Chuck Grassley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chuck Grassley
Illustration.
Portrait officiel de Chuck Grassley (2017).
Fonctions
91e président pro tempore du Sénat
des États-Unis
En fonction depuis le
(11 mois et 4 jours)
Législature 116e
Prédécesseur Orrin Hatch
Sénateur des États-Unis
En fonction depuis le
(38 ans, 11 mois et 4 jours)
Élection
Réélection 4 novembre 1986
3 novembre 1992
3 novembre 1998
2 novembre 2004
2 novembre 2010
8 novembre 2016
Circonscription Iowa
Législature 97e, 98e, 99e, 100e, 101e, 102e, 103e, 104e, 105e, 106e, 107e, 108e, 109e, 110e, 111e, 112e, 113e, 114e, 115e et 116e
Prédécesseur John Culver
Représentant des États-Unis

(6 ans)
Élection
Réélection
Circonscription 3e district de l'Iowa
Législature 94e, 95e et 96e
Prédécesseur H. R. Gross (en)
Successeur T. Cooper Evans (en)
Biographie
Nom de naissance Charles Ernest Grassley
Date de naissance (86 ans)
Lieu de naissance New Hartford (Iowa, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université du Nord de l'Iowa
Religion Baptisme[1]

Chuck Grassley
Présidents pro tempore
du Sénat des États-Unis

Charles Ernest Grassley, dit Chuck Grassley, né le à New Hartford (Iowa), est un homme politique américain, membre du Parti républicain et sénateur de l'Iowa au Congrès des États-Unis depuis 1981. Il est auparavant élu à la Chambre des représentants des États-Unis de 1975 à 1981. Depuis 2019, il est président pro tempore du Sénat des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

En 1956, Chuck Grassley est diplômé de l'université du Nord de l'Iowa[2],[3], obtenant une maîtrise en sciences politiques[4]. Il travaille alors à temps partiel comme enseignant à l'université[2] et s'occupe de son exploitation agricole de maïs et soja près de Waterloo[5].

Chambre des représentants de l'Iowa[modifier | modifier le code]

De 1959 à 1974, il est membre de la Chambre des représentants de l'Iowa[2], où il représente notamment son comté de Butler natal[3]. Il est élu du 73e district (1959-1971), 10e district (1971-1973) et 37e district (1973-1975).

Chambre des représentants des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1974, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis[2] dans le troisième district congressionnel de l'Iowa[6]. Il y acquiert une réputation de conservateur[5].

Sénat des États-Unis[modifier | modifier le code]

Chuck Grassley devant ses électeurs à Winterset (2009).
Grassley s'exprimant à la Conservative Political Action Conference (CPAC) de 2016.

En 1980, il se présente au Sénat des États-Unis. Il remporte la primaire républicaine avec environ deux-tiers des voix face à Tom Stoner, un républicain modéré soutenu par le gouverneur Robert D. Ray. Durant la campagne, il critique le sénateur sortant John Culver, membre du Parti démocrate, qu'il estime trop dépensier. Grassley profite des attaques de la « nouvelle droite » évangéliste contre celui-ci[5] ; porté par les zones rurales de l'État et par la victoire de Ronald Reagan lors de l'élection présidentielle le même jour[6], Grassley remporte l'élection avec 53 % des voix contre 45 % pour Culver[4]. Populaire, il est réélu en 1986, 1992, 1998, 2004 et 2010 avec toujours plus de 64 % des suffrages[4]. En 2016, il remporte un sixième mandat — une première en Iowa — en rassemblant 60 % des voix face à la candidate démocrate et ancienne lieutenant-gouverneur de l'État Patty Judge[7].

Au Sénat, Grassley préside le comité sur le vieillissement lors de la 105e législature fédérale, puis le comité des finances (brièvement durant la 107e législature puis de la 108e à la 109e législature et à nouveau lors de la 116e législature) et le comité judiciaire (lors des 114e et 115e législatures)[2]. À ce poste, il ne permet pas l'audition publique de Merrick Garland, nommé par Barack Obama à la Cour suprême des États-Unis pour remplacer le défunt Antonin Scalia. Il estime, au côté des autres républicains du Sénat, qu'un président ne doit pas nommer de juge à la Cour suprême lors d'une année électorale, invoquant une pareille déclaration faite par Joe Biden en 1992[4].

Grassley est membre d'un groupe baptiste qui organise des petits déjeuners de prière. Il est aussi membre de la franc-maçonnerie[8]. Il dispose de six permanences en Iowa, situées à Cedar Rapids, Council Bluffs, Davenport, Des Moines, Sioux City et Waterloo, ainsi que de bureaux à Washington, D.C.[9], dans lesquels la plupart de son équipe travaille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Faith on the Hill », sur pewforum.org, (consulté le 6 janvier 2017).
  2. a b c d et e (en) « GRASSLEY, Charles Ernest, (1933 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 1er juillet 2018).
  3. a et b (en) « Charles Grassley », Legislator All Years, sur legis.iowa.gov (consulté le 1er juillet 2018).
  4. a b c et d (en) William Petroski, « Iowa Poll: Grassley leads Judge in Senate race by 17 points », sur desmoinesregister.com, (consulté le 1er juillet 2018).
  5. a b et c (en) Helen Dewar, « Iowa Liberal Culver Rejects to Conservative Winds Bending », sur washingtonpost.com, (consulté le 1er juillet 2018).
  6. a et b (en) Norman D. Sandler, « Rep. Charles Grassley, bolstered by a Republican election wave,... », sur upi.com, (consulté le 1er juillet 2018).
  7. (en) Rod Boshart, « Grassley makes history in retaining U.S. Senate seat », sur thegazette.com, (consulté le 1er juillet 2018).
  8. [1]
  9. (en) Régional offices sur le site officiel de Chuck Grassley.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]