Spektr-RG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maquette de Spektr-RG présentée au salon du Bourget 2011.

Spektr-RG (Spectre X Gamma) ou SRG ou SXG est un observatoire spatial rayons X et gamma russe développé en coopération avec l'Allemagne qui doit être lancé vers 2016.

Premier projet[modifier | modifier le code]

Le projet Spektr-RG est lancé dans les années 1990 à la demande de l'Académie des sciences de Russie. Mi 1990, une vingtaine de pays sont impliqués dans le développement de l'observatoire. Celui-ci d'une masse de 6 tonnes dont 2,75 tonnes pour l'instrumentation scientifique, doit comprendre 5 télescopes (SODART, JET-X, MART-LIME, FUVITA, TAUVEX), ainsi qu'un système de surveillance de l'ensemble de la voute céleste dans le rayonnement Gamma et X. Il doit être lancé par une fusée Proton et placé sur une orbite très elliptique de 200 000 × 500 km. Mais le projet est bientôt paralysé par la crise économique qui ravage la Russie durant les années 1990. Le lancement est sans cesse retardé entre 1996 et 2002. Finalement le gouvernement russe annonce son annulation en février 2002 alors que les laboratoires étrangers ont investi près de 300 millions de $ dans trois des télescopes qui devaient être embarqués. En compensation, le gouvernement russe accepte de lancer gratuitement en 2002 le télescope européen INTEGRAL qui utilise les composants développés par les pays européens . Certains des instruments développés par les laboratoires russes pour l'observatoire terminent leur carrière au musée[1].

Renaissance du projet[modifier | modifier le code]

L'économie de la Russie se redresse au cours des années 2000 et de l'argent est réinjecté dans les missions spatiales scientifiques. L'observatoire de radio-astronomie Spektr-R, prioritaire est lancé en 2011. Le projet Spektr-RG est refondu avec une charge utile réduite. D'une masse de 2 tonnes il doit utiliser la même plateforme Navigator de Lavotchkine que Spektr-R. Il comprend deux télescopes : eROSITA développé par l'Institut Max-Planck de physique extraterrestre en Allemagne et ART-XC développé par la Russie. Contrairement aux télescopes travaillant dans la même partie du spectre électromagnétique comme XMM-Newton ou Chandra dont les observations s'effectuent sur un champ étroit, son optique grand angle lui permet de dresser une carte des sources de rayons X de l'ensemble de la voute céleste 30 fois plus précise que ce qui existe. Le satellite doit être placé au point de Lagrange L2 idéal pour ce type d'observation. Malgré une rallonge budgétaire octroyée par l'état russe en 2005 le calendrier du nouveau projet continue de glisser. Prévu initialement en 2006 le lancement est repoussé successivement en 2007, 2008, 2011, 2013 et devrait finalement intervenir en 2016. Le satellite pourrait être mis en orbite par un lanceur Zenit depuis le cosmodrome de Baïkonour ou par un lanceur Soyouz depuis la base de lancement de Kourou[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Spektr-RG », sur Russianspaceweb.com (consulté en 9 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]