Bill Nelson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nelson.
Bill Nelson
Image illustrative de l'article Bill Nelson
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour la Floride
En fonction depuis le
Élection 7 novembre 2000
Réélection 7 novembre 2006
6 novembre 2012
Prédécesseur Connie Mack III
Trésorier, commissaire aux assurances et capitaine des pompiers de la Floride
Gouverneur Lawton Chiles
Buddy MacKay
Jeb Bush
Prédécesseur Tom Gallagher (en)
Successeur Tom Gallagher (en)
Représentant des États-Unis
Circonscription 9e district de Floride (1979-1983)
11e district de Floride (1983-1991)
Prédécesseur Louis Frey Jr. (en)
Successeur Jim Bacchus (en)
Biographie
Nom de naissance Clarence William Nelson II
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Miami (Floride)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de Virginie
Université Yale
Site web billnelson.senate.gov

Clarence William Nelson, dit Bill Nelson, né le à Miami, est un astronaute et homme politique américain, sénateur démocrate de la Floride au Congrès des États-Unis depuis 2001. Il fut le deuxième parlementaire américain à voyager dans l'espace, à bord de la navette spatiale Columbia.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

La famille de Bill Nelson vit dans la Panhandle de Floride depuis le début du XIXe siècle. Ses grands-parents déménagement dans le centre de l'État[1] et Nelson grandit dans le comté de Brevard[2].

Diplômé de Yale en 1965, il obtient son juris doctor à l'université de Virginie en 1968. Il devient alors avocat à Melbourne. Parallèlement à ses études, il est officier de réserve United States Army (en service actif de 1968 à 1970)[2].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été l'assistant du gouverneur Reubin Askew, Nelson est élu député à la Chambre des représentants de Floride en 1972. Il est réélu en 1974 et 1976[2].

En 1978, Nelson entre à la Chambre des représentants des États-Unis en rassemblant plus de 60 % des voix face à l'ancien sénateur Edward Gurney[3],[4]. Il y représente la région d'Orlando et la Space Coast[1]. De 1980 à 1988, il est réélu tous les deux ans avec toujours plus de 60 % des suffrages[4].

En 1990, il se présente aux primaires démocrates pour le poste de gouverneur de Floride mais est battu par Lawton Chiles, qui réunit environ 70 % des voix contre 30 % pour Nelson[5],[6]. Imprudemment, Nelson avait mené campagne en pointant l'âge et la santé de Chiles, dans un État au fort électorat de retraités et de personnes âgées.

En 1994, Nelson est élu trésorier, commissaire aux assurances et capitaine des pompiers de la Floride (Florida treasurer, insurance commissioner and fire marshal)[1] avec 52 % des voix face au républicain Tim Ireland[7]. Il est réélu en 1998 avec 56 % des suffrages, à nouveau face à Ireland[7]. À ce poste, il acquiert une réputation de défenseur des consommateurs face aux compagnies d'assurance[8]

Sénateur de Floride[modifier | modifier le code]

Bill Nelson, lors d'une audition sénatoriale en 2007.

En 2000, Bill Nelson se présente au Sénat des États-Unis pour succéder au républicain conservateur Connie Mack III. Dans une campagne négative, il affronte le représentant Bill McCollum (en). Nelson présente McCollum comme un extrémiste proche des lobbys tandis que le républicain le qualifie de « libéral » et de commissaire aux assurances « raté »[8]. Nelson fait basculer le siège dans le camp démocrate avec 51 % des voix contre 46,2 % pour McCollum[4].

Nelson est candidat à sa réélection en novembre 2006. D'abord considéré comme une cible des républicains, sa réélection est presque assurée après la victoire de Katherine Harris aux primaires républicaines. En effet, Harris est une personnalité clivante et mène une très mauvaise campagne : elle a des difficultés à lever des fonds, voit plusieurs de ses collaborateurs démissionner et multiplie les gaffes. Également impliquée dans un possible scandale de corruption avec l'homme d'affaires Mitchell Wade, la républicaine ne reçoit que peu de soutien de l'establishment du parti[9],[10],[11]. De son côté, Nelson n'a pas d'opposant dans la primaire démocrate et est considéré comme un démocrate modéré, ayant plus souvent voté avec George W. Bush que tous les autres démocrates de Floride[11]. Il est largement réélu avec 60,3 % des voix contre 38,1 % pour Harris[4].

Lors des élections de 2012, Bill Nelson remporte aisément les primaires démocrates avec près de 80 % des voix face à Glenn Burkett, un homme d'affaires peu connu[12]. Lors de l'élection générale, il affronte Connie Mack IV, le fils de son prédécesseur. La campagne de Nelson attaque Mack pour son absentéisme au Congrès, ses démêles avec la police dans sa jeunesse et son travail pour Hooters[13],[14]. Mack tente de lier le démocrate à Barack Obama, également candidat à sa réélection, mais Nelson met en avant son travail bipartisan[15]. Le sénateur domine l'ensemble des sondages[13]. Il est facilement réélu, rassemblant 55,2 % des suffrages contre 42,2 % pour Mack[14],[4]. Il réalise un meilleur score qu'Obama, recevant le soutien d'indépendants et modérés ayant voté pour Mitt Romney[14]. Il est alors le seul élu démocrate à l'échelle de l'État[15].

Nelson se présente à un quatrième mandat en 2018. Sa réélection semble plus difficile que les fois précédentes : Donald Trump a remporté la Floride en 2016 et le gouverneur Rick Scott est considéré comme un bien meilleur candidat que les précédents adversaires de Nelson[7]. En effet, selon The New York Times, « son principal talent politique a été d'attirer des opposants terriblement imparfaits ».

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Nelson s'est fait le pourfendeur des forages pétroliers au large des côtes de Floride.

Historiquement, Bill Nelson est considéré comme un centriste sur les questions instutionnelles. En 2017 cependant, il rejoint la majorité des démocrates pour empêcher un vote (filibuster) sur la nomination de Neil Gorsuch à la Cour suprême. Les analystes politiques estiment alors que le sénateur tente de se protéger sur sa gauche en vue des primaires de 2018[16].

Vol spatial[modifier | modifier le code]

Bill Nelson
Image illustrative de l'article Bill Nelson

Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Sélection Groupe politique, 1985
Naissance (75 ans)
Miami (Floride)
Durée cumulée des missions 6 j 2 h 3 min
Mission(s) Columbia (61-C)
Insigne(s) STS-61-c-patch.png

Du 12 au , il est le deuxième parlementaire à voyager dans l'espace à bord de la navette spatiale Columbia sur le vol STS-61-C, en tant que spécialiste de charge utile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Andy Reid, « Patrick Murphy tries to follow Bill Nelson's lead in Senate run », sur sun-sentinel.com, (consulté le 17 août 2017).
  2. a, b et c (en) « NELSON, Clarence William (Bill), (1942 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 17 août 2017).
  3. (en) « House: Modest Gains For the Minority », CQ Almanac 1978, Washington, Congressional Quarterly,‎ , p. 11-B-14-B (lire en ligne).
  4. a, b, c, d et e (en) « Sen. Bill Nelson, D-Fla. », sur media.cq.com (consulté le 17 août 2017).
  5. (en) « Chiles Wins Democrats' Vote for Florida Governor », sur nytimes.com, (consulté le 18 août 2017).
  6. (en) Ken Rudin, « On This Day In 1990: Lawton Chiles Trounces Bill Nelson In Florida Comeback », sur npr.org, (consulté le 18 août 2017).
  7. a, b et c (en) Steve Bousquet, « Sen. Bill Nelson, 'scared as a jackrabbit,' anticipates showdown with Rick Scott », sur tampabay.com, (consulté le 17 août 2017).
  8. a et b (en) Adam C. Smith, Shelby Oppel et Thomas C. Tobin, « Nelson takes Senate seat », sur sptimes.com, (consulté le 17 août 2017).
  9. (en) Barbara Liston, « Katherine Harris' Comedy of Errors », sur content.time.com, (consulté le 17 août 2017).
  10. (en) Larry Wheeler, « Analysis: Harris stumbles to the finish line », sur usatoday30.usatoday.com, (consulté le 17 août 2017).
  11. a et b (en) Abby Goodnough, « Race Profile: The Florida Senate Race », sur nytimes.com (consulté le 17 août 2017).
  12. (en) Brent Kallestad, « Nelson moves to Senate showdown », sur gainesville.com, (consulté le 18 août 2017).
  13. a et b (en) Mark Leibovich, « Playing Hardball Runs in the Family », sur nytimes.com, (consulté le 18 août 2017).
  14. a, b et c (en) « Election 2012: Nelson declares victory, Mack concedes in Senate race », sur archive.naplesnews.com, (consulté le 18 août 2017).
  15. a et b (en) John Kennedy, « U.S. Senate race: Bill Nelson easily reelected over Rep. Connie Mack IV », sur palmbeachpost.com, (consulté le 18 août 2017).
  16. (en) Marc Caputo, « How Bill Nelson shook up the Gorsuch confirmation fight », sur politico.com, (consulté le 17 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]