Johnny Isakson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Johnny Isakson
Illustration.
Fonctions
Sénateur des États-Unis

(14 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection 2 novembre 2004
Réélection 2 novembre 2010
8 novembre 2016
Circonscription Géorgie
Législature 109e, 110e, 111e, 112e, 113e, 114e, 115e et 116e
Prédécesseur Zell Miller
Successeur Kelly Loeffler
Représentant des États-Unis

(5 ans, 10 mois et 11 jours)
Élection (spéciale)
Réélection 7 novembre 2000
5 novembre 2002
Circonscription 6e district de la Géorgie
Législature 106e, 107e et 108e
Prédécesseur Newt Gingrich
Successeur Tom Price
Biographie
Nom de naissance John Hardy Isakson
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Atlanta (Géorgie)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université de Géorgie
Religion Église méthodiste unie

Signature de Johnny Isakson

John Hardy Isakson dit Johnny Isakson, né le à Atlanta, est un homme politique américain, membre du Parti républicain et sénateur de Géorgie au Congrès fédéral de janvier 2005 à décembre 2019.

De 1999 à 2004, Johnny Isakson représentait le sixième district de Géorgie à la Chambre des représentants des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle et politique locale[modifier | modifier le code]

Originaire d'Atlanta, Isakson est diplômé de l'université de Géorgie en 1966. L'année suivante, il ouvre un bureau de l'entreprise immobilière Northside Realty dans le comté de Cobb. Il devient par la suite président du groupe[1].

Après un premier échec en 1974, Isakson est élu en 1976 à la Chambre des représentants de Géorgie. Réélu à six reprises, il y dirige le groupe républicain — minoritaire — de 1983 à 1990[1]. En 1990, il tente de se faire élire gouverneur mais est battu par le southern democrat (Dixiecrat) Zell Miller. De 1993 à 1995, il est membre du Sénat de Géorgie[2].

En 1996, il se présente aux primaires républicaines pour le poste de sénateur fédéral laissé vacant par Sam Nunn. Il accède au second tour des primaires mais il est battu par Guy W. Millner à cause de son étiquette de libéral[3]. Il réunit 47,2 % des voix contre 52,8 % pour Millner[4]. L'année suivante, le gouverneur Miller le nomme à la tête de la commission de l'éducation de Géorgie[1].

Membre du Congrès[modifier | modifier le code]

En février 1999, il est élu dans une élection spéciale à la Chambre des représentants des États-Unis au siège abandonné en cours de mandat par Newt Gingrich dans la circonscription la plus républicaine de l'État. Il est réélu en 2000 et 2002[2].

En 2004, il parvient à surpasser ses adversaires lors des primaires républicaines pour concourir au poste de sénateur fédéral, au siège du démocrate Zell Miller, lequel a rallié George W. Bush lors de la campagne présidentielle. Le , Isakson est élu sénateur de Géorgie avec 59 % des voix contre 39 % à la démocrate Denise Majette.

Il est l'un des rédacteurs du Animal Enterprise Terrorism Act de 2006.

Il est facilement réélu avec 58,3 % des suffrages lors des élections sénatoriales de 2010, battant le démocrate Michael Thurmond (39 %) et le libertarien Chuck Donovan[5].

En 2015, Isakson prend la présidence de la commission aux anciens combattants et de la commission d'éthique du Sénat[1]. Il révèle la même année être atteint de la maladie de Parkinson, diagnostiquée deux ans plus tôt[6]. En novembre 2015, une publication émanant du collectif informel Anonymous fait état de sa possible appartenance au Ku Klux Klan[7]. Cependant, des membres du collectif déclarent que cette publication est fausse et publient une autre liste de membres du KKK[8], où il n'apparaît pas.

Au moins d', il démissionne de son mandat de sénateur pour raisons de santé avec effet au . Il est alors le seul élu de l'histoire de Géorgie à avoir été membre des deux chambres de la législature d'État puis du Congrès fédéral[6],[9].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Isakson est parfois perçu comme un républicain modéré[2], même si le site On the Issues le qualifie d'« ultraconservateur » en se basant sur ses votes au Sénat[10]. Il est qualifié de RINO (« Republican in name only », « Républicain de nom seulement » en français) par certains de ses détracteurs républicains[11].

Avortement[modifier | modifier le code]

Isakson a changé plusieurs fois d'avis sur l'avortement. En 1988, en tant que chef de la minorité à l'assemblée de Géorgie, il a déposé un amendement constitutionnel pour interdire l'avortement dans l'État. En 1990, alors qu'il concourait pour le poste de gouverneur, il déclara être pro-choix (pour le droit de choisir).[réf. nécessaire]

Lors de sa campagne de 1996, il diffuse des publicités où il exprime son soutien au droit à l'avortement, même si selon lui l'État ne devrait pas financer les avortements. Cette prise de position, unique pour un républicain du Sud des États-Unis, est vue par certains analystes comme un moyen de se différencier de ses adversaires républicains, qui courtisent la droite religieuse, et de s'attirer le vote des femmes de banlieue[12].

En 2004, en campagne pour le siège de sénateur, il déclara respecter la vie humaine, être personnellement opposé à l'avortement (sauf en cas de viol, d'inceste ou de danger pour la vie de la mère) et souhaiter que cette question revienne au législateur et non aux juges[13].

Historique électoral[modifier | modifier le code]

Sénat[modifier | modifier le code]

Résultats de Johnny Isakson[14]
Année Johnny Isakson Démocrate Libertarien
2004 57,9 % 40,0 % 2,1 %
2010 58,3 % 39,0 % 2,7 %
2016 54,8 % 41 % 4,2 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Johnny Isakson timeline », sur ajc.com, (consulté le 10 septembre 2019).
  2. a b et c (en) « John 'Johnny' Hardy Isakson », sur The Associated Press, (consulté le 19 juillet 2016).
  3. (en) Goldie Taylor, « Anonymous’s Bogus KKK Exposé », sur The Daily Beast, (consulté le 19 juillet 2016).
  4. (en) « 1996 GA US Senate - R Runoff », sur OurCampaigns (consulté le 19 juillet 2016).
  5. (en) Henry Fountain, « Election 2010: Georgia State Highlights », sur nytimes.com (consulté le 10 septembre 2019).
  6. a et b (en) Emily Cochrane, « Isakson to Resign From Senate, Citing Health Reasons », sur nytimes.com, (consulté le 10 septembre 2019).
  7. Barry Eitel et Saida Charafeddine, « Anonymous révèle l’appartenance au KKK de plusieurs sénateurs et maires des Etats-Unis », sur Agence Anadolu, (consulté le 19 juillet 2016)
  8. « L’opération ratée d’Anonymous contre le Ku Klux Klan », sur Le Monde, (consulté le 19 juillet 2016).
  9. (en) Alex Rogers, Eric Bradner, Kaitlan Collins et Phil Mattingly, « Georgia Republican Sen. Johnny Isakson to resign at end of year », sur edition.cnn.com, (consulté le 10 septembre 2019).
  10. (en) « Johnny Isakson on the Issues », sur On the Issues, (consulté le 19 juillet 2016).
  11. (en) Pete Randall, « RINO Johnny Isakson’s (R-GA) push to spend 16.7 billion dollars to generate more housing market inefficiencies », (consulté le 19 juillet 2016).
  12. (en) Kevin Sack, « Georgian Makes a Bold Stand on Abortion », sur The New York Times, (consulté le 19 juillet 2016).
  13. (en) « Johnny Isakson on Abortion », sur On the Issues, (consulté le 19 juillet 2016).
  14. (en) « Johnny Isakson », sur ballotpedia.org (consulté le 28 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :