Kelly Loeffler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kelly Loeffler
Illustration.
Portrait officiel de Kelly Loeffler (2019).
Fonctions
Sénatrice des États-Unis
En fonction depuis le
(1 an et 11 jours)
Circonscription Géorgie
Législature 116e
Groupe politique Républicain
Prédécesseur Johnny Isakson
Successeur Raphael Warnock (élu)
Biographie
Nom de naissance Kelly Lynn Loeffler
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Bloomington (Illinois, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômée de Université de l'Illinois à Urbana-Champaign
Université DePaul

Kelly Loeffler, née le à Bloomington (Illinois), est une femme d'affaires et femme politique américaine. Membre du Parti républicain, elle est sénatrice de la Géorgie au Congrès des États-Unis depuis sa nomination par le gouverneur Brian Kemp en 2020, succédant au démissionnaire Johnny Isakson. Elle est battue lors du second tour début 2021, face au démocrate Raphael Warnock.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Kelly Loeffler est originaire de Bloomington dans l'Illinois[1]. Elle grandit dans la ville voisine de Stanford[2], où travaille dans la ferme familiale spécialisée dans la production de soja[1].

Elle est diplômée en administration des affaires d'un baccalauréat universitaire de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign en 1992 et d'un master de l'université DePaul en 1999[1],. Entre ces diplômes, elle travaille pendant quatre ans chez Toyota[2] dans le marketing[3]. Après ses études, elle travaille pour les fonds d'investissement de Citibank, William Blair et The Crossroads Group[2].

En 2002 elle rejoint la place boursière d'Atlanta IntercontinentalExchange[2],[3], une société fondée par son futur mari Jeff Sprecher[1]. Pendant 15 ans, elle est directrice marketing et chargée des relations avec les investisseurs[3]. En 2018, elle devient directrice générale de Bakkt, la branche de IntercontinentalExchange spécialisée dans l'échange de bitcoins[2].

Parallèlement à ses activités professionnelles, Loeffler est impliquée dans plusieurs associations[1]. En 2011, elle acquiert la franchise de basketball féminin du Dream d'Atlanta[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Mitch McConnell et Kelly Loeffler en 2019.

Lors de l'élection présidentielle américaine de 2012, Loeffler soutient Mitt Romney, donnant environ 750 000 dollars à sa campagne[1]. Deux ans plus tard, elle envisage de se présenter aux élections sénatoriales en Géorgie mais ne concrétise pas sa candidature[1],[2].

Après la démission du sénateur Johnny Isakson pour des raisons de santé, son nom est évoqué pour entrer au Sénat des États-Unis. Sa possible nomination est critiquée par le président Donald Trump et ses proches, qui lui préfèrent le représentant Doug Collins, fidèle défenseur du président durant la procédure de destitution à la Chambre des représentants[4]. Le , le gouverneur Brian Kemp la nomme officiellement pour succéder à Isakson[4]. Il espère notamment que ce choix permettra d'apporter les voix des femmes de banlieues, souvent critiques vis-à-vis du président et de plus en plus favorables aux démocrates. Sa fortune, estimée à plusieurs centaines de millions de dollars, est également un argument évoqué en faveur de sa nomination : elle s'engage à dépenser plus de 20 millions de dollars de sa fortune personnelle pour les élections de novembre 2020 où le siège est remis en jeu[5]. Loeffler prête serment le [6]. Elle devient alors la première femme sénatrice de Géorgie depuis Rebecca Latimer Felton, en 1922[2].

Kelly Loeffler lors de sa prestation de serment en 2020, devant son époux et le vice-président Mike Pence.

Début 2020, alors que la Covid-19 commence à se propager dans le monde, elle vend ses actions pour plusieurs millions de dollars, quelques semaines avant que la bourse ne s'effondre. Elle accusait alors pourtant les démocrates d'être trop alarmistes concernant le coronavirus et avait affirmé que « l'économie est forte »[7].

Kelly Loeffler est candidate pour tenter de conserver son siège lors de l'élection sénatoriale partielle du . Elle affronte 19 autres candidats, dont le représentant républicain Doug Collins — fervent partisan de Trump — et le révérend démocrate Raphael Warnock, soutenu par l'essentiel de son parti dont l'ancien président Barack Obama. La sénatrice mène une campagne conservatrice, affichant son soutien aux politiques de Donald Trump[8],[9]. Elle lève plus de 28 millions de dollars (dont 20 sont issus de sa fortune personnelle) contre 22 millions pour Warnock et 6 pour Collins[9]. Le , Kelly Loeffler obtient 25,9 % des voix et se qualifie pour le second tour. Si elle est distancée par Raphael Warnock (32,9 %), elle devance Doug Collins (20 %) qui lui apporte aussitôt son soutien[8]. Comme son collègue David Perdue, lui aussi contraint à un second tour, elle refuse de reconnaître la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle, alors que celui-ci a remporté la Géorgie (une première pour un démocrate depuis 1992). Dans un second tour serré à fort enjeu, qui doit décider du parti qui sera majoritaire au Sénat pour le prochain mandat, les républicains attaquent Warnock qu'ils qualifient de « radical »[10]. Le , Kelly Loeffler est finalement battue par le démocrate, qui rassemble 51 % des suffrages[11].

À la suite de l'invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump, elle déclare finalement renoncer à contester l'élection de Joe Biden[12].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Loeffler se décrit comme une républicaine conservatrice : « pro-vie […] pro-deuxième amendement, pro-Trump, pro-armée, et pro-mur »[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est mariée au patron de la bourse de New York, Jeffrey C. Sprecher[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Jim Denery, « Who is Kelly Loeffler? », sur ajc.com, The Atlanta Journal-Constitution, (consulté le 7 janvier 2020).
  2. a b c d e f g h et i (en) Greg Giroux, « GOP Businesswoman Kelly Loeffler Appointed to Senate in Georgia », sur about.bgov.com, Bloomberg News, (consulté le 7 janvier 2020).
  3. a b et c (en) « Kelly Loeffler: Chief Executive Officer, Bakkt », sur ir.theice.com (consulté le 7 janvier 2020).
  4. a et b (en) Christine Hauser et Jacey Fortin, « Kelly Loeffler Will Fill Georgia Senate Seat, Setting Up a Clash With Trump », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 7 janvier 2020).
  5. (en) Patricia Murphy, « Who is Kelly Loeffler? », sur rollcall.com, Roll Call, (consulté le 7 janvier 2020).
  6. (en) Marianne Levine, « Kelly Loeffler sworn in as new Georgia senator », sur politico.com, Politico, (consulté le 7 janvier 2020).
  7. a et b Paris Match, « Coronavirus : des sénateurs américains ont vendu leurs actions... dès février », sur parismatch.com,
  8. a et b (en) Michelle Bocanegra, « Republican Loeffler, Democrat Warnock head to Georgia Senate runoff », sur politico.com, Politico, (consulté le 12 janvier 2021).
  9. a et b (en) Emma Hurt, « Loeffler Beats Collins For Spot In Senate Special Election Runoff », sur wabe.org, WABE, (consulté le 12 janvier 2021).
  10. (en) Amber Phillips, « What you need to know about the Georgia Senate runoff elections », sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le 12 janvier 2021).
  11. (en) Nick Niedzwiadek, « Warnock bests Loeffler in Georgia runoff », sur politico.com, Politico, (consulté le 12 janvier 2021).
  12. Baptiste Bouthier, « Aux Etats-Unis, les républicains au bord de l'implosion », sur liberation.fr, Libération,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]