SMAP (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SMAP

Description de l'image  SMAP generic.jpg.
Caractéristiques
Organisation NASA
Domaine Observation de la Terre
Lancement 2013
Orbite Orbite héliosynchrone

SMAP (Soil Moisture Active and Passive mission) est une mission d'observation de la Terre scientifique de la NASA utilisant un satellite de télédétection dont le lancement est prévu en 2014. Cette mission spatiale fait partie du programme Earth Observing System qui regroupe un ensemble de satellites de la NASA chargés de collecter des données sur de longues périodes sur la surface de la Terre, la biosphère, l'atmosphère terrestre et les océans de la Terre.

Mission[modifier | modifier le code]

Le satellite SMAP doit effectuer des mesures d'humidité du sol de la surface terrestre, ainsi que de leur état (gel-dégel). Placé sur une orbite héliosynchrone, SMAP réalise une couverture quasi complète du globe terrestre et repasse au-dessus de la même zone tous les 2 à 3 jours. Les mesures de SMAP seront couplées avec des modèles hydrologiques pour en déduire les conditions d'humidité au sol dans la zone racinaire. Ces mesures permettront aux utilisateurs de la communauté scientifique de :

  • Comprendre les processus qui lient l'eau et les cycles énergétiques et carbonés.
  • Estimer de façon globale la quantité d'eau et les flux d'énergie à la surface du sol terrestre.
  • Quantifier le flux net de carbone dans les régions polaires.
  • Améliorer les capacités de prévision météorologiques et climatiques.
  • Développer les capacités de prévision des inondations et de gestion des sécheresses.

Il est prévu que la mission du satellite SMAP dure au moins 3 ans. Une campagne de validation puis des programmes d'applications scientifiques seront mis en œuvre. Les données scientifiques recueillies par la mission pourront être consultées par le public dans les centres de données de la NASA.

Instruments scientifiques[modifier | modifier le code]

SMAP emporte deux instruments scientifiques :

  • un radiomètre passif en bande L.
  • un radar à ouverture réelle utilisant plusieurs faisceaux polarisés en bande L dans la bande de fréquence 1.20-1.41 GHz.

Les deux instruments partagent la même antenne, qui est constituée d'une source et d'un réflecteur parabolique de 6 mètres de diamètre. L'angle de visée de l'antenne est dépointé par rapport à l'axe nadir du satellite, et l'antenne subit une rotation de 14,6 tours par minute autour de cet axe. Ce mouvement imprimé à l'antenne permet à son faisceau d'effectuer un balayage conique.

Le grand réflecteur déployable de 6 mètres est développé par la société américaine Northrop Grumman[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Écouter cet article (info sur le fichier)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]