Tom Udall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Nouveau-Mexique image illustrant un homme politique image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant le Nouveau-Mexique et un homme politique américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Udall.
Tom Udall
Image illustrative de l'article Tom Udall
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour le Nouveau-Mexique
En fonction depuis le
(7 ans 8 mois et 25 jours)
Prédécesseur Pete Domenici
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Tucson (Arizona)
Parti politique Parti démocrate
Religion Mormon

Thomas « Tom » Stewart Udall, né le à Tucson, est un homme politique américain, membre du Parti démocrate.

Il est élu à la chambre des représentants des États-Unis pour le Nouveau-Mexique de 1999 à 2009, avant de briguer et d'obtenir un poste à la haute assemblée fédérale en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Stewart Udall, secrétaire à l'intérieur de 1961 à 1969, le neveu du représentant Morris Udall et le cousin de Mark Udall et du sénateur Gordon Smith. Tom Udall est mormon.

Diplômes[modifier | modifier le code]

Tom Udall est diplômé d'une licence en droit de l'Université de Cambridge et d'un doctorat de droit l'University of New Mexico School of Law (1977).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il essaye à deux reprises de se faire élire au Congrès des États-Unis dans les années 1980 mais sans y parvenir. Il est Attorney général du Nouveau-Mexique de 1991 à 1999.

Élu en 1998 à la chambre des représentants fédérale où il représente le Nouveau-Mexique, il est réélu à 4 reprises.

En 2008, il est élu au Sénat avec 61 % des voix contre le républicain Steve Pearce (39 %).

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Tom Udall est à la fois un nouveau démocrate et membre du Congressional Progressive Caucus.

En 2015, il présente un projet de résolution appelant le gouvernement des États-Unis à reconnaître le « génocide » indonésien (les massacres de 1965 en Indonésie), à déclassifier ses documents sur la question, et à faire la lumière sur son rôle à l'époque[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joshua Oppenheimer, Suharto’s Purge, Indonesia’s Silence, The New York Times, 29 septembre 2015