2014.

Description de la mission[modifier | modifier le code]

Les mesures effectuées par OCO doit pour la première fois la distribution géographique des sources de dioxyde de carbone et des puits de carbone naturels à une échelle régionale[1]. Les données recueillies devaient permettre d'améliorer notre compréhension du cycle du carbone, des processus naturels et les activités humaines qui contribuent à modifier l'abondance et la distribution géographique des gaz à effet de serre. Cette modélisation améliorée devait permettre en retour de réaliser des prévisions plus fiables de l'évolution de la quantité et de la distribution géographique du dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre et l'incidence de ces modifications sur le climat de la Terre.

Durant sa mission prévue sur une durée de 2 ans, le satellite est placé sur une orbite polaire de 700 km d'altitude de manière à pouvoir observer pratiquement l'ensemble de la surface de la Terre tous les 16 jours. Il vole en formation avec le A-train, une série de satellites dédiés à l'observation de l'atmosphère terrestre. Cette configuration permet aux scientifiques de corréler les mesures effectués par les différents satellites. Les scientifiques exploitant les données d'OCO doivent notamment utiliser les mesures effectuées par l'instrument Atmospheric Infrared Sounder (AIRS) placé sur le satellite Aqua du A-train.

Caractéristiques du satellite[modifier | modifier le code]

Le satellite utilise une plateforme LeoStar-2 d'Orbital qui a déjà été mise en œuvre pour les missions SORCE et GALEX. La structure du satellite est en aluminium et a la forme d'un hexagone de 1 mètre de diamètre et de 2 mètres de long. Deux panneaux solaires orientables d'une envergure de 3 mètres sont attachés de part et d'autre du corps du satellite. La masse totale est d'environ 450 kg[2].

Instruments[modifier | modifier le code]

Le satellite comporte un seul instrument qui doit permettre d'effectuer la mesure la plus précise jamais faite du dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère terrestre. Cet instrument est composé de trois spectromètres à haute résolution placés en parallèle alimentés par un télescope commun. Les spectromètres effectuent des mesures simultanées de l'absorption de la lumière solaire par le dioxyde de carbone et l'oxygène moléculaire dans le proche infrarouge : lorsque la lumière du soleil après avoir traversé l'atmosphère terrestre est réfléchie par la Terre, les molécules des gaz présents dans l'atmosphère absorbent certaines des longueurs d'onde. Le spectre lumineux qui en résulte est incomplet et la position de ces trous reflète la nature des gaz traversés. Chacun des spectromètres effectue sa mesure sur une gamme de longueurs d'ondes donnée. En mesurant de manière fine la quantité de lumière absorbée pour les longueurs d'ondes caractérisant le dioxyde de carbone, OCO permet de calculer avec une très grande précision le nombre de molécules présentes le long du chemin parcouru par le rayon lumineux depuis la limite supérieure de l'atmosphère jusqu'au sol. Pour prendre en compte la grande vitesse de déplacement du satellite, combiné au fait que les concentrations de CO2 varient d'un lieu à l'autre, les mesures sont effectuées 3 fois par seconde[3].

Le A-Train en 2013.

Déroulement du projet et de la mission[modifier | modifier le code]

La mission, qui a couté initialement 280 million US $[4], fait partie du programme Pathfinder de la NASA dédié aux sciences du système terrestre[5].et est gérée par le Jet Propulsion Laboratory à Pasadena en Californie.

Un premier exemplaire du satellite est perdu au cours de son lancement, le 24 février 2009, à la suite de l'échec de la séparation de la coiffe du lanceur Taurus [6] chargé de la placer sur orbite. En décembre 2009, le Congrès américain alloue 50 millions $ pour faire construire une copie du satellite perdu. La construction du nouveau satellite, baptisé OCO-2, débute en octobre 2010. En juillet la NASA décide d'utiliser les trois derniers lanceurs Delta II en stock dont la construction a été arrêtée. Il est prévu que le satellite OCO-2 soit placé en orbite début juillet 2014 par une fusée Delta II 7320-10C tirée depuis la base de lancement de Vandenberg[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]