Centre gauche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le centre gauche désigne un positionnement politique qui se réclame des valeurs de la gauche, mais rejette la gauche traditionnelle, le marxisme et adhère aux principes de l'économie de marché. Cependant, ce terme a été utilisé pour la première fois en France, en 2014, dans le discours de François Hollande affirmant une politique sociale-démocrate. Ce fut la première affirmation d'économie de marché par les socialiste Français, un siècle après celle des socialiste Allemands.

Le groupe parlementaire centre gauche en France sous la IIIe République[modifier | modifier le code]

Créé en 1871, au début de la Troisième République, pour soutenir Adolphe Thiers, le centre gauche désigne un groupe parlementaire rassemblant des héritiers de la tradition libérale et orléaniste ralliés à la République[1]. Il fut actif entre février 1871, date de l'arrivée de Thiers au pouvoir, et décembre 1879, ne donnant pas moins de la moitié des ministres[2]. Il conservera jusqu'en 1882, date à laquelle il cesse d'être la première force sénatoriale, une grande influence dans les choix politiques du gouvernement républicain[1].

Parmi ses grandes figures, on peut citer Édouard de Laboulaye, Jules Dufaure, Charles de Rémusat, William Waddington, Léon Say, Agénor Bardoux, Émile de Marcère, Auguste Casimir-Perier, Jean Casimir-Perier, Edmond Schérer, Jules Barthélémy-Saint-Hilaire, Georges Picot et Albert Christophle. Une grande partie de ces figures politiques appartient à la grande bourgeoisie d'affaires, établissant ainsi un « contrat républicain » entre le pouvoir politique et le pouvoir économique qui a joué un rôle primordial dans l'adoption définitive de la République[1].

Le journal Le Parlement (1879-1884), fondé par Jules Dufaure avec Alexandre Ribot et Georges Picot, sera l'organe quasi officiel du groupe Centre gauche avant d'être repris par le Journal des Débats, également proche de cette mouvance et codirigé alors par Léon Say. À partir de 1889, le centre gauche est structuré par l'Union libérale républicaine, qui participe à la création de la Fédération républicaine en 1903.

Parmi les héritiers d'une certaine tradition centre gauche figurent également les républicains modérés Alexandre Ribot, Raymond Poincaré et Louis Barthou et à ses débuts politiques (1885-1889) le député du Tarn Jean Jaurès. Celui-ci siège alors au centre gauche parmi les républicains opportunistes, qui occupent désormais, selon le phénomène du sinistrisme, cette place dans l'échiquier politique. Puis, à mesure que s'installe la IIIe République au XXe siècle, c'est le parti radical qui occupera l'espace politique au centre gauche.

Autres regroupements[modifier | modifier le code]

Le terme peut renvoyer également à une coalition de forces politiques au sein du gouvernement entre la gauche et le centre. Ce fut le cas en Italie avec L'Olivier qui, sous l'impulsion de Romano Prodi, regroupa des sociaux-démocrates et des chrétiens-démocrates, sans que la synthèse des idées ait été pour autant évidente[3]. Il faut cependant noter que, dans ce cas de figure, centre gauche est surtout un terme journalistique, les démocrates italiens ne se réclamant pas très clairement de cette catégorie politique.

On parle également de centre gauche dans les pays nordiques pour qualifier une coalition au pouvoir entre des partis centristes et des partis de gauche, basée généralement sur un programme commun de compromis gouvernemental entre les différents partis composant la coalition.

En France, le terme désigne également la position particulière tenue par le gaullisme de gauche.

Interprétation différente selon les pays[modifier | modifier le code]

Ce terme est couramment utilisé par les anglo-saxons (centre-left) pour qualifier les systèmes politiques de la France et des pays latins[4].

La notion a également évolué selon les époques. Politiquement, Cavour s'est appuyé sur un centre gauche piémontais lors de l'unification de l'Italie, qui n'a rien à voir avec la définition du centre gauche contemporain[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Garrigues (1993), Léon Say et le Centre gauche 1871-1896. La grande bourgeoisie libérale dans les débuts de la Troisième République. Thèse : Université de Paris X - Nanterre.
  2. Emile de Marcère, Le Seize mai et la fin du septennat, p.VIII
  3. L'Humanité, « Italie : Le centre gauche en mal d’identité » (consulté le 31 mai 2010)
  4. (en) Angelique Chrisafis, « François Hollande seeks to reassure UK and City of London », The Guardian, 14 février 2012, consulté le 21 janvier 2013.
  5. S.Bernstein, Histoire de l'Europe contemporaine, le XIXème siècle de 1815 à 1919, Hatier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]