Montmirail (Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montmirail.
Montmirail
Vue sur Montmirail, depuis La Dorgeaterie.
Vue sur Montmirail, depuis La Dorgeaterie.
Blason de Montmirail
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Sézanne-Brie et Champagne
Intercommunalité Brie Champenoise
Maire
Mandat
Étienne Dhuicq
2014-2020
Code postal 51210
Code commune 51380
Démographie
Gentilé Montmiraillais
Population
municipale
3 640 hab. (2014)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 13″ nord, 3° 32′ 13″ est
Altitude Min. 112 m – Max. 224 m
Superficie 48,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Montmirail

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Montmirail

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmirail

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmirail
Liens
Site web www.montmirail.fr

Montmirail[1] est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est, à l'intersection de 3 départements : la Marne, l'Aisne et la Seine et Marne.

Ses habitants sont appelés les Montmiraillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montmirail fait partie géologiquement de la Brie champenoise, moins fertile que la Brie française, mais qui comprend pourtant de bonnes terres à blé. Étant donné son altitude et sa situation sur un éperon, son climat est plutôt rude. La ville domine la vallée du Petit Morin, creusée dans les sables. On y trouve, dans une « sablière » étudiée autrefois par Georges Cuvier, et un peu partout dans les alluvions, de grands coquillages qui ne se rencontrent que dans les mers chaudes, ainsi que des fossiles d'animaux disparus.

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est considérée comme la capitale de la Brie champenoise. Elle est située à l'extrémité ouest du département de la Marne à proximité du département de l'Aisne et du département de Seine-et-Marne.

Les grandes villes les plus proches sont :

Communes limitrophes de Montmirail
Dhuys-et-Morin-en-Brie
(Cne deléguée de Fontenelle-en-Brie)
Dhuys-et-Morin-en-Brie
(Cne deléguée d'Artonges)
Corrobert, Janvilliers
Dhuys-et-Morin-en-Brie
(Cne deléguée de Marchais-en-Brie)
Montmirail Vauchamps
Mécringes Le Gault-Soigny, Bergères-sous-Montmirail

Quartiers, hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Courbetaux, ancienne commune indépendante, au sud-est.
  • Hautefeuille, situé à environ 4 km au nord, entre le lieu-dit L'Échelle-le-Franc et la commune de Vauchamps) compte environ 150 habitants et ne comporte que deux rues : la rue de Vauchamps et la rue Verte.
  • La Dorgeaterie, à l'ouest.
  • L'Échelle-le-Franc, à la sortie de la ville, à environ 3 km au nord, et en direction du lieu-dit Hautefeuille, compte environ 50 habitants.
  • Maclaunay, au sud-est.
  • Mondant, semblable à un village, à l'est, dont la population avoisine les 150 habitants.
  • Montcoupot, à l'ouest.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son étymologie serait montus mirabilus (le mont des merveilles) selon le hameau du même nom sis dans la commune de Lapeyrouse (63).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Montmirail, en Brie champenoise, eut pour premier seigneur connu Dalmace de Tresmes et Montmirail vers 1060, d'où une longue lignée illustrée notamment par le bienheureux Jean de Montmirel, connétable de France, et par les Coucy à partir du mariage d'Enguerrand III avec Marie fille du bienheureux Jean, l'héritière de Montmirail. La suzeraineté, elle, passa de la Maison de Champagne à la Maison de France (les rois Capétiens) en 1284 lors du mariage de Jeanne de Champagne avec Philippe le Bel. Montmirail relevait de la seigneurie comtale de Château-Thierry (l'Omois), rattachée à la Brie.

Montmirail fut une étape de la fuite de la famille royale dans la nuit du 20 au 21 juin 1791; les voitures royales s’arrêtant à Montmirail avec trois heures de retard sur l’horaire prévu, ce qui permettra de les intercepter plus tard à Varennes-en Argonne, une fois le roi reconnu par le maître de poste Drouet.

En 1814 eut lieu la bataille de Montmirail, gagnée durant la campagne de France par Napoléon Bonaparte.

Par arrêté du 20 décembre 1966, Montmirail absorbe les communes de Courbetaux et de l'Échelle, puis, par arrêté préfectoral du 27 décembre 1972, celles de Maclaunay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Montmirail.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1802 1812 Étienne Charpentier    
1813 1815 Ambroise de la Rochefoucauld Doudeauville    
1815 1830 Rémy-Joseph Mondet    
1830 1840 Benjamin Bailly    
1840 1844 Louis Jean-Baptiste Lecomte    
1844 1848 Jean-Baptiste Pillet    
1848 1868 Étienne Marchand    
1868 1884 M. Marie Remy Petit    
1884 1893 Charles Huet    
1893 1900 Albert Labbé    
1909 1912 Eugène Tétard-Beau    
1912 1919 Jules Emile Dervin    
1919 1929 Lucien Mathieu    
1929 1944 Jean de La Rochefoucauld   Conseiller général de Montmirail (1937 → 1940)
1944 1947 Gaston Beaudoin    
1947 1959 Robert Mathieu    
1959 1963 Jean de La Rochefoucauld    
1963 1992 Philippe Amelin UDR puis RPR Conseiller général de Montmirail (1964 → 1992)
1992 2001 Gérard Adam    
2001 2014 Bernard Doucet[2] UMP Chef d'entreprise
Conseiller général de Montmirail (1992 → 2015)
2014[3] en cours
(au 4 juillet 2014)
Etienne Dhuicq    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Montmirail est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 640 habitants, en diminution de -3,65 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 751 2 102 2 151 2 278 2 343 2 347 2 545 2 775 2 552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 600 2 508 2 522 2 289 2 351 2 349 2 377 2 373 2 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 313 2 335 2 400 2 264 2 366 2 312 2 244 2 240 2 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 306 2 996 3 423 3 696 3 812 3 783 3 742 3 778 3 640
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital-maison de retraite Rémy-Petit-Lemercier a été rénové en 2009 et accueille 120 personnes ; il est aussi en partie un É.H.P.A.D[8] et a 20 lits en accueil des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer.

L'ancien couvent de Montmirail a également le statut d'EHPAD[9] .

Économie[modifier | modifier le code]

La ville était depuis le XIIIe siècle un lieu de draperie avec moulin à fouler et ateliers de tissage, en 1684 leur présence est toujours attesté. Certaines parcelles agricoles de la commune pourraient prochainement entrer dans la zone de production des vins de Champagne.

L'usine Doucet de L'Échelle-le-Franc, (du même nom que le maire Bernard Doucet) employait de nombreuses personnes des alentours, mais est aujourd'hui fermée. Reconvertie en espace d'entreprises dénommé « Espace Doucet », elle regroupe :

    • une entreprise de menuiserie « FPF Menuiserie »,
    • une entreprise de photographies pour la décoration « Numgallery sarl »,
    • une entreprise de plomberie couverture « Enders Couverture, Plomberie »,
    • une entreprise de matériel agricole « Marchal »
    • une société de construction de matériel ferroviaire « Difer » installée dans l'ancienne usine des Chemins de Fer Départementaux (CFD).

On compte plusieurs entreprises dans le hameau de Mondant, notamment dans le secteur des travaux agricoles ou du terrassement, ainsi qu'une zone industrielle relativement importante qui draine une activité importante et rayonne sur les communes alentour. La société Axon cable qui emploie environ 650 habitants locaux, est dirigée par Joseph Puzo[10], propriétaire du château de Montmirail.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Montmirail est ville fleurie, ayant obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris de France[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montmirail

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : fascé de vair et de gueules

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Selon le site officiel du cadastre, la superficie de la parcelle sur la commune de Montmirail est de 202 m2, alors que celle sur Marchais-en-Brie est de 136 m2.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee - Code Officiel Géographique », sur Insee.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  2. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  3. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 2 septembre 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. le site de l'hôpital
  9. Présentation sur Maison de retraite sélection
  10. http://billaut.typepad.com/jm/2010/07/connaissezvous-joseph-puzo-from-montmirail-.html
  11. « Dolmen du Trou-du-Bœuf (restes) », notice no PA00078746, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Villes et Villages Fleuris