Jean-Marie Carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Carré (homonymie).
Jean-Marie Carré
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Jean-Marie Carré, né le à Maubert-Fontaine, décédé le (70 ans) à Paris, est un universitaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié de philosophie en 1906, agrégé d'allemand en 1909, docteur ès lettres. Spécialiste de Rimbaud, il est successivement chargé de cours à la Faculté de Lyon en 1918, professeur à l'Université Columbia de New York (1922), visiting professor à l'École française de Middlebury College (1923), titulaire de la chaire de littérature comparée à l'Université de Lyon (1926), professeur de littérature française à l'Université du Caire (1929 -1934), titulaire de la chaire de littérature comparée à la Sorbonne (1935) où il succède à Fernand Baldensperger, codirecteur de la Revue de littérature comparée avec Paul Hazard, (1935/1955). Il participe en 1929 au deuxième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands[1].

Deux de ses ouvrages ont une teneur politique affirmée. Les Écrivains français et le mirage allemand (1947) analyse l'aveuglement de nombreux intellectuels français du XIXe siècle devant la montée du nationalisme allemand et du sentiment anti-français outre-Rhin. J.-M. Carré l'explique à la fois par l'influence du livre de Mme de Staël, De l'Allemagne, dont les descriptions idylliques d'un peuple de poètes et de musiciens étaient pourtant totalement dépassées dès le discours de Fichte à la nation allemande (1807) et les guerres de libération ; et par la fascination d'une partie de la Gauche française pour la Prusse, nécessairement "progressiste" et "libérale" puisque protestante. Rares furent les hommes, dans ce milieu, qui écoutèrent les mises en garde de Heine et comprirent quels buts visait la politique de Bismarck. Même la guerre de 1870 ne mit pas complètement fin à cette hypnose, qui ne disparaîtra qu'avec l'attaque allemande en 1914 – que J.-M. Carré observa en première ligne, comme officier dans une division de couverture, c'est-à-dire de choc.

Histoire d'une division de couverture (1919) est essentiellement le carnet de route d'un jeune officier (universitaire rappelé sous les drapeaux par la mobilisation) d'août à décembre 1914.

En 2010, la médiathèque Voyelles de Charleville-Mézières créa le fonds Jean-Marie Carré et la commune de Maubert-Fontaine (08) inaugura une plaque commémorative sur la maison natale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Couverture de "La vie aventureuse de Jean Arthur Rimbaud", Plon & Nourrit, 1926, édition de 1939
  • Histoire d'une division de couverture. Paru en décembre 1919( source: Témoins, livre de Jean Norton Cru, presse universitaire de Nancy, octobre 2006)
  • Bibliographie de Goethe en Angleterre, thèse pour le doctorat présentée à la Faculté des Lettres de Strasbourg, Lyon, Impressions des Deux-Collines, 1920
  • Goethe en Angleterre. Étude de littérature comparée, Plon-Nourrit et Cie, 1920.
  • Les Ardennes et leurs écrivains, Michelet et Taine, Verlaine et Rimbaud, Charleville, E. Ruben, s. d.
  • La vie aventureuse de Jean Arthur Rimbaud, Plon, 1926
  • Images d'Amérique, 25 bois originaux de Philippe Burnot, Lyon, H. Lardanchet, 1927
  • Michelet et son temps, Perrin, 1926
  • La Vie de Goethe, Gallimard, 1928
  • Les Deux Rimbaud, l'Ardennais, l'Éthiopien. Lettres et documents inconnus publiés et commentés par Jean-Marie Carré, Éditions des Cahiers libres, (1928)
  • La Vie de Robert-Louis Stevenson, Gallimard, 1929
  • Lettres de la vie littéraire d'Arthur Rimbaud (1870-1875). Suivi de la relation du voyage au Harrar et au Choa adressée au directeur du Bosphore Égyptien en 1886, Gallimard, 1931.
  • Voyageurs et écrivains français en Égypte, Le Caire, Institut Français d'Archéologie Orientale, 1932
  • Promenades dans trois continents, Éditions du Courrier politique, littéraire et social, 1935
  • Les Écrivains français et le mirage allemand, Boivin, 1947
  • Autour de Verlaine et de Rimbaud, dessins inédits de Paul Verlaine, de Germain Nouveau et d'Ernest Delahaye, Société des amis de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, 1949

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • Voyageurs et écrivains français en Égypte, Institut français d'archéologie orientale du Caire, 1990 (ISBN 2-7247-0082-1)
    fac-simile de l'édition de 1956
  • Lettres de la vie littéraire d'Arthur Rimbaud, Gallimard, 1990 (ISBN 2-07-072009-8)
  • Voyageurs et écrivains français en Égypte, Genève, Slatkine reprints, 2006 (ISBN 2-05-101998-3)
    fac-simile de l'édition de 1932

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Moura, « Jean-Marie Carré (1887-1958) : Images d'un comparatiste », Revue de littérature comparée, vol. 74, no 3, 2000, p. 361-372
  • Connaissance de l’étranger. Mélanges offerts à la mémoire de Jean-Marie Carré, Paris, Didier, 1964
  • Francis Laux, Jean-Marie Carré l'illustre Ardennais, Ed. Terres Ardennaises, 2010, 183 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur son attitude d’opposition à Vichy et à l’Occupant pendant l’Occupation, et en particulier sur son vote d’opposition à l’application du statut des juifs lors d’un vote préliminaire à l’Assemblée de Faculté de la Sorbonne de décembre 1940, on dispose du témoignage d’un collègue, Georges Mathieu, publié seulement récemment.