Université de Gand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Gand
Image illustrative de l'article Université de Gand
Devise Inter Utrumque
Nom original Universiteit Gent
Informations
Fondation 1817
Fondateur Guillaume Ier des Pays-Bas
Type Université publique de la Communauté flamande
Régime linguistique Néerlandais
Localisation
Coordonnées 51° 02′ 46″ N 3° 43′ 39″ E / 51.046111111111, 3.7275 ()51° 02′ 46″ Nord 3° 43′ 39″ Est / 51.046111111111, 3.7275 ()  
Ville Gand
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Région flamande
Direction
Recteur Paul Van Cauwenberge
Chiffres clés
Étudiants env. 32 000
Divers
Affiliation CESAER
Site web www.ugent.be

L'université de Gand, en abrégé UGent, anciennement Rijksuniversiteit Gent (université d’État de Gand, dénomination utilisée jusqu’en 1991, en abrégé RUG), est une université belge néerlandophone, implantée à Gand.

L’université a été classée à plusieurs reprises comme la meilleure des universités belges dans plusieurs domaines, que ce soit par des évaluateurs étrangers (comme le classement de l’université de Shanghai, en 2005 et en 2006) ou par la Région flamande (que ses visites d’évaluation, dites visitaties, ont conduit à désigner, en 2006, les facultés de médecine et de droit de l’université gantoise comme les meilleures de Flandre). Enfin, trois des prix Nobel belges ont enseigné dans cette université.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’université de Gand fut fondée à l'époque du Royaume uni des Pays-Bas, sous les auspices du roi Guillaume Ier, au même moment que deux autres universités d’État, à Liège et à Louvain. Inaugurée solennellement en 1817, elle ne compta tout d’abord que 190 étudiants et seize professeurs, dont une majorité d’étrangers, et quatre facultés: Lettres, Droit, Médecine et Sciences. Les enseignements étaient tout d’abord dispensés en latin. Cependant, ses effectifs étudiants ne cessaient de croître, jusqu’à ce que survînt la révolution belge de 1830, à la suite de laquelle lui furent ôtées deux facultés (Lettres et Sciences). Mais en 1835, ces facultés lui furent restituées, pendant qu’au même moment plusieurs écoles techniques sises à Gand lui furent adjointes. À partir de 1876, l’université fut de nouveau habilitée à octroyer elle-même des grades académiques, alors qu’auparavant les étudiants devaient subir leurs examens devant une commission centrale.

Faculté de philosophie et lettres, arch. Henry Van de Velde, jouxtée par la bibliothèque universitaire, visible en haut à droite.

Entre-temps, depuis 1830, le français s’était substitué au latin comme vecteur d’enseignement. Vers la fin du XIXe siècle, le mouvement flamand s’employa à obtenir la néerlandisation (dite aussi, improprement, flamandisation) de l’université gantoise, ce qui fut chose faite, une première fois sous l’occupation allemande en 1916, — néerlandisation éphémère, puisque promptement annulée sitôt la guerre terminée — puis une deuxième fois en 1923, à titre définitif, partiellement tout d’abord, puis intégralement en 1930. L’université de Gand fut la première université belge dans ce cas ; cet événement est considéré comme un jalon important dans la lutte d’émancipation flamande.

La deuxième moitié du XXe siècle vit une démocratisation de l’enseignement supérieur, et l’université de Gand, de même que les autres universités européennes, connut un processus de massification : en 1953, les effectifs d’étudiants dépassèrent les 3 000, en 1959 fut franchi le cap des 4 000, et en 1969 on comptait plus de 11 500 étudiants inscrits. Dans le même temps, l’université augmenta le nombre de facultés de quatre à onze, le plus souvent en élevant au statut de faculté des écoles ou instituts qui lui étaient auparavant associés. D’autres temps forts de son histoire récente furent les mouvements contestataires de la fin des années 1960, aboutissant à ce que des étudiants pussent siéger au conseil d’administration, les turbulences de 1978 qui firent suite à l’augmentation du minerval (droit d’inscription), et le décret de la Communauté flamande de 1991, tendant à donner à l’université une autonomie plus grande.

Facultés[modifier | modifier le code]

L’université de Gand compte actuellement 11 facultés :

  • faculté de philosophie et lettres (créée en 1817) ;
  • faculté de droit (1817) ;
  • faculté des sciences (1817) ;
  • faculté de médecine et sciences de la santé (1817) ;
  • faculté polytechnique ou des sciences de l’ingénieur (instituée en tant que telle en 1957) ;
  • faculté des sciences économiques et de gestion (1968) ;
  • faculté de médecine vétérinaire (1968) ;
  • faculté des sciences psychologiques et pédagogiques (1969) ;
  • faculté de bio-ingénierie (1969) ;
  • faculté de pharmacie ;
  • faculté des sciences politiques et sociales (la dernière née des facultés, 1992).

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Aula de l'université de Gand, arch. L. Roelandt, 1826.

Les bâtiments universitaires sont dispersés à travers toute la ville de Gand, et même au-delà, à Merelbeke, Zwijnaarde (parc technologique) et Melle (pour les essais d’agronomie). Hébergée tout d’abord dans quelques édifices mis à sa disposition par la municipalité gantoise (le couvent des jésuites, la bibliothèque Baudeloo, l’hospice de la Byloke), elle étendit ensuite, tout au long de son histoire, son parc immobilier soit par la construction de bâtiments nouveaux à son intention particulière (Aula, tour-bibliothèque, ou CHU réalisé en 1937, mais mis en service seulement à partir de 1959, etc.), soit par acquisition d’immeubles existants, dont quelques-uns historiques (comme le couvent des dominicains). Certains de ces bâtiments méritent une mention particulière :

  • le Pand, ou couvent des dominicains, acquis en 1963, utilisé pour des congrès, des séminaires, etc. (déjà décrit ci-haut)
  • l’Aula, édifié en 1826, selon les plans de Louis Roelandt, alors architecte officiel de la ville de Gand, et destiné à accueillir les cérémonies officielles. Ce complexe néoclassique, avec façade à fronton et péristyle, comprend un escalier monumental, orné de peintures murales, et une salle de promotion en forme d’amphithéâtre
  • La bibliothèque universitaire et la faculté de philosophie et lettres, d’Henry van de Velde, déjà évoqué
  • L’institut des sciences (rue Joseph Plateau), érigé entre 1883 et 1890, d’après les plans de l’architecte municipal Adolphe Pauli, dont c’est le couronnement de la carrière. Ce vaste édifice néoclassique, dont Pauli conçut aussi l’ameublement, est un Technikon sur le modèle allemand, c'est-à-dire un grand complexe formant campus.

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Étudiants célèbres[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Étudiant de l'université de Gand.

Lien externe[modifier | modifier le code]