Suzaku (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suzaku.

Suzaku

Description de cette image, également commentée ci-après

L'observatoire à rayons X Suzaku

Caractéristiques
Organisation Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA)
Domaine Observation
Masse 1706 kg
Lancement 2005-07-10, 03:30:00 UTC
Lanceur M-V-6
Autres noms ASTRO-EII
Orbite Circulaire
Altitude 550,0 km
Période 96 minutes
Inclinaison 31°
Index NSSDC 2005-025A
Site www.jaxa.jp/projects/sat/astro_e2

Suzaku ou ASTRO-E2 est un télescope spatial à rayons X développé par les agences spatiales japonaises Institute of Space and Astronautical Science (ISAS) et Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) qui a été lancé le 10 juillet 2005 par une fusée M-V-6 depuis le Centre spatial de Uchinoura. Un premier lancement effectué par un lanceur M-V-4 le 10 février 2000 avait été un échec et une copie du satellite fut construite pour remplacer le télescope perdu[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le satellite emporte cinq télescopes à rayons X mous et un télescope à rayons X durs. L'instrument principal XRS est un spectromètre à haute résolution pour rayonnement X. C'est une réalisation conjointe de la JAXA et de la NASA.

Le détecteur infrarouge est porté à la température de 60 mK. Cette température record pour un satellite en orbite est obtenue grâce à un système de refroidissement à 4 étages comprenant : un refroidisseur Stirling, un cryostat à Néon solide (17 K), un cryostat à hélium superfluide (1,3 K) et un réfrigérateur à désaimantation adiabatique[2] (60 mK). L'élément réfrigérant de ce dernier, un sel paramagnétique de 920 g en alun de fer et d'ammonium, devant être recyclé pendant 49 minutes toutes les 38 heures, le temps utile pour les expériences est estimé à 97.9%, avec une régulation de température au μK près. Une résolution de 7 eV sur les raies d'une source X de 55Fe (5900 eV) est reportée en vol sur chacun des 32 détecteurs embarqués (microcalorimètres à cible HgTe). L'action des rayons cosmiques explique cette légère dégradation par rapport aux mesures de qualification sol (résolution de 6 eV)[3].

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Après son lancement le satellite fonctionne parfaitement durant les deux premières semaines. Durant cette phase de qualification, l'instrument XRS, premier spectromètre X à microcalorimètres (bolomètres) à être placé en orbite, atteint la température de 60 mK. À partir du 29 juillet 2005 des dysfonctionnements dans la chaîne de refroidissement cryogénique de XRS se manifestent. Elles aboutissent le 8 août 2005 à l'évaporation complète de l'hélium liquide utilisé pour refroidir les détecteurs de l'instrument principal XRS, entrainant l'arrêt de celui-ci. Les deux autres instruments, XIS et HXD, ne sont pas touchés. Il est prévu qu'une nouvelle version du XRS, SXS (Soft X-Ray Spectrometer), soit installée dans le futur observatoire spatial à rayons X, ASTRO-H, dont le lancement est planifié en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kevin Boyce, « ASTRO-E Launch », NASA Goddard Space Flight Center,‎ 2005 (consulté le 2 mars 2010)
  2. J. Bossy, « Refroidissement par Désaimantation Adiabatique», cours donné à l'école sur la Détection des Rayonnements à Très Basse Température (DRTBT-1999)
  3. R.L. Kelley et al., « The Suzaku High Resolution X-Ray Spectrometer », Publ. Astron. Soc. Jap. 59 (2007) S77-S112

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]