Mike Rounds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mike Rounds
Illustration.
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour le Dakota du Sud
En fonction depuis le
(3 ans, 7 mois et 16 jours)
Avec John Thune
Élection 4 novembre 2014
Prédécesseur Tim Johnson
31e gouverneur du Dakota du Sud

(8 ans et 1 jour)
Prédécesseur William J. Janklow
Successeur Dennis Daugaard
Sénateur du Dakota du Sud

(10 ans)
Circonscription 24e district
Prédécesseur Jacquie Kelley
Successeur Patricia de Hueck
Biographie
Nom de naissance Marion Michael Rounds
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Huron (Dakota du Sud, États-Unis)
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université du Dakota du Sud
Profession Assureur
Religion Catholique

Mike Rounds
Gouverneurs du Dakota du Sud

Marion Michael Rounds dit Mike Rounds est un homme politique américain, membre du Parti républicain, né le à Huron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Mike Rounds, l'aîné d'une famille de onze enfants, grandit dans la région de Pierre[1]. Il sort diplômé en sciences politiques de l'université du Dakota du Sud.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Sénateur du Dakota du Sud[modifier | modifier le code]

Après une carrière professionnelle réussie dans les assurances, il commence sa carrière politique en 1990 en se faisant élire avec 52,5 % des voix au Sénat du Dakota du Sud, pour la circonscription de Pierre en battant Jacqueline Kelley, la sénatrice démocrate sortante.

De 1991 à 2001, Mike Rounds représente ainsi sa circonscription au Sénat de l'État. Il est réélu triomphalement en 1992, avec 59,9 % des voix, en 1994 avec 77,3 % des voix et en 1998 avec 74,9 % des voix). En 1995, il devint le chef de la majorité au Sénat et participe aux importantes réformes fiscales de l'époque.

Gouverneur du Dakota du Sud[modifier | modifier le code]

En décembre 2001, Mike Rounds déclare sa candidature pour le poste de gouverneur du Dakota du Sud. Les deux favoris de la primaire républicaine, le procureur général d'État Mark Barnett et l'homme d'affaires Steve Kirby, s'échangent des publicités négatives pendant plusieurs mois tandis que Rounds mène une campagne plus positive et proche des électeurs[2],[3]. Il remporte la primaire avec 44 % des voix[1]. Le , il est élu gouverneur avec 15 points d'avance sur le président démocrate de l'université du Dakota du Sud Jim Abbott[3] (57 % contre 42 %)[4]. Il succède au républicain Bill Janklow[4]. Rounds devient alors le premier habitant de Pierre, la capitale, à être élu gouverneur.[réf. nécessaire] Son colistier, le sénateur Dennis Daugaard, devient lieutenant-gouverneur[5].

En fonction, Mike Rounds continue une politique de maîtrise des dépenses de l'État, lui permettant d'éviter d'augmenter les impôts ou de procéder à d'importantes coupes budgétaires.

Le , il promulgue une loi, présentée par la législature de l'État, interdisant la quasi-totalité des avortements ainsi que la contraception d'urgence. Dorénavant, pratiquer une IVG dans cet État redevient un crime, punissable de cinq ans de prison pour le médecin, sauf s'il s'agit de sauver la vie de la mère. Aucune autre exception n'est tolérée, y compris en cas de viol ou d'inceste. Les législateurs de l'État espèrent qu'un recours en justice contre la loi puisse renverser l'arrêt Roe v. Wade de 1973[6],[7]. En signant cette loi, le gouverneur Mike Rounds reconnaît que le texte pourrait ne pas entrer en vigueur à la date prévue, le , prévoyant des recours devant la justice voire jusqu'à la Cour suprême. Il déclare : « Ceux qui ont présenté cette loi croient que l'avortement est mal car les enfants à naître sont les personnes les plus vulnérables et sans défense de notre société. Je suis d'accord avec eux »[8].

Populaire, il est facilement réélu pour un second mandat en novembre 2006, rassemblant 61 % des suffrages face au démocrate Jack Billion[9]. Le même jour, les électeurs du Dakota du Sud rejettent à 55 % la loi qu'il a promulguée sur l'avortement[10].

En 2011, ne pouvant se représenter à un troisième mandat, il quitte ses fonctions de gouverneur.

Sénateur des États-Unis[modifier | modifier le code]

Rounds se présente au Sénat des États-Unis lors des élections de mi-mandat de 2014 pour succéder au démocrate Tim P. Johnson. Il remporte la primaire républicaine avec 55 % des voix devant quatre adversaires avec peu de ressources[11],[12]. Longtemps donné largement favori, Rounds voit ses adversaires — le démocrate Rick Weiland et l'indépendant Larry Pressler — se rapprocher dans les sondages au début du mois d'octobre[13],[14],[15]. Cependant, Pressler devient une cible des démocrates et républicains et baisse dans les intentions de vote au profit de Rounds[16]. Le , Mike Rounds est élu sénateur avec 50,4 % des suffrages, devant Weiland qui obtient 29,5 % et Pressler, troisième avec 17,1 %[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

De religion catholique, Mike Rounds est marié depuis 1978 et père de quatre enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bret Hayworth, « South Dakota powerhouse Mike Rounds seeks Senate seat », sur siouxcityjournal.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  2. (en) Steve Miller, « Janklow wins House seat », sur rapidcityjournal.com, (consulté le 30 décembre 2017).
  3. a et b (en) Todd Williams, « The Fives: And McGovern begat Abdnor, and Abdnor begat Daschle, and Daschle begat … », sur rapidcityjournal.com, (consulté le 30 décembre 2017).
  4. a et b (en) « The 2002 Elections: Midwest; South Dakota », sur nytimes.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  5. (en) « New lieutenant governor will be full-timer again », sur mitchellrepublic.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  6. « L'Etat américain du Dakota du Sud interdit l'avortement », sur lemonde.fr, (consulté le 31 décembre 2017).
  7. (en) Philippe Gélie, « Le Dakota du Sud relance la bataille de l'avortement », sur lefigaro.fr, (consulté le 31 décembre 2017).
  8. (en) « South Dakota bans most abortions », sur edition.cnn.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  9. (en) Monica Davey, « Governor Mum on Replacement Talk », sur nytimes.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  10. (en) The Associated Press, « South Dakota Nixes Abortion Ban; Michigan Voters OK Anti-Affirmative Action Initiative », sur foxnews.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  11. (en) Steven Yaccino, « In Close-Knit South Dakota, Mudslinging Carries Political Risk », sur nytimes.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  12. (en) Josh Kraushaar, « For Democrats, the Race That Got Away », sur theatlantic.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  13. (en) Aaron Blake, « There’s something very interesting happening in South Dakota », sur washingtonpost.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  14. (en) Nate Silver, « Senate Update: What’s The Matter With South Dakota? », sur fivethirtyeight.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  15. (en) Jonathan Martin, « Senate Contest in South Dakota Is Free-for-All », sur nytimes.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  16. (en) David Montgomery, « Poll: Mike Rounds up 9 as support for Larry Pressler wanes », sur argusleader.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  17. (en) « South Dakota Election Results », sur nytimes.com, (consulté le 31 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]