Caspar Weinberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weinberger.
Caspar Weinberger
Caspar Willard Weinberger en 1983.
Caspar Willard Weinberger en 1983.
Fonctions
15e secrétaire de la Défense des États-Unis
Président Ronald Reagan
Gouvernement Administration Reagan
Prédécesseur Harold Brown
Successeur Frank Carlucci
10e secrétaire à la Santé, à l'Éducation et aux Services sociaux des États-Unis
Président Richard Nixon
Gerald Ford
Gouvernement Administration Nixon
Administration Ford
Prédécesseur Elliot Richardson
Successeur Forrest David Mathews
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance San Francisco (Californie, États-Unis)
Date de décès (à 88 ans)
Lieu de décès Bangor (Maine, États-Unis)
Nationalité Américain
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université Harvard
Profession Avocat
Religion Église épiscopale des États-Unis

Caspar Weinberger
Liste des secrétaires de la Défense des États-Unis

Caspar Weinberger, né le à San Francisco (Californie) et mort le à Bangor (Maine), est un homme politique américain. Membre du Parti républicain, il est secrétaire à la Santé, à l'Éducation et aux Services sociaux des États-Unis entre 1973 et 1975 sous l'administration du président Richard Nixon et celle de son successeur Gerald Ford puis secrétaire de la Défense entre 1981 et 1987 sous l'administration du président Ronald Reagan. À ce dernier poste, il est impliqué dans le programme dit de « guerre des étoiles » ainsi que dans l'affaire Iran-Contra. À partir de 1993, il préside le magazine Forbes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, études et Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Caspar Weinberger est né à San Francisco, en Californie. Fils d'un d'avocat immigré tchèque, Herman Weinberger et de Cerise Carpenter Hampson, il est d'ascendance juive du côté paternel mais il embrasse la foi chrétienne de sa mère.

Diplômé d'un doctorat de droit en 1941 de l'université Harvard, il rejoint l'US Army et sert dans la 41e division d'infanterie dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, il est membre de l'état-major du général Douglas MacArthur.

Carrière professionnelle et politique en Californie[modifier | modifier le code]

De 1945 à 1947, de retour dans la vie civile, il exerce la profession d'assistant juridique auprès d'un juge fédéral puis rejoint un cabinet d'avocat de San Francisco.

En 1952, il est élu à l'Assemblée de l'État de Californie, réélu en 1954 et 1956.

En 1958, son échec pour être élu Attorney General de Californie ne l'empêche pas de continuer à mener une vie politique et à être élu président du Parti républicain de Californie en 1962.

En 1967, le gouverneur de Californie Ronald Reagan le nomme à la présidence de la Commission économique de l'État avant de le nommer en 1968 directeur des finances de l'État.

Secrétaire à la Santé puis à la Défense[modifier | modifier le code]

En janvier 1970, il emménage à Washington, D.C. et sert dans l'administration Nixon. Il devient secrétaire à la Santé, à l'Éducation et aux Services sociaux des États-Unis.

De 1975 à 1980, il est vice-président de Bechtel Corporation en Californie.

Partageant les convictions de Ronald Reagan sur l'Union soviétique (une menace), Caspar Weinberger est nommé par ce dernier comme secrétaire à la Défense après son élection à la présidence des États-Unis.

À ce poste, Weinberger se fait l'avocat de l'augmentation du budget des dépenses militaires face à l'Union soviétique. La capacité d'intervention de l'armée américaine est réorganisée et modernisée. La conséquence de ces dépenses budgétaires et du plan ambitieux de réorganisation des forces armées est le triplement de la dette nationale. Mais comme attendu, l'URSS ne peut suivre l'exemple des États-Unis. C'est dans ce contexte que Caspar Weinberger défend le projet coûteux et controversé de bouclier anti-missiles appelé « guerre des étoiles ».

Impliqué dans l'affaire Iran-Contra et dans des difficultés budgétaires, accusé de mensonges, il démissionne le 23 novembre 1987, officiellement en raison des problèmes de santé de son épouse.

Il bénéficia d'un pardon présidentiel dans l'affaire Iran-Contra le 24 décembre 1992 du président George H. W. Bush.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En 1989, il rejoint Forbes Inc. comme éditeur du magazine Forbes et en devient président en 1993.

En 1996, un de de ses livres remet en question l'adéquation de la capacité militaire américaine au monde de l'après-guerre froide. Ses anciens collègues du gouvernement Reagan lui en tiendront rigueur, refusant de discuter avec lui.

Il meurt à l'âge de 88 ans des suites d'une pneumonie à l'île des Monts Déserts dans le Maine. Son épouse est décédée en 2009.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]