Rob Portman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portman.
Rob Portman
Image illustrative de l'article Rob Portman
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour l'Ohio
En fonction depuis le
5 ans 8 mois et 25 jours
Prédécesseur George Voinovich
46e directeur du Bureau de la gestion et du budget

1 an et 21 jours
Président George W. Bush
Prédécesseur Joshua Bolten
Successeur Jim Nussle
14e représentant américain au commerce

1 an et 12 jours
Président George W. Bush
Prédécesseur Robert Zoellick
Successeur Susan Schwab
Représentant des États-Unis
pour le 2e district de l'Ohio

12 ans et 13 jours
Prédécesseur Bill Gradison
Successeur Jean Schmidt
Biographie
Nom de naissance Robert Jones Portman
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Cincinnati
(Ohio, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Républicain
Conjoint Jane Portman
Diplômé de Dartmouth College
Université du Michigan
Religion Méthodiste

Robert Jones Portman, né le à Cincinnati, est un avocat et homme politique américain membre du Parti républicain. Il est notamment directeur du Bureau de la gestion et du budget des États-Unis entre 2006 et 2007 et sénateur de l'Ohio au Congrès des États-Unis depuis 2011 après avoir été représentant fédéral du même État de 1993 à 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Portman est né le 19 décembre 1955 à Cincinnati, dans l’Ohio[1]. Il est le fils de Joan Jones, originaire de Lebanon, et de Bill Portman, natif de Cincinnati[2]. Il est issu d’une famille d’entrepreneurs. Sa famille possède le Golden Lamb Inn, le plus ancien hôtel de l’Ohio, depuis 1926. Alors qu’il était enfant, son père a créé une entreprise de vente d’engins de chantier, qui est passée de cinq employés à plus de trois cent[3].

Il épouse Jane Dudley en juillet 1986. Ancien professeur de catéchisme presbytérien, il devient méthodiste tandis que sa femme, jusqu’alors démocrate, devient républicaine[2]. Ils ont ensemble deux fils et une fille : Jed, Will et Sally.

Études et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Portman est élève à la Cincinnati Country Day School, école privée de la ville[2]. Il obtient son bachelor of arts en anthropologie[4] au Dartmouth College en 1979, puis rejoint l’école de droit de l’Université du Michigan dont il sort diplômé en 1984[1].

Après la campagne présidentielle de 1988, il devient conseiller de Georges H. W. Bush. Il prend ensuite la tête du bureau des affaires législatives (Office of Legislative Affairs) de la Maison Blanche[1],[2].

Représentant des États-Unis[modifier | modifier le code]

En décembre 1992, le représentant républicain Bill Gradison Jr., pour qui Portman avait travaillé lorsqu’il était à l’université, lui annonce qu’il compte démissionner. Il souhaite que Portman soit son successeur dans le deuxième district de l’Ohio. Soutenu par une publicité de Barbara Bush, il remporte la primaire républicaine[2]. Il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis en mai 1993 avec 70 % des voix, dans un district profondément républicain[5].

En 1994, il est élu pour un mandat complet avec 77,4 % des suffrages. Il est réélu à cinq reprises entre 1996 et 2004, réunissant toujours plus de 70 % des voix[6].

Au Congrès, il se dit fier d’avoir voté en faveur de l’équilibre budgétaire et de la réforme des allocations sociales. Il participe également activement à la réforme de l’Internal Revenue Service[3].

Dans l'administration Bush[modifier | modifier le code]

Il a été le 14e Représentant américain au commerce (USTR) ( au ), poste ayant rang d'ambassadeur puis directeur du Bureau de la gestion et du budget des États-Unis (mai 2006 à juin 2007). Il a été nommé à ces deux fonctions par le Président George W. Bush et confirmé par le Sénat.

Sénateur des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , il a été élu sénateur pour représenter l’Ohio au Congrès des États-Unis avec 56,8 % des voix contre 39,4 % à son adversaire, le démocrate Lee Fisher[6].

En 2012, il est considéré comme l’un des favoris pour devenir candidat à la vice-présidence des États-Unis aux côtés de Mitt Romney[4]. Ce dernier lui préfère cependant le représentant du Wisconsin Paul Ryan, même si Portman continue de conseiller Romney durant la campagne[7].

Un temps pressenti pour se lancer dans la course présidentielle, Portman est candidat à un second mandat en 2016[7]. Il affronte l’ancien gouverneur démocrate Ted Strickland. Les sondages donnent longtemps les deux hommes au coude-à-coude. Disposant de fonds plus importants que Strickland, Portman lance d’importantes campagnes de publicité et prend la tête des enquêtes d’opinion à partir de juillet[8]. Durant l'été, Portman reçoit le soutien de plusieurs syndicats qui soutenaient Strickland lors de précédentes élections[9]. Fin août, il devance Strickland de 8 points dans les sondages. Portman devenant le favori, les républicains comme les démocrates commencent alors à rediriger leurs fonds vers des élections plus indécises[10].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Portman est un républicain de centre droit, conservateur mais capable de travailler avec les républicains comme avec les démocrates[11].

Il est libéral sur les questions économiques. Il souhaite réduire les taxes et les régulations du gouvernement fédéral[12]. Il est également en faveur du libre échange. S’il a voté pour l'ALENA, il se montre néanmoins plus réticent au sujet de l’accord de partenariat transpacifique[13].

Sur les questions de société, il est opposé à l’avortement et au contrôle des armes à feu[12]. En 2013, deux ans après le coming out de son fils, Portman annonce son soutien au mariage homosexuel. Il y était auparavant fermement opposé et avait voté en faveur du Defense of Marriage Act[14].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « PORTMAN, Robert Jones (Rob), (1955 - ) », sur Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 20 juillet 2016).
  2. a, b, c, d et e (en) Joe Hallett, « Meticulous Rob Portman has an adventurous side that led him into politics », sur The Columbus Dispatch,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  3. a et b (en) David Wolfford, « More Bad News for Democrats », sur The Weekly Standard,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  4. a et b (en) Elizabeth Hartfield, « Veepstakes: 9 Things You Didn't Know About Rob Portman », sur ABC News,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  5. (en) « Democrats and Republicans Split Races for House Seats in 2 States », sur The New York Times,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  6. a et b (en) « Sen. Rob Portman (R-Ohio) », 2014 Member Profil Page, sur Roll Call,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  7. a et b (en) Emily Cahn, « Portman Will Seek Re-Election Instead of Running for President », sur Roll Call,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  8. (en) Deirdre Shesgreen, « Portman gains ground in Senate race », sur Cincinnati.com,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  9. (en) Seung Min Kim, « Portman taunts Strickland over union backing », sur Politico,‎ (consulté le 7 septembre 2016).
  10. (en) David Sherfinski, « Rob Portman likely to win Ohio, but state may go to Hillary Clinton », sur The Washington Times,‎ (consulté le 7 septembre 2016).
  11. (en) Jonathan Martin, « Portman's 'genteel' conservatism », sur Politico,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  12. a et b (en) Stephen Koff, « Rob Portman's reversal on gay marriage still has social conservatives concerned », sur Cleveland.com,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  13. (en) Seth McLaughlin, « Pro-free trade GOP senators facing tough re-election bids », sur The Washington Times,‎ (consulté le 20 juillet 2016).
  14. (en) Kevin Cirilli, « Portman for gay marriage after son comes out », sur Politico,‎ (consulté le 20 juillet 2016).