Deutsche Physikalische Gesellschaft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Deutsche Physikalische Gesellschaft

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Société savante
But Développement et diffusion des connaissances dans le domaine de la physique
Zone d’influence Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Fondation
Fondation 1845
Fondateur Emil du Bois-Reymond, Ernst Wilhelm von Brücke
Identité
Siège Bad Honnef, Allemagne
Président Johanna Stachel
Vice-président Wolfgang Sandner
Affiliation européenne European Physical Society
Affiliation internationale Union internationale de physique pure et appliquée
Membres 62 000 (en 2012)
Site web [1]

La Deutsche Physikalische Gesellschaft (DPG, Société allemande de physique) est une société savante allemande, regroupant des physiciens, dont le siège est à Bad Honnef. Avec un nombre d'adhérents de 62 000 en 2012, il s'agit de la plus grande société de physique au monde. Elle tient une conférence annuelle (Jahrestagung) et plusieurs conférences au printemps (Frühjahrstagungen), lesquelles se déroulent à différents endroits. Les thèmes sont choisis selon les grandes sections de la DPG[1].

La DPG est membre de l'European Physical Society (en) et représente l'Allemagne dans l'union internationale de physique pure et appliquée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société est fondée le 14 janvier 1845 à Berlin sous le nom de Physikalische Gesellschaft zu Berlin[2] dans la maison du physicien Heinrich Gustav Magnus, appelée Magnus-Haus (de). Ses membres fondateurs sont, entre autres, Emil du Bois-Reymond et Ernst Wilhelm von Brücke. Elle est renommée le 1er janvier 1899 en Deutsche Physikalische Gesellschaft. Vers 1918, son nombre d'adhérents était d'environ 750 et dans les années 1930, il était d'environ 1 400[3]. Après la Seconde Guerre mondiale, elle est dissoute par les Alliés et n'est plus qu'un rassemblement de plusieurs associations de physique. La Deutsche Physikalische Gesellschaft est refondée en 1963[4].

En 1990, la DPG intègre la Physikalische Gesellschaft der DDR. Son siège est choisi à Bad Honnef, dans les locaux du Physikzentrum Bad Honnef (de), fondé en 1976 et qui accueille très régulièrement des conférences. Dans Berlin-Mitte, le Magnus-Haus héberge une branche de la DPG, ainsi que ses archives historiques.

Activités[modifier | modifier le code]

La DPG est une société indépendante et intervient dans les débats officiels sur des thèmes qui entrent dans ses domaines de compétence[5]. Elle représente l'ensemble des physiciens vivant sur le sol allemand et soutient les échanges entre ses membres et avec des collègues à l'étranger.

La DPG ne conduit aucune recherche en physique, mais elle contribue à l'échange d'informations sur les découvertes en physique à travers plusieurs congrès et conférences. Les Frühjahrstagungen, qui se déroulent annuellement en plusieurs endroits vers le mois de mars, réunissent environ 10 000 experts de l'Allemagne et de l'étranger[6].

La promotion des jeunes chercheurs est un autre sujet important de la DPG : ses conférences permettent aux étudiants de prendre contact avec des scientifiques établis. Il existe au sein de la DPG un réseau national pour les étudiants en physique : la junge DPG[7]. D'autre part, une conférence annuelle a lieu en novembre spécialement pour les physiciennes : la Deutsche Physikerinnentagung[8].

Prix et hommages[modifier | modifier le code]

La DPG remet plusieurs récompenses de renommée internationale pour des contributions de pointe en physique. Les plus importantes sont la médaille Max-Planck en physique théorique et la médaille Stern-Gerlach en physique expérimentale. Certaines récompenses, comme le prix Gustav-Hertz pour les jeunes physiciennes et physiciens, servent à promouvoir la nouvelle génération de chercheurs, d'autres, comme le prix Otto-Hahn (de), sont décernés par la DPG en coopération avec d'autres organisations nationales et internationales. La Medaille für naturwissenschaftliche Publizistik rend hommage à des membres de la DPG qui ont particulièrement contribué à la vulgarisation scientifique en physique. D'autre part, la DPG récompense dans toute l'Allemagne les étudiants qui ont obtenu d'excellents résultats en physique au baccalauréat[9]. Elle soutient des concours d'écoliers comme Jugend forscht, finance des projets d'école innovants et organise des formations pour les enseignants.

Publications et vulgarisation[modifier | modifier le code]

Le Physik Journal est un journal distribué aux membres de la DPG qui rapporte les nouvelles en physique et de la DPG. En collaboration avec l'Institute of Physics, la DPG publie un magazine de physique électronique en libre accès, le New Journal of Physics (en), dont les articles sont soumis à une procédure stricte d'évaluation par les pairs. Sous le nom de Verhandlungen apparaît le programme des conférences de la DPG, qui contient chaque année les résumés d'environ 8 000 présentations orales.

Avec des publications de vulgarisation scientifique et l'organisation d'événements publics, la DPG prend part au dialogue entre sciences et société. Parmi ces activités, on peut citer les Highlights der Physik (de). Ce festival de physique annuel, organisé conjointement par la DPG et le ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF), s'adresse au grand public avec plus de 30 000 visiteurs en 2011[10]. D'autre part, la DPG anime avec le BMBF un portail web intitulé Welt der Physik[11] afin d'informer le public non-expert sur les progrès en physique.

Présidents[modifier | modifier le code]

Ci-dessous la liste des présidents de la DFG depuis sa création[3],[12] :

Période Nom Période Nom Période Nom
1845–1847 Gustav Karsten 1920-1922 Max Wien 1980–1981 Horst Rollnik
1847–1878 Emil du Bois-Reymond 1922-1924 F. Himstedt 1982–1983 Hans-Joachim Schmidt-Tiedemann
1878–1895 Hermann Ludwig von Helmholtz 1924-1925 Max Wien 1984–1986 Joachim Treusch
1895–1897 Wilhelm von Bezold 1925-1927 Friedrich Paschen 1986–1988 Joachim Trümper
1899-1905 Emil Warburg 1927-1929 Heinrich Konen 1988–1990 Otto G. Folberth
1905-1906 Max Planck 1929-1931 Egon von Schweidler 1990–1992 Theo Mayer-Kuckuk
1906 Paul Drude 1931-1933 Max von Laue 1992–1994 Herwig Schopper
1906-1907 Max Planck 1933-1935 Karl Mey 1994–1996 Hans-Günter Danielmeyer
1907-1908 Heinrich Rubens 1935-1937 Jonathan Zenneck 1996–1998 Markus Schwoerer
1908-1909 Max Planck 1937-1939 Peter Debye 1998–2000 Alexander M. Bradshaw
1909-1910 Heinrich Rubens 1939-1940 Jonathan Zenneck 2000–2002 Dirk Basting
1910-1912 Ferdinand Kurlbaum 1940-1945 Carl Ramsauer 2002–2004 Roland Sauerbrey
1912-1914 Heinrich Rubens 1954 Richard Becker 2004–2006 Knut Urban
1914-1915 Fritz Haber 1956-1957 Walther Gerlach 2006-2008 Eberhard Umbach
1915-1916 Max Planck 1960-1961 Wilhelm Walcher 2008-2010 Gerd Litfin
1916-1918 Albert Einstein[13] 1966-1967 Wolfgang Finkelnburg 2010-2012 Wolfgang Sandner
1918-1919 Max Wien 1964-1965 Friedrich Bopp 2012- Johanna Stachel
1919-1920 Arnold Sommerfeld[14] 1978-1979 Heinrich Welker

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la DPG
  2. (de) « Physikalische Gesellschaft zu Berlin e.V. » (consulté le 22 octobre 2011)
  3. a et b (en) Klaus Hentschel, Physics and national socialism : an anthology of primary sources, Birkhäuser,‎ 1996, Appendix A (ISBN 3-7643-5312-0, lire en ligne)
  4. (de) Bruno Eckhardt, Dieter Fick et Knut Urban, « Nachruf auf Wilhelm Walcher », Physik Journal, vol. 5, no 2,‎ 2006, p. 44-45 (lire en ligne)
  5. (de) « Deutsche Physikalische Gesellschaft (DPG): Elektritzität ist Schlüsselfaktor für nachhaltige Gesellschaft », sur Klima-Wandel (consulté le 22 octobre 2011)
  6. http://www.dpg-physik.de/dpg/profil/jahr/Jahresbericht2010.pdf
  7. (de) « jDPG — Die junge Deutsche Physikalische Gesellschaft » (consulté le 22 octobre 2011)
  8. (de) « Physikerinnentagung » (consulté le 22 octobre 2011)
  9. (de) « 30.000ster Abitur-Buchpreis durch die Deutsche Physikalische Gesellschaft im Fach Physik vergeben », sur pressrelations (consulté le 22 octobre 2011)
  10. http://www.physik-highlights.de/
  11. (de) « Welt der Physik » (consulté le 22 octobre 2011)
  12. (de) « Ehemalige Präsidenten », sur DPG (consulté le 22 octobre 2011)
  13. (en) J.L. Heilbron, The Dilemmas of an Upright Man: Max Planck and the Fortunes of German Science, Harvard University Press,‎ 2000 (ISBN 0-674-00439-6), p. 84
  14. (en) Alan D. Beyerchen, Scientists Under Hitler : Politics and the Physics Community in the Third Reich, Yale University Press,‎ 1977 (ISBN 0-300-01830-4), p. 107

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Mark Walker et Dieter Hoffmann (dir.), Physiker zwischen Autonomie und Anpassung. Die Deutsche Physikalische Gesellschaft Im Dritten Reich, Weinheim, Wiley-VCH,‎ 2006 (ISBN 3-527-40585-2)
  • (de) Dieter Hoffmann (dir.), Gustav Magnus und sein Haus, Stuttgart, Verlag für Geschichte der Naturwissenschaften und der Technik,‎ 1995

Liens externes[modifier | modifier le code]