Bourbon-l'Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourbon et Archambault (homonymie).
Bourbon-l’Archambault
Image illustrative de l'article Bourbon-l'Archambault
Blason de Bourbon-l’Archambault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Bourbon-l'Archambault
Intercommunalité Communauté de communes en Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Yves Girardot
2014-2020
Code postal 03160
Code commune 03036
Démographie
Population
municipale
2 558 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 03″ N 3° 03′ 26″ E / 46.5841666667, 3.0572222222246° 35′ 03″ Nord 3° 03′ 26″ Est / 46.5841666667, 3.05722222222  
Altitude Min. 215 m – Max. 321 m
Superficie 54,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Bourbon-l’Archambault

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Bourbon-l’Archambault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourbon-l’Archambault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourbon-l’Archambault

Bourbon-l'Archambault est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne. Elle est le cœur historique de l'ancienne province du Bourbonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Étang au pied de la forteresse
Pêcherie fortifiée à Bourbon-l'Archambault

Situé au cœur du bocage bourbonnais, Bourbon-l'Archambault dispose d'un étang barré dès l'époque carolingienne et est arrosé par la Burge, le Chamaron et le ruisseau du Pont de Briare, petites rivières locales.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bourbon est issu du théonyme Borvo (connu aussi sous les graphies Bormo, Boramus ou Borvoni), dieu guérisseur de la mythologie celtique gauloise, associé à l’eau et aux sources thermales[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Porche de l'église Saint-Georges
Tour Qui qu'en grogne
Blason d'origine (Bourbon et Dampierre-Bourbon)
Blason de la Maison de Bourbon, parfois utilisé comme blason de la ville

L'agglomération antique de Bourbon se trouvait dans la cité des Bituriges et dépendait ainsi à cette époque de Bourges (Avaricum). La ville est traversée par plusieurs voies romaines reliant Bourges à Autun, Lyon et Clermont-Ferrand. Traces d'un ancien temple dédié à Apollon (à l'emplacement de l'église Saint-Georges}

Ancienne capitale de la seigneurie de Bourbon (avant Moulins), la ville doit son nom à ses seigneurs, dont neuf portèrent le nom d'Archambault, pendant une période qui alla du Xe au XIIe siècle (le 1er vivait en 959 ; le second en 1018 ; le 3e en 1064 ; le 4e en 1075 ; le 5e en 1096 ; le 6e en 1099 ; le 7e en 1177 ; le 8e en 1200 ; le 9e en 1249). Le bourg fut doté d'une puissante forteresse, agrémentée de quinze tours. Elle fut utilisée jusqu'au XVe siècle. Au XVIIe siècle, on redécouvrit les sources thermales, qui sont toujours en activité aujourd'hui. Au XIXe siècle, la forteresse fut presque entièrement rasée. Heureusement, trois tours furent sauvées grâce à l'action du poète Achille Allier.

Pendant la Révolution française, la ville prit le nom de Burges-les-Bains[2], rappelant à la fois la petite rivière qui traverse la commune et l'activité thermale qui en faisait la réputation.

Les thermes[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, les 'bains' de Bourbon étaient les plus célèbres de ce temps. Depuis les Romains, en effet, qui en dédièrent les eaux au dieu Borvo, d'où sortit plus tard le nom de la ville, les thermes de Bourbon jouirent dans l'ancienne France d'un large renom ; poètes et docteurs vantaient à l'envi leur efficacité. Le médecin Jean Aubéry les célébra en latin et en français, et enfin le docte Isaac Cottier fit, comme Jean Pascal, un traité ad hoc, pour démontrer que les eaux de Bourbon étaient les plus visitées et fréquentées de France. Ce qui semble prouver qu'il n'exagérait pas, c'est que les plus grandes dames du XVIIe siècle, la princesse de Conti, Mme de Sévigné et Mme de Montespan, vinrent tour à tour à Bourbon ; la dernière y planta même les allées en amphithéâtre qui ont gardé son nom.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ?  ? Alexis Gaume PCF Conseiller général du canton de Bourbon-l'Archambault (1945-1961)
mars 1977 mars 1989 Robert Chaput PCF Conseiller général du canton de Bourbon-l'Archambault (1985-2003)
mars 1989 juin 1995 M. Bailly DVD  
juin 1995 17 mai 2003
(décès)
Robert Chaput PCF Conseiller général du canton de Bourbon-l'Archambault (1985-2003)
mai 2003 mars 2014 Jacky Belien PCF  
2014 en cours
(au 27 septembre 2014)
Yves Girardot[3] DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 558 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 603 2 358 2 557 2 850 2 902 3 017 2 975 3 077 3 094
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 118 3 292 3 466 3 724 3 784 4 215 4 456 4 008 3 577
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 600 3 574 3 423 2 931 2 856 2 787 2 784 2 768 2 663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 607 2 607 2 598 2 550 2 630 2 564 2 576 2 617 2 582
2011 - - - - - - - -
2 558 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Selon l'Insee, la commune comptait 1 177 emplois lors du recensement de 2006. Ces derniers se repartissent selon les catégories suivantes :

Secteur Nombre  %
Agriculture 130 11,0 %
Industrie 135 11,5 %
Construction 55 4,7 %
Commerce 94 8,0 %
Services 764 64,9 %
Source : INSEE RP2006

En mars 2010, selon le registre du commerce, Bourbon-l'Archambault compte 202 sociétés enregistrées sur la commune, de la société civile immobilière à de plus importantes entreprises. Parmi les 176 sociétés dont le siège est domicilié sur la commune, les plus importantes en termes de salariés employés sont :

Différentes agences bancaires sont disponibles dans la commune : La Banque postale, BNP Paribas, la Caisse d'épargne d'Auvergne et du Limousin et le Crédit Agricole Centre France.

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Ancien casino, construit en 1888. Il abrite aujourd'hui au rez-de-chaussée le musée Augustin-Bernard et au premier étage la médiathèque municipale. Le deuxième étage comprend une salle d'exposition et des salles accueillant des ateliers (pratiques artistiques, informatique). Les collections du musée concernent les domaines suivants : antiquités gallo-romaines, époque médiévale (Vierge romane, maquette de la forteresse), thermalisme, vie rurale dans le bocage bourbonnais.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Bourbon-l'Archambault
Église Saint-Georges
Maison des chanoines, à l'entrée de la forteresse
Remparts et maisons du XVe siècle. Quartier de la Sainte-Chapelle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tours nord de la forteresse de Bourbon–l'Archambault

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Venceslas Kruta, Les Celtes, histoire et dictionnaire, p. 483.
  2. a et b « Notice communale de Bourbon-l'Archambault », sur la base Cassini (consulté le 27 juin 2012)
  3. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Notice no PA00093011 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Ancien château
  6. « Notice no PA00093010 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Château
  7. « Notice no PA00093012 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Eglise Saint-Georges
  8. Jean Dupont, Nivernais Bourbonnais roman, pp. 316-317, Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps" n°45), La Pierre-qui-Vire, 1976
  9. Cf. E. Cottier, pp. 28-29, in Bibliographie de Montdory.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]