Emil Theodor Kocher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kocher.

Emil Theodor Kocher

Description de cette image, également commentée ci-après

Emil Theodor Kocher

Naissance 25 août 1841
Berne (Suisse)
Décès 27 juillet 1917
Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Champs Physiologie, Chirurgie
Diplôme Université de Berne
Renommé pour Physiologie de la glande thyroïde
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1909

Emil Theodor Kocher (25 août 1841 à Berne, Suisse27 juillet 1917) est un chirurgien suisse qui a étudié la physiologie de la glande thyroïde et a créé la chirurgie des goitres. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1909 « pour ses travaux sur la physiologie, la pathologie et la chirurgie de la glande thyroïde[1] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudia à Zurich, Berlin, Londres et Vienne. Il obtint son doctorat à Berne en 1865. En 1872, il succéda à Georg Albert Lucke comme professeur ordinaire de chirurgie et directeur de la clinique chirurgicale de l'université de Berne. Il est l'inventeur de la méthode pour la guérison du goître par l'intervention chirurgicale, mais sans l'ablation de la glande, située au milieu de cette tumeur. Il a publié sur beaucoup d'autres sujets que la glande thyroïde, notamment sur l'hémostase, les traitements antiseptiques, les maladies nosocomiales, les blessures par arme à feu, la chirurgie abdominale et sur le crétinisme (alors répandu dans certaines vallées suisses).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « for his work on the physiology, pathology and surgery of the thyroid gland » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1909 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 21 novembre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)

Voir aussi[modifier | modifier le code]