Aide (hockey sur glace)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce schéma, le joueur bleu sur la droite est crédité d'une aide, tandis que le joueur bleu sur la gauche est crédité du but.

Au hockey sur glace, lorsqu'une équipe inscrit un but, une aide (aussi appelée assistance ou passe décisive) est attribuée aux deux joueurs précédents qui ont touché (ou dévié) le palet (rondelle) vers le buteur.

Généralités[modifier | modifier le code]

Il ne peut pas y avoir plus de deux aides par but[1],[2] :

  • la première aide est accordée au coéquipier qui a touché le palet juste avant le joueur qui a marqué,
  • la seconde est accordée à celui qui l'a touché avant la première aide.

Si l'équipe adverse a la possession de la rondelle (autrement qu'en l'effleurant ou en la déviant) et la perd pour le joueur qui a marqué, le but est accordé sans mention d'aide. Un joueur ne peut compter qu'une seule aide sur chaque but.

L'aide, au même titre que le but, compte un point pour le joueur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois passes sur un but[modifier | modifier le code]

Lors de la première saison de la Ligue nationale de hockey, en 1917-1918, aucune mention d'aide n'est notée. Au cours des cinq saisons qui suivent, elles sont notées de manière aléatoire. Sans raison évidente, lors de la saison 1935-1936, jusqu'à trois mentions d'aides sont comptabilisées[3].

Ainsi, lors des séries de la Ligue nationale de hockey de 1936, trois aides sont comptées au cours d'un même but pour les Bruins de Boston. Eddie Shore inscrit le deuxième but de la partie, Bill Cowley, Babe Siebert et Dit Clapper sont tous les trois crédités d'une aide[4],[5].

L’hypothèse d'une erreur dans les journaux de l'époque est envisageable mais est contredite par les statistiques des joueurs. En effet, les Bruins sont éliminés dès ce premier tour des séries et lors du deuxième match de la série, aucun des trois joueurs de l'équipe n'inscrit une aide alors que les Bruins sont défaits 8-3 par les Maple Leafs de Toronto[6]. Malgré tout, Cowley, Siebert et Clapper sont tous les trois crédités d'une passe et donc d'un point par les différentes références[7],[8],[9].

Un essai à une passe[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2006-2007, le championnat élite de République tchèque, l'Extraliga décide de ne compter que la dernière passe décisive[10]. Après deux saisons, cette règle est abandonnée et revient à la règle classique pour 2008-2009[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NHL Rulebook, Rule 33.2 - Goals and Assists », sur NHL.com (consulté le 28 mai 2012)
  2. (en) « NHL Rulebook, Rule 78 - Goals », sur NHL.com (consulté le 28 mai 2012)
  3. Diamond 1998, p. 622
  4. « Boston et Américain prennent une avance de 3 points », La Patrie,‎ 25 mars 1936, p. 23 (lire en ligne)
  5. (en) « Defence brilliant as Bruins Triumph », The Montreal Gazette,‎ 25 avril 1936, p. 14 (lire en ligne)
  6. « Toronto fera face à l'Américain dans la semi-finale », La Patrie,‎ 27 mars 1936, p. 23 (lire en ligne)
  7. Statistiques de Bill Cowley sur
  8. Statistiques de Babe Siebert sur
  9. Statistiques de Dit Clapper sur
  10. Joeri Loonen, « New season; new rules », sur www.eurohockey.net,‎ 11 juin 2006 (consulté le 28 mai 2012)
  11. Marc Branchu, « Championnat de République tchèque 2008/09 », sur Hockey archives (consulté le 28 mai 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1879 p. (ISBN 978-0836271140)