David II de Trébizonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David II.

David II de Trébizonde ou David Comnène est le dernier empereur de Trébizonde. Il règne de 1458 jusqu’au 15 août 1461.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Alexis IV et de son épouse Théodora, marié à Hélène Cantacuzène, il succède en 1458 à son frère Jean IV Calojean à la tête de l’Empire de Trébizonde en écartant son neveu Alexis V qui n’est qu'un enfant.

En 1458, il est contraint à accepter la vassalisation de l'Empire de Trébizonde aux Ottomans. Cependant, il espère se libérer de leur joug en formant une coalition militaire avec les États d'Europe occidentale, la Géorgie et l'émirat de Sinope[1].

Assiégé dans Trébizonde par les forces du sultan Mehmet II, il se voit offrir une offre de reddition par le grand vizir Mahmud. Pour éviter la destruction et le pillage de la ville, il l'accepte (probablement sur les conseils de son logothète Georges Amiroutzès, qui est alors chargé des pourparlers de paix avec le sultan) et se rend sans combattre[2].

David est embarqué avec sa famille sur un navire turc en direction de Constantinople, puis d’Andrinople. Des domaines lui sont attribués dans la vallée du Strymon.

En 1463, il est accusé d’avoir pris part à un complot et arrêté. Décidé à empêcher la perpétuation de la dynastie des Grands Comnènes, Mehmet II condamne à mort David, mais lui promet la vie sauve s'il se convertit à l'islam[1]. Comme il refuse, lui et ses fils sont tués le 1er novembre 1463 à Constantinople ; leurs restes sont éparpillés dans la campagne.

L’impératrice Hélène se retire à l’extérieur de la ville, blottie dans une niche, et inhume en secret les corps de son époux et de ses fils, malgré l’ordre du sultan de les voir dévorer par les corbeaux et les chiens. Elle meurt de chagrin quelques jours plus tard.

L'empereur David II de Trébizonde a été canonisé par le patriarche de Constantinople à la demande de l'église grecque en août 2013[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Patriarchate of Constantinople canonizes the last Trebizond emperor », sur http://www.pravoslavie.ru/,‎ 2 août 2013 (consulté en 16 décembre 2013).
  2. Albrecht von Haller, Gabriel Seigneux de Correvon, Usong: histoire orientale, Valade, 1763 , p. 258.
  3. (en) « Patriarchate of Constantinople canonizes the last Trebizond emperor », sur http://www.pravmir.com/,‎ 5 août 2013 (consulté en 16 décembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D. Nicol, Les derniers siècles de Byzance, Éd. Les belles lettres.

Liens externes[modifier | modifier le code]