Cédric Villani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villani.

Cédric Villani

Description de cette image, également commentée ci-après

Cédric Villani, lors de son passage à l'Espace des sciences, septembre 2012

Naissance (40 ans)
Brive-la-Gaillarde (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Mathématiques
Institutions Université Claude Bernard Lyon 1[1]
Institut Henri-Poincaré[2]
Diplôme École normale supérieure de Paris[3]
Université Paris-Dauphine[3]
Distinctions Prix de l'European Mathematical Society (2008)
Prix Fermat (2009)
Médaille Fields (2010)

Cédric Villani (né le à Brive-la-Gaillarde) est un mathématicien français, directeur de l'Institut Henri-Poincaré et professeur à l'université Claude Bernard Lyon 1. Il a reçu la médaille Fields en 2010.

Spécialiste de l'analyse, il a travaillé sur des problèmes issus de la physique statistique (équation de Boltzmann, amortissement Landau), de l'optimisation (problème du transport optimal de Monge) et de la géométrie riemannienne (théorie synthétique de la courbure de Ricci).

Biographie[modifier | modifier le code]

Cédric Villani est issu d'une famille d'universitaires et d'artistes (parmi lesquels Mario Villani, Arnaud Villani, Béatrice Bonhomme). Son frère, Vivien Villani, est compositeur. Ses deux parents (Patrice et Jacqueline Villani) enseignent la littérature, son oncle les mathématiques. Ce sont ses enseignants et ses lectures personnelles qui développent son goût pour les mathématiques. Après avoir effectué sa scolarité à Brive puis à Toulon, il intègre une classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, puis l'École normale supérieure de Paris (S 1992). Il se spécialise alors dans l'analyse mathématique et commence ses travaux de recherche sous la direction de Pierre-Louis Lions (Université Paris-Dauphine, médaillé Fields en 1994[3]).

Surnommé « Marsu » par ses camarades de l'École normale supérieure, il est élu président de l'association des élèves en 1994 ; il s'investit en particulier dans l'organisation du bicentenaire de l'école.

En 1996, il devient agrégé-préparateur (« caïman ») à l'ENS et, En 1998, il soutient sa thèse, Contribution à l'étude mathématique des gaz et des plasmas, dans laquelle il étudie en particulier les effets des collisions rasantes dans les gaz et l'augmentation de l'entropie selon la théorie de Boltzmann.

En 2000, il devient Professeur des universités à l'École normale supérieure de Lyon[3], dans la section 26 (mathématiques appliquées), poste qu'il occupe jusqu'en 2010. En 1999, il est professeur invité à Georgia Tech, en 2004 au Miller Institute (Berkeley, Californie), en 2009 à l'Institute for Advanced Study (Princeton, New Jersey) et invité tout au long de l'automne 2013 au semestre de recherche sur le transport optimal qui se tient au Mathematical Sciences Research Institute (MSRI) à Berkeley.

De 2007 à 2010, Cédric Villani est membre de l'Institut universitaire de France. En 2009[4], il devient directeur de l'Institut Henri-Poincaré avec Jorge Kurchan comme directeur adjoint[2]. Depuis septembre 2010, il est professeur des universités à l'université Claude Bernard Lyon 1[1]. Il est ensuite promu à la classe exceptionnelle des professeurs des universités[5].

Cédric Villani s'investit régulièrement dans la communication scientifique auprès de différents publics : conférences dans les écoles et lycées, conférences publiques en France et à l'étranger, participation régulière à des émissions et chroniques ainsi qu'à des festivals scientifiques. Ses activités se sont intensifiées après l'obtention de la médaille Fields (« La formule Villani » sur France Info en décembre 2011 et juillet 2012 ; « cartes blanches » dans Le Monde Sciences & Technologies ; « On n'est pas couché » sur France 2 Samedi 22 février 2014...).

En 2013, il présente la réédition de la collection Le monde est mathématique (éd. RBA, Paris)[n 1],[6],[7],[8].

Il participe au documentaire Comment j'ai détesté les Maths, d'Olivier Peyon, sorti en France en novembre 2013, expliquant l'impact des mathématiques dans la société actuelle (éducation, finances et recherches…)[9].

Il est élu à l'Académie des Sciences le 10 décembre 2013[10].

Il soutient Anne Hidalgo pour les élections municipales de mars 2014 et préside son comité de soutien[11].

Travaux[modifier | modifier le code]

Avec son excentricité et son look désuet (cheveux mi-longs « à la romantique », col à jabot et lavallière de soie, broche-araignée en ambre), il se surnomme la « Lady Gaga des maths » depuis qu'un magazine l'a appelé ainsi[12].

Cédric Villani a travaillé sur la théorie des équations aux dérivées partielles de la physique statistique, en particulier sur l'équation de Boltzmann. Avec Giuseppe Toscani, il a démontré une conjecture formulée par Carlo Cercignani sur la production d'entropie dans l'équation de Boltzmann. Avec Laurent Desvillettes, il a été le premier à établir des estimations de convergence vers l'équilibre pour l'équation de Boltzmann dans un contexte non perturbatif, sous l'hypothèse de régularité uniforme. Avec Clément Mouhot, il a établi que l'amortissement Landau s'applique dans un contexte perturbatif non linéaire[13].

Cédric Villani travaille également sur la théorie du transport optimal ; il a écrit les deux traités[14],[15] de référence sur le sujet. Ses travaux avec Felix Otto (en) puis John Lott (en) incluent en particulier des applications à la géométrie différentielle, liant la courbure de Ricci, le transport optimal et l'entropie. La théorie de Lott-Sturm-Villani utilise le comportement de l'entropie vis-à-vis du transport optimal pour fournir une définition « synthétique » des bornes inférieures sur la courbure de Ricci ; Anton Petrunin a montré que cette théorie est compatible avec la théorie classique de Cartan-Alexandrov-Toponogov des bornes inférieures sur la courbure sectionnelle (en).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Participation à des institutions[modifier | modifier le code]

  • Éditeur des revues scientifiques Inventiones Mathematicae, Journal of Functional Analysis, Journal of Mathematicals Physics et Journal of statistical Physics.
  • Depuis 2010, membre du conseil scientifique d'Universcience.
  • Depuis 2012, président du Conseil scientifique de AIMS-Senegal, en liaison avec l'Institut AIMS-Senegal, fondé par Neil Turok.
  • Depuis 2012, président de l'association Musaïques, fondée par Patrice Moullet.
  • Depuis 2012, administrateur du think-tank pro-européen d'EuropaNova. Dans le contexte d'EuropaNova, Cédric Villani a également fait partie de la première promotion des European Young Leaders (programme 40 under 40).

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je vous invite à nous suivre dans l’exploration de ce monde mathématique qui n’est autre que notre monde à nous tous. »

    — Cédric Villani, Le nombre d’or, 4e de couverture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Geneviève Fioraso félicite Cédric Villani pour sa nomination », sur http://www.univ-lyon1.fr,‎ 12 mars 2013 (consulté le 16 juin 2013).
  2. a et b « L'institut Henri Poincaré », sur http://www.ihp.fr (consulté le 16 juin 2013).
  3. a, b, c, d et e Elsa Champion, « Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields 2010 », CNRS,‎ 19 août 2010.
  4. « Dans le métier de mathématicien subsiste une grande part d'aventure », sur Le Monde (consulté le 16 juin 2013).
  5. Bilan 2011 de la section 26 du Conseil national des Universités
  6. « Le monde est mathématique », sur Images des mathématiques
  7. « Le monde est mathématique »
  8. « Le monde est mathématique », sur Le Monde
  9. Fiche du film sur le site Allociné
  10. Cédric Villani à l'Académie des Sciences, Le Figaro, le 10/12/13, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/12/10/97001-20131210FILWWW00523-cedric-villani-a-l-academie-des-sciences.php
  11. Philippe Martinat, « Municipales à Paris : Hidalgo «est très en avance sur la concurrence» », Le Parisien,‎ 12 janvier 2014 (lire en ligne)
  12. Nicolas Delesalle, « Cédric Villani, “la Lady Gaga des maths” », sur Télérama,‎ 22 octobre 2011.
  13. Clément Mouhot et Cédric Villani, « On landau damping », Acta Mathematica, Springer, vol. 207,‎ 2011, p. 29-201
  14. Optimal Transport, site de Springer.
  15. Optimal Transport: old and new, site de AMS.
  16. « Vous cherchez un expert », sur http://www.upmc.fr (consulté le 16 juin 2013), Université Pierre-et-Marie-Curie.
  17. « Site du collège de france »
  18. « Page du site Jacques Herbrand », sur http://www.academie-sciences.fr, Académie des Sciences (France).
  19. (en) (en) « Les gagnants du prix EMS », sur http://www.euro-math-soc.eu/, European Mathematical Society
  20. « Prix Fermat », sur http://www.math.univ-toulouse.fr/, Institut de Mathématiques de Toulouse.
  21. (en) « Site du prix Henri Poincaré », sur http://www.iamp.org/, International Association of Mathematical Physics.
  22. (en) Horng-Tzer Yau, « The Work of Cédric Villani », ICM Proceedings, Congrès international des mathématiciens,‎ 2010 (lire en ligne [PDF])
  23. (en) « Fields Medal – Cédric Villani », sur Congrès international des mathématiciens,‎ 2010
  24. Page de l'AMS pour le prix Doob 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article de presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]