Edward Witten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Witten (homonymie).

Edward Witten

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Edward Witten à l'Université Harvard

Naissance 26 août 1951 (63 ans)
Baltimore (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Champs Physicien, mathématicien
Institutions Institute for Advanced Study
Diplôme Université Brandeis
Renommé pour Théorie des cordes, théorie M, théorie quantique des champs
Distinctions Médaille Fields (1990)
Prix Crafoord (2008)

Edward Witten, né le 26 juillet 1951 à Baltimore, est un physicien mathématicien américain, professeur de physique mathématique à l'Institute for Advanced Study de Princeton, dans le New Jersey. En 1987, il était considéré comme l'un des plus éminents physiciens vivants[1].

Il effectue des recherches sur la théorie des supercordes. Il en est considéré comme l'un de ses plus importants participants, notamment grâce à l'élaboration de la théorie M, première théorie des cordes ouvrant un horizon mathématique non perturbatif.

Il est élu associé étranger à l'Académie des sciences en 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edward Witten est né dans une famille juive à Baltimore, dans le Maryland. Fils de Lorraine W. Witten et Louis Witten, un physicien spécialisé dans la gravitation et la relativité générale, Edward Witten a obtenu un diplôme universitaire d'histoire (avec une mineure en linguistique) à l'université Brandeis. Witten avait pour ambition de devenir journaliste politique, et a publié des articles dans The New Republic et The Nation. Il a fréquenté l'université de Wisconsin-Madison pendant un semestre dans une filière d'économie à forte dominante mathématique avant d'abandonner. Après cela, il a brièvement travaillé pour la campagne présidentielle de George McGovern, puis est retourné à l'université pour suivre des cours de mathématiques appliquées à Princeton, avant de changer de section et de passer avec David Gross un doctorat de physique en 1976. Il est actuellement professeur de physique mathématique à l'Institute for Advanced Study. Il est marié à Chiara Nappi, professeure de physique à l'Université de Princeton, et son frère, Matt Witten, est scénariste et producteur de séries TV comme L.A. Law et House.

Les nombreux travaux d'Edward dans le domaine de la physique théorique ont aussi eu un certain nombre de conséquences mathématiques. Witten a été essentiellement actif dans la théorie quantique des champs et celle des cordes, et dans les domaines connexes de la topologie et de la géométrie. Ses nombreuses contributions comportent une preuve simplifiée du théorème de l'énergie positive impliquant des spineurs dans la relativité générale, une étude portant sur la supersymétrie et la théorie de Morse, une introduction de la théorie topologique quantique des champs et des travaux en lien avec la symétrie miroir et les théories supersymétriques de jauge, ainsi qu'une conjecture sur l'existence d'une théorie M.

Witten a été le premier physicien à gagner la médaille Fields (1990). À propos de Witten, Sir Michael Atiyah a déclaré :

« Bien qu'il soit avant tout un physicien, sa maîtrise des mathématiques surpasse de loin la plupart des mathématiciens. Il a chaque fois surpris la communauté mathématique par la brillante application de sa perspicacité physique et a ainsi mené à de nouveaux et profonds théorèmes mathématiques... Il a eu un profond impact sur les mathématiques contemporaines. Entre ses mains la physique constitue à nouveau une riche source d'inspiration et de compréhension des mathématiques[2]. »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Witten a obtenu de nombreux prix pour ses contributions en physique et en mathématiques. Il a notamment reçu la médaille Fields en 1990, la National Medal of Science en 2004 et le prix Crafoord en 2008. Il figura sur la liste des 100 personnes les plus influentes du magazine Time en 2004. Il devient membre étranger de la Royal Society en 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) K. C. Cole, « A Theory of Everything », The New York Times Magazine,‎ 18 octobre 1987 (lire en ligne)
  2. « Although he is definitely a physicist, his command of mathematics is rivaled by few mathematicians... Time and again he has surprised the mathematical community by a brilliant application of physical insight leading to new and deep mathematical theorems... he has made a profound impact on contemporary mathematics. In his hands physics is once again providing a rich source of inspiration and insight in mathematics. », in Atiyah, Michael (2005). Michael Atiyah: Collected Works: Volume 6. Oxford Science Publications, 209,212. (ISBN 978-0198530992).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]