Dan Coats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dan Coats
Image illustrative de l'article Dan Coats
Fonctions
Directeur du renseignement national
En fonction depuis le
Président Donald Trump
Prédécesseur James R. Clapper
Sénateur des États-Unis
pour l'Indiana

(6 ans)
Prédécesseur Evan Bayh
Successeur Todd Young

(10 ans)
Prédécesseur Dan Quayle
Successeur Evan Bayh
Ambassadeur des États-Unis en Allemagne

(3 ans 6 mois et 13 jours)
Prédécesseur John Kornblum
Successeur William R. Timken (en)
Représentant des États-Unis

(8 ans)
Circonscription 4e district de l'Indiana
Prédécesseur Dan Quayle
Successeur Jill Long
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Jackson (Michigan, États-Unis)
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université de l'Indiana
Religion Presbytérianisme

Daniel Ray Coats dit Dan Coats, né le à Jackson (Michigan), est un homme politique américain membre du Parti républicain. Sénateur de l'Indiana de 1989 à 1999 et de 2011 à 2017 au Congrès des États-Unis, il est nommé directeur du renseignement national par Donald Trump.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coats naît et grandit à Jackson dans le Michigan. En 1971, il obtient son doctorat en droit de l'École de droit de l'université de l'Indiana à Indianapolis et commence une carrière d'avocat à Fort Wayne[1].

Il est l'assistant de Dan Quayle de 1976 à 1980. Il succède à ce dernier d'abord à la Chambre des représentants en 1981 quand Quayle devint sénateur. En , il est nommé pour remplacer Quayle au Sénat à partir du , quand celui-ci devint vice-président des États-Unis[1]. Il est élu lors d'une élection partielle en 1990 avec 53,6 % des voix face au démocrate Baron Hill[2]. Il est réélu pour un mandat complet en 1992[1].

En 1998, il choisit de ne pas se représenter alors qu'il devait affronter le populaire gouverneur Evan Bayh[3]. Il est nommé par George W. Bush ambassadeur des États-Unis en Allemagne entre 2001 et 2005, puis entreprend une activité lobbyiste dans la capitale fédérale[4].

Il est à nouveau candidat au Sénat en 2010 pour affronter Bayh[3], mais ce dernier choisi finalement de ne pas se représenter. Il est élu face au représentant démocrate Brad Ellsworth avec 54,6 % des voix, contre 40 % pour Ellsworth[2].

Il figure à la liste des personnalités interdites de séjour en Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, depuis .

En , Coats annonce qu'il ne se représentera pas aux élections sénatoriales de 2016. Bayh est alors pressenti pour tenter de récupérer le siège[5].

En , le groupe de hackers Anonymous dévoile que Daniel Ray Coats serait membre de Ku Klux Klan[6] (KKK). Cependant, des membres du collectif déclarent que cette publication est fausse et publient une autre liste de membres du KKK, où il n'apparaît pas[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Dan Coats » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b et c (en) « COATS, Daniel Ray, (1943 - ) », sur Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 10 août 2016).
  2. a et b (en) « Sen. Dan Coats (R-Ind.) », 2014 Member Profile Page, sur Roll Call,‎ (consulté le 10 août 2016).
  3. a et b (en) Aaron Blake, « Coats and Bayh finally set to do battle », sur The Hill,‎ (consulté le 10 août 2016).
  4. « http://www.indystar.com/article/20101103/NEWS0502/11030344/Dan-Coats-regains-Senate-seat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  5. (en) Jeremy Diamond et Eric Bradner, « Indiana Sen. Dan Coats to retire at the end of his term », sur CNN Politics,‎ (consulté le 10 août 2016).
  6. (en) « Prominent US Senators and Mayors Outed as Members of the KKK by Anonymous », sur U.S. Uncut (consulté le 3 novembre 2015).
  7. « L’opération ratée d’Anonymous contre le Ku Klux Klan », sur Le Monde,‎ (consulté le 19 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]