Joe Manchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joe Manchin
Illustration.
Portrait officiel de Joe Manchin (2017).
Fonctions
Président du Comité sur l'énergie et les ressources naturelles au Sénat
En fonction depuis le
(5 mois et 26 jours)
Législature 117e
Prédécesseur Lisa Murkowski
Sénateur des États-Unis
En fonction depuis le
(10 ans, 8 mois et 14 jours)
Élection 2 novembre 2010
Réélection 6 novembre 2012
6 novembre 2018
Circonscription Virginie-Occidentale
Législature 111e, 112e, 113e, 114e, 115e, 116e et 117e
Groupe politique Démocrate
Prédécesseur Carte Goodwin
34e gouverneur de Virginie-Occidentale

(5 ans, 9 mois et 29 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Bob Wise
Successeur Earl Ray Tomblin
27e secrétaire d'État de Virginie-Occidentale

(4 ans et 2 jours)
Élection
Gouverneur Bob Wise
Prédécesseur Ken Hechler
Successeur Betty Ireland
Biographie
Nom de naissance Joseph Anthony Manchin III
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Farmington (Virginie-Occidentale, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de Virginie-Occidentale
Religion Catholicisme[1]

Signature de Joe Manchin

Joe Manchin
Gouverneurs de Virginie-Occidentale

Joseph Anthony Manchin III, dit Joe Manchin, né le à Farmington (Virginie-Occidentale), est un homme politique américain.

Membre du Parti démocrate, Joe Manchin commence sa carrière politique au sein de la législature de la Virginie-Occidentale dans les années 1980. Après avoir tenté d'être élu gouverneur en 1996, sans succès, il est élu secrétaire d'État de Virginie-Occidentale en 2000. Quatre ans plus tard, il est élu gouverneur de Virginie-Occidentale, poste auquel il est réélu en 2008.

Depuis 2010, il est élu au Sénat des États-Unis, où il est considéré comme l'un des élus démocrates les plus conservateurs du Congrès. Au Sénat, il siège notamment au sein du comité sur l'énergie et les ressources naturelles, qu'il préside à partir de 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et vie privée[modifier | modifier le code]

Joe Manchin naît et grandit à Farmington, une petite ville minière de Virginie-Occidentale[2]. Sa famille y possède une épicierie et un magasin de tapis, où il travaille dans sa jeunesse[3].

Il est issu d'une famille italienne immigrée aux États-Unis. Son grand-père, Giuseppe Mancini, est arrivé aux États-Unis en 1904[4] et a rapidement américanisé son nom de famille en Manchin[5]. Son oncle A. James Manchin (en) est engagé en politique au sein du Parti démocrate[4], servant notamment au sein de la législature locale et comme secrétaire d'État de Virginie-Occidentale (des postes que Joe Manchin occupera lui aussi).

Grâce à une bourse sportive de football américain, Joe Manchin intègre l'université de Virginie-Occidentale[3]. Il est quarterback des Mountaineers de la Virginie-Occidentale jusqu'à une blessure au genou[6]. Il est diplômé d'un baccalauréat universitaire ès lettres en 1970[7].

Durant ses études, il s'accorde une pause d'un semestre pour aider sa famille à reconstruire le magasin familial après un incendie. Une fois diplômé, il rejoint l'entreprise et dirige un magasin[3]. Il travaille ensuite pour une maison de courtage en charbon[6].

De religion catholique[8], il est marié à Gayle Connelly — qu'il a rencontré à l'université — depuis 1967[3]. Ils ont ensemble trois enfants : Heather, Joseph IV et Brooke[3].

Carrière politique locale (1982-2004)[modifier | modifier le code]

Joe Manchin est élu à la Chambre des délégués de Virginie-Occidentale (en) en 1982[8]. Il est réélu en 1984.

En 1986, il se présente au Sénat de l'État (en) lors d'une élection partielle qu'il remporte avec 65,9 % des voix. Il est réélu dans le 14e district en 1988 et dans le 13e district en 1992, à deux reprises sans opposition[9].

En 1996, Joe Manchin est candidat au poste de gouverneur de Virginie-Occidentale. Lors de la primaire démocrate, il se présente comme le candidat conservateur face à Charlotte Pritt, une enseignante soutenue par de nombreux syndicats[4]. Rassemblant environ 32,5 % des voix, il est distancé de sept points par Charlotte Pritt[9]. Lors de l'élection générale, il appelle à voter en faveur du candidat républicain Cecil Underwood (en), qui est élu gouverneur[4].

En , il est élu secrétaire d'État de Virginie-Occidentale. Il remporte la primaire démocrate de mai avec 51,1 % des suffrages, puis l'élection de novembre avec 89,4 % des voix[9].

Gouverneur de Virginie-Occidentale (2005-2010)[modifier | modifier le code]

Joe Manchin et George W. Bush à la Maison-Blanche en 2006.

Dès 2001, Joe Manchin effectue des démarches en vue de l'élection de 2004 au poste de gouverneur de Virginie-Occidentale. L'année précédant l'élection, le gouverneur démocrate sortant Bob Wise renonce à se présenter à la suite d'une affaire extraconjugale. La semaine suivant cette décision, un sondage donne Joe Manchin largement en tête des intentions de vote pour la primaire démocrate. Il reste à cette place durant toute la campagne, devançant notamment l'ancien sénateur d'État Lloyd Jackson et l'avocat Jim Lees[10]. Il remporte la primaire avec 52,7 % des voix et une avance de plus de 25 points sur son plus proche adversaire[9]. Alors que Joe Manchin est facilement élu gouverneur en , avec 63,5 % des suffrages[9], les républicains progressent significativement en Virginie-Occidentale[11]. En particulier, George W. Bush remporte l'État avec plus de 13 points d'avance sur le démocrate John Kerry[6]. Le New York Times note toutefois que Manchin est l'un des gouverneurs démocrates les plus conservateurs de Virginie-Occidentale depuis des décennies[11].

En , 13 mineurs se trouvent bloqués dans une mine du comté d'Upshur à la suite d'une explosion. Les secours n'intervient que 40 heures plus tard et 12 mineurs perdent la vie[12]. À la suite de la tragédie, sous l'impulsion de Joe Manchin, la législature de Virginie-Occidentale se réunie et adopte en une journée une loi sur la sécurité des mines. La loi oblige les sociétés minières à tracer les mineurs lorsqu'ils sont sous terre et à alerter immédiatement les autorités en cas d'accident. Elle impose également la mise en place de réserves portables d'air à plusieurs endroits dans les mines. Elle crée enfin le « système de réponse rapide aux accidents miniers et industriels » (en anglais : Mine and Industrial Accident Rapid Response System), un service permanent disponible 24 heures sur 24[13].

Joe Manchin à la Convention nationale démocrate de 2008.

Candidat à sa réélection en , il remporte un second mandat avec près de 70 % des voix[14],[15] alors que John McCain remporte facilement son État à l'élection présidentielle[16]. Joe Manchin est généralement considéré comme un bon gouverneur[14],[17]. Il réduit notamment les impôts[17], bénéficiant d'importantes recettes liées à l'augmentation des prix du charbon et du gaz[15]. À la fin de son mandat de gouverneur, il se félicite des actions menées durant son mandat sur la sécurisation des mines, la refonte de la rémunération des fonctionnaires, les infrastructures et les programmes en faveur des personnes âgées et des vétérans[18].

En 2010, il prend la présidence de l'association des gouverneurs américains (la National Governors Association (en))[19].

À la suite du décès du sénateur Robert Byrd, Joe Manchin nomme en Carte Goodwin, un ancien conseiller du gouverneur âgé de moins de 40 ans, pour remplacer le sénateur dans l'attente d'une élection partielle prévue le . Carte Goodwin annonce dès sa nomination son intention de ne pas être candidat à l'élection. Pour de nombreux observateurs, Joe Manchin manifeste ainsi son intérêt pour le siège[20]. Le , alors que Carte Goodwin prête serment, Joe Manchin officialise sa candidature au Sénat des États-Unis[21].

Sénateur des États-Unis (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Portrait officiel de Joe Manchin au Sénat en 2010.

Joe Manchin est d'abord donné favori de l'élection sénatoriale de 2010, recevant le soutien de la Chambre de commerce des États-Unis, de la NRA, des sociétés minières comme des syndicats de mineurs. Dans un contexte national favorable au Parti républicain, il se retrouve dans une élection plus serrée que prévue face à l'homme d'affaires John Raese[14],[17]. Le républicain reconnaît que Manchin a été un bon gouverneur, mais il tente de transformer l'élection en référendum sur la politique de Barack Obama qu'il juge « socialiste ». De son côté, le gouverneur met en avant son indépendance[14]. En chute dans les sondages, parfois distancé, Joe Manchin accuse Rease d'être un parachuté déconnecté des réalités des habitants de Virginie-Occidentale, étant un millionnaire opposé au salaire minimum, favorable au libre-échange et dont la femme et les enfants vivent en Floride[14],[17]. En , il est finalement élu sénateur des Sénat des États-Unis avec une marge plus confortable qu'annoncée (53,5 % des voix contre 43,4 % pour John Raese)[22].

Son mandat prend effet dès le [7], date à laquelle il démissionne de son poste de gouverneur ; le président du Sénat de Virginie-Occidentale Earl Ray Tomblin lui succède[23].

Joe Manchin est candidat à un mandat complet lors des élections sénatoriales de 2012. Il affronte à nouveau John Raese. Durant la campagne, il prend clairement ses distances avec Barack Obama, impopulaire en Virginie-Occidentale[24]. Il ne participe à la Convention nationale démocrate[24] et refuse de dire s'il compte voter pour le président démocrate[25], qu'il avait soutenu en 2008[4]. Il est facilement réélu avec 60,5 % des suffrages contre 36,5 % pour Raese et 3 % pour un candidat écologiste. Le même jour, le républicain Mitt Romney remporte l'État avec une marge tout aussi confortable sur Barack Obama[24].

Après l'élection de Donald Trump, son nom est évoqué pour rejoindre le cabinet du président républicain (notamment comme secrétaire à l'Énergie) avec le soutien du chef républicain du Sénat Mitch McConnell, qui espère faire basculer son siège. Rick Perry est finalement désigné pour le poste et Joe Manchin fait part de son intention de rester au Sénat[4],[26].

Dès 2014, la presse lui prête l'intention de vouloir se présenter à nouveau au poste de gouverneur de Virginie-Occidentale[27]. Il soutient finalement le démocrate Jim Justice en 2016. Toutefois, peu après son élection, Jim Justice rejoint le Parti républicain. Joe Manchin, qui se plaint régulièrement du Congrès et ses dysfonctionnements, envisage de l'affronter en 2020. Il annonce cependant ne pas être candidat à l'automne 2019[28].

Joe Manchin, aux côtés de Kamala Harris, au Sénat en 2017.

À l'approche des élections de 2018, Joe Manchin est considéré comme l'un des sénateurs démocrates les plus en danger du pays, la Virginie-Occidentale ayant donné plus de 42 points d'avance à Donald Trump sur Hillary Clinton en 2016[8]. Le sénateur avait soutenu Hillary Clinton lors de cette élection[25]. Il remporte la primaire démocrate avec environ 70 % des voix face à Paula Jean Swearengin[29], qui l'attaquait sur sa gauche[30]. Durant sa campagne face au procureur général d'État Patrick Morrisey, Joe Manchin met en avant sa capacité à dépasser les clivages et critique le républicain, qui serait selon lui un « béni-oui-oui » à la solde de son parti[8]. Il attaque également Morrisey pour son soutien à un procès visant à déclarer inconstitutionnel l'Obamacare et pour une candidature passée dans le New Jersey, l'accusant implicitement de ne pas être originaire de Virginie-Occidentale[25],[31]. Joe Manchin doit s'écarter de certaines positions majoritaires au sein de son parti, rappelant notamment son soutien au deuxième amendement de la Constitution, garantissant le droit au port d'arme[8]. En , il va jusqu'à déclarer être ouvert à un éventuel soutien à Donald Trump en vue de l'élection présidentielle de 2020[25]. En , il est réélu sénateur avec 49,6 % contre 46,3 % pour Patrick Morrisey[32]. La plupart des autres sénateurs démocrates issus d'États conservateurs sont défaits lors de ces élections (Joe Donnelly en Indiana, Heidi Heitkamp au Dakota du Nord et Claire McCaskill au Missouri)[8].

Depuis son élection au Sénat, Joe Manchin est membre du comité sur l'énergie et les ressources naturelles. Lors de l'ouverture de la 116e congrès, le , il devient au nom du groupe démocrate la deuxième personnalité la plus importante du comité (en anglais : ranking member), sa présidence étant républicaine du fait de la majorité sénatoriale[33]. Il prend la présidence de la commission sur l'énergie et les ressources naturelles après la victoire des démocrates à l'élection présidentielle et aux élections sénatoriales de 2020[33],[34].

En 2021, dans un Sénat comptant désormais autant de démocrates (et apparentés) que de républicains, la vice-présidente démocrate Kamala Harris dispose d'un vote décisif. Cependant, les démocrates ne peuvent pas se permettre de perdre une seule voix pour laisser la vice-présidente départager les deux camps ; Joe Manchin devient alors l'un des faiseurs de roi du Sénat. La presse le considère donc comme l'une des personnalités politiques les plus puissantes du pays, pouvant empêcher toute réforme du nouveau président Joe Biden[34],[35],[36].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Représentant un État conservateur, Joe Manchin est considéré comme un élu modéré au sein de l'échiquier politique américain[34],[35]. Il est l'un des élus démocrates les plus conservateurs du Sénat des États-Unis[4],[27]. Durant la présidence de Donald Trump, il vote environ la moitié du temps en accord avec le président républicain[36].

Avortement[modifier | modifier le code]

Catholique pratiquant, Joe Manchin est opposé à l'avortement, se déclarant « pro-vie »[8]. Il soutient en 2014 une loi interdisant d'avorter au-delà de 20 semaines de grossesse[37].

En 2018, il vote cependant contre un amendement à la Constitution de Virginie-Occidentale stipulant que la constitution ne reconnaît aucun droit à l'avortement. Il explique son refus par l'absence d'exceptions en cas de viol, d'inceste ou de danger pour la vie de la mère[38].

Droits LGBT[modifier | modifier le code]

Lors de sa campagne de 2004, Joe Manchin revendique son opposition au mariage entre couples de même sexe[11]. Une position sur laquelle il n'est jamais revenu publiquement (en 2019)[39].

En 2010, il vote contre l'abrogation du Don't ask, don't tell, qui interdit aux membres de l'armée de parler de leur homosexualité ou bisexualité. Il estime que « si la loi devrait probablement être abrogée, ce n'est pas le moment »[40]. Il critique en 2017 la décision de Donald Trump d'interdire les personnes transgenres dans l'armée[41].

En 2013, il annonce son soutien à une loi interdisant les discriminations envers les personnes LGBT dans le domaine de l'emploi[42]. Six ans plus tard, il est le seul sénateur démocrate à s'opposer à l'Equality Act, visant à interdire de manière générale les discriminations envers les personnes LGBT. Il juge le texte trop imprécis sur le positionnement des écoles face aux élèves effectuant leur transition de genre[39],[43].

Économie[modifier | modifier le code]

Sous la présidence de Donald Trump, il s'oppose à la réforme républicaine des impôts, estimant qu'elle augmenterait le déficit public et bénéficierait aux grandes sociétés et aux plus riches[8].

Environnement[modifier | modifier le code]

Originaire d'une région minière, Joe Manchin est historiquement conservateur sur les questions d'environnement.

Durant son mandat de gouverneur, il s'oppose aux politiques environnementales de Barack Obama et poursuit en justice l'Agence fédérale de protection de l'environnement[6] (notamment contre les régulations sur les mines à déplacement de sommet)[14],[17]). Il s'engage contre les restrictions d'émission de gaz à effet de serre, contre la création d'un marché des droits à polluer et contre l'instauration d'une taxe carbone[14],[6].

En 2017, il salue la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris sur le climat[44]. Trois ans plus tard, il questionne le retour dans l'accord décidé par Joe Biden. Il critique également le président démocrate sur son choix d'arrêter l'oléoduc Keystone[45].

De par sa position au sein du comité sur l'énergie et les ressources naturelles, il participe à l'adoption d'une des principales lois américaines en faveur de la protection des espaces naturels (John D. Dingell Jr. Conservation, Management, and Recreation Act) et pousse pour inclure un soutien aux énergies renouvelables dans le plan de relance lié à la Covid-19[6].

Nominations judiciaires[modifier | modifier le code]

Joe Manchin et Brett Kavanaugh en 2018.

Joe Manchin est l'un des trois démocrates soutenant de la nomination de Neil Gorsuch à la Cour suprême des États-Unis en 2017, aux côtés de Joe Donnelly (Indiana) et Heidi Heitkamp (Dakota du Nord)[46].

En , il soutient également la candidature de Brett Kavanaugh à la Cour suprême, étant le seul démocrate à aller en ce sens. À un mois des élections, certains commentateurs y voient un calcul électoral : il est le dernier sénateur à annoncer son vote, après le soutien de Susan Collins (Maine) qui garantit une majorité de voix en faveur de la confirmation de Brett Kavanaugh[47]. Son vote lui permettrait de prouver sa bonne volonté aux électeurs conservateurs, sans s'aliéner les électeurs progressistes face à un adversaire encore plus conservateur que lui[8].

En 2020, il vote toutefois contre la nomination d'Amy Coney Barrett à la Cour suprême. S'il avait voté en faveur de sa confirmation à la cour d'appel des États-Unis pour le septième circuit trois ans plus tôt, Joe Manchin s'oppose à sa confirmation « précipitée » à quelques semaines de l'élection présidentielle de 2020[48].

Port d'armes[modifier | modifier le code]

Membre de la National Rifle Association (NRA), il s'engage dans la défense du deuxième amendement et du port d'armes. Après la tuerie de l'école primaire Sandy Hook, il se montre néanmoins plus ouvert à certaines restrictions et propose avec le républicain Pat Toomey (Pennsylvanie) une vérification obligatoire d'antécédents avant l'achat d'armes[27],[49].

Santé[modifier | modifier le code]

Il vote contre l'abrogation du Patient Protection and Affordable Care Act (Obamacare)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Religious affiliation of members of 116th Congress », sur pewforum.org, .
  2. (en) « U.S. Sen. Joe Manchin wins W.Va. Democratic primary », sur wsaz.com, WSAZ-TV, (consulté le 9 février 2021).
  3. a b c d et e (en) Danielle Burton, « 10 Things You Didn't Know About West Virginia Gov. Joe Manchin », sur usnews.com, U.S. News & World Report, (consulté le 10 février 2021).
  4. a b c d e f et g (en) Michael Kruse et Burgess Everett, « Manchin in the Middle », sur politico.com, Politico, (consulté le 9 février 2021).
  5. (en) Anna Baxter, « Day 2: Democratic National Convention » [archive du ], sur wsaz.com, WSAZ-TV, (consulté le 3 novembre 2010).
  6. a b c d e et f (en) Sarah Kaplan et Dino Grandoni, « One coal state senator holds the key to Biden’s ambitious climate agenda. And it’s not McConnell. », sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le 10 février 2021).
  7. a et b (en) « MANCHIN, Joe, III (1947 – ) », sur bioguide.congress.gov, Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 10 février 2021).
  8. a b c d e f g h i et j (en) Michael Kruse, « How the Most Endangered Democrat in America Survived », sur politico.com, Politico, (consulté le 9 février 2021).
  9. a b c d et e (en) « Candidate - Joe Manchin », sur ourcampaigns.com (consulté le 9 février 2021).
  10. (en) Lawrence Messina, « The Associated Press/Ipsos Poll: West Virginia Shows Manchin Leads Among Dems, But Not With Wise In Race », sur ipsos.com, Ipsos, (consulté le 10 février 2021).
  11. a b et c (en) James Dao, « West Virginia Heads Down a Political Road Less Taken », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 10 février 2021).
  12. (en) Shawnee Moran, « Sago Mine Disaster helped change mining industry in U.S. », sur timeswv.com, Times West Virginian, (consulté le 11 février 2021).
  13. (en) Tom Searls, « Mine safety legislation passes », sur wvgazettemail.com, The Charleston Gazette-Mail, (consulté le 11 février 2021).
  14. a b c d e f et g (en) Erik Eckholm, « Run for a Seat Thought Safe Turns Into a Battle », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 11 février 2021).
  15. a et b (en) Jessica Lilly, « Gov. Manchin wins second term », sur wvpubcast.org, West Virginia Public Broadcasting, (consulté le 11 février 2021).
  16. (en) Kareem Fahim, « Election Results 2008: West Virginia State Highlights », sur nytimes.com, The New York Times (consulté le 11 février 2021).
  17. a b c d et e (en) Jay Newton-Small, « West Virginia's Senate Race: Joe Manchin vs. John Raese », sur time.com, Time, (consulté le 11 février 2021).
  18. (en) John Raby, « Manchin touts accomplishments as governor », sur timeswv.com, Times West Virginian, (consulté le 11 février 2021).
  19. (en) Shira Toeplitz, « Manchin says of Palin: 'We're friends' », sur politico.com, Politico, 2010-31-10 (consulté le 11 février 2021).
  20. (en) Tarini Parti, « Carte Goodwin to succeed Senator Byrd - for now », sur csmonitor.com, The Christian Science Monitor, (consulté le 10 février 2021).
  21. (en) Meredith Shiner, « Byrd's replacement bolsters Dems », sur politico.com, Politico, (consulté le 10 février 2021).
  22. (en) Stephanie Strom, « Election 2010: West Virginia State Highlights », sur nytimes.com, The New York Times (consulté le 11 février 2021).
  23. (en) « Earl Ray Tomblin sworn in as governor », sur timeswv.com, Times West Virginian, (consulté le 11 février 2021).
  24. a b et c (en) Ray Rivera, « Election 2012: West Virginia State Highlights », sur nytimes.com, The New York Times (consulté le 9 février 2021).
  25. a b c et d (en) Burgess Everett, « Manchin goes full MAGA », sur politico.com, Politico, (consulté le 9 février 2021).
  26. (en) Elise Viebeck, « Manchin to stay in the Senate despite Cabinet speculation », sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le 9 février 2021).
  27. a b et c (en) Emma Roller, « Sen. Joe Manchin Is 'Leaving All His Options Open for 2016' », sur theatlantic.com, The Atlantic, (consulté le 4 février 2021).
  28. (en) Marianne Levine, « Joe Manchin skips run for governor », sur politico.com, Politico, (consulté le 4 février 2021).
  29. (en) Alex Thomas, « Swearengin’s second US Senate bid underway, but will she be the only Democrat? », sur wvmetronews.com, West Virginia Metro News, (consulté le 9 février 2021).
  30. (en) Clare Foran, « West Virginia's Conservative Democrat Gets a Primary Challenger », sur theatlantic.com, The Atlantic, (consulté le 9 février 2021).
  31. (en) Associated Press, « Joe Manchin fends off Republican challenger in West Virginia Senate race », sur usatoday.com, USA Today, (consulté le 9 février 2021).
  32. (en) J. Damon Cain, « A Trump sighting in 2020? Rare », sur register-herald.com, The Register-Herald, (consulté le 9 février 2021).
  33. a et b (en) « Manchin assumes energy committee chairmanship », sur newsandsentinel.com, The Parkersburg News and Sentinel, (consulté le 9 février 2021).
  34. a b et c (en) Matthew Brown, Sean Rossman et Annah Aschbrenner, « The Kamala Harris-Joe Manchin dust-up explained - and why it matters to the Biden administration », sur usatoday.com, USA Today, (consulté le 8 février 2021).
  35. a et b (en) Alex Pareene, « Don’t Worry About Joe Manchin », sur newrepublic.com, The New Republic, (consulté le 4 février 2021).
  36. a et b (en) Harry Enten, « Why Joe Manchin is an electoral miracle », sur edition.cnn.com, Cable News Network, (consulté le 4 février 2021).
  37. (en) Burgess Everett, « Manchin backs W.Va. abortion bill », sur politico.com, Politico, (consulté le 9 février 2021).
  38. (en) David Freddoso, « Joe Manchin will vote against West Virginia's pro-life ballot referendum », sur washingtonexaminer.com, Washington Examiner, (consulté le 9 février 2021).
  39. a et b (en) Chris Johnson, « Manchin explains why he’s the only Senate Dem not supporting Equality Act », sur washingtonblade.com, Washington Blade, (consulté le 10 février 2021).
  40. (en) Scott Wong, « Manchin booed over 'don't ask' vote », sur politico.com, Politico, (consulté le 10 février 2021).
  41. (en) Alex Thomas, « Manchin against Trump transgender ban », sur wvmetronews.com, West Virginnia Metro News, (consulté le 10 février 2021).
  42. (en) Jeremy W. Peters, « Ban on Gay Bias Gains Key Supporter in the Senate », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 10 février 2021).
  43. (en) Tim Fitzsimons, « 'Not convinced': Manchin is lone Democrat to speak out against LGBTQ Equality Act », sur nbcnews.com, NBC News, (consulté le 10 février 2021).
  44. (en) Olivia Beavers, « Dem senator: Paris accord did not 'balance' environment, economy », sur thehill.com, The Hill, (consulté le 10 février 2021).
  45. (en) Matthew Daly, « Dem Sen. Manchin asks Biden to reverse Keystone XL rejection », sur apnews.com, Associated PressNews, (consulté le 10 février 2021).
  46. (en) « Senate Democrats who voted for Gorsuch meet with Trump », sur cbsnews.com, CBS News, (consulté le 8 février 2021).
  47. (en) Catie Edmondson, « Joe Manchin’s Yes on Kavanaugh Finds Sympathy in West Virginia », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 4 février 2021).
  48. (en) James Walker, « Tim Kaine and Joe Manchin Backed Amy Coney Barrett in 2017. Here's Why They've Changed Their Minds », sur newsweek.com, Newsweek, (consulté le 8 février 2021).
  49. (en) Maurin Picard, « Le Congrès américain s'attaque au contrôle des armes », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 9 février 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :