Autry-Issards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autry-Issards
L'église de la Sainte-Trinité
L'église de la Sainte-Trinité
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Souvigny
Intercommunalité Communauté de communes en Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Bernard Debeauvais
2014-2020
Code postal 03210
Code commune 03012
Démographie
Population
municipale
362 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 58″ N 3° 08′ 11″ E / 46.5494444444, 3.13638888889 ()46° 32′ 58″ Nord 3° 08′ 11″ Est / 46.5494444444, 3.13638888889 ()  
Altitude Min. 227 m – Max. 335 m
Superficie 19,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Autry-Issards

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Autry-Issards

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Autry-Issards

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Autry-Issards

Autry-Issards est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne. Elle fait partie du canton de Souvigny.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2014 Jean-Pierre Laloue DVG  
avril 2014 en cours Bernard Debeauvais[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 362 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 590 680 665 639 638 629 613 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
609 642 673 713 738 628 650 658 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
688 678 659 531 527 443 466 411 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
347 339 311 307 327 307 320 317 339
2011 - - - - - - - -
362 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de la Sainte-Trinité
Coin de rue à Autry-Issards
Prieuré Saint-Maurice
  • L'église de la Sainte-Trinité est une église romane dont l'essentiel remonte au début du XIIe siècle avec magnifique portail et tympan sculpté et clocher.
L'héritage du haut Moyen Âge (édifice long et bas ; utilisation répétée du linteau en bâtière) et les influences décoratives clunisiennes (pilastres cannelés notamment) s'y conjuguent. Le décor du portail (pilastres cannelés et rinceaux enchevêtrés) rappelle fortement certains éléments décoratifs de l'abbatiale de Chézal-Benoît (Cher), construite dans la première moitié du XIIe siècle. Le clocher surmonté de sa flèche de pierre est un des plus hauts du département. Le tympan présente deux anges qui soutiennent une mandorle où trônait auparavant un christ en gloire que l'on retrouve dans l'église voisine de Meillers. Ils sont entourés d'arcades où sont pendues des lampes.
Très rare, l'artiste a signé son oeuvre : "Natalis me fecit".
À l'intérieur, Descente de croix : peinture sur bois, fin du XVe siècle, école flamande.
L'église fait partie des nombreuses églises romanes du pays de Souvigny. Elle a été classée Monument historique le 14 mars 1927[4], [5].
  • Château du Plessis, XIVe siècle. Le château a été inscrit sur l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 13 février 1928[6], [7].
  • Château d'Issards. Le château comprend une partie ancienne (tour et escalier d'honneur accolé), datant de la fin du XVe siècle, et une partie construite entre 1862 et 1870 par l'architecte Jean Moreau (1828-1899) pour le comte Louis Gabriel Carré d'Aligny. Le château a été inscrit sur l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 9 avril 2001[8], [9].
  • Prieuré Saint-Maurice, style roman XIIe siècle. L'ancien prieuré a été inscrit sur l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 6 juin 1933[10],[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lacorne, notaire, né en 1940 à Autry-Issards et président ASF France Aviation Sans Frontières.
  • Christian Chalmin, éditeur, né en 1947 à Autry-Issards et maire de la commune de 1989 à 1995.
  • Sanne Spangenberg, Franco-Néerlandaise née à Moulins en 1993, élue miss Auvergne 2012, y a vécu jusqu'à sa majorité. Elle participe à l'élection de Miss France 2013 le 8 décembre 2012 en direct sur TF1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]