Croissance exponentielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comparaison entre une croissance linéaire (en rouge), cubique (en bleu) et exponentielle (en vert)

En mathématiques, en économie et en biologie, on parle d'un phénomène à croissance exponentielle (ou géométrique) lorsque la croissance en valeur absolue de la population est proportionnelle à la population existante, c'est-à-dire lorsque le taux de croissance est constant.

Principe[modifier | modifier le code]

On exprime alors souvent la croissance sous forme d'un pourcentage : une croissance de 10 % par an signifie que la population est multipliée par 1,1 chaque année. Ainsi, pour une population initiale de 1 000 individus :

  • au bout d'un an, elle passe à 1 100 individus (1000 \times 1,1) ;
  • au bout de deux ans, elle passe à 1 210 individus (1100 \times 1,1 ou 1000 \times 1,1 \times 1,1 ou 1000 \times 1,1^2) ;
  • au bout de 7 ans, elle a quasiment doublé (1000 \times 1,1^7 = 1948,7...) ;
  • au bout de 100 ans, elle a été multipliée par 13 780 ;
  • la formule générale est Pop_n = Pop_0 \times croissance^n pour estimer la population après n année ayant une population de départ Pop0. et où croissance est le facteur multiplicatif permettant de passer d'une population à la population l'année suivante.

Une croissance exponentielle s'exprime en mathématiques :

  • pour un phénomène discret (on prend des mesures à intervalle régulier) sous forme d'une suite géométrique
  • pour un phénomène continu (on essaie de calculer ce qui se passe entre deux mesures consécutives) sous forme d'une fonction exponentielle.

Croissance exponentielle continue et taux de croissance intrinsèque[modifier | modifier le code]

La plupart des phénomènes de croissance exponentielle sont continus. On peut alors les calculer au moyen d'une fonction exponentielle : N(t) = N(0)ertN(t) est le nombre d'individus au temps t, N(0) le nombre d'individus au temps 0, r le taux de croissance intrinsèque et t le temps, e étant la constante d'Euler valant approximativement 2,718...

La notion de taux de croissance intrinsèque ne doit pas être confondue avec la notion de taux de croissance effectif. Une population avec un taux de croissance effectif de 10 % par siècle a un taux de croissance intrinsèque pour cette même période d'environ 9,53 %. En effet 1,1 ≈ e0,0953.

Un taux de croissance intrinsèque annuel de 100 % signifie que la population sera multipliée par environ 2,72 en un an, soit un taux de croissance annuel de 172 % alors qu'un taux de croissance annuel de 100 % signifie que la population a doublé en un an et donc que le taux de croissance intrinsèque annuel est de ln(2) soit environ 69 %.

Contrairement aux taux de croissance effectifs, les taux de croissance intrinsèque s'ajoutent. Ainsi un taux de croissance intrinsèque constant mensuel de 5 % correspond à taux de croissance intrinsèque annuel de 60 %. Ceci provient du fait que ces taux apparaissent en exposant.

Pour une même période de référence, le taux de croissance effectif μ et le taux de croissance intrinsèque r sont liés par la relation : 1 + μ = er.

Explosion exponentielle et ses limites[modifier | modifier le code]

On démontre en mathématiques qu'une croissance exponentielle conduit la taille de la population à croître de plus en plus vite vers +∞ ; on parle de ce fait parfois d'explosion exponentielle.

Cette évolution théorique ne résiste donc pas à l'expérience : aucun phénomène ne peut croître indéfiniment car sa croissance est limitée par le milieu dans lequel se trouve la population. Le premier à avoir soulevé un tel problème fut le pasteur Thomas Malthus en 1798 dans son Essai sur le principe de population, bien que ses prévisions sur la croissance de la population humaine ne se soient pas réalisées.

De nos jours, on admet volontiers que le développement de micro-organismes d'une culture microbiologique peut être modélisé sous forme exponentielle pour le début du développement mais que les contraintes du milieu (nutriment, volume disponible) rendent préférable, par la suite, le choix d'un modèle de Verhulst (1838).

  • \frac{{\rm d}f}{{\rm d}t}=af(f-b) dans le domaine du continu
  • u_{n+1} =au_n(u_n - b)\, dans le cas discret

avec tout le caractère chaotique que peut présenter une telle suite logistique.

Exemples[modifier | modifier le code]

Les exemples suivant suivent une croissance exponentielles :

  • l'augmentation du nombre de micro-organismes (exemple cité ci-dessus) ;
  • la formation de nouveaux produits lors des réactions en chaîne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]