Dave Keon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Michael Keon plus connu sous le nom Dave Keon (né le 22 mars 1940 à Rouyn-Noranda dans la province de Québec au Canada) est un joueur de hockey sur glace canadien. Il est un des plus grands joueurs de hockey de l'histoire des Maple Leafs de Toronto, dans la ligue nationale de hockey, pour lesquels il a joué de 1960 à 1975. Il est le capitaine de l'équipe entre 1969 à 1975, de plus, il remporte la Coupe Stanley à plusieurs reprises avec cette équipe. Il quitte cette équipe seulement à cause des actions et des propos du propriétaire de l'époque, Harold Ballard. Après avoir joué avec les Leafs, il rejoint l'association mondiale de hockey pour jouer avec les Fighting Saints du Minnesota, les Racers d'Indianapolis puis les Whalers de la Nouvelle-Angleterre. Lorsque l'AMH met fin à ses activités, il suit les Whalers dans la LNH. En 1986, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey en tant que joueur.

Type de joueur[modifier | modifier le code]

Dave Keon est quelquefois considéré comme un des premiers à jouer un style pivot défensif, comme par exemple Guy Carbonneau, il était bon des deux côtés de la patinoire. Il est également reconnu pour bien écouler les pénalités[1]. Il est considéré comme ayant un des meilleurs tirs du revers et un tir très puissant, ce dernier est redouté des gardiens de buts adverses. Il est très rapide et agile sur ses patins. Durant sa carrière, il a utilisé sa vitesse pour éviter toute blessure sérieuse, pour ce faire, il évitait leur mise en échec. Sa vitesse, quant à elle, lui servait à écouler les pénalités[2]. Malgré sa petite taille, 1,75 mètre[3], il a réussi à être bon des deux côtés de la patinoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né à Noranda au Québec en 1940, David Michael Keon s'est fait remarquer tôt, durant son adolescence, par l'organisation des Red Wings de Détroit. Ses parents, ne voulant pas qu'il déménage aussi loin de chez eux, décident qu'il doit d'attendre au moins une année de plus. Cette décision permet à Dave de se faire remarquer par les Maple Leafs de Toronto, alors il prend le chemin de Toronto pour se joindre à une équipe de l'Association de hockey de l'Ontario basée dans cette ville, les St. Michael's Majors[2].

Carrière junior[modifier | modifier le code]

Dave Keon a joué une partie de sa carrière junior avec le frère de Ken Dryden

Sa première partie chez les junior fut joué dans l'AHO-B avec l'équipe des St. Micheal's Buzzers de Toronto, une équipe ayant un nom presque identique à une équipe de la première division junior ontarienne, les St. Michael's Majors de Toronto, David joua la majeure partie de la saison avec les Buzzers où la ligue lui remet le trophée de la meilleure recrue[Note 1],[4], durant cette saison, il se fait surtout remarquer pour avoir marqué 7 buts lors de la même partie le 20 décembre 1956[5], mais a terminer la saison avec les Majors. À son arrivée avec les St. Michael's Majors de Toronto, Dave Keon utilise son potentiel pour s'améliorer rapidement. Lors de sa première saison dans l'association de hockey de l'Ontario, il ne joue que quatre matchs mais réussit quand même à mettre sur sa grille de pointage quatre points dont un but, son équipe finit quant à elle au quatrième rang du classement général avec 51 points.

Au cours de sa deuxième saison, il joue quarante-cinq matchs et marque plus d'un points par partie en moyenne avec un total de cinquante points, pendant le temps que Keon a joué avec les Majors, la saison 1957-1958 fut la meilleure pour le classement général de l'équipe, ils ont fini au 3e rang au classement général et ont réussi à faire 53 points. Au cours des deux saisons suivantes, il inscrit quarante-cinq points puis soixante et onze, du côté de son équipe également, le classement fut semblable, les deux au 4e rang, et ils ont marqué 51 et 52 points respectivement. C'est à cette époque que Bob Goldham et Père David William Bauer apprit à Dave le jeu défensif, partie essentiel du jeu dans les deux sens de la patinoires pour lequel Keon et reconnu.

À cette époque, au cours de l'année 1960, les Maple Leafs de Toronto décident d'envoyer Keon chez les professionnel, alors qu'il n'a que 19 ans[2]. Sa carrière junior se termine après quatre saisons, toutes passées avec la même équipe et un total de cent soixante dix points[6]. Lors de son séjour chez les St. Michael's Majors, il a la chance de jouer avec de futur vedette et pour certains, futur coéquipiers comme Frank Mahovlich[7], Gerry Cheevers[8] ou encore le frère du futur gardien vedette des Canadiens de Montréal Ken Dryden, Dave[9]. À la suite de sa carrière professionnelle de hockeyeur, son équipe junior de Dave Keon décide de retirer [Note 2] le chandail[Note 3] numéro 9 qu'il a porté lors de son séjour de quatre saisons[10].

Maple Leafs de Toronto[modifier | modifier le code]

Photographie du trophée Calder
Dave Keon a remporté le Trophée Calder, remis à la meilleure recrue de la LNH, durant sa première année dans cette ligue.

Après avoir joué quatre matchs de séries éliminatoires dans l'Eastern Professional Hockey League avec les Wolves de Sudbury, David Keon participe au camp de préparation des Maple Leafs de Toronto puis fait partie de l'équipe pour la saison 1960-1961, sa première dans la ligue nationale de hockey. Il arrive au vingt-troisième rang des meilleurs pointeurs de la ligue, entre Murray Balfour et Dean Prentice, avec quarante-cinq points dont vingt buts[11]. Lors des séries, les Maple Leafs affrontes en première ronde les Red Wings de Détroit, contre qui ils perdent en cinq matchs. Suite à cette saison, il reçoit de la part de la LNH, le trophée Calder du meilleur joueur recrue[12].

Lors de sa deuxième saison dans la LNH, Keon a plus de pressions que la saison passée après avoir remporté le trophée Calder, cependant, il est très bien entouré avec les Maple Leafs de Toronto. En effet, la formation comporte des joueurs comme Tim Horton, Al Arbour, Eddie Shack, Dick Duff, Gerry Cheevers, Frank Mahovlich ou encore Bert Olmstead, le tout sous la direction de George « Punch » Imlach. Avec une équipe aussi bien bâti et un peu plus d'expérience dans la ligue, Keon finit au onzième rang des meilleurs pointeurs de la LNH avec soixante-et-un points[13], de plus, il est appelé pour jouer lors du Match des étoiles[14]. Lors des série éliminatoires de cette saison, il joue douze matchs pour huit points ; lors des demi-finales, les Maple Leafs éliminent les Rangers de New York en six matchs pour atteindre la finale de la Coupe Stanley où ils sont opposés les Black Hawks de Chicago, tombeurs des Canadiens de Montréal en six rencontres. Les Maple Leafs battent les Hawks quatre matchs à deux, ce qui permet à Dave Keon de mettre la main sur la première Coupe Stanley de sa carrière. Cette Coupe arrive dix saisons après la dernière remportée par les Leafs et, également, la première depuis la mort prématurée lors d’un écrasement d’avion de Bill Barilko, auteur du but vainqueur en 1950-1951. La saison de Keon est couronnée par la remise du trophée Lady Byng[4], trophée remis au joueur avec le meilleur esprit sportif, tout en gardant de bonne performance sur la glace.

Photographie en noir et blanc de TIm Horton
Dave Keon a eu l'occasion de jouer avec Tim Horton durant sa carrière.

La saison suivante, les Maple Leafs ont la pression en tant que champions en titre alors que Keon, Red Kelly et Bob Pulford amènent au centre de l'équipe une position stable et solide[2]. Au niveau des points, Dave Keon se classe au seizième rang des meilleurs pointeurs avec cinquante-six réalisations dont vingt-huit buts. Il arrive même à surpasser à ce niveau des vedettes tels que Dickie Moore, dix-neuvième, Bernard Geoffrion, vingt-huitième ou encore Doug Harvey trentième[15] ; Frank Mahovlich, coéquipier de Keon, est dans la course pour le titre de meilleur pointeur de la LNH mais termine finalement au quatrième rang avec soixante-treize points, treize de moins que Gordie Howe, premier de la LNH. Durant cette saison, les Maple Leafs participent au match des étoile et Dave Keon fait partie de l'effectif[16]. Du côté de son équipe, les Maple Leafs finissent au premier rang pendant la saison régulière et doivent affronter les Canadiens de Montréal au premier tours des séries, cependant les Leafs éliminent le Tricolore[Note 4] en seulement 5 matchs et se rendent en finale de la Coupe Stanley pour une deuxième année de suite, cependant cette année, leurs opposants lors de la finale sont les Red Wings de Détroit, l'équipe qui a courtisé Keon lorsqu'il était plus jeune, qui avaient battu les Blackhawks de Chicago lors de la première ronde des séries éliminatoires en six matchs. Même si se n'était pas le même adversaire, le résultat finale est le même car les Leafs éliminent les Wings en cinq matchs pour remporté une deuxième Coupe Stanley d'affiler, et s'en est également une deuxième pour Keon. Ce n'est pas seulement la Coupe Stanley que Keon remporta pour une deuxième fois de suite, Keon mit aussi la main sur le trophée Lady Byng comme l'année précédente[4].

Après deux année d'affilée avec une Coupe Stanley et une troisième saison de suite avec un trophée individuelle pour Keon, il vit un début de carrière rêver. La saison 1963-1964 ne fait pas exception pour lui. Avec l'arrivée de Andy Bathgate en fin de saison[17], l'équipe des Maple Leafs de Toronto devient encore plus dangereuse, en effet, Bathgate finit quatrième au classement des pointeur avec une saison partagé entre les Rangers de New York et Toronto[18]. Keon est encore appelé à représenter les Leafs lors du Match des étoiles[19]. Le numéro quatorze des Leafs connait une excellente saison puisqu'il arrive au dixième rang des meilleurs pointeurs de la LNH avec ses soixante points dont ses vingt-trois buts et même, pour la première fois de sa carrière, réussit à faire plus de points que son coéquipier Frank Mahovlich et bat aussi d'autre vedette tels que Henri Richard[18]. À la fin de la saison, les Maple Leafs finissent au troisième échelon, suite à se résultat, ils doivent affronter en première ronde l'équipe championne de la saison, les Canadiens de Montréal. La série est extrêmement serrée, en fait c'est la plus longue depuis le début de la carrière professionnelle de Keon, mais les Leafs s'en sortent tout de même avec la série, remporté en sept matchs. En finale, ils doivent affronter les tombeurs des Blackhawks de Chicago en sept matchs, les Red Wings de Détroit. Après une série finale des plus serré, Keon et les Leafs remportent une troisième Coupe d'affilée en sept matchs dont plusieurs avec seulement un but d’écart. Durant ses séries, Keon a marqué neuf points dont sept buts, ce qui le place au huitième rang des meilleurs pointeurs, le meilleur était Gordie Howe des Red Wings de Détroit, avec ses dix-neuf points, dont neuf buts[20]. Durant cette saison, Keon ne remporte pas le trophée Lady Byng, qu'il a remporté les deux années précédentes, il sera remis à Ken Wharram des Blackhawks de Chicago.

Johnny Bower fut le coéquipier de Dave Keon pendant plusieurs années.

C'est lorsque les Maple Leafs de Toronto ont remporté trois Coupe Stanley de suite que la saison 1964-1965 de la ligue nationale commence pour Keon et les Leafs. Lors de cette saison, Keon joua soixante-cinq des soixante-dix matchs de l'équipe et pendant que l'attaquant tchécoslovaque des Blackhawks de Chicago Stan Mikita domine les pointeurs de la ligue, quatre points devant le centre des Red Wings de Détroit Norm Ullman et onze points devant le coéquipier de Ullman, la vedette Gordie Howe, Keon finit au quatorzième rang avec ses cinquante points dont vingt-et-un buts. Il se place même devant Phil Goyette qui a fini dix-huitième, Andy Bathgate au vingtième rang et Jean Béliveau au vingt-cinquième[21]. Pour le Match des étoiles, Dave est ignorer pour faire partie de l'équipe d'étoile et donc ne participe pas au match[22]. À la fin de la saison régulière, les Leafs arrivent au quatrième rang du classement général, dû à son classement, les Leafs doivent affronter les Canadiens de Montréal au premier tour des séries éliminatoires, contre qui, pour la première fois depuis trois ans, Keon et les Leafs sont éliminés et ne remporteront pas la Coupe Stanley. Les Canadiens ont eu le dessus sur les Leafs en six matchs, et plus-tard battrons les Blackhawks de Chicago pour remplacer les Leafs au sommet de la ligue.

La saison 1965-1966 de la ligue nationale est la sixième saison de Dave Keon dans la grande ligue, tous passé avec l'équipe des Maple Leafs de Toronto avec qui il a déjà remporté trois Coupe Stanley. Lors de cette saison, Keon joua tous les matchs de l'équipe sauf un. Au niveau du pointage, Keon arrive au seizième rang des meilleurs pointeur de la ligue, un résultat en dessous de son classement habituelle, mais un nombre de point semblable, soit cinquante-quatre dont vingt-quatre buts juste en dessous de Don Marshall avec ses cinquante-quatre points, mais vingt-six buts. Il a tout de même surpassé plusieurs grands joueurs tels que Phil Esposito au dix-sept rang, Chico Maki au vingt-quatre ou son ancien coéquipier Dick Duff au vingt-sept rang[23]. Suite à la saison régulière, les Leafs se sont classés au troisième rang, derrière les Canadiens de Montréal et les Blackhawks de Chicago. Ce sont justement le Tricolore que les Leafs rencontre en premier dans les demi-finales où ils reçoivent une raclée de quatre matchs à zéro en faveurs de la formation basé à Montréal qui gagnerons à leur tour une deuxième Coupe Stanley de suite. À la suite de trois Coupe gagner de suite, les Leafs se font éliminer au premier tour deux fois d'affiler et les deux fois par la même équipe, les futurs champions de la Coupe dans les deux occasions, les Canadiens de Montréal.

Stan Mikita fut le coéquipier de Dave Keon lors du Match des étoiles de 1967.

David Keon joue toujours avec les Maple Leafs de Toronto au commencement de la saison 1966-67 de la LNH, cependant l'équipe commence à se faire vieillissante, Keon n'a que vingt-six ans à cette époque, mais déjà deux de ses coéquipiers, Allan Stanley et Johnny Bower, ont atteint les quarante ans et Red Kelly en a trente-neuf. De plus, dix joueurs ont au moins trente ans[24]. Cela ne ralentit cependant pas les Leafs et Keon qui finissent au troisième rang du classement général et Dave finit au 12e rang des meilleurs pointeurs de la ligue, ses cinquante-deux points dont dix-neuf buts suffisent à Keon pour surpassé Pierre Pilote, Don Marshall, Frank Mahovlich, Bernard Geoffrion, Ralph Backstrom, Bobby Orr et Yvan Cournoyer[25]. Même si au niveau des points, ce n'est pas sa pire saison, c'est la première fois depuis qu'il a commencé sa carrière que Keon n'atteint pas le plateau des vingt buts en saisons régulière, il avait réussi lors des six saisons précédentes[6]. Cependant, des cinquante meilleurs pointeurs de la saison, Keon est le seul à avoir seulement deux minutes de pénalités[25]. Lors de cette saison, Keon est choisi pour faire partie de l'équipe d'étoile de la LNH qui affronte les cahmpions de la Coupe Stanley, les Canadiens de Montréal[26]. Les séries de la Coupe Stanley s'amorce donc avec des demi-finales contre les Blackhawks de Chicago, alors que les Canadiens de Montréal affronte les Rangers de New York dans les autres demi-finales. Les Leafs réussissent à se débarrassé des Blackhawks de Chicago en six matchs et doivent affronter en finale les double champions de la Coupe, les Canadiens qui avaient blanchit les Rangers, la finale est finalement remporté par les Leafs en six matchs et les Leafs remporte une quatrième coupe depuis que Keon est dans la formation, ce sera également la dernière de Keon dans sa carrière et à ce jour, les Leafs n'ont toujours pas gagné de nouvelle Coupe Stanley depuis celle de 1967. Au niveau des points dans les séries, Keon finit au septième rang avec ses huit points dont trois buts[27]. À la suite de la finale, Keon remporte son premier, et seul, Trophée Conn Smythe, remis au meilleur joueur des séries éliminatoires[4].

Lorsque la saison 1967-1968, Les Maple Leafs viennent de remporté leur quatrième Coupe Stanley des années mille neuf cent soixante. Puisque leurs partisans ont du entendre dix ans avant une, les quatre sont la bienvenue et Dave Keon n'est pas étranger à ses succès puisqu'il a participer au quatre Coupe et a récolter au passage le Trophée Conn Smythe. Au début de la saison 1967-68, la LNH accueille six nouvelles équipes, suite à ces expansions, la LNH se sépare en 2 divisions, la division est est composée des Leafs et des six équipes originales et la division ouest est quant à elle, composer des six nouvelles équipes. Cependant, si ont compare la saison 1967-68 aux autres saisons depuis que Keon a commencé sa carrière professionnelle, celle-ci est désastreuse, même si les Leafs ont fini au cinquième rang au général, ils ont également fini à cette position dans leur division, se n'est donc pas suffisant pour atteindre les séries éliminatoires. Depuis le début de sa carrière professionnelle, c'est la première fois que Dave Keon ne participe pas aux séries éliminatoires. Au niveau des points, c'est également la pire année de Keon depuis sa saison recrue, il ne marque en effet que quarante-huit points et là-dedans, il n'y a que onze buts, ce qui est de le pire total depuis le début de sa carrière, et, si on exclue la dernière dernière saison de sa carrière, c'est le pire qu'il aura de toute sa carrière[6]. Sa récolte lui mènera au trente-huitième rang des pointeurs, ce qui est aussi le pire depuis le début de sa carrière[28]. Cependant, malgré une saison en dessous des attente, il participe au Match des étoiles avec les Maple Leafs, car ils avaient remporté la Coupe Stanley[29]. À la fin de la saison, les Leafs perdent leur titre au profit des Canadiens, qui ont battu lors de la finale, les Blues en quatre matchs.

La saison 1966-67 de la LNH est la neuvième saison de Dave Keon avec les Maple Leafs de Toronto et également sa neuvième professionnel. Suite à une saison décevante l'année précédente, Keon doit obtenir une meilleure performance cette saison. Keon réussit en 1969, une saison meilleur que celle de l'année précédente, avec ses vingt-sept buts, un total qui arrive deuxième dans ses résultats personnels en une saison jusqu'à présent[6] il réussit à ce classer au vingt-quatrième rang des meilleurs buteurs[30], et ses soixante-et-un points lui permet de se placer au vingt-sixième rang pour ce qui est des pointeurs[31]. Au niveau des classements en saison régulière, Keon et les Maple Leafs arrivent au quatrième et dernier rang donnant accès au série dans la division est. Ils réussissent donc à se qualifié de justesse pour les séries éliminatoires. Lors de la première ronde des séries, les Leafs affrontes les Bruins, cette ronde est cependant expéditive puisque Boston ne laisse pas un match à Toronto qui sont éliminés en 4 matchs, mais durant ses quatre matchs, Keon réussit tout de même à marqué quatre points dont un but, pour un rapport de un point par match.

Bobby Orr fut le coéquipier de Dave Keon lors du Match des étoiles de 1970.

La saison 1969-70 de la LNH est la dixième saison de Dave Keon avec les Maple Leafs de Toronto, celle si fut principalement différente pour Keon puisque le 31 octobre 1969, il est nommé comme le onzième capitaine différent de l'histoire de la franchise, le précédent était George Armstrong, son coéquipier et capitaine depuis le début de sa carrière, même s'il n'est plus capitaine, Armstrong jouera toujours avec l'équipe de Toronto pendant deux ans[32]. Cette particularité peut être expliquer par le fait qu'Armstrong avait annoncé qu'il accrochait ses patins[Note 5], mais il changea d'avis peut après pour revenir avec les Leafs. Cette saison marque aussi la fin d'Imlach comme entraineur des Leafs, il était au poste depuis 1957, à l’exception de 10 matchs en 1967, où il était remplacer par King Clancy, au début de la saison, il fut remplacer par John McLellan. Pour le Match des étoiles, Keon fait partie des joueurs choisis pour participer au Match des étoiles avec les meilleurs joueurs de l'association de l'est[33], il est, avec Ron Ellis, le seul joueur de la franchise de Toronto à participer à cet évènement[33]. Alors que le défenseur des Bruins Bobby Orr domine le championnat des pointeurs de la ligue, Keon fait le meilleur résultat de son équipe avec ses soixante-deux points qui le place au vingt-et-unième rang au total, le deuxième meilleur de son équipe est Norm Ullman qui arrive quant à lui au vingt-troisième rang, et ses soixante-et-un points lui permet de se placer au vingt-sixième rang pour ce qui est des pointeurs[34]. Au niveau des buts durant la saison régulière, Keon en marque trente-deux, son plus haut total depuis le début de sa carrière[6], cette marque le place au douzième rang dans la LNH, se pointage est également le deuxième meilleur de son équipe après Ron Ellis qui se trouve à la septième place[35]. Les résultats de Keon ne sont pas suffisant pour que les Leafs participent aux séries. Ils finirent finalement au dernier rang de l'association de l'est, et ratent donc, comme leur éternel rival de Montréal, les séries pour une deuxième fois depuis le début de la carrière de Keon.

Keon joue toujours avec les Maple Leafs en 1970-1971, cette saison est également sa deuxième en tant que capitaine de son équipe. Deux nouvelles équipes font leur apparition dans la ligue nationale, c'est-à-dire les Sabres de Buffalo et les Canucks de Vancouver. Cette saison marque aussi l'arrivée d'une nouvelle vedette du hockey dans l'équipe. Il s'agit du gardien de but Jacques Plante, joueur dont le numéro est retiré par les Canadiens de Montréal et qui est souvent considéré, à tort, d'être le premier gardien à porter le masque, les premiers furent Elizabeth Graham­[36] et Clint Benedict[37]. Lors de cette saison, il réussit à finir au neuvième rang des meilleurs pointeur de la ligue avec ses soixante-seize points dont ses trente-huit buts[38]. Ses statistiques lui permit aussi de finir au sixième rang des buteur[39]. À la fin de la saison régulière, Keon et les Maple Leafs finissent au quatrième rang de la division est, ce qui leur permit de participer aux séries de justesse. Cependant, ils furent éliminer en six matchs dès la première ronde. Keon fut également choisit pour participer au Match des étoiles avec la division est[40].

Au début, un homme qui changera la carrière de Keon devient actionnaire majoritaire de l'équipe des Maple Leafs et de leur aréna, le Maple Leaf Gardens[2], il s'agit d'Harold Ballard. Durant cette même années, les Nationals d'Ottawa annoncent qui'ils feront tout pour signer Keon[2]. Avec une saison beaucoup moins productive que les précédentes, avec ses quarante-huit points au total et un cinquante-neuvième rang chez les pointeurs de la ligue[41], il s'agit de sa pire saison depuis son année recrue. Ce total n'est pas suffisant pour lui permettre de participer au Match des étoiles. Il tente également de participer à la Série du siècle 1972, mais il ne fut, malheureusement pour lui, pas choisi[2] pour l'événement. L'équipe ne se qualifie pas pour les séries éliminatoirse, ce qui n'aide pas dans sa situation. Cette année marque aussi, avec l'arriver de Ballard, le debut de la fin pour Keon dans la LNH.

L’Association mondiale de hockey[modifier | modifier le code]

Whalers de Hartford[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[6],[42]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1956-1957 St. Micheal's Buzzers de Toronto AHO-B 36 20 23 43 14
St. Michael's Majors de Toronto AHO 4 1 3 4 0
1957-1958 St. Michael's Majors de Toronto AHO 45 23 27 50 28 9 8 5 13 10
1958-1959 St. Michael's Majors de Toronto AHO 46 16 29 45 0 15 4 9 13 8
1959-1960 St. Michael's Majors de Toronto AHO 47 33 38 71 0 10 8 10 18 2
Dutchmen de Kitchener-Waterloo AHO Sr. 1 1 0 1 0
1959-1960 Wolves de Sudbury EPHL -- -- -- -- -- 4 2 2 4 2
1960-1961 Maple Leafs de Toronto LNH 70 20 25 45 6 5 1 1 2 0
1961-1962 Maple Leafs de Toronto LNH 64 26 35 61 2 12 5 3 8 0
1962-1963 Maple Leafs de Toronto LNH 68 28 28 56 2 10 7 5 12 0
1963-1964 Maple Leafs de Toronto LNH 70 23 37 60 6 14 7 2 9 2
1964-1965 Maple Leafs de Toronto LNH 65 21 29 50 10 6 2 2 4 2
1965-1966 Maple Leafs de Toronto LNH 69 24 30 54 4 4 0 2 2 0
1966-1967 Maple Leafs de Toronto LNH 66 19 33 52 2 12 3 5 8 0
1967-1968 Maple Leafs de Toronto LNH 67 11 37 48 4
1968-1969 Maple Leafs de Toronto LNH 75 27 34 61 12 4 1 3 4 2
1969-1970 Maple Leafs de Toronto LNH 72 32 30 62 6
1970-1971 Maple Leafs de Toronto LNH 76 38 38 76 4 6 3 2 5 0
1971-1972 Maple Leafs de Toronto LNH 72 18 30 48 4 5 2 3 5 0
1972-1973 Maple Leafs de Toronto LNH 76 37 36 73 2
1973-1974 Maple Leafs de Toronto LNH 74 25 28 53 7 4 1 2 3 0
1974-1975 Maple Leafs de Toronto LNH 78 16 43 59 4 7 0 5 5 0
1975-1976 Fighting Saints du Minnesota AMH 57 26 38 64 4
Racers d'Indianapolis AMH 12 3 7 10 2 7 2 2 4 2
1976-1977 Whalers de la Nouvelle-Angleterre AMH 34 14 25 39 8 5 3 1 4 0
Fighting Saints du Minnesota AMH 42 13 38 51 2
1977-1978 Whalers de la Nouvelle-Angleterre AMH 77 24 38 62 2 14 5 11 16 4
1978-1979 Whalers de la Nouvelle-Angleterre AMH 79 22 43 65 2 10 3 9 12 2
1979-1980 Whalers de Hartford LNH 76 10 52 62 10 3 0 1 1 0
1980-1981 Whalers de Hartford LNH 80 13 34 47 26
1981-1982 Whalers de Hartford LNH 78 8 11 19 6
Totaux LNH 1 296 396 590 986 117 92 32 36 68 6
Totaux AMH 301 102 189 291 20 36 13 23 36 8

Honneurs, trophées et distinctions[modifier | modifier le code]

 Photographie de la Coupe Stanley
La Coupe Stanley, remportée à quatre reprises par Dave Keon.
 Photographie du trophée Conn Smythe
Le trophée Conn Smythe, remporté une fois par Dave Keon.

L'aréna où joue les Huskies de Rouyn-Noranda, une équipe de la ligue de hockey junior majeur du Québec, s'est longtemps appelée l'aréna Dave-Keon. Cependant, en août 2010, pour des raisons financières, l'aréna est renommée l'aréna Iamgold, du nom d'une compagnie minière. L'aréna a également accueilli les As de Noranda entre 1966 et 1988. Il est intronisé au temple de la renommée du hockey, basé à Toronto, en 1986, seulement quatre ans après la fin de sa carrière de joueur. Le 13 décembre 2008, les St. Michael's Majors de Mississauga, une équipe des la ligue de hockey de l'Ontario, décide de retirer le numéro 9 de Dave Keon[10] ; il porte les couleur de l'équipe, lorsqu'elle était basée dans la ville de Toronto pendant quatre saisons entre 1956 et 1960[6]. Son premier honneur fut dans la AHO-B, où il remporte le trophée de la meilleure recrue en 1957[4].

En plus de ces honneurs, il est nommé deux fois dans la deuxième équipe d'étoiles, lors des saisons 1961-1962 et 1970-1971. Il prend également part aux Matchs des étoiles de la LNH à huit reprises, soit lors des deux années citées précédemment, puis en 1963, 1964, 1967, 1968, 1970 et 1973. Avec ses 1296 matchs joués dans la LNH, Dave Keon arrive au 51e rang pour le plus grand nombre de matchs joué dans cette ligue[43], [44].

Dans un livre comprenant les plus grands hockeyeurs québécois, Stéphane Laberge et Sylvain Bouchard le classent au 38e rang entre Claude Provost, au 37e rang, et Vincent Damphousse au 39e[1]. Quant à The Hockey News, il le place au 69e rang des meilleurs joueurs de l'histoire. Dave Keon arrive au 3e rang chez les meilleurs pointeurs de l'histoire des Maple Leafs de Toronto, derrière 2 autres centres, le Suédois Mats Sundin et l'Ontarien Darryl Sittler[45].

Trophées[modifier | modifier le code]

Dave Keon a remporté la Coupe Stanley à quatre occasions, en 1962, 1963, 1964 et en 1967. À chacune de ces occasions, ce prestigieux trophée est gagné avec les Maple Leafs de Toronto. Il met également la main sur plusieurs récompenses individuelles lors de sa longue carrière dans la Ligue nationale de hockey, son premier trophée est remporté en 1961, lorsqu'il remporte le trophée Calder[4], remis à la meilleure recrue de la LNH. Puis, lors des deux années suivantes, il remporte le trophée Lady Byng[4], quant à lui remis au joueur ayant le meilleur esprit sportif tout en gardant de bonnes performances dans la LNH. Finalement, lors de sa conquête de la Coupe Stanley de 1967, il remporte le trophée remis au joueur le plus utile en série, le trophée Conn Smythe[4]. Dans l'Association mondiale de hockey, Dave remporte le trophée Paul Deneau[4], équivalent du Lady Bing, que Keon a également remporté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  2. Une équipe peut rendre un hommage à un joueur en décidant de « retirer un maillot ». Ainsi, une réplique du chandail est accrochée dans l'aréna de l'équipe et nul autre joueur ne pourra jamais jouer un match de l'équipe avec le numéro en question dans le dos.
  3. Le terme québécois de « chandail » correspond au terme francophone de « maillot ».
  4. Tricolore est l'un des surnoms des Canadiens de Montréal.
  5. Accrocher ses patins un terme utiliser au hockey pour dire prendre sa retraite de joueur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ouvrage Les 100 plus grands hockeyeurs québécois de la LNH de Stéphane Laberge et Sylvain Bouchard
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) « Dave Keon, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 septembre 2011)
  3. (sv) (en) Fiche de Dave Keon sur eliteprospects.com
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Notes sur David Keon sur nhl.com
  5. (en) Article du Globe and Mail du 21 décembre 1956 p. 23 "Keon Scores 7, Buzzers Wins, 10-0"
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) « Dave Keon hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  7. (en) « 1956-57 Toronto St. Michael's roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 17 septembre 2011)
  8. (en) « 1957-58 Toronto St. Michael's roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 17 septembre 2011)
  9. (en) « 1959-60 Toronto St. Michael's roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 17 septembre 2011)
  10. a et b (en) Gary McCarthy, « Hockey great Dave Keon has number retired », sur mississauga.com,‎ 14 décembre 2008 (consulté le 15 septembre 2011)
  11. (en) « Pointeur de la saison 1960-1961 », sur NHL.com
  12. NHL records 2010, p. 216
  13. (en) Pointeur de la saison 1961-1962 sur nhl.com
  14. (en) Match des étoiles de 1962 sur hockey-reference.com
  15. (en) Pointeur de la saison 1962-1963 sur nhl.com
  16. (en) Match des étoiles de 1963 sur hockey-reference.com
  17. (en) « Andy Bathgate hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  18. a et b (en) Pointeur de la saison 1963-1964 sur nhl.com
  19. (en) Match des étoiles de 1964 sur hockey-reference.com
  20. (en) Pointeur des séries 1963-1964 sur nhl.com
  21. (en) Pointeur de la saison 1964-1965 sur nhl.com
  22. (en) Match des étoiles de 1965 sur hockey-reference.com
  23. (en) Pointeur de la saison 1965-1966 sur nhl.com
  24. (en) Saison 1966-67 des Maple Leafs sur hockeydb.com
  25. a et b (en) Pointeur de la saison 1966-1967 sur nhl.com
  26. (en) Match des étoiles de 1967 sur hockey-reference.com
  27. (en) Pointeur des séries 1966-1967 sur nhl.com
  28. (en) nhl.com, « Pointeurs de la saison 1967-1968 », nhl.com,‎ 1967-68 (consulté le 29 septembre 2011)
  29. (en) hockey-reference.com, « Match des étoiles de 1968 », hockey-reference,‎ 1967-68 (consulté le 29 septembre 2011)
  30. (en) nhl.com, « Buteurs de la saison 1968-1969 », nhl.com,‎ 1968-69 (consulté le 15 octobre 2011)
  31. (en) nhl.com, « Pointeurs de la saison 1968-1969 », nhl.com,‎ 1968-69 (consulté le 15 octobre 2011)
  32. (en) « George Armstrong hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  33. a et b (en) hockey-reference.com, « Match des étoiles de 1970 », hockey-reference,‎ 1969-70 (consulté le 16 octobre 2011)
  34. (en) nhl.com, « Pointeurs de la saison 1969-1970 », nhl.com,‎ 1969-70 (consulté le 16 octobre 2011)
  35. (en) nhl.com, « Buteurs de la saison 1969-1970 », nhl.com,‎ 1969-70 (consulté le 16 octobre 2011)
  36. (en) hhof.com, « Joueuses notables, neuvième paragraphe », hhof.com,‎ 1927 (consulté le 12 novembre 2011)
  37. (en) legendsofhockey.net, « Photo de Benedict avec son masque de cuire », legendsofhockey.net,‎ 1930 (consulté le 12 novembre 2011)
  38. (en) nhl.com, « Pointeurs de la saison 1970-1971 », nhl.com,‎ 1970-71 (consulté le 12 novembre 2011)
  39. (en) nhl.com, « Buteurs de la saison 1970-1971 », nhl.com,‎ 1970-71 (consulté le 12 novembre 2011)
  40. (en) hockey-reference.com, « Match des étoiles de 1971 », hockey-reference,‎ 1970-71 (consulté le 12 novembre 2011)
  41. (en) nhl.com, « Pointeurs de la saison 1971-1972 », nhl.com,‎ 1971-72 (consulté le 14 novembre 2011)
  42. (en) « Dave Keon NHL - WHA Statistics », sur hockey-references.com (consulté le 18 septembre 2011)
  43. (en) Les joueurs avec le plus grand nombre de parties sur statshockey.net
  44. (en) Les joueurs avec le plus grand nombre de parties sur nhl.com
  45. (en) Meilleurs pointeur des Maple Leafs sur nhl.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Duplacey, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998 (ISBN 978-0836271140)
  • (en) Ed Willes, The Rebel League: The Short and Unruly Life of the World Hockey Association, McClelland & Stewart,‎ 2004, 277 p. (ISBN 0-7710-8947-3)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • Stéphane Laberge et Sylvain Bouchard, Les 100 plus grands hockeyeurs québécois dans la LNH, Hurtubise HMH,‎ 2004, 292 p. (ISBN 2-89428-833-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]