Pierre-Louis Lions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lions.

Pierre-Louis Lions

Naissance 11 août 1956 (58 ans)
Grasse (France)
Nationalité Français
Champs Mathématiques
Distinctions Médaille Fields (1994)

Pierre-Louis Lions est un mathématicien français né à Grasse le 11 août 1956, lauréat de la médaille Fields en 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du mathématicien Jacques-Louis Lions. Après une fin d'études secondaires et des classes préparatoires au lycée parisien Louis-le-Grand, il est reçu aux concours d'entrée de 1975, premier ex æquo à Polytechnique et deuxième à l'École normale supérieure[1] ; Pierre-Louis Lions choisit d'intégrer l'École normale supérieure. Refusant de passer l'agrégation de mathématiques, il préfère se consacrer à la recherche en mathématiques appliquées et obtient son doctorat, dirigé par Haïm Brezis, en 1979 à l'Université Pierre-et-Marie-Curie[1]. De 1979 à 1981, il poursuit ses recherches au CNRS puis devient professeur à l'université de Paris-Dauphine. Pierre-Louis Lions est professeur à l'École polytechnique depuis 1992 et professeur invité au Conservatoire national des arts et métiers en 2000. Il est nommé professeur au Collège de France en 2002, où il est titulaire de la chaire « Équations aux dérivées partielles et applications »[2].

Les travaux mathématiques de Pierre-Louis Lions portent sur la théorie des équations différentielles partielles non linéaires. On lui doit notamment un travail conjoint avec M. G. Crandall sur les solutions de viscosité des équations de Hamilton-Jacobi, des avancées sur l'équation de Boltzmann et l'équation de Navier-Stokes, et le très célèbre principe de concentration-compacité. Depuis 2006, les travaux de Pierre-Louis Lions, ainsi que ses cours au Collège de France, portent sur la théorie des jeux à champ moyen qu'il a développée avec Jean-Michel Lasry.

En septembre 2006, il a été nommé membre du Haut conseil de la science et de la technologie[3].

En 2009, il est nommé président du conseil d'administration de l'École normale supérieure[4] en remplacement du conseiller d'État Jean-Claude Mallet.

Il a dirigé de nombreuses thèses, dont celle de Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields en 2010.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix de la fondation Doisteau-Blutet de l'académie des sciences (1986)
  • Prix IBM France (1987)
  • Prix d'équipe Philip Morris pour la science (1991)
  • Prix Ampère de l'Académie des sciences (1992)
  • Médaille Fields (1994)
  • Prix (d'équipe) Institut de Finance Europlace (2003)
  • Prix Thomson (2004)
  • Prix Inria (2012)[5]
  • Commandeur de la légion d'honneur (2013)[6]

Références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]