Yzeure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yzeures-sur-Creuse.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Izeure.
Yzeure
Vue aérienne du centre d’Yzeure
Vue aérienne du centre d’Yzeure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Yzeure
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Moulins
Maire
Mandat
Pascal Perrin
2014-2020
Code postal 03400
Code commune 03321
Démographie
Gentilé Yzeuriens
Population
municipale
12 990 hab. (2011)
Densité 300 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 01″ N 3° 21′ 19″ E / 46.5669444444, 3.3552777777846° 34′ 01″ Nord 3° 21′ 19″ Est / 46.5669444444, 3.35527777778  
Altitude Min. 217 m – Max. 278 m
Superficie 43,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yzeure
Liens
Site web http://www.ville-yzeure.com/

Yzeure est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Ses habitants sont appelés les Yzeuriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-est du département de l'Allier, en Sologne bourbonnaise. C'est la cinquième commune du département de l'Allier. Elle forme une agglomération avec principalement la ville de Moulins, préfecture de l'Allier, et la ville d'Avermes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Yzeure est limitrophe avec 7 communes :

Rose des vents Avermes Gennetines, Chézy Rose des vents
Moulins N Lusigny, Montbeugny
O    Yzeure[1]    E
S
Bressolles Toulon-sur-Allier

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La RN 7 contournée passe par le territoire de la commune. Deux échangeurs (46 et 47) la desservent.

  • RD 12 (vers Montbeugny)
  • RD 30 (vers La Chapelle-aux-Chasses)
  • RD 194 (vers Gennetines)
  • RD 225 (vers Lusigny)
  • RD 493
  • RD 494
  • RD 525
  • RD 707 (ancienne RN 7, à la frontière avec Moulins)
  • RD 779 (vers Chevagnes et Bourbon-Lancy)

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Moulins-sur-Allier est la gare SNCF la plus proche. Les bus des lignes C et D peuvent donner correspondance à un train TER Auvergne en direction de la gare de Clermont-Ferrand ou à des Intercités à cette même destination ou les gares de Nevers ou de Paris-Bercy.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par 5 lignes du réseau Aléo :

  • la ligne B, reliant la mairie d'Avermes à la place Jean-Moulin en desservant le parking Grillet, l'hôtel de ville et le collège, entre h 30 et 19 h 20 du lundi au vendredi et entre h 30 et 18 h 50 le samedi et pendant les vacances scolaires[2] ;
  • la ligne C reliant Chartreux École au quartier du Plessis en desservant le quartier des Cladets, entre h 35 et 19 h 50 du lundi au vendredi et entre h 15 et 19 h 40 le samedi et pendant les vacances scolaires[3] ;
  • la ligne D relie le quartier du Plessis à la place des Martyrs à Moulins rive gauche via Yzeurespace, l'hôtel de ville et la gare SNCF, entre h 40 et 19 h 50 du lundi au samedi et entre h 30 et 20 h le samedi et pendant les vacances scolaires[4] ;
  • la ligne F relie Bressolles au parking Grillet via la gare SNCF, le collège et l'hôtel de ville, uniquement en période scolaire en harmonie avec la sortie des élèves du collège[5] ;
  • la ligne scolaire 5 relie l'hôtel de ville à la place d'Allier, au lycée Théodore-de-Banville et aux collèges Anne-de-Beaujeu et Émile-Guillaumin à Moulins[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé par le conseil municipal le 15 février 2013[7].

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

La commune aménage Yzatis (médiathèque, cyber-base, espace forme)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Yzeure : forme originelle d'Iciodorum - deux traductions possibles des deux termes gaulois, icio et dorum :

Itio serait un nom de personne (Itis) et doro désigne la porte et à partir de là un bourg fortifié où l'on accède par une porte la ville d’Itius.

Icio - itio - iccio est un adjectif gaulois lié à l’eau et Dorum désigne la porte, dans le sens du passage. Comme nous disons, « eau courante », les gaulois disaient « eau passante ».

Les premiers Yzeuriens : ATIPASTU, ADAXILU, ABINOS, ATONILLOS, ASSULATOS, ANDROULOS, ATIASSU sont les premiers yzeuriens connus, grâce à la découverte, dans un fossé du début du premier siècle, d’une liste de noms gravés sur un vase.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le trésor de Saint-Bonnet : en 1827, Claude-Henri Dufour découvre un petit four et des figurines en argile datant du premier siècle avant notre ère… Ces statuettes gallo-romaines témoignent d'une religion populaire ignorée. Aucun texte n'en parle.

Au Moyen Âge, il y avait une maison forte, disparue, dite de « Pré Puttet » ou le « Champ Putet »[8],[9] datant probablement du XIVe siècle et qui fut occupée jusqu'à la fin du XVIIe siècle.

En 1633, est cité Antoine des Essars, sieur de Putay.

La maison forte se trouvait au fond d'un vallon, le côté nord s'appuyant sur le ruisseau de la Rigollée. Elle se dressait sur une plate-forme rectangulaire fossoyée surélevée de 28 × 30 m[10] construite à partir des matériaux de creusement des fossés. Les fossés en forme de U ont une largeur de 9 m et sont profond de 1,60 m. Son organisation, nous est connu, des fouilles ont mis au jour : un mur d'enceinte de 0,80 m de large épousant le tracé de la plate-forme, une cour d'une superficie de 250 m2, qui s'étendait devant la maison forte[11] et la présence d'une tour ronde de 5 m de diamètre. Un puits se trouvait au centre de la cour[12].

Entre 1795 et 1800, la commune absorbe celle voisine de Saint-Bonnet-et-Saint-Jean, soit une augmentation de population de 349 habitants[13] ; cette dernière porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Mont-Grillet[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, le député-maire sortant, Guy Chambefort, ne s'est pas représenté[14]. Le premier tour n'a pas désigné d'élu dans l'immédiat. Au second tour, Pascal Perrin est élu maire d'Yzeure. Le taux de participation est de 66,63 %[15].

33 sièges sont à pourvoir au conseil municipal dont 13 au conseil communautaire[15].

Composition du conseil municipal en 2014[15],[16]
Nuance Liste présidée par Résultats tour 1/tour 2 Sièges CM/CC
FG « Avec nous Yzeure, c'est vous » Jacques Cabanne 28,95 % 26,44 % 4 (1)
DVD « Yzeure autrement » Michel Samzun 29,28 % 30,93 % 5 (2)
PS « Yzeure, continuons l'action » Pascal Perrin 41,76 % 42,61 % 24 (10)

Administration municipale[modifier | modifier le code]

33 conseillers municipaux dont le maire, 9 adjoints[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1920 Antoine Deforge    
1920 1938 Joseph Baudron    
1938 1955 Claude Dussour    
1955 mars 1971 Paul Maridet UNR  
mars 1971 mars 1977 Louis Guillot    
mars 1977 mars 1989 Jean-Paul Desgranges PS Député
mars 1989 avril 2014 Guy Chambefort PS puis DVG Conseiller général, député
réélu en 1995, en 2001 et en 2008
avril 2014 en cours Pascal Perrin[18]   Enseignant

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le budget 2014 de la commune s'élève à 24 954 824 € réparti comme suit[19] :

  • investissement : 7 687 395 € ;
  • fonctionnement : 17 267 429 €.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 15 juillet 2014, Yzeure est jumelée avec deux communes[20] :

Par ailleurs, elle mène des actions de coopération décentralisée avec Drapeau : Sénégal Kafountine (Sénégal) depuis 1988[25].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 990 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
964 2 803 1 322 1 642 1 886 2 060 2 475 2 610 2 988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 240 3 291 3 585 3 850 4 195 4 164 4 464 5 289 5 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 960 6 133 6 539 6 084 6 237 7 035 7 573 8 186 8 374
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 000 11 665 13 715 13 197 13 461 12 696 12 488 12 990 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2004[27].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,2 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (30,6 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2010, la suivante :

  • 48,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,1 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 19,3 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 26,9 %) ;
  • 51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 15,1 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 17,3 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 31,4 %).
Pyramide des âges à Yzeure en 2010 en pourcentage[28]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,0 
8,9 
75 à 89 ans
12,3 
17,3 
60 à 74 ans
18,1 
23,6 
45 à 59 ans
22,5 
19,3 
30 à 44 ans
17,3 
15,0 
15 à 29 ans
13,6 
15,1 
0 à 14 ans
15,1 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2010 en pourcentage[29]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
9,5 
75 à 89 ans
14,1 
17,2 
60 à 74 ans
17,8 
21,9 
45 à 59 ans
20,9 
18,5 
30 à 44 ans
17,2 
15,4 
15 à 29 ans
13,6 
16,8 
0 à 14 ans
14,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Yzeure dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il existe dix écoles primaires[30] :

  • 4 écoles maternelles publiques : Jacques-Prévert, Les Bataillons, Les Cladets, Louise-Michel ;
  • 5 écoles élémentaires publiques : Ampère, Jacques-Prévert Jules-Ferry, Les Cladets, Louise-Michel ;
  • 1 école élémentaire privée : Saint-Pierre.

Le Conseil général de l'Allier gère le collège François-Villon[30].

Le Conseil régional d'Auvergne gère le lycée Jean-Monnet[30].

Il existe un centre d'information et d'orientation[30].

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église romane Saint-Pierre d'Yzeure.
  • L'église Saint-Pierre, joyau de l'époque romane, est remarquable par l'ornementation de sa façade du XIIe siècle et par sa crypte du IXe et Xe siècle. Le portail d'influence bourguignonne présente des chapiteaux ornés de monstres, des motifs antiquisants et des modillons à décors fantastiques. Dans la nef et les bas-côtés, 32 chapiteaux du XIIe siècle sont sculptés de rinceaux et de végétaux. Le mobilier est également exceptionnel comme les bancs d'œuvre des corporations, la statue polychrome de la Vierge à l'enfant, dont le drapé permet une datation du XIVe siècle, et la chaire en bois sculpté de 1623.
  • L'église moderne (XXe siècle) aux Bataillots.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château Renaissance de Panloup.
  • Château de Panloup : demeure seigneuriale du XVIe siècle avec un très grand parc. À l'intérieur, la porte menant à l'ancienne chapelle est ornée d’une pierre du XIIe ou XIIIe siècle représentant l'agneau pascal.
  • Château de Bellevue : construit en 1881-1882, le château de Bellevue était à l'origine un établissement d'enseignement privé dirigé par les pères jésuites. Il servira d'hôpital pendant la Première Guerre mondiale. En 1946, il devient la propriété du département de l'Allier et abrite des services administratifs départementaux. Le nouveau bâtiment des Archives départementales de l'Allier a été construit en contrebas du château, dans le parc ; il a ouvert en 1987.
  • Le Parc : simple maison de campagne à l'origine, fut achetée par la duchesse Anne de Beaujeu à l'aube du XVIe siècle. Dès 1503, elle y habita et vint s'y reposer chaque fois que les charges de la régence le lui permettaient.

Sites[modifier | modifier le code]

  • Plan d'eau des Ozières (baignade, pédalos, etc.), à l'est de la ville.
  • Domaine des Vesvres : 85 hectares de bois et d'étangs, ouverts à la promenade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anne de Beaujeu (1461-1522), princesse et régente du royaume de France.
  • Honoré d'Urfé (1568-1625), propriétaire du château de Pouzeux.
  • Aimé Laussedat (1819-1907), directeur du Conservatoire des Arts et Métiers. Membre de l’Académie des Sciences, inventeur de la photogrammétrie. Un buste à sa mémoire se trouve dans son ancienne propriété à Yzeure dont le parc, aujourd’hui municipal, porte son nom.
  • Maurice Eblé (1880-1942), né à Yzeure, avocat engagé dans le catholicisme social, fondateur d'associations et de revues, promoteur de progrès sociaux comme les allocations familiales.
  • Claude Dussour (1889-1955), obtient la croix de guerre et est fait chevalier de la Légion d’honneur pendant la première guerre mondiale. Conseiller municipal en 1925, il devient maire en 1938. Dès 1940, il entre dans la résistance. Arrêté en 1944, il est déporté à Buchenwald. Il est ensuite élu conseiller général de Moulins-Est en 1945 et 1951. Un prix Claude-Dussour est décerné chaque année aux élèves méritants de la commune.
  • Didier Boulaud (1950-), instituteur, conseiller en formation continue auprès de l'Éducation Nationale, directeur de cabinet du maire de Nevers, Pierre Bérégovoy de 1983 à 1993, élu maire de Nevers depuis 1993, président de la Communauté d'agglomération de Nevers depuis 2003, député de la Nièvre de 1993 à 2001 puis sénateur de la Nièvre depuis septembre 2001, vice-président de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale de 1997 à 2001, secrétaire du Sénat depuis 2004, il est également membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et de la Délégation parlementaire au renseignement.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur au pairle d'or accompagné en chef d'un casque du même ailé de gueules et accosté de deux chardons aussi d'or fleuris aussi de gueules.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yzeure sur Lion 1906
  2. Ligne B sur busaleo.fr (consulté le 5 juin 2014).
  3. Ligne C sur busaleo.fr (consulté le 5 juin 2014).
  4. Ligne D sur busaleo.fr (consulté le 5 juin 2014).
  5. Ligne F sur busaleo.fr (consulté le 5 juin 2014).
  6. Ligne scolaire 5 sur busaleo.fr (consulté le 5 juin 2014).
  7. a et b Urbanisme sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  8. René Germain et Dominique Laurent, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, p. 267-268.
  9. Véronique Lallemand, La maison de Pré Putet à Yzeure (Allier) : Les données de terrain, Pages d'Archéologie médiévale en Rhône-Alpes,‎ 2003, p. 99.
  10. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Éditions Picard,‎ 2007 (ISBN 978-2-70840770-1), p. 78.
  11. Élisabeth Sirot, p. 84.
  12. Élisabeth Sirot, p. 88.
  13. a et b Notice communale de Saint-Bonnet-et-Saint-Jean, base Cassini (consulté le 29 juin 2012).
  14. Stéphane Moccozet, « Guy Chambefort lâchera la mairie d'Yzeure en 2014 », sur France 3 Auvergne,‎ 31 août 2013 (consulté le 15 juillet 2014).
  15. a, b et c Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  16. Listes aux élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  17. Conseil municipal sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  18. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 5 juin 2014).
  19. Budget sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  20. Commission nationale de la coopération décentralisée (rechercher « Yzeure »), site du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 15 juillet 2014).
  21. Comité de jumelage de Bendorf sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  22. (de) Site Internet de la ville de Bendorf
  23. Comité de jumelage de Gherla sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  24. (ro) Site Internet de la ville de Gherla
  25. Comité de jumelage de Kafountine sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  28. Évolution et structure de la population à Yzeure en 2010, Insee (consulté le 5 juin 2014).
  29. Résultats du recensement de la population de l'Allier en 2010, Insee (consulté le 5 juin 2014).
  30. a, b, c et d Annuaire des établissements scolaires d'Yzeure, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 juin 2014).
  31. Club de Handball d'Yzeure

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Desgranges (dir.), Yzeure, 2000 ans d'histoire, Cercle des amis d'Yzeure,‎ 2000, illustré - 28 cm, 572 p. (ISBN 978-2-95141190-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]