Ted Cruz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ted Cruz
Ted Cruz, en février 2015.
Ted Cruz, en février 2015.
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour le Texas
En fonction depuis le
Élection
Prédécesseur Kay Bailey Hutchison
Solicitor General du Texas
Gouverneur Rick Perry
Prédécesseur Julie Parsley
Successeur James Ho
Biographie
Nom de naissance Rafael Edward Cruz
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Calgary (Alberta)
Nationalité Américaine
Canadienne (1970-2014)
Parti politique Parti républicain
Conjoint Heidi Nelson
Diplômé de Université de Princeton (B.A.)
université Harvard (J.D.)
Profession Avocat
Religion Baptiste du Sud
Résidence Houston, Texas

Rafael Edward Cruz dit Ted Cruz, né le à Calgary (Canada), est un homme politique américain, membre du Parti républicain. Il représente le Texas, depuis 2013, au Sénat des États-Unis.

Ted Cruz est solicitor general du Texas de 2003 à 2008, à la suite de sa nomination par le procureur général du Texas Greg Abbott. Il est le premier Latino-Américain à accéder à ce poste au Texas, celui qui l'a occupé le plus longtemps, et le plus jeune des États-Unis. Il devient par la suite associé au sein du cabinet d'avocats Morgan, Lewis & Bockius, où il est chargé des affaires portées devant les juridictions d'appel nationales et devant la Cour suprême des États-Unis.

Précédemment, il a été directeur du bureau de la planification politique (Office of Policy Planning) de la Federal Trade Commission, sous-procureur général adjoint au département de la Justice, et conseiller en politique intérieure de George W. Bush lors de sa campagne présidentielle de 2000. En outre, Ted Cruz a été professeur associé de droit à l'université du Texas à Austin de 2004 à 2009, où il enseignait les procédures judiciaires de la Cour suprême des États-Unis.

Il gagne la primaire républicaine en vue des élections sénatoriales américaines de 2012 au Texas face à David Dewhurst. Le 6 novembre 2012, avec 56 % des voix, il remporte l'élection sénatoriale face au démocrate Paul Sadler (41 %), ancien membre de la Chambre des représentants du Texas. Ted Cruz a bénéficié du soutien du mouvement Tea Party et du Republican Liberty Caucus, l'aile libertarienne du Parti républicain. Depuis le 14 novembre 2012, il est vice-président du comité sénatorial républicain national (National Republican Senatorial Committee (en)).

Il se présente sans succès aux primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Ted Cruz naît à Calgary[1],[2] dans la province d'Alberta au Canada, où ses parents travaillent dans l'industrie pétrolière[3],[4]. Ils possèdent une entreprise spécialisée dans le traitement des données sismiques destinées aux foreurs pétroliers[5],[6].

Parents[modifier | modifier le code]

Son père, Rafael Bienvenido Cruz, né en 1939 à Matanzas à Cuba[7],[5], a subi, comme le journaliste Robert T. Garrett du Dallas Morning News l'a décrit, « les passages à tabac et l'emprisonnement pour s'être opposé au régime d'oppression » du dictateur Fulgencio Batista[5],[6]. Lors de la révolution cubaine, alors âgé de 14 ans, il combat pour le révolutionnaire communiste Fidel Castro[8],[9], mais assure qu'à l'époque il « ne savait pas que Castro était communiste ». Il devient quelques années plus tard un farouche détracteur de Castro lorsque celui-ci « a pris le contrôle et a commencé à confisquer les biens privés et à réprimer les dissidents »[5],[10]. Il fuit Cuba en 1957 à l'âge de 18 ans et s'installe à Austin[6] où il étudie à l'université du Texas. Il ne parle alors pas anglais et dispose de 100 dollars cousus dans ses sous-vêtements[11]. Sa sœur cadette combat quant à elle dans la contre-révolution et est torturée par le nouveau régime[9]. Il regretta son soutien à Castro et transmit avec insistance son remords à son fils au fil des années[5],[9]. Pour payer ses études supérieures, il travaille comme plongeur dans la restauration, gagnant 50 centimes par heure[12]. Il devient diplômé en mathématiques[6]. Il est aujourd'hui pasteur à Carrollton dans la banlieue nord de Dallas au Texas, et est devenu citoyen américain en 2005[13].

Sa mère, Eleanor Elizabeth Wilson Darragh[2], est née et a grandi à Wilmington dans le Delaware[7], dans une famille d'ascendance irlandaise et italienne[4],[12]. Elle est le premier membre de sa famille à aller à l'université. Elle sort diplômée de l'université Rice à Houston en mathématiques dans les années 1950, et travaille l'été dans la chaîne de grands magasins Foley's et chez Shell[13]. Plus tard, elle travaillera à Houston en tant que programmeur informatique chez Shell[6]. En 2012, Ted Cruz déclare : « I'm Cuban, Irish, and Italian, and yet somehow I ended up Southern Baptist[14]. » (Proposition de traduction : « Je suis cubain, irlandais et italien, et j'ai pourtant fini, je ne sais comment, baptiste du Sud. »)

La famille Cruz retourne à Houston au Texas en 1974, après avoir travaillé sur les gisements pétroliers de la province d'Alberta, alors que le prix du pétrole chute et qu'ils actent la vente de leur entreprise de données sismiques[15]. Plus tard, les parents de Ted Cruz divorcent alors que ce dernier est étudiant[6].

Épouse[modifier | modifier le code]

Ted Cruz avec son épouse Heidi.

Ted Cruz est marié à Heidi Cruz (née Nelson) depuis mai 2001[16]. Le couple a deux filles : Caroline Camille et Catherine Christiane[17]. Ils se sont rencontrés lorsqu'ils travaillaient tous deux pour la campagne présidentielle de George W. Bush en 2000[18]. Encore étudiante à la Harvard Business School[19], Heidi Nelson s'engage dans cette campagne en tant que conseiller économique[20]. Plus tard, de 2003 à 2004[16], elle est directrice pour l'hémisphère ouest au sein du Conseil de sécurité nationale[19]. Après un passage chez Merrill Lynch, elle rejoint son mari à Houston où elle commence à travailler en octobre 2005 pour Goldman Sachs[21]. Elle y est vice-présidente durant sept ans, avant d'être promue en novembre 2012 managing director, à la tête du service de gestion de fortune privée de la banque pour la région sud-ouest des États-Unis[17],[22],[21]. Elle s'est mise en congé de Goldman Sachs, sans solde, afin de participer à la campagne présidentielle de son mari[22], notamment pour lever des fonds[20]. Heidi Cruz est membre de l'Église adventiste du septième jour[19].

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Ted Cruz est lycéen à la Faith West Academy, à Katy au Texas[23], un établissement privé mixte chrétien, et termine ses études secondaires à la Second Baptist High School à Houston en 1988 en tant que valedictorian[15]. À cette époque il fréquente depuis ses treize ans[6] la Free Market Education Foundation, un groupe de Houston créé par le think tank Free Enterprise Institute, qui se consacre à l'enseignement des principes du libre marché, et qui organise un concours annuel d'éloquence pour les lycéens intitulé « The Ten Pillars of Economic Wisdom » (« Les dix piliers de la sagesse économique »)[18]. Il s'agit de lire les œuvres d'auteurs libéraux tels que Milton Friedman, Friedrich Hayek, Frédéric Bastiat et Ludwig von Mises[9], puis d'écrire et de présenter un discours de vingt minutes[18]. Ted Cruz en est l'un des vainqueurs dans sa ville chaque année, ce qui l'amène à voyager pour prononcer son discours devant différents cercles et associations[18]. Il fait également partie des « Constitutional Corroborators », un groupe de cinq lycéens sélectionnés par le think tank, qui leur enseigne la Constitution des États-Unis et leur apprend à mémoriser une version mnémotechnique de cette dernière[6]. Ils font ensuite le tour du Texas et écrivent de tête cette version devant le public[6]. À la fin de ses études secondaires, Ted Cruz a prononcé au moins 70 discours sur la Constitution[6].

Il entre à l'université de Princeton en 1988[18] et en sort diplômé cum laude en 1992 avec un Bachelor of Arts de la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs[1],[24]. À Princeton, il participe au club de débat de l'American Whig–Cliosophic Society et remporte le prix du meilleur débatteur au championnat national de débat des États-Unis de 1992 et au championnat nord-américain de débat de 1992[25]. La même année, il se voit décerner le titre d'orateur national des États-Unis de l'année (U.S. National Speaker of the Year) et de l'équipe de l'année (avec son partenaire de débat David Panton)[26]. Il est aussi demi-finaliste du championnat universitaire mondial de débat de 1995[27].

Sa thèse sur la séparation des pouvoirs[13], intitulée Clipping the Wings of Angels[N 1], est inspirée du passage d'un texte attribué à James Madison[28] : « If angels were to govern men, neither external nor internal controls on government would be necessary. » (Proposition de traduction : « Si les anges gouvernaient les hommes, aucun contrôle, ni interne, ni externe, ne serait nécessaire »). Dans cette thèse, Ted Cruz soutient que les rédacteurs de la Constitution des États-Unis entendaient protéger les droits des citoyens, et que les deux derniers points de la Déclaration des Droits marquent une limite explicite à la toute-puissance de l'État[28]. Il écrit : « They simply do so from different directions. The Tenth stops new powers, and the Ninth fortifies all other rights, or non-powers[28]. » (Proposition de traduction : « Ils le font simplement selon des axes distincts. Le dixième bloque de nouveaux pouvoirs, et le neuvième renforce tous les autres droits, ou non-pouvoirs. »)

Par la suite, il étudie à la Faculté de droit de Harvard dont il sort diplômé magna cum laude en 1995, avec un doctorat en droit (Juris Doctor)[1],[29],[11]. À Harvard, il est l'un des rédacteurs principaux de la Harvard Law Review, et le rédacteur en chef du Harvard Journal of Law and Public Policy, ainsi que l'un des fondateurs de la Harvard Latino Law Review[24]. À propos de ses années à Harvard, l'universitaire Alan Dershowitz déclara au magazine National Review[12] : « Cruz was off-the-charts brilliant. » (Proposition de traduction : « Cruz était exceptionnellement brillant. »). À Harvard, Ted Cruz fut lauréat en droit et économie de la John M. Olin Foundation[30].

Il est actuellement membre du comité consultatif (Board of Advisors) de la Texas Review of Law and Politics[30],[31].

Carrière juridique[modifier | modifier le code]

Après ses études, Ted Cruz devient l'un des assistants de justice (law clerk) du juge en chef des États-Unis William Rehnquist, et de Michael Luttig, juge à la cour d'appel des États-Unis pour le quatrième circuit[30],[32]. Il est le premier Latino-Américain à assister un juge en chef des États-Unis[33].

Par la suite, de 1997 à 1998, il travaille au sein du cabinet d'avocats Cooper, Carvin & Rosenthal (aujourd'hui Cooper & Kirk, LLC) basé à Washington D.C[34]. En 1998, il est l'avocat du représentant au Congrès John Boehner qui poursuit le représentant Jim McDermott pour avoir donné à la presse un enregistrement d'une de ses conversations téléphoniques privées[18],[35].

En 1999 et 2000, il prend part à la campagne de George W. Bush pour l'élection présidentielle américaine en tant que conseiller en politique intérieure, s'occupant des questions juridiques[18]. Il participe à la constitution de l'équipe juridique de Bush, à l'élaboration de la stratégie et à l'écriture de la plainte devant la Cour suprême de Floride et la Cour suprême des États-Unis dans l'affaire Bush v. Gore, lors du recompte des voix en Floride[30],[36]. Il devient par la suite sous-procureur général adjoint au département de la Justice, et directeur du bureau de la planification politique (Office of Policy Planning) de la Federal Trade Commission, sous George W. Bush[12].

En 2003, Ted Cruz est nommé solicitor general du Texas par le procureur général du Texas Greg Abbott[32]. À ce titre, il est l'auteur de plus de 80 mémoires déposés à la Cour suprême des États-Unis et présente 43 plaidoiries dont neuf devant cette même Cour suprême[32],[12],[11]. Dans le cadre de l'arrêt historique District of Columbia v. Heller, il rédige le mémoire d'amicus curiae qui est signé par les procureurs généraux de 31 États, et qui soutient que l'interdiction des armes de poing par le district de Columbia doit être invalidée car elle enfreint le droit au port d'armes garanti par le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis[11],[37]. Pour l'affaire connexe à Heller, portée devant la cour d'appel des États-Unis pour le circuit du district de Columbia, Ted Cruz présente la plaidoirie pour les États[11],[38]. Outre sa victoire dans l'arrêt Heller, Ted Cruz défend avec succès le monument des Dix Commandements installé dans les parterres du Capitole de l'État du Texas[12],[11], la récitation du Serment d'allégeance au drapeau des États-Unis dans les écoles publiques[12], et la majeure partie du redécoupage électoral du Texas de 2003[39]. Dans l'affaire Medellín v. Texas, il défend avec réussite l'État du Texas contre une tentative de la Cour internationale de justice de réviser les procès de 51 condamnés à mort aux États-Unis[32],[12],[11].

En mai 2008, il quitte son poste de solicitor general du Texas pour rejoindre en tant qu'associé le cabinet d'avocats Morgan, Lewis & Bockius, où il est chargé des affaires portées devant les juridictions d'appel nationales et devant la Cour suprême des États-Unis[40].

Ted Cruz a été classé par le magazine The American Lawyer parmi les 50 meilleurs avocats plaidants de moins de 45 ans aux États-Unis[41],[42], par The National Law Journal parmi les 50 avocats issus des minorités les plus influents aux États-Unis[43],[44], et par Texas Lawyer parmi les 25 plus grands avocats texans du dernier quart de siècle[45],[46].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ted Cruz au meeting du Tea Party Express à Austin en mai 2012.

Sénateur des États-Unis[modifier | modifier le code]

Élection de 2012[modifier | modifier le code]
Les sénateurs du Texas John Cornyn, Ted Cruz et Kay Bailey Hutchison.

L'élection de Ted Cruz au Sénat des États-Unis fut qualifiée par The Washington Post de « biggest upset of 2012... a true grassroots victory against very long odds[47]. » (Proposition de traduction : « plus grand retournement de 2012 (...) une vraie victoire populaire contre toute attente. ») Le 19 janvier 2011, à la suite de l'annonce par la sénatrice Kay Bailey Hutchison qu'elle ne se représentera pas à la prochaine élection sénatoriale, Ted Cruz déclare lors d'une téléconférence avec des blogueurs, sa candidature pour le siège de sénateur des États-Unis pour l'État du Texas[48]. Qualifié avec 34,2 % des voix pour le second tour de l'élection primaire du Parti républicain, il fait face au lieutenant-gouverneur du Texas David Dewhurst, qui est arrivé en tête du premier tour avec 44,6 % des voix[49]. Ted Cruz est soutenu par l'organisation fiscalement conservatrice Club for Growth[50], par le Super PAC de l'organisation libertarienne et conservatrice FreedomWorks[51], par le rédacteur en chef du célèbre blog conservateur RedState Erick Erickson[52], par l'animateur de radio Mark Levin[53], par l'ancien procureur général des États-Unis Edwin Meese[54], par l'organisation Tea Party Express[55], par les Young Conservatives of Texas[56], et par les sénateurs des États-Unis Tom Coburn[57], Jim DeMint[58], Mike Lee[59], Rand Paul[60] et Pat Toomey[61]. Il reçoit également le soutien de l'ancien gouverneur de l'Alaska Sarah Palin[62], du représentant texan au Congrès Ron Paul[62], de George Prescott Bush[36], et de l'ancien sénateur des États-Unis Rick Santorum[63]. Le 31 juillet 2012, Ted Cruz remporte le second tour de la primaire républicaine avec une avance de 14 points sur David Dewhurst[64].

Lors de l'élection générale du 6 novembre 2012, il affronte le candidat du Parti démocrate Paul Sadler, un avocat et ancien membre de la Chambre des représentants du Texas d'Henderson dans l'est de l'État. Ted Cruz remporte l'élection avec 4 440 137 voix (56,45 %) contre 3 194 927 voix (40,62 %) pour son adversaire démocrate[49]. Deux candidats de partis mineurs se partagent les 3 % restants[49]. Ted Cruz recueille 35 % des voix latino-américaines lors de l'élection générale[65].

Affectations aux comités[modifier | modifier le code]

Primaires républicaines de 2016[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 2015, Ted Cruz annonce, lors d'un discours à Liberty University (en), qu'il se porte candidat aux primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 2016. Son discours apparaît comme fortement religieux et parsemé de références au Christ, dans le but d'attirer les électeurs évangéliques, dont l'appui est souvent un atout important dans les primaires républicaines[66].

Dans les semaines précédant les premières primaires, Ted Cruz apparaît comme le rival le plus sérieux de l'ultra-favori depuis plusieurs mois, le milliardaire populiste et anti-immigration Donald Trump. Souvent considéré comme étant le candidat en lice le plus conservateur[67], il suscite de très fortes inimitiés dans son propre camp[68] : ainsi, les principaux ténors du parti jugent Cruz encore plus dangereux que Trump pour l'avenir du Parti républicain et entretiennent à son égard une détestation personnelle[69],[70].

Son discours évangélique lui permet de réaliser de bons scores dans les premières primaires, en février 2016. Il arrive ainsi en tête du caucus de l'Iowa avec 27,6 %, devançant de trois points Donald Trump et de quatre points Marco Rubio, le principal candidat de l'establishment[71]. La primaire du New Hampshire le voit arriver loin derrière Trump et le modéré John Kasich, mais il arrive tout de même troisième dans un État qui lui était pourtant jugé peu favorable[72]. Lors de la primaire de Caroline du Sud, dont l'électorat républicain est pourtant principalement composé de chrétiens évangéliques, il est devancé par Donald Trump et Marco Rubio. Les analystes estiment alors que ce faible score dans un État du Sud lui laisse peu de chance pour l'emporter au niveau national[73]. Le 5 avril, il remporte l'État du Wisconsin avec plus de 52,4 % des voix, face à Donald Trump et John Kasich[74]. Le 27 avril, il annonce qu'il choisit Carly Fiorina comme colistière pour la présidentielle[75]. Le 3 mai, il abandonne la course à la présidentielle après son échec à la primaire dans l'Indiana[76]. Donald Trump est officiellement investi candidat du Parti républicain en juillet 2016 mais Ted Cruz ne lui apporte pas son soutien[77].

Positionnements[modifier | modifier le code]

Ted Cruz est généralement considéré comme faisant partie de l'aile conservatrice et anti-establishment du Parti républicain[78]. L'analyse de ses votes au Sénat par l'American Conservative Union (ACU) montre qu'il a voté à 100 % en accord avec les positions de cette organisation en 2013[79] et 2014[80]. Seuls les sénateurs Tom Coburn et Mike Lee ont fait de même[79],[80]. Le think-tank conservateur Heritage Foundation lui donne un score de 95 % pour son action au Sénat durant le 113e Congrès alors que la moyenne des sénateurs républicains est de 63 %[81] et que seul Mike Lee le dépasse avec 97 %[82]. Son « liberty score » attribué par Conservative Review sur la base de ses votes au Sénat depuis son élection est, en novembre 2015, de 97 %[83]. Seul Mike Lee le dépasse (100 %)[83]. Lors des votes au Sénat considérés comme clés par l'organisation conservatrice et libertarienne FreedomWorks, Ted Cruz a voté à 100 % en accord avec cette dernière en 2013[84] et à 92 % en 2014[N 2],[85]. Il est classé à l'extrême droite de l'échiquier politique par certains médias européens[86].

Politique économique[modifier | modifier le code]

Depuis son élection au Sénat, Ted Cruz critique la politique économique de l'administration Obama[87]. Réprimandant ses collègues républicains à propos des défaites électorales de 2012, il juge que les Républicains sont et devraient être le « parti des 47 %[88] », et que les mots « croissance » et « opportunité » devraient être tatoués sur les mains de tous les Républicains[89].

En février 2014, il s'oppose à une augmentation sans condition du plafond de la dette publique de l'État fédéral. Il oblige le Sénat à procéder à un vote à 60 voix de majorité sur le sujet au lieu de 51, ce qui contraint certains sénateurs républicains à voter en faveur de la hausse du plafond[90]. Il explique à cette occasion : « The single thing that Republican politicians hate and fear the most (...) is when they’re forced to tell the truth (...) They wanted to be able to tell what they view as their foolish, gullible constituents back home they didn’t do it[91]. » (Proposition de traduction : « Ce que les politiciens républicains détestent et craignent par-dessus tout, c'est d'être forcés à dire la vérité (...) Ils voulaient pouvoir dire à leurs électeurs, qu'ils croient bêtes et naïfs, qu'ils n'ont pas augmenté le plafond de la dette »).

Avec le sénateur Rand Paul, il présente en janvier 2015 le Federal Reserve Transparency Act, un projet de loi qui permettrait d'auditer la Réserve fédérale[92]. Il assure alors : « Trop, c'est trop. La Réserve fédérale doit ouvrir complètement ses livres de comptes pour que le Congrès et le peuple américain puissent voir ce qu'il se passe[92]. » Lors du débat des primaires présidentielles républicaines sur CNBC en octobre 2015, il déclare : « I think the Fed should get out of the business of trying to juice our economy, and simply be focused on sound money and monetary stability, ideally tied to gold[93]. » (Proposition de traduction : « Je pense que la Réserve fédérale devrait arrêter d'essayer de soutenir notre économie, et devrait simplement se concentrer sur une monnaie saine et sur la stabilité monétaire, idéalement indexée sur l'or. »)

Le Center for Trade Policy Studies du Cato Institute et le Wall Street Journal le classent parmi les partisans du libre-échange[94],[95]. Dans le cadre de la négociation de l'accord de partenariat transpacifique, il se montre dans un premier temps favorable à la trade promotion authority (TPA), c'est-à-dire au pouvoir octroyé au Président des États-Unis par le Congrès de négocier les traités de commerce international sans que ce dernier ne puisse ensuite les amender, mais seulement les approuver ou non. Il signe à cette occasion, en avril 2015, une tribune dans le Wall Street Journal apportant son soutien à la TPA, et il vote la mesure au Sénat le mois suivant[96]. Cependant, lors d'un vote décisif pour la TPA en juin 2015, il change de position et vote contre[95],[96]. Il reproche au texte proposé de permettre la négociation des lois en matière d'immigration, et de faire selon lui l'objet d'un accord secret entre les leaders républicains et certains sénateurs en échange de la réouverture de l'Eximbank[96]. Il est un opposant de l'Eximbank[97].

Ted Cruz a proposé la suppression de l'Internal Revenue Service (IRS) et la mise en place d'un impôt à taux unique qui permettrait à « l'Américain moyen de déclarer ses revenus sur une carte postale[98] ». Durant sa campagne aux primaires présidentielles républicaines, en 2015, il renouvelle son intention de supprimer l'IRS et de « mettre fin à son abus de pouvoir et sa violation des droits constitutionnels des Américains[97] ». Il propose un impôt à taux unique de 10% sur les revenus individuels et, en remplacement de l'impôt sur les sociétés et des taxes sur les traitements et salaires (payroll taxes), une TVA de 16%[99]. Il propose également la suppression des droits de succession (estate tax)[99]. Il s'oppose au Marketplace Fairness Act, un projet de loi qui permettrait à un État de percevoir des taxes sur un achat en ligne pour lequel le vendeur n'est pas physiquement présent dans ce même État. Pour lui, ce projet aboutirait à un fardeau fiscal qui nuirait à la concurrence en créant des coûts supplémentaires pour les entreprises dont l'activité est basée sur internet[100]. En avril 2015, en tant que candidat aux primaires présidentielles, il signe le Taxpayer Protection Pledge de Grover Norquist, s'engageant ainsi à s'opposer à toute hausse d'impôt[101].

Il est fortement opposé à toute hausse du salaire minimum[97]. Selon lui, ce dernier « nuit constamment aux plus vulnérables[97],[102] ». En janvier 2015, il prend position contre le projet du Président Barack Obama d'augmenter le salaire minimum fédéral à 10,10 dollars par heure, soutenant que cette mesure aboutirait à des « destructions d'emplois à grande échelle[102] ».

Ted Cruz nie l'existence même du changement climatique. Il a signé en compagnie des sénateurs Marco Rubio et Rand Paul une promesse de « s'opposer à toute législation relative au changement climatique » qui impliquerait une hausse des impôts ou des taxes, particulièrement pour les compagnies pétrolières[103].

Politique intérieure et sociale[modifier | modifier le code]

Avortement[modifier | modifier le code]

Ted Cruz est pro-vie à l'exception des cas où la grossesse met en danger la vie de la mère[104],[105].

Peine de mort[modifier | modifier le code]

Il est en faveur de la peine de mort. Lors de sa campagne sénatoriale de 2012, il mentionne régulièrement son rôle en tant que conseil de l'État du Texas dans l'arrêt Medellín v. Texas de 2008, dans lequel la Cour suprême jugea légal le fait pour le Texas de refuser l'ordre de la Cour internationale de justice de réviser les jugements de plusieurs dizaines de Mexicains condamnés à mort en attente d'être exécutés[106]. Ted Cruz désigne cette affaire comme la plus importante de sa carrière de solicitor general du Texas[106].

En septembre 2015, après un appel du pape François pour l'abolition universelle de la peine de mort devant une session conjointe du Congrès, Ted Cruz s'affirme en désaccord avec le pape sur ce sujet, déclarant : « I believe the death penalty is a recognition of the preciousness of human life[107] » (Proposition de traduction : « Pour moi, la peine de mort est un moyen de reconnaître la valeur de la vie humaine »).

Libertés individuelles et surveillance électronique[modifier | modifier le code]

En 2013, à la suite des révélations d'Edward Snowden sur les programmes américains de surveillance de masse, Ted Cruz déclare : « If it is the case that the federal government is seizing millions of personal records about law-abiding citizens, and if it is the case that there are minimal restrictions on accessing or reviewing those records, then I think Mr. Snowden has done a considerable public service by bringing it to light. If Mr. Snowden has violated the laws of this country, there are consequences to violating laws and that is something he has publicly stated he understands and I think the law needs to be enforced[108]. » (Proposition de traduction : « S'il s'avère que le gouvernement fédéral collecte effectivement des millions de données personnelles de citoyens respectueux de la loi, et si les restrictions d'accès ou d'analyse de ces documents s'avèrent effectivement minimales, alors je pense que M. Snowden a rendu un service public considérable en mettant cela en lumière. Si M. Snowden a violé les lois de ce pays, il y a des conséquences à cela, et c'est quelque chose qu'il a publiquement déclaré comprendre, et je pense que la loi doit être appliquée. »)

En 2014, il se déclare en accord avec des Démocrates comme le sénateur Patrick Leahy en estimant que la surveillance des citoyens respectueux de la loi va beaucoup trop loin[109]. Il décrit ce que sont selon lui les attentes des Américains sur ce sujet : « far greater scrutiny on bad guys, people that we have reason to suspect may be planning a terrorist attack" et "far more protection for law-abiding citizens[109]. » (Proposition de traduction : « une surveillance bien plus approfondie des méchants, des gens dont nous avons une raison de croire qu'ils préparent un attentat » et « une protection bien plus grande des citoyens respectueux de la loi »).

En 2015, il vote en faveur du USA Freedom Act, qui prolonge certains dispositions du Patriot Act tout en limitant par rapport à ce dernier le pouvoir de surveillance des autorités[110],[111]. Sa position contraste avec celle de certains de ses adversaires aux primaires présidentielles du Parti républicain, tels que Rand Paul (qui a voté contre le projet de loi estimant qu'il ne va pas assez loin dans la limitation des pouvoirs de la NSA) et Marco Rubio (qui a voté contre parce qu'il était en faveur d'une reconduction sans modification du Patriot Act)[110],[111].

Éducation[modifier | modifier le code]

Il est un partisan du libre choix de l'école[112] et du chèque éducation (school voucher)[113]. Il est un opposant à l'initiative Common Core State Standards qui vise à instaurer dans l'enseignement primaire et secondaire un socle de compétences commun à tous les États[114]. Lors de sa campagne sénatoriale de 2012, il milite pour la suppression du département de l'Éducation des États-Unis[115].

En mars 2013, il propose un amendement pour abroger le Health Care and Education Reconciliation Act de 2010, lequel a selon lui « transféré les prêts [pour les étudiants] des banques privées au gouvernement fédéral, réduit les paiements mensuels au profit des plans de remboursement basés sur le revenu, et grandement développé les bourses Pell[N 3],[116]. » En 2014, il vote pour empêcher le Student Emergency Loan Refinancing Act, un projet de loi présenté par la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, d'être soumis au vote du Sénat[116].

Armes à feu[modifier | modifier le code]

Ted Cruz est un partisan du droit à porter et à détenir des armes à feu[117]. Le 25 mars 2013, avec les sénateurs Rand Paul et Mike Lee, il met en garde le chef de la majorité du Sénat Harry Reid qu'il fera obstruction (filibustering) à tout projet de loi qui mettrait en place le contrôle des armes à feu[118], tel que l'amendement Manchin-Toomey qui propose d'instaurer des vérifications supplémentaires des antécédents des acheteurs lors des expositions d'armes à feu et sur internet[119]. Le 17 avril 2013, il vote contre cet amendement[120]. Les Républicains réussissent à faire obstruction à ce projet avec 46 votes contre 54 (60 voix étaient nécessaires)[121].

En avril 2015, il affirme avoir encouragé le comité des forces armées du Sénat à tenir des auditions sur la possibilité pour les membres de l'armée de porter dans les bases militaires intérieures des armes à feu dissimulées, lieux où c'est en général interdit[122]. Il estime que les militaires devraient être mieux équipés afin de se protéger contre des incidents comme les tueries du Washington Navy Yard en 2013 et de Fort Hood en 2009[122]. Il déclare qu'il est selon lui important d'avoir un débat public sur la question, sur « pourquoi nous refusons à nos soldats la possibilité d'exercer leurs droits garantis par le deuxième amendement[122] ».

Mariage homosexuel[modifier | modifier le code]

Il est opposé au mariage homosexuel[123].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

En 2004, il critique le candidat démocrate à l'élection présidentielle John Kerry expliquant : « He was against defending American values, against standing up to our enemies, and, in effect, for appeasing totalitarian despots[124]. » (Proposition de traduction : « Il s'est montré opposé à la défense des valeurs américaines, à la résistance à nos ennemis, et, en effet, favorable à l'apaisement face aux despotes totalitaires. »)

En 2013, il déclare que les États-Unis ne sont pas concernés par la guerre civile syrienne (« no dog in the fight »)[125].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Proposition de traduction : « Couper les ailes des anges ». Clip wings est aussi une expression signifiant maîtriser, contenir, limiter la liberté.
  2. En 2014, sur treize votes considérés comme clés par FreedomWorks, il a voté onze fois en accord avec les positions de cette organisation et n'a pas participé à deux votes.
  3. Les bourses Pell (Pell Grants) sont des aides du gouvernement fédéral des États-Unis attribuées sur critères sociaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Cruz, Rafael Edward (Ted) - Biographical Information », sur http://bioguide.congress.gov/, Congrès des États-Unis (consulté le 19 octobre 2013)
  2. a et b (en) John Wayne Ferguson, « Texplainer: Could Canadian-Born Ted Cruz Be President? », sur http://www.texastribune.org/, The Texas Tribune,‎ (consulté le 10 avril 2013)
  3. (en) Kate Zernike, « A Test for the Tea Party in Texas Senate Race », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. a et b (en) Terence P. Jeffrey, « Ted Cruz: New Voice for the American Dream », sur http://cwww.creators.com/, Creators.com,‎ (consulté le 10 avril 2013)
  5. a, b, c, d et e (en) Robert Costa, « The Rise of Rafael Cruz », National Review,‎ (lire en ligne)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Robert T. Garrett, « Senate candidate Ted Cruz aims to pick up mantle of Reagan », The Dallas Morning News,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) Todd J. Gillman, « Dual citizenship may pose problem if Ted Cruz seeks presidency », The Dallas Morning News,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Steve Nelson (The Daily Caller), « Texas GOP Senate candidate says he’s no Rubio, his father fought for Castro », sur http://news.yahoo.com/, Yahoo! News,‎ (consulté le 19 octobre 2013)
  9. a, b, c et d (en) Ryan Lizza, « The Party Next Time », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Robert T. Garrett, « Senate candidate Ted Cruz says he hasn't misled about father's exodus from Cuba », The Dallas Morning News,‎ (lire en ligne)
  11. a, b, c, d, e, f et g (en) David McKay Wilson, « Carrying the Tea Party Banner: U.S. Senate candidate Ted Cruz calls for a "return to the framers' vision of a constitutionally limited government" », Harvard Law Bulletin,‎ (lire en ligne)
  12. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Rachel Weiner, « Who is Ted Cruz? », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  13. a, b et c (en) Erik Eckholm, « A Republican Voice With Tea Party Mantle and Intellectual Heft », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  14. Dans un entretien radiophonique avec Hugh Hewitt, dans le Hugh Hewitt Show, le 9 février 2012.
  15. a et b (en) Lise Olsen, « Cruz's life defies simplification », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) Tom Cleary, « Heidi Nelson Cruz, Ted’s Wife: 5 Fast Facts You Need to Know », sur http://heavy.com/, Heavy,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  17. a et b (en) « Board Member Bios: Heidi Cruz », sur http://www.houston.org/, Greater Houston Partnership (consulté le 10 avril 2013)
  18. a, b, c, d, e, f et g (en) Brian Bolduc, « "As Good As It Gets" : Ted Cruz runs for Senate », National Review,‎ (ISSN 0028-0038, lire en ligne)
  19. a, b et c (en) Andrew O'Reilly, « Ted Cruz's biggest political asset this campaign season could be his wife », sur http://latino.foxnews.com, Fox News Latino,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  20. a et b (en) Theodore Schleifer, « Meet Ted Cruz's top fundraiser: his wife », sur http://edition.cnn.com/, CNN,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  21. a et b (en) Julia La Roche, « Ted Cruz's wife is taking an unpaid leave of absence as a managing director at Goldman Sachs », sur http://uk.businessinsider.com, Business Insider,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  22. a et b (en) Michael J. Moore, « Cruz’s Wife Heidi to Take Unpaid Leave From Goldman », sur http://www.bloomberg.com, Bloomberg News,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  23. (en) Helen Eriksen, « Solicitor general carries “supreme” weight with Katy roots », sur http://blog.chron.com/, Houston Chronicle,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  24. a et b (en) « Ted Cruz '92 Sworn-in as U.S. Senator from Texas », sur http://wws.princeton.edu/, Université de Princeton (consulté le 10 avril 2013)
  25. (en) « Princeton Debate Panel: Hall of Fame », sur http://debate.princeton.edu/ (consulté le 11 avril 2013)
  26. (en) « Old Nassau and the Tea Party converge », The Daily Princetonian,‎ (lire en ligne)
  27. (en) Howard Goodman, « Australians Win Debate At Princeton A Singapore Woman Won The Award For Best Speaker. English Is Not Her Native Language. », The Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne)
  28. a, b et c (en) « Ted Cruz's 1992 Princeton Undergrad Thesis », sur http://www.motherjones.com/, Mother Jones (consulté le 11 avril 2013)
  29. (en) Paul Begala, « Paul Begala: Ted Cruz and Texas’s Tea Party Revolution », sur http://www.thedailybeast.com/, The Daily Beast,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  30. a, b, c et d (en) « R. (Ted) Edward Cruz > Attorney Biography > Lawyers », sur http://www.morganlewis.com/, site officiel de Morgan, Lewis & Bockius,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  31. (en) « Board of Advisors », sur http://trolp.org/, Texas Review of Law and Politics (consulté le 19 octobre 2013)
  32. a, b, c et d (en) Hilary Russ, « Rising Star: Morgan Lewis' R. Ted Cruz », sur www.morganlewis.com, Law360,‎ (consulté le 10 avril 2013)
  33. (en) Terry Jeffrey, « Ted Cruz: New Voice for the American Dream », Townhall.com,‎ (lire en ligne)
  34. (en) « Tribpedia: Ted Cruz », sur http://www.texastribune.org/, The Texas Tribune (consulté le 20 octobre 2013)
  35. (en) James V. Grimmaldi, « Campaign Money To Fight Mcdermott », The Seattle Times,‎ (lire en ligne)
  36. a et b (en) Michelle Cottle, « The Reinvention of Ted Cruz », sur http://www.thedailybeast.com/, The Daily Beast,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  37. (en) Melissa Block, « D.C. Gun Ban Critic: Court Must Clarify Constitution », sur http://www.npr.org/, National Public Radio,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  38. (en) Ted Cruz, « Second Amendment Showdown », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  39. (en) Patty Reinert, « High court upholds most of Texas' redistricting », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne)
  40. (en) Gina Passarella, « Morgan Lewis Adds Texas Solicitor General », sur http://www.law.com/, Law.com,‎ (consulté le 10 avril 2013)
  41. (en) « The Young Litigators Fab Fifty », The American Lawyer,‎ (lire en ligne)
  42. (en) « Attorney General Abbott Appoints New Solicitor General », sur https://www.oag.state.tx.us, site officiel du procureur général du Texas,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  43. (en) « The 50 Most Influential Minority Lawyers in America », The National Law Journal,‎
  44. (en) Robert J. Ambrogi, « The Most Influential Minority Lawyers », sur http://legalblogwatch.typepad.com/,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  45. (en) « The 25 Greatest Texas Lawyers of the Past Quarter-Century », Texas Lawyer,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « Luncheon Honors 25 Greatest Texas Lawyers of the Past Quarter-Century », sur http://texaslawyer.typepad.com/, Texas Lawyer Blog,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  47. (en) Sean Sullivan, « The biggest upset of 2012 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  48. (en) « Ted Cruz Makes it a New Game for U.S. Senate in Texas », sur http://www.redstate.com/, RedState,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  49. a, b et c (en) « Race Summary Report: 2012 General Election », sur http://elections.sos.state.tx.us/, site officiel du secrétaire d'État du Texas (consulté le 12 avril 2013)
  50. (en) Shira Toeplitz, « Club for Growth Picks Texas Senate Favorite », Roll Call,‎ (lire en ligne)
  51. (en) Jim Geraghty, « FreedomWorks PAC Likes Ted Cruz », National Review,‎ (lire en ligne)
  52. (en) Erick Erickson, « Ted Cruz for Senate in Texas », sur http://www.redstate.com/, RedState,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  53. (en) Mark Levin, « Mark Levin endorses Ted Cruz for US Senate in Texas », sur http://www.therightscoop.com/, The Right Scoop,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  54. (en) « Join Conservative Stalwarts Shackelford, Meese », sur http://www.tedcruz.org/, site de campagne de Ted Cruz pour les élections sénatoriales de 2012,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  55. (en) Michael W. Shapiro, « Tea Party Express endorses Ted Cruz for Senate in Waco », Waco Tribune-Herald,‎
  56. (en) Gary Scharrer, « Young conservatives choose Cruz », San Antonio Express-News,‎ (lire en ligne)
  57. (en) Ken Klukowski, « Tea Party Wave Could Carry Texas Senate Seat for Ted Cruz », sur http://www.breitbart.com/, Breitbart.com,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  58. (en) Sean Sullivan, « For DeMint, A Few Well-Timed Endorsements », National Journal,‎ (lire en ligne)
  59. (en) David Catanese, « Sen. Lee backs Ted Cruz in Texas », sur http://www.politico.com/, Politico,‎ (consulté le 11 avril 2013)
  60. (en) John Gravois, « Tea Party stalwart Rand Paul backs Cruz over Dewhurst in Texas' U.S. Senate race », Fort Worth Star-Telegram,‎ (lire en ligne)
  61. (en) Kathleen McKinley, « Sen. Pat Toomey Endorses Ted Cruz for The Texas Senate Race », sur http://blog.chron.com/, Houston Chronicle,‎ (consulté le 12 avril 2013)
  62. a et b (en) Alex Marin, « Ron Paul and Sarah Palin Make Strange Bedfellows by Supporting Texas Tea Party Ted Cruz », sur http://www.policymic.com/, PolicyMic,‎ (consulté le 12 avril 2013)
  63. (en) Will Weissert (Associated Press), « Santorum endorses Cruz in Texas' U.S. Senate race », sur http://www.reporternews.com/,‎ (consulté le 12 avril 2013)
  64. (en) Will Weissert (Associated Press), « Ted Cruz Defeats David Dewhurst In Texas Senate Runoff », sur http://www.huffingtonpost.com/, The Huffington Post,‎ (consulté le 12 avril 2013)
  65. (en) « ImpreMedia/Latino Decisions 2012 Latino Election Eve Poll », sur http://www.latinovote2012.com/ (consulté le 12 avril 2013)
  66. Au jour du Jugement dernier, l'appel de Ted Cruz s'éleva sur la Terre Sainte de l'Iowa, huffingtonpost.fr
  67. http://www.france24.com/fr/20160202-ted-cruz-ultra-conservateur-tea-party-primaires-iowa-election-investiture-etats-unis
  68. Luc Vinogradoff, « Tout le monde déteste Ted Cruz », sur bigbrowser.blog.lemonde.fr,‎ (consulté le 1er février 2016)
  69. Pourquoi Ted Cruz est le candidat le plus détesté de la présidentielle, lesinrocks.fr
  70. Primaire républicaine: la stratégie à la Bachar el-Assad de Ted Cruz, slate.fr
  71. Ted Cruz fait chuter Donald Trump dans l'Iowa, la-croix.com
  72. Primaires du New Hampshire : Sanders lamine Clinton, Trump domine son camp, liberation.fr
  73. http://www.nytimes.com/2016/02/21/upshot/hillary-clintons-nevada-victory-suggests-she-still-has-edge-nationally.html?action=click&pgtype=Homepage&clickSource=ts-item%201_of_4&module=span-abc-region&region=span-abc-region&WT.nav=span-abc-region
  74. Voir l'article sur lefigaro.fr du 6 avril 2016.
  75. « USA: Ted Cruz choisit Carly Fiorina comme colistière », sur Le Figaro,‎
  76. « Ted Cruz abandonne la course à la Maison-Blanche », 3 mai 2016.
  77. Morgane Thery-Legrix, « Présidentielle américaine : L’affront de Ted Cruz à Donald Trump », parismatch.com, 22 juillet 2016.
  78. (en) Nate Cohn, « Ted Cruz Has a Chance to Win. Here’s the Path. », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  79. a et b (en) « Federal Legislative Ratings - 2013 - Senate », sur http://acuratings.conservative.org/, American Conservative Union (consulté le 8 novembre 2015)
  80. a et b (en) « Federal Legislative Ratings - 2014 - Senate », sur http://acuratings.conservative.org/, American Conservative Union (consulté le 8 novembre 2015)
  81. (en) « Scorecard - 113th Congress - Sen. Ted Cruz », sur http://www.heritageactionscorecard.com/, Heritage Foundation (consulté le 8 novembre 2015)
  82. (en) « Scorecard - 113th Congress - Sen. Mike Lee », sur http://www.heritageactionscorecard.com/, Heritage Foundation (consulté le 8 novembre 2015)
  83. a et b (en) « Conservative Review - Scorecard », sur https://www.conservativereview.com, Conservative Review (consulté le 8 novembre 2015)
  84. (en) « Scorecards - 2013 Senate Key Votes - 113th Congress », sur http://congress.freedomworks.org, FreedomWorks (consulté le 8 novembre 2015)
  85. (en) « Scorecards - 2014 Senate Key Votes - 113th Congress », sur http://congress.freedomworks.org, FreedomWorks (consulté le 8 novembre 2015)
  86. Caucus en Iowa : victoire pour Cruz, Clinton sur le fil, rfi.fr
  87. (en) Tal Kopan, « Cruz previews Obama SOTU speech », sur http://www.politico.com/, Politico,‎ (consulté le 4 novembre 2015).
  88. (en) Michael Catalini, « GOP Senator: We Are the Party of the 47 Percent », National Journal,‎
  89. (en) Fred Barnes, « GOP Neglecting Its Best Issue: Growth », The Weekly Standard,‎ (lire en ligne)
  90. (en) Donna Cassata (Associated Press), « Ted Cruz Demand Ensnares GOP Leaders In Debt Ceiling Vote », sur http://www.huffingtonpost.com/, Huffington Post,‎ (consulté le 4 novembre 2015)
  91. (en) Peter Sullivan, « Cruz: GOP senators think they have 'gullible constituents' », The Hill,‎ (lire en ligne)
  92. a et b (en) Alan Rappeport, « Rand Paul and Ted Cruz Join Forces Against the Fed », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  93. (en) Reem Nasr, « Ted Cruz calls for the gold standard », sur http://www.cnbc.com, CNBC,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  94. (en) « Free Trade, Free Markets: Rating the Congress », sur http://www.cato.org, Cato Institute (consulté le 5 novembre 2015)
  95. a et b (en) Janet Hook, « Ted Cruz Flips on Trade Bill on Eve of Key Senate Vote », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  96. a, b et c (en) Keely Herring, « Ted Cruz changed position on Trade Promotion Authority, also called fast-track », sur http://www.politifact.com, Politifact,‎ (consulté le 5 novembre 2015)
  97. a, b, c et d (en) J.D. Harrison, « What a Ted Cruz White House could mean for businesses », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  98. (en) Rachel Weiner, « Ted Cruz: ‘Abolish the IRS’ », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  99. a et b (en) « Details and Analysis of Senator Ted Cruz’s Tax Plan », sur http://www.taxfoundation.org, Tax foundation,‎ (consulté le 5 novembre 2015)
  100. (en) Ted Cruz, « Why I Oppose the Internet Tax Bill », sur http://www.realclearpolitics.com/, RealClearPolitics,‎ (consulté le 5 novembre 2015)
  101. (en) Leigh Ann Caldwell, « Cruz, Paul Sign Norquist's Anti-Tax Pledge », sur http://www.nbcnews.com, NBC News,‎ (consulté le 5 novembre 2015)
  102. a et b (en) Julie Bykowicz, « The Republican Approach to the Minimum Wage », sur http://www.bloomberg.com, Bloomberg News,‎ (consulté le 5 novembre 2015)
  103. Voir sur nytimes.com.
  104. (en) Melissa Barnhart, « Pro-Life Sen. Ted Cruz of Texas to Speak at National Right to Life Convention in Dallas », The Christian Post,‎ (lire en ligne)
  105. (en) Peggy Fikac, « Senate hopeful Cruz casts himself as conservative warrior », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne)
  106. a et b (en) Aman Batheja, « A History for Cruz and the Supreme Court », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  107. (en) Seung Min Kim, « Cruz takes exception to pope on death penalty », sur http://www.politico.com, Politico,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  108. (en) Charles P. Pierce, « Ted Cruz Furrows The Old Brow », Esquire,‎ (lire en ligne)
  109. a et b (en) Tom Curry, « Cruz seeks to refocus NSA debate on 'bad guys' », sur http://www.nbcnews.com, NBC News,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  110. a et b (en) Eitan Arom, « Voter Views on USA Freedom Act Bode Well for Graham and Rubio, Not Cruz and Paul », sur http://www.morningconsult.com, Morning Consult,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  111. a et b (en) Ashley Killough, « Ted Cruz knocks Rand Paul on NSA vote », sur http://www.cnn.com, CNN,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  112. (en) Keli Goff, « The Issue Bringing Ted Cruz and Black Democrats Together », sur http://www.thedailybeast.com, The Daily Beast,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  113. (en) Maggie Severns, « Vouchers have new champions on the Hill », sur http://www.politico.com, Politico,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  114. (en) David Weigel, « What Ted Cruz Talks About When He Talks About Common Core », sur http://www.bloomberg.com, Bloomberg News,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  115. (en) Kolton Parker, « Pauls, Cruz fire up tea party rally », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne)
  116. a et b (en) Stephen Dash, « Are Ted Cruz's Student Loan Views Pro-borrower? », sur http://www.huffingtonpost.com, Huffington Post,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  117. (en) « Ted Cruz: My GOP Senate colleagues yelled at me for wanting to filibuster gun control », sur http://hotair.com, Hot Air,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  118. (en) Jonathan Allen, « Paul, Cruz threaten filibuster on guns », sur http://www.politico.com, Politico,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  119. (en) Sean Lengell, « Leaks hurt gun control bill, Sen. Pat Toomey says », The Washington Times,‎ (lire en ligne)
  120. (en) Nate Silver, « Modeling the Senate’s Vote on Gun Control », sur http://fivethirtyeight.blogs.nytimes.com/,‎ (consulté le 29 avril 2013)
  121. (en) Gregory Korte et Catalina Camia, « Obama on Senate gun vote: 'A shameful day' », USA Today,‎ (lire en ligne)
  122. a, b et c (en) Jeremy Diamond, « John McCain vs. Ted Cruz: Guns on military bases », sur http://edition.cnn.com, CNN,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  123. (en) « Ted Cruz on Civil Rights », sur http://www.ontheissues.org/, On the Issues (consulté le 20 octobre 2013)
  124. (en) Ted Cruz, « Beyond the "Flip-Flops": Kerry’s doctrinaire liberal foreign policy », National Review,‎ (lire en ligne)
  125. (en) « To bomb, or not to bomb? », The Economist,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]