Élie Ducommun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducommun.

Élie Ducommun

Description de cette image, également commentée ci-après

Élie Ducommun en 1902.

Naissance
Genève
Décès (à 73 ans)
Berne
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Pays de résidence Suisse
Profession
journaliste et homme politique
Activité principale
Journaliste, homme politique, pacifiste et franc-maçon
Autres activités
Chancelier d'État du canton de Genève
Distinctions

Élie Ducommun, né le à Genève et mort le à Berne, est un journaliste et un homme politique suisse, franc-maçon et pacifiste, un des fondateurs en 1867 de la Ligue de la paix et de la liberté. Il a reçu le prix Nobel de la paix en 1902 avec Charles Albert Gobat.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'homme politique[modifier | modifier le code]

En 1855, à l'âge de 22 ans, il prend la direction du journal radical La Revue de Genève à la demande de James Fazy, qu'il assurera jusqu'en 1862. Il siège au Grand Conseil de Genève de 1858 à 1862 comme député radical, puis de 1864 à 1866. Il est nommé chancelier d’État de Genève en 1862. Il démissionne en 1865, et quitte Genève pour Delémont, où il travaille comme journaliste pour le journal Progrès.[1]

En 1868 il s'installe à Berne et devient directeur des traductions du Palais fédéral. Il siège au Grand Conseil de Berne de 1868 à 1878. En 1869 il fait partie des membres fondateurs de la Banque populaire suisse, au sein de laquelle il siège au Conseil d'administration jusqu'en 1892. Il fonde en 1871 le journal L'Helvétie dans lequel il défend un projet de révision de la la Constitution fédérale, rejetée par le peuple en 1872. La même année, il devient secrétaire général des Chemins de fers bernois. Il garde cette fonction jusqu'en 1903, époque à laquelle la compagnie est rachetée par la Confédération helvétique. Il siège au Grand Conseil de la ville de Bienne de 1874 à 1877.[1]

Elie Ducommun, vénérable maître de la loge Zur Hoffnung de Berne, 1882-84

Initié à Genève dans la loge maçonnique « La Prudence » le à l'âge de 24 ans, il devient orateur de cette loge, puis vénérable maître du « Temple Unique ». Il sera plus tard affilié à la loge « Zur Hoffnung » à Berne, puis grand maître de la Grande Loge suisse Alpina de 1890 à 1895[2].

Le militant pacifiste[modifier | modifier le code]

Buste d'Elie Ducommun au parc Saint-Jean, Genève
Maison natale d'Elie Ducommun, rue de Coutance.

Élie Ducommun s'engage très tôt par son action et par ses écrits[3] pour une paix fondée sur la démocratie et la liberté ainsi que pour le règlement des conflits par le droit et l'arbitrage. Après s'être joint à un comité genevois en faveur de la paix en 1862, il organise en 1867 le Congrès international de la Paix à Genève avec Giuseppe Garibaldi, Pierre Jolissaint et James Fazy[4]. Il participe en 1868 à la fondation de l'association pacifiste qui en résulte, la Ligue de la Paix et de la Liberté, dont il assume la vice-présidence durant 25 ans[3]. Il est le rédacteur de son bulletin, Les États-Unis d'Europe, entre 1868 et 1870[5]. En 1891, le troisième congrès pour la paix à Rome décide d'instituer à Berne un Bureau international de la Paix,[6]dont la mission est de coordonner les activités de toutes les organisations affiliées. Dès le début du 19ème siècle et particulièrement après 1870 apparaissent en effet de nombreuses associations locales et nationales à vocation pacifiste et internationale et un organe de communication entre les organisations devient nécessaire pour leur permettre de mieux coordonner leurs actions. Élie Ducommun assume bénévolement la direction du siège du Bureau international à Berne dès1891[7] et jusqu'à sa mort en qualité de secrétaire général. Il publie à ce titre de nombreuses contributions pour les sociétés de la paix et les congrès internationaux[8], par exemple de la propagande en faveur de la Conférence de la Haye en 1899, rédige des prises de position sur les persécutions des Arméniens en Turquie et des pétitions au Conseil fédéral suisse et au président des États-Unis pour une médiation dans la guerre des Boers[9].

Son engagement pour le mouvement de la paix à la tête du Bureau international de la Paix lui vaut de partager avec Charles Albert Gobat le Prix Nobel de la paix en 1902[10].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • La révélation de Moïse: études rationnelles sur l'Exode, 134p. 1863
  • Calvin et les Genevois ou La vérité sur Calvin, par un citoyen de Genève, 55p., 1864, réédité en 1907
  • La femme à travers les siècles, Revue Alsacienne, Berger-Levrault, 13p., 1883
  • Les premières larmes de Mathias Schlitt, [nouvelle alsacienne], Revue Alsacienne, Berger-Levrault, 24p., 1884
  • Sourires: poésies, W. Gassmann, 143 p., 1887
  • Le programme pratique des amis de la paix, Steiger, 16p., 1897
  • Précis historique du mouvement en faveur de la Paix, 31p., 1899 (réédition récente : Kessinger Legacy Reprints)
  • Derniers sourires: poésies, précédées d'une notice biographique, Büchler, 92 p., 1908

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monnier 1984, p. 139-150.
  2. Voir Durand 2002, repères biographiques, p. 9 et 13.
  3. a et b Brassel-Moser 2002, p. 79. L'auteur y cite un poème d'Élie Ducommun appellant les peuples européens à ne plus se faire la guerre. Tiré des: Chansons politiques, Genève, 1860.
  4. Monnier 1984, p. 142 et note 25.
  5. Bernard Lescaze, « La collaboration aux États-Unis d'Europe », Genève: un lieu pour la paix. Mélanges biographiques « Élie Ducommun 1833-1906. Chancelier d'État, secrétaire général du Bureau international de la paix, prix Nobel de la paix en 1902 », no 2,‎ , pp. 169-182 (ISBN 2-88163-028-6).
  6. « Permanent International Peace Bureau - History Organization », sur Nobelprize.org (consulté le 14 mai 2015).
  7. Monnier 1984, p. 145ff.
  8. Christophe Zürcher, « Ducommun, Elie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 21 juillet 2011.
  9. Brassel-Moser 2002, p. 89ff.
  10. « The Nobel Peace Prize 1902. Élie Ducommun, Albert Gobat », sur Nobelprize.org (consulté le 14 mai 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victor Monnier, « Notes et documents pour servir à la biographie d'Elie Ducommun », Revue européenne des sciences sociales, vol. XXII, no 67,‎ , p. 139-164.
  • Roger Durand (dir.), Elie Ducommun, 1833-1906, chancelier d'Etat, secrétaire général du Bureau International de la Paix, prix Nobel de la Paix en 1902, Genève, Association « Genève, un lieu pour la paix »,‎ , 294 p..
  • Ruedi Brassel-Moser, « Elie Ducommun, médiateur radical », Intervalles: revue culturelle du Jura bernois et de Bienne, no 64 « Pacifisme(s). Prix Nobel de la Paix 1902: Albert Gobat et Élie Ducommun »,‎ , p. 75-97 (ISSN 1015-7611).
  • Roger Durand et al., Bibliographie des textes signés par Elie Ducommun et publiés de son vivant, Genève, Association « Genève, un lieu pour la paix »,‎ , 106 p.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site Genève un lieu pour la Paix, repère biographiques pour Elie Ducommun : [1]
  • Site de la loge Fidélité Prudence : [2]Document utilisé pour la rédaction de l’article et [3]
  • Site du Prix Nobel (en anglais) : [4]
  • Oeuvres d'Elie Ducommun - Worldcat : [5]