6e armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 6e armée.
6e armée
Création 26 août 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Armée
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Première bataille de la Marne
(Bataille de l'Ourcq)
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1917 - Bataille de la Malmaison
1918 - Bataille de Noyon
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - Bataille de Champagne
1918 - 2e Bataille de la Marne
(Bataille du Soissonnais)
(Bataille du Tardenois)
1918 - Bataille de la Lys et de l'Escaut

La 6e armée française est une unité de l'armée de terre française qui combat durant la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Les chefs de la 6e armée[modifier | modifier le code]

  • 26 août 1914 - 13 mars 1915 : général Maunoury
  • 13 mars 1915 - 26 février 1916 : général Dubois
  • 26 février - 19 décembre 1916 : général Fayolle
  • 19 décembre 1916 - 4 mai 1917 : général Mangin
  • 4 mai - 11 décembre 1917 : général Maistre
  • 11 décembre 1917 - 10 juin 1918 : général Duchêne
  • 10 juin - 11 septembre 1918 : Général Degoutte[1]
  • 15 octobre - 18 novembre 1918 : général de Boissoudy
  • 18 novembre 1918 : général Degoutte
  • 2 septembre 1939 : général Besson
  • 16 octobre 1939 - 1er juillet 1940 : général Olry
  • 1940 : général Touchon

Chefs d'état-major[modifier | modifier le code]

  • 26 août - 29 décembre 1914 : colonel Guillemin
  • 29 décembre 1914 - 8 décembre 1915 : colonel Brécard
  • 8 décembre 1915 - 26 septembre 1916 : colonel Duval
  • 26 septembre - 1er décembre 1916 : colonel Putois
  • 1er décembre 1916 - 2 janvier 1917 : colonel Duval
  • 2 janvier - 2 septembre 1917 : colonel Daugan
  • 2 septembre 1917 - 4 janvier 1918 : colonel Hergault
  • 4 janvier 1918 - : colonel Brion

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition en août 1914[modifier | modifier le code]

La 6e armée française est formée le , elle est composée de troupes hétéroclites provenant des différentes armées françaises : 2 corps d'armée d'active, le 4e et le 7e corps d'armée détaché respectivement de la 3e armée et de la 1re armée française, des 5e et 6e groupes de divisions de réserve, des 45e et 37e divisions d'infanterie, de la brigade de chasseurs indigènes et du corps de cavalerie de Sordet.

4e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Constitué au Mans, il est formé des 7e et 8e divisions d'infanterie.

7e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Venant de Besançon, il est composé de deux divisions d'infanterie et d'éléments organiques de corps d'armée, sous le commandement direct du général commandant le corps d'armée.

5e groupe de divisions de réserve[modifier | modifier le code]

6e groupe de divisions de réserve[modifier | modifier le code]

Autres troupes rattachées à la 6e armée[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

15 septembre : extension vers Cuts.
16 septembre : extension vers Pimprez, l'Écouvillon.
19 septembre : à la suite d'un repli de la droite sur la ligne Tracy-le-Mont - Béthancourt-en-Valois, extension vers Ressons-sur-Matz - Mortemer.
  • 21 septembre - 13 octobre : stabilisation et organisation du front : Missy-sur-Aisne (armée britannique), Soissons, Fontenoy, Hautebraye, Tracy-le-Mont, l'Oise, (liaison avec la 2e armée, placée le 21 septembre à gauche de la 6e armée).
  • 13 - 31 octobre : relève de l'armée britannique, extension du front, vers la droite jusqu'à Chavonne, puis jusqu'à la route reliant Paissy à Ailles.
17 octobre : réduction du front à l'écluse de Moussy-sur-Aisne (5e armée).
  • 31 octobre - 3 novembre : violentes attaques allemandes vers Vailly-sur-Aisne. Le 3 novembre, réduction du front, à droite, jusqu'à Condé-sur-Aisne (5e armée).

1915[modifier | modifier le code]

  • 8 - 13 janvier : attaque française sur le plateau de Crouy et contre-attaque allemande.
  • 6 - 16 juin : attaque et saillant de Quennevières.
  • 1er juillet : extension du front à gauche jusqu'à Andechy.
  • 2 août : extension du front à gauche jusqu'à La Boisselle (armée britannique), par suite du retrait de la 2e armée.
  • 4 août : réduction du front, à droite jusqu'à Pernant (5e armée). À partir du 11 août, réduction du front, à gauche jusqu'à la Somme vers Frise, à la suite d'une relève par l'armée britannique.
  • août - septembre : des relèves successives par l'armée britannique ramènent, le 20 septembre, la limite gauche du front à Vermandovillers (armée britannique).
  • 22 octobre : extension du front, à gauche jusqu'à la Somme (armée britannique), par relève de l'armée britannique.

1916[modifier | modifier le code]

  • 28 janvier - 14 février : combats dans la région de Frise.
  • 12 avril : limite droite ramenée à Armancourt, introduction de la 10e armée.
  • 3 juin : limite gauche portée à Maricourt (armée britannique).
  • 28 juin : limite droite ramenée à la voie ferrée entre Amiens et Chaulnes (10e armée).
  • 1er - 26 juillet : engagée dans la bataille de la Somme. Le 1er juillet, enlèvement de la première position allemande de Maricourt à la route reliant Amiens à Péronne. Prises successives d'Assevillers le 2 juillet, de Flaucourt le 3 juillet ; de Hem, d'Estrées-Deniécourt, de Belloy-en-Santerre le 4 juillet, d'Hardecourt-aux-Bois le 8 juillet, de Biaches le 9 juillet.
  • 26 juillet : limite droite ramenée à la route reliant Lihons à Rosières-en-Santerre (10e armée).
  • 5 août : limite droite ramenée à 1 500 mètres au nord de Belloy-en-Santerre (10e armée).
  • 7 - 12 août : attaques françaises sur le bois de Hem.
  • 13 - 22 août : attaques françaises dans la région de Maurepas.
  • 22 août - 8 septembre : limite droite ramenée au nord de Barleux (10e armée).
24 août : prise de Maurepas.
  • 3 - 19 septembre : offensive générale sur tout le front de l'armée. Prise de Cléry-sur-Somme (3 septembre), d'Omiécourt (5 septembre), Bouchavesnes (12 septembre), de la ferme de Bois l'Abbé (13 septembre).
  • 20 septembre : contre-attaque allemande sur le front Combles, ferme de Bois l'Abbé.
  • 25 septembre - 7 octobre : attaques françaises sur tout le front de l'armée.
25 septembre : prise de Rancourt.
26 septembre : prise de Frégicourt et de Combles.
28 septembre : limite gauche (en liaison avec l'armée britannique) portée à Ginchy.
  • 7 - 31 octobre : offensive générale de la 6e armée dans la région Combles, Sailly-Saillisel, suivis de combats locaux.
  • 1er - 12 novembre : attaques françaises dans la région de Morval, de Saillisel et du bois de Saint-Pierre Vaast, suivies de contre-attaques allemandes.
11 novembre : limite droite ramenée à la Somme (10e armée).
  • 12 décembre : retrait du front, après relève partielle par l'armée britannique.

1917[modifier | modifier le code]

  • 6 janvier - 17 mars : occupation d'un secteur entre Troyon (5e armée) et Pernant (1re armée).
18 janvier : extension du front à droite jusqu'à la ferme d'Hurtebise (5e armée).
5 - 7 mai : combats violents au moulin de Laffaux et à l'Épine de Chevreny.
21 avril : introduction de la 10e armée sur le front à droite de la 6e armée, limite droite maintenue à la ferme d'Hurtebise.
  • 7 mai - 23 octobre : à partir du 7 mai, arrêt de l'offensive, défense et organisation des positions conquises sur le front : ferme d'Hurtebise (10e armée) - Cerny-en-Laonnois - Braye-en-Laonnois - Allemant - Quincy-Basse (3e armée). En mai et juin, nombreuses attaques allemandes sur le Chemin des Dames.
16 juillet : réduction du secteur, à droite, jusqu'à Braye-en-Laonnois (10e armée).
fin septembre - octobre : préparatifs d'offensive.
  • 23 - 27 octobre : bataille de la Malmaison, offensive sur la Malmaison, prise de Pargny-Filain et progression jusqu'à l'Ailette.
  • 28 octobre : à partir de cette date, organisation des positions conquises. Le 28 octobre, limite droite portée à la Miette (5e armée), par suite du retrait de la 10e armée.

1918[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier - 3 février : extension du secteur à gauche jusqu'à Urvillers (armée britannique), à la suite du retrait de la 3e armée. L'armée britannique vient occuper progressivement cette partie du front à partir du 26 janvier. Le 3 février, fin de la relève britannique, limite gauche ramenée à Barisis-aux-Bois (armée britannique).
  • 21 mars - 6 avril : à partir du 21 mars, offensive allemande entre la Scarpe et l'Oise, sur le front britannique.
22 - 23 mars : intervention de la 6e armée dans la vallée de l'Oise (Bataille de Noyon), combats vers Tergnier.
23 mars : la 3e armée est introduite sur le front à gauche de la 6e armée. Limite gauche maintenue à Barisis-aux-Bois. Au cours du repli de la 3e armée durant la fin mars, la limite entre la 3e armée et la 6e armée suit le cours de l'Oise jusqu'au sud de Noyon.
29 mars : limite droite portée jusqu'aux cavaliers de Courcy (4e armée), par suite du retrait de la 5e armée.
3 avril : limite gauche sur l'Oise (3e armée).
  • 6 - 9 avril : attaques allemandes sur le front Barisis-aux-Bois - basse forêt de Coucy, repli de cette partie du front sur la basse Ailette ; puis organisation et défense du front sur la rive sud de cette rivière.
  • 5 mai : limite gauche ramenée à Varesnes.
  • 27 mai - 5 juin : engagée dans la bataille de l'Aisne, offensive allemande sur le front Courcy - Leuilly-sous-Coucy ; puis à partir du 29 mai sur tout le front de la 6e armée. Repli sur la Marne et la forêt de Villers-Cotterêts.
début juin : organisation sur la ligne Trélou-sur-Marne (5e armée introduite le 29 mai sur le front), Vinly, région de Faverolles (limite avec la 10e armée introduite le 2 juin à la gauche de la 6e armée).
20 juillet : limite droite (9e arméee) étendue jusque vers Jaulgonne.
25 juillet : retrait de la 9e armée dont le front est repris par la 5e armée.
29 juillet : front atteint Sainte-Gemme - Nanteuil-Notre-Dame.
  • 29 juillet - 9 août : engagée dans la bataille de Tardenois, combats sur la ligne Cierges - Fère-en-Tardenois. À partir du 2 août, repli allemand, poursuite jusqu'à la Vesle. Organisation et défense du front entre Unchair (5e armée) et Limé (10e armée).
  • 9 août : limite gauche portée à Braine (10e armée).
  • 4 septembre : franchissement de la Vesle ; progression et combats vers Glennes.
  • 7 septembre - 20 octobre : retrait du front, puis mouvement vers les Flandres. Le 19 octobre, occupation de Tielt et progression jusqu'à la Lys, atteinte entre Oyghem et Grammene.
  • 20 - 31 octobre : engagée dans la bataille de la Lys et de l'Escaut, combats sur la Lys et organisation d'une tête de pont dans la région Deinze, Grammene. Le 31 octobre, offensive générale.
  • 1er novembre : progression jusqu'à l'Escaut, atteint dans la région d'Audenarde et l'est de Nazareth.
  • 9 - 11 novembre : à partir du 9 novembre, franchissement de l'Escaut ; prise d'Audenarde et poussée vers Bruxelles. Le 11 novembre, la ligne atteinte par la 6e armée passe par Elst, Roosebeke, Boucle-Saint-Blaise, Munkzwalm, Paulaethem.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la percée des Ardennes le 13 mai 1940, le général Touchon se voit confier un « détachement d'armée » composé de troupes rassemblées à la hâte et chargé de contrer l'avancée allemande ; celui-ci ne peut qu'édifier une fragile barrière sur l'Aisne, vers le sud. L'ensemble, renommé 6e armée, se bat ensuite courageusement lorsque les Allemands attaquent sur l'Aisne le 9 juin, mais se désagrège dans la défaite et la retraite jusqu'en Bourgogne, face aux Panzers de Kleist et Guderian.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le général Degoutte est mis, le 11 septembre 1918, à la disposition de SM le Roi des Belges. Le 15 octobre, la 6e armée est reconstituée avec le nom d'Armée française de Belgique (sous le commandement du général de Boissudy). Le 18 novembre, le général Degoutte reprend le titre de commandant de la 6e armée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]