Armistice de Moudros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Par l'armistice de Moudros, l'Empire ottoman (représenté par son ministre de la Marine Rauf Orbay et son sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères Reşat Hikmet Bey) capitule devant les Alliés (représentés par l'amiral britannique Arthur Gough-Calthorpe) dans le port de Moudros sur l'île de Lemnos le .

Cet armistice mit fin à la guerre entre l'Empire ottoman et les Alliés pendant la Première Guerre mondiale. Les Ottomans durent renoncer à leur Empire (excepté une petite partie de l'Anatolie). Le , la flotte alliée, soit 54 navires anglais, français et italiens et même un cuirassé grec, entre solennellement dans le Bosphore et jette l'ancre devant le palais Dolmabahçe, où réside encore le sultan Mehmet VI[1].

Le traité de Sèvres (1920) plaçait sous mandat britannique et français les anciennes provinces arabes de l'empire. Dans les provinces anatoliennes, il prévoyait la création d'un Kurdistan et d'une grande Arménie, mais ces clauses n'auront pas le temps d'entrer en vigueur.

En effet, les Alliés se heurtent très vite à une résistance armée, unifiée et dirigée par Mustafa Kemal Atatürk, qui va bientôt les chasser de la Turquie anatolienne et de Constantinople.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 30 octobre 1918 - Armistice de Moudros - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le 1er février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]