Philippe Aghion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Mario Aghion, né le 17 août 1957[1] à Paris, est un économiste français. Il enseigne actuellement à l'université Harvard et à l'École d'économie de Paris.

Fils de Raymond et Gaby Aghion[2], ancien élève de l'École normale supérieure de l'enseignement technique (devenue en 1985 ENS Cachan), titulaire d'un doctorat de 3e cycle d’économie mathématique de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, docteur en économie de l'université Harvard, il a enseigné au MIT, à l'université d'Oxford, puis à Harvard. Tout en restant professeur à cette dernière université, il enseigne à partir de 2006 à l'École d'économie de Paris.

Ses travaux de macroéconomie ont principalement porté sur les concepts d'innovation et de croissance.

Il est membre du CAE. Il a fait partie de la Commission pour la libération de la croissance française, dite Commission Attali, dont le rapport a été rendu le 23 janvier 2008 au président Nicolas Sarkozy. Il est l'un des conseillers en économie de François Hollande.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle française de 2012, il signe l'appel des économistes en soutien du candidat François Hollande[3].

Rapport Aghion (2010)[modifier | modifier le code]

Philippe Aghion a animé un groupe de réflexion d'une dizaine d’experts internationaux dont le travail a porté initialement sur une comparaison internationale de l’autonomie des universités, puis sur la mise en œuvre des campus d'excellence universitaire. Un rapport rendu fin janvier 2010 au ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse.

Ce rapport recommande de mettre en place une gouvernance équilibrée dans les établissements universitaires. S’appuyant sur les exemples de Harvard, du MIT, d’Oxford ou de Cambridge, il admet qu’il n’y a pas de modèle unique de gouvernance.

Il préconise la mise en place de deux conseils à la tête des universités. Le premier, le conseil d’administration, serait composé de personnalités pour la plupart extérieures à l’université, qui désigneraient un président doté de pouvoirs étendus. Le second s’incarnerait dans un « sénat académique », véritable force de proposition en matière scientifique et pédagogique[4].

Rapport Aghion, Pisani-Ferry & Cohen (2006)[modifier | modifier le code]

Philippe Aghion est l'un des rédacteurs (avec Elie Cohen et Jean Pisani-Ferry) du rapport Politique économique et croissance en Europe[5] publié par le Conseil d'analyse économique en 2006. Dans ce rapport, Philippe Aghion indique qu'il est favorable à la dérèglementation du marché des biens et à la libéralisation du marché des services, deux domaines « cruciaux » pour la relance de l'intégration économique européenne :

« La relance de l’intégration passe à juste titre par deux domaines cruciaux déjà identifiés : le marché des biens, avec l’achèvement de la déréglementation, et celui des services avec la libéralisation des services en réseau, la libéralisation des services aux entreprises et la libéralisation des services financiers. » (page 43)

S'agissant plus particulièrement des marchés financiers, Philippe Aghion soutient dans ce même rapport qu'il est nécessaire de poursuivre la financiarisation de l'économie pour assurer la croissance de l'Europe à long terme (cette financiarisation n'aurait par ailleurs et selon ses analyses pas d'impact sur le chômage) :

« La dérégulation financière ne semble pas avoir d’impact significatif sur le chômage. » (page 108)
« Il est connu de longue date que les marchés financiers sont l’un des domaines où la contribution de l’intégration européenne à l’efficacité économique peut être la plus forte. Celle-ci apporte en effet à la fois liquidité et diversification des risques. Elle permet donc simultanément de réduire les coûts, de réduire les primes de risque, et d’assurer la stabilité macroéconomique en présence de chocs sectoriels ou idiosyncrasiques, contribuant ainsi à la croissance à long terme. Cette dimension nous semble régulièrement sous-estimée dans l’évaluation des obstacles à la croissance européenne » (page 140)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Livre

  • Endogenous Growth Theory, MIT Press, 1998 (avec Peter Howitt)
  • L’Économie de la croissance, Economica, 2010
  • Repenser l'État, le Seuil, 2011 (avec Alexandra Roulet)

Rapports

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. Aghion, Philippe et Banerjee, Abhijit Volatility And Growth. Oxford University Press, 2005 (voir dédicace : « To our parents Gaby and Raymond Aghion… »).
  3. Philippe Aghion et al., « Nous, économistes, soutenons Hollande », Le Monde,‎ 17 avril 2012 (lire en ligne)
  4. Campus d’excellence : les pistes de Philippe Aghion, lors.fr, 8 février 2010
  5. La lettre Analyses Économiques n° 1/2006 - Janvier 2006. Philippe Aghion, Élie Cohen et Jean Pisani-Ferry, Politique économique et croissance en Europe, Rapport n°59, 23 juin 2006.
  6. CNRS, « Médaille d’argent du CNRS - 2006 », sur http://www.cnrs.fr,‎ Novembre 2006 (consulté en 5 février 2014), p. 30