Terence Tao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Terence Chi-Shen Tao (sinogrammes traditionnels : 陶哲軒, sinogrammes simplifiés : 陶哲轩), né le 17 juillet 1975 à Adélaide en Australie, est un mathématicien médaillé Fields qui travaille principalement dans les domaines de l'analyse harmonique, des équations aux dérivées partielles, de la combinatoire, de la théorie analytique des nombres et de la théorie des représentations. De 1992 à 1996, Tao a été doctorant à l'université de Princeton sous la direction d'Elias Stein. Tao est actuellement professeur de mathématiques à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Les parents de Tao sont d'origine cantonaise, immigrants australiens de première génération, venus de Hong Kong[1]. Son père, William Randolph Tao (nom chinois 陶象國, pinyin Xiangguo) est pédiatre, et sa mère, diplômée de physique et de mathématique, enseignait les mathématiques à Hong Kong[2]. Il a deux frères : Nigel Tao, qui fait partie de l'équipe de Google (Australie) qui a créé Google Wave[3] et Trevor Tao, diplômé en mathématiques et en musique[3]. Tous deux ont représenté l'Australie aux Olympiades internationales de mathématiques.

Enfance[modifier | modifier le code]

Tao était un enfant prodige[4]. Son père a dit à la presse qu'à l'âge de deux ans, durant une fête familiale, Tao tenta d'expliquer à un autre enfant (âgé de 5 ans) des éléments d'écriture et d'arithmétique. Quand son père lui demanda d'où il les connaissait, il lui dit qu'il se les était appris seul en regardant 1, rue Sésame[5]. En dehors de l'anglais, Tao parle cantonais, mais n'écrit pas le chinois.

Tao montra des capacités mathématiques extraordinaires depuis son plus jeune âge, assistant par exemple à des cours de niveau universitaire dès neuf ans. Il est l'un des deux seuls enfants dans l'histoire du programme d'étude de talents exceptionnels (en) de l'université Johns-Hopkins à avoir obtenu un score de 700 ou plus (760 dans son cas) dans la section mathématique du SAT alors qu'il avait tout juste huit ans[6]. En 1986, 1987, et 1988, Tao fut le plus jeune participant à ce jour aux Olympiades internationales de mathématiques (il était âgé de dix ans à sa première participation), concourant pour l'Australie et gagnant respectivement des médailles de bronze, argent, et or  ; il gagna une médaille d'or alors qu'il avait tout juste 13 ans, performance qui n'a jamais été égalée par la suite.

Études universitaires[modifier | modifier le code]

Il reçut son master (à 17 ans) de l'université Flinders en Australie (études menées sous la direction de Garth Gaudry), et remporta une bourse Fulbright pour poursuivre des études de 3ème cycle aux États-Unis ; ce qu'il fit entre 1992 et 1996 à l'université de Princeton sous la direction de Elias Stein, recevant son Ph.D. à 20 ans[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Terence Tao en 2006.

En 1996, à 21 ans, il fut promu professeur à l'UCLA et reste le plus jeune enseignant jamais promu à ce rang par cette institution. Il a depuis reçu de nombreux prix, dont la médaille Fields en 2006.

Tao vit actuellement avec sa femme et son fils à Los Angeles.

Travaux[modifier | modifier le code]

Le théorème de Green et Tao[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorème de Green-Tao.

En 2004, Ben Green et Terence Tao présentèrent une prépublication[8] (publiée aux Annals of Mathematics en 2008[9]) de ce qui est désormais connu sous le nom de théorème de Green-Tao. Ce théorème établit qu'il existe des progressions arithmétiques de nombres premiers arbitrairement longues.

Conjecture de Kakeya[modifier | modifier le code]

Tao a aussi travaillé sur la conjecture de Kakeya et les wave maps.

Acquisition comprimée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Acquisition comprimée.

Vers 2004, Emmanuel Candès, Terence Tao et David Donoho découvrirent des résultats importants sur le nombre minimum de données nécessaires à la reconstruction d'une image qui apparut plus petit que le nombre minimum déterminé par le critère de Nyquist-Shannon.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1986, 1987 et 1988, il remporte les médailles de bronze, argent, puis or aux Olympiades internationales de mathématiques.

Il reçoit le Prix Salem en 2000, le Prix Bocher en 2002 (conjointement avec Daniel Tataru (de) et Fang-Hua Lin (en)), et un Prix de la Fondation Clay en 2003, pour ses contributions en analyse dont ses travaux sur la conjecture de Kakeya. En 2005, c'est le prix Levi L. Conant (de) (conjointement avec Allen Knutson)[10].

En 2006, médaille Fields, et la même année, un prix MacArthur.

En 2007, il est élu membre de la Royal Society, en 2008, il devient associé étranger de la National Academy of Sciences et en 2009, il est élu membre de l'Académie américaine des arts et des sciences.

Le 11 janvier 2010, la fondation du roi Fayçal (en) a annoncé que Tao était le covainqueur (avec Enrico Bombieri) du prix international du roi Fayçal dans le domaine des sciences pour ses travaux mathématiques[11]. Il a également reçu en 2010 le prix Nemmers en mathématiques[12].

Le prix Crafoord 2012 lui a été décerné[13] et il fait partie des cinq lauréats de la première édition du Breakthrough Prize in Mathematics (en), en 2014.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wen Wei Po (en), page A4, 24 août 2006 (en).
  2. Oriental Daily (en), Page A29, 24 août 2006 (en).
  3. a et b Nigel makes Waves: Google's bid to overthrow email, Asher Moses, Sydney Morning Herald, 2009-10-02 (en)
  4. M. A. Clements, "Terence Tao", Educational Studies in Mathematics (1984, vol 15, p. 213–238) (en)
  5. Apple Daily, Page A4, 24 août 2006 (en).
  6. Radical acceleration in Australia: Terence Tao (en)
  7. It's prime time as numbers man Tao tops his Field (en)
  8. B. Green, T. Tao, The primes contain arbitrarily long arithmetic progressions, prépublication sur arXiv(en)
  9. B. Green, T. Tao, The primes contain arbitrarily long arithmetic progressions, Ann. of Math. (2) 167 (2008), no. 2, p. 481-547 (en)
  10. Levi L. Conant Prize, sur le site de l'AMS
  11. Les vainqueurs du prix pour 2010 (en)
  12. Annonce du prix (en)
  13. http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/mathematiques-1/d/prix-crafoord-2012-de-mathematique-les-surdoues-de-lanalyse-harmonique_36170/.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]