Suzaku (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suzaku.

Suzaku

Description de cette image, également commentée ci-après

L'observatoire à rayons X Suzaku

Caractéristiques
Organisation Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA)
Domaine Observation
Masse 1706 kg
Lancement 2005-07-10, 03:30:00 UTC
Lanceur M-V-6
Autres noms ASTRO-EII
Orbite Circulaire
Altitude 550,0 km
Période 96 minutes
Inclinaison 31°
Index NSSDC 2005-025A
Site www.jaxa.jp/projects/sat/astro_e2

Suzaku ou ASTRO-E2 est un télescope spatial à rayons X développé par les agences spatiales japonaises Institute of Space and Astronautical Science (ISAS) et Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) qui a été lancé le 10 juillet 2005 par une fusée M-V-6 depuis le Centre spatial de Uchinoura. Un premier lancement effectué par un lanceur M-V-4 le 10 février 2000 avait été un échec et une copie du satellite fut construite pour remplacer le télescope perdu[1].

Le satellite emporte cinq télescopes à rayons X mous et un télescope à rayons X durs. L'instrument principal XRS est un spectromètre à haute résolution pour rayonnement X. C'est une réalisation conjointe de la JAXA et de la NASA.

Après son lancement le satellite fonctionne parfaitement durant les deux premières semaines.

Durant cette phase de qualification, l'instrument XRS, premier spectromètre X à microcalorimètres (bolomètres) à être placé en orbite, atteint la température de 60 mK. Cette température record pour un satellite en orbite est obtenue grâce à un système de refroidissement à 4 étages comprenant : un refroidisseur Stirling, un cryostat à Néon solide (17 K), un cryostat à hélium superfluide (1,3 K) et un réfrigérateur à désaimantation adiabatique[2] (60 mK). L'élément réfrigérant de ce dernier, un sel paramagnétique de 920 g en alun de fer et d'ammonium, devant être recyclé pendant 49 minutes toutes les 38 heures, le temps utile pour les expériences est estimé à 97.9%, avec une régulation de température au μK près. Une résolution de 7 eV sur les raies d'une source X de 55Fe (5900 eV) est reportée en vol sur chacun des 32 détecteurs embarqués (microcalorimètres à cible HgTe). L'action des rayons cosmiques explique cette légère dégradation par rapport aux mesures de qualification sol (résolution de 6 eV)[3].

À partir du 29 juillet 2005 des dysfonctionnements dans la chaîne de refroidissement cryogénique de XRS se manifestent. Elles aboutissent le 8 août 2005 à l'évaporation complète de l'hélium liquide utilisé pour refroidir les détecteurs de l'instrument principal XRS, entrainant l'arrêt de celui-ci. Les deux autres instruments, XIS et HXD, ne sont pas touchés. Il est prévu qu'une nouvelle version du XRS, SXS (Soft X-Ray Spectrometer), soit installée dans le futur observatoire spatial à rayons X, ASTRO-H, dont le lancement est planifié en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kevin Boyce, « ASTRO-E Launch », NASA Goddard Space Flight Center,‎ 2005 (consulté le 2 mars 2010)
  2. J. Bossy, « Refroidissement par Désaimantation Adiabatique», cours donné à l'école sur la Détection des Rayonnements à Très Basse Température (DRTBT-1999)
  3. R.L. Kelley et al., « The Suzaku High Resolution X-Ray Spectrometer », Publ. Astron. Soc. Jap. 59 (2007) S77-S112

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]