Traité de Brest-Litovsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoire occupé par les puissances centrales après le traité de Brest-Litovsk
Le traité de Brest-Litovsk
Signature de l'armistice germano-russe du , avec à gauche le commandant des opérations du front de l'Est (Maréchal général Prince Léopold de Bavière) et à droite la délégation soviétique bolchévique russe (Adolf Joffe, Leo et Kamenev Bitsenko (selon la légende de la photo conservée par les archives fédérales allemandes).

Le traité de Brest-Litovsk fut signé le entre les gouvernements des empires centraux, menés par l'Empire allemand et la jeune république russe bolchevique, issue de la Révolution d'Octobre en Russie, dans la ville de Brest-Litovsk et mit fin aux combats sur le front de l'Est.

Contexte général[modifier | modifier le code]

Dès le début de l'année 1917, la population russe, dans son immense majorité souhaite la fin de la Première Guerre mondiale. Ce désir de paix est une des causes immédiates des deux Révolutions russes.

L'armée russe en 1917[modifier | modifier le code]

Dès la fin du mois de juillet 1917, les militaires russes renoncent à toute initiative sur le front, conscients de la dissolution de l'armée russe, minée par les désertions[1]. En effet, l'échec de l'offensive lancée en juillet 1917 achève de désorganiser l'armée[2].

De plus, les soldats russes, las du conflit, aspirent à la paix, tandis que les militaires refusent de servir le nouveau pouvoir républicain ou souhaitent prendre le pouvoir pour leur propre compte[1].

Enfin, à la suite de la tentative de putsch de Kornilov, un fossé se creuse entre la troupe et les officiers, suspectés d'avoir soutenu les putschistes[3];

La Révolution d'octobre[modifier | modifier le code]

Dans ce contexte, la situation politique embrouillée achève de remettre en cause le pouvoir du gouvernement provisoire[N 1],[3], tandis que Kerenski tente de reprendre en main la situation en convoquant un pré-parlement le 20 octobre 1917[4].

L'arrivée au pouvoir des bolcheviks accélère l'adoption d'un décret de paix par le Congrès des Soviets le . Ainsi, Trotsky, en tant que commissaire du Peuple aux Affaires étrangères, propose aux Alliés et aux Empires d'Europe centrale une paix générale ; le lendemain, les puissances centrales sont les seuls belligérants à donner suite au télégramme envoyé la veille[5].

L'armistice du 15 décembre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : armistice du 15 décembre 1917.

Mettant en application le décret du 26 octobre, le nouveau commandant en chef de l'armée russe, Krilenko, fait parvenir aux puissances centrales une demande d'armistice immédiatement, rapidement acceptée par le Reich et la double monarchie[6]. Rapidement après la réponse des puissances centrales, Krilenko annonce l'ouverture des négociations, donnant l'ordre aux unités russes de ne pas mener d'actions offensives contre les troupes des puissances centrales[7].

Le 30 novembre, le nouveau gouvernement russe fait savoir son souhait de préparer une paix sans annexions ni indemnités[8]. Pour l'Empire allemand, une paix séparée permettrait de se concentrer sur un front unique à l'ouest, où l'apport de troupes supplémentaires pourrait être décisif.

Au début du mois de décembre, les diplomates allemands et autrichiens espèrent la signature rapide d'un article, préalable à une paix de victoire sur le front oriental[9].

Négociations entre les nouveaux pouvoirs russe et ukrainien d'une part, le Reich et ses alliés de l'autre[modifier | modifier le code]

Les négociations ne débutent que le 15 décembre, par des pourparlers auxquels les Alliés ne prennent pas part. En effet, conforménent aux clauses de l'armistice, les négociations de paix doivent commencer aussitôt l'armistice entré en vigueur.

Les puissances centrales face aux nouveaux pouvoirs russes[modifier | modifier le code]

Dès le 26 novembre 1917, les bolcheviks adressent aux puissances centrales une demande d'armistice, accueillie favorablement par les puissances centrales le lendemain ; cet armistice, rapidement négocié, doit entrer en vigueur le 15 décembre suivant pour une durée de deux mois[10].

Dès le 18 décembre, les principaux dirigeants du Reich, l'empereur, le chancelier et les représentants de l'OHL définissent les instructions que doivent suivre les négociateurs allemands ; au terme de cette journée, celles-ci ne sont pas intégralement fixées, le chef de la délégation allemande se rendant à Brest-Litovsk privé de certaines instructions claires[11].

Projets allemands, austro-hongrois et aspirations bolcheviques[modifier | modifier le code]

Le Reich poursuit à l'encontre du gouvernement bolchevique les mêmes objectifs que ceux poursuivis à l'époque du Tsar ou du gouvernement provisoire. En effet, sous couvert de défendre la libre disposition des provinces baltes, de la Finlande, de l'Ukraine et du Caucase, le Reich travestit ses buts de guerre du Reich et ceux de ses alliés[12].

De plus, les militaires souhaitent pouvoir disposer de sources d'approvisionnement en matières premières et minières (notamment en métaux rares) pour l'industrie de guerre, ainsi qu'en productions agricoles pour les populations du Reich et de ses alliés[13]. Ainsi, au mois de décembre 1917, les représentants de l'industrie métallurgique du Reich expriment, dans un courrier adressé à Hindenburg, leurs objectifs en Russie : tous souhaitent la prise de contrôle par le Reich d'un certain nombre de bassins miniers, en Ukraine [N 2],[14]), dans le Caucase[13] : Thyssen, par exemple, souhaite non seulement contrôler totalement les mines de manganèse de Tschiaturi, dans le Caucase russe, et de Krivoi Rog, mais aussi faciliter le transport des minerais extraits de ces mines vers le Reich[15]. Dans le même temps, le 18 décembre, un conférence réunit à Bad Kreuznach, Guillaume II, son chencelier, le ministre des affaires étrangères du Reich et l'OHL pour fixer le niveau des demandes à adresser au pouvoir russe[11], mais, rapidement, lors de la première quinzaine de janvier 1918, les divergences au sein du cercle des dirigeants du Reich créent les conditions d'une grave politiques au sein de ce cénacle[16].

À ces projets allemands et austro-hongrois, de nature à donner au Reich des bases solides pour une puissance mondiale en devenir, répondent les projets bolcheviques, présentés le 25 décembre 1917[17] marqués par la volonté émancipatrice internationaliste de la recherche d'une paix sans annexion ni indemnités. Dans ces projets, semblent se couler les projets austro-allemands, préparés par Czernin, caduques avant même leur acceptation, en raison des conditions préalables[18] ; ces propositions, qui leurrent une partie de la délégation russe, suscitent dans le Reich une forte opposition, de la presse comme du haut-commandement, ce qui oblige les représentants des puissances centrales à lever les dernières illusions russes, les 26 et 27 décembre 1917, par une formulation abrupte des objectifs allemands[19].

Les négociations[modifier | modifier le code]

Les pourparlers débutent à Brest-Litovsk le 22 décembre 1917 entre la délégation russe conduite par Joffé (rapidement remplacé par Trotsky[20]), et une délégation de représentants du Reich et de ses alliés, dans laquelle Ottokar Czernin, alors ministre austro-hongrois des Affaires étrangères[21], joue un rôle important[18].

Parallèlement aux négociations avec la Russie se déroulent des négociations avec l'Ukraine qui souhaite voir reconnaître son indépendance par les puissances centrales[8], mais en pleine guerre civile entre le gouvernement de Karkhov, d'inspiration bolchevik, et le gouvernement issu de la Rada. Le gouvernement du Reich propose la cession par l'Autriche-Hongrie de la Galicie orientale à la nouvelle république, ou au moins son autonomie au sein de l'Empire d'Autriche[22]. Les négociations devant aboutir au traité sont menées sous la double pression de la double-monarchie et du gouvernement de la Rada. La double monarchie, au bord de la famine et de l'effondrement, selon Czernin[23], est pressée de conclure la paix, comme le montre l'ampleur des concessions proposées par Czernin[24]. De cette paix, les responsables de la double monarchie espèrent l'assurance de livraisons de denrées alimentaires, quelles qu'en soient les conséquences à moyen ou à long terme, selon le mot même du ministre commun des Affaires étrangères, pour son pays[25] : conscients de cette situation, les négociateurs ukrainiens, ne se considérant pas comme une puissance défaite, font ainsi monter les enchères, négociant la cession de vastes territoires en Galicie, dont la cession par Czernin, sous la pression de la situation alimentaire de la double monarchie, entraîne une grave crise politique en Autriche[26] : l'érection de la Galicie orientale en Kronland autonome, prélude de la cession définitive du district de Cholm à l'Ukraine nouvellement indépendante[24]. Cependant, la Rada et son gouvernement ne sont pas en mesure de remplir les termes du traité[27] et voient surtout dans cet accord un moyen de reprendre le dessus dans la guerre civile qui l'oppose aux bolcheviks, qui viennent de prendre Kiev[25].

Mais l'Ukraine n'est pas le seul État avec lequel traitent les puissances centrales. Elles sont dans le même temps en pleines négociations de paix avec le pouvoir qui s'est mis en place en Russie après la Révolution d'Octobre.

Les négociations débutent dès le début du mois de décembre 1917, mais le 28 décembre, les Allemands exposent les revendications territoriales des puissances centrales à l'égard de la Russie, sous le forme d'une carte marquée d'un trait matérialisant la nouvelle frontière[28]; ces revendications entraînent un arrêt des négociations, la délégation russe étant obligée de retourner à Petrograd pour consulter son gouvernement[29]. Cependant, la prise en charge par le Reich de la défense des intérêts des puissances centrales crée des frictions au sein de l'alliance austro-allemande : le Reich souhaite faire durer les négociations le plus longtemps possible, afin de pouvoir négocier la cession, ou la mise sous tutelle, du plus grand nombre de territoires russes, tandis que les négociateurs austro-hongrois souhaitent la conclusion la plus rapide possible d'une paix qui garantit l'approvisionnement de la double monarchie en denrées alimentaires[30].

À la surprise générale, alors qu'Alliés et Allemands ne s'attendent pas à un retour de la délégation russe, celle-ci revient à la négociation, avec Trotski à sa tête. Ce dernier tente de donner un nouveau souffle aux négociations, utilisant la paix comme outil de propagande. Dans le même temps, il se montre coriace sur les cessions de territoires et sur les modalités d'organisation des plébiscites qui doivent avoir lieu, tente de mettre en place une propagande à destination des soldats allemands cantonnés sur le Front de l'Est[31].

Le 18 janvier, lassé des atermoiements et des longs discours des représentants russes, le général Hoffman, négociateur allemand, expose sans fard les revendications territoriale du Reich : les Pays baltes dans leur totalité, auxquels s'ajoute ce qui avait été demandé aux Russes lors des premières négociations, le 18 décembre[31], tandis que les diplomates de la double monarchie exposent les objectifs de cette dernière[27] ; cette nouvelle demande cause une suspension des négociations, chaque négociateur retournant dans sa capitale[32].

Les dernières négociations, à la fin du mois de février 1918, se déroulent dans un climat marqué par l'augmentation constante des demandes allemandes, qui insistent sur le contrôle de l'Estonie et de la Livonie, en plus de ce qui avait été décidé, par la formulation de contre-propositions françaises, repoussées de justesse par une faible majorité des membres du comité central du POSDR et par le traité de paix avec l'Ukraine[33]. En effet, le traité de paix avec l'Ukraine, qui reconnaît l'existence du gouvernement de la Rada, mis à mal par la prise de Kiev par les troupes bolcheviques du gouvernement de Karkhov, n'est pas reconnu par le gouvernement russe, puisque, selon lui, l'Ukraine fait encore partie de la Russie, et reconnaître son indépendance revient à s'immiscer dans les affaires intérieures russes[23].

Les points d'achoppement[modifier | modifier le code]

Le 10 février, la délégation russe, après consultation du gouvernement de Petrograd, annonce le retrait du conflit, mais refuse également de signer la paix avec les puissances centrales[16].

Ils souhaitent ainsi montrer au monde entier que le nouveau pouvoir en Russie ne se place pas sur le terrain des luttes entre impérialistes qui ignorent les aspirations des populations.

Ils espèrent également que le réveil de la classe ouvrière allemande (qui n'intervient qu'après la reconnaissance de la défaite à l'Ouest, en novembre 1918), qui s'était déjà manifesté par des grèves importantes fin 1917 et début 1918, empêcherait les armées impériales de continuer les combats.

Cependant, la solution d'attente « ni guerre, ni paix » ne tient pas : la révolution tarde en Allemagne, et le 21 février les troupes allemandes reprennent leur avancée en Russie, occupent les pays baltes et l'Ukraine dont les ressources agricoles pourront compenser le blocus allié. Les Bolcheviks sont alors contraints par Lénine d'accepter les conditions humiliantes qui leur sont imposées.

La politique allemande à l’Est : novembre 1917 - mars 1918[modifier | modifier le code]

Dans un contexte marqué par une alliée de plus en plus affaiblie par le conflit, par la publication de la proclamation de Lénine peu de temps après la prise du pouvoir par les Bolcheviks, et des 14 points du président Wilson, les Allemands et leurs alliés cherchent à mettre en œuvre une politique en apparence conforme aux droits des peuples. Ainsi, ils encouragent le séparatisme ukrainien, y compris en suscitant de nombreuses inquiétudes chez leur allié austro-hongrois[22] ; dans les régions baltes, les militaires allemands suscitent des appels au secours des populations de Livonie, de Courlande et d'Estonie, en réalité des appels des membres de la noblesse et de la bourgeoisie germano-baltes en butte aux revendications des populations baltes[34], ce dont la gauche allemande n'est pas dupe[35].

Les Allemands encouragent également les nationalistes finlandais à se séparer de la République de Russie : à la demande du gouvernement replié, après la prise d'Helsinski par l'Armée rouge, à Vaasa, le Reich fournit non seulement des armes, mais aussi des soldats, recrutés parmi les chasseurs finlandais, rendus disponibles par un ordre de Ludendorff[36]. Le gouvernement finlandais se rapproche du Reich, expose en novembre 1917 puis en février 1918, sa vision de l'avenir de la Finlande indépendante, appuyée sur le Reich[37]. Au mois de février, le gouvernement provisoire finlandais demande l'assistance du Reich dans le conflit qui l'oppose aux bolcheviks finlandais. En échange d'accords politiques, militaires et économiques doivent être négociés, plaçant théoriquement les deux partenaires sur un pied d'égalité, mais en réalité intégrant la Finlande dans la zone d'influence allemande[36].

De plus, à partir du mois de février, la paix avec la nouvelle Ukraine signée, les puissances disposent non seulement des richesses ukrainiennes, mais aussi d'un moyen de pression sur les négociateurs russes, puisqu'un traité de paix a été signé, et les dirigeants allemands ont à leur disposition un prétexte pour avancer vers l'Est.

L'armistice avec la Russie n'étant valable que jusqu'au 17 février[38], les opérations militaires, menées unilatéralement par les puissances centrales, reprend, dans le cadre des décisions du Conseil de Hombourg, le 13 février 1918[39]. Cette promenade militaire en territoire russe et ukrainien, débutée le 18 février, est qualifiée à l'occasion par Hoffmann, un des négociateurs allemands, de « promenade militaire en train et en auto »[14] ou de « guerre la plus comique qu'il a[it] vécue », tant cet officier est amusé par les modalités de l'avance allemande (un détachement légèrement armé embarque dans un train, prend le contrôle de la première ville sur la ligne, attend le détachement chargé de l'occupation, puis repart), reprend, malgré les réactions des dirigeants bolcheviks[25].

En Ukraine, les troupes austro-allemandes doivent cependant compter avec une résistance de la Garde Rouge ukrainienne et de la légion tchécoslovaque[14]; de plus, le caractère brouillon de l'avance autrichienne, visant Odessa, ralentit davantage encore cette avance[27], initialement planifiée pour sécuriser les approvisionnements autrichiens[N 3],[40]. Cette avance incite davantage encore Lénine à accepter la paix en cours de négociation, craignant une nouvelle guerre étrangère et ses conséquences pour le gouvernement qu'il dirige, même si les troupes allemandes ont pour consigne de s'arrêter à Wenden au nord de la Lettonie[25], les troupes allemandes atteignent cependant la ville de Narva, à 150 kilomètres de Pétrograd, le 26 février[33].

La défaite bolchevique : la signature des traités et leur ratification[modifier | modifier le code]

Le 6 février, le traité de paix entre l'Ukraine et les puissances centrales, la paix alimentaire, selon le mot de Czernin, est signé, malgré l'opposition du gouvernement bolchevique russe[26] et de celui de Karkhov, soutenu par ce dernier[41]. Sa ratification est soumise, du côté autrichien, par les livraisons auxquelles s'est engagé le gouvernement de la Rada[25].

Le traité, que les représentants russes, revenus le 26 février, se refusent à examiner à nouveau[33], est signé le 3 mars 1918, sous la pression de l'avance allemande qui a repris au mois de février. Il est ratifié le 18 mars par les Russes après de violentes discussions entre bolcheviks, alors que les discussions au Reichstag à Berlin portent sur les modalités de la reprise de l'avance allemande du mois de février[41].

Clauses des traités[modifier | modifier le code]

Article de The New York Times du février 1918 sur les impacts du Traité de Brest-Litovsk

Par son ampleur, le Traité de paix entre les Puissances centrales et la Russie bolchevique modifie le cours du conflit, faisant cesser les combats sur le front de l'Est. Cependant, le traité de paix a d'importantes conséquences sur les alliés du Reich, l'empire ottoman et la double monarchie, en raison des modifications de territoires.

Modifications de frontières[modifier | modifier le code]

Parmi les puissances centrales, seuls l'empire ottoman et la monarchie danubienne voit leurs frontières redessinées sur une partie de leur longueur.

Dès le 18 janvier, le principal négociateur allemand, Hoffmann, remet aux négociateurs la carte de la nouvelle frontière souhaitée par le Reich[16].

En effet, l'Empire ottoman obtient les régions de Kars et de Batoum.

La double monarchie, au contraire, cède à la République populaire ukrainienne, signataire d'un traité de paix séparée avec les puissances centrales, le district de Cholm, en échange de livraisons de produits agricoles. Ce district, initialement destiné à faire partie du royaume de Pologne reconstitué à partir de 1916, est alors promis à l'Ukraine déclarée indépendante[42].

États reconnus par les Puissances centrales[modifier | modifier le code]

Depuis l'été 1917, la Russie connaît un processus de décomposition territoriale, amplifié par le coup d'État bolchevique de novembre. Des régions, qui entretenaient avec le pouvoir central des liens de plus en plus ténus au fil des mois, proclament leur indépendance, en Ukraine et en Biélorussie notamment.

Parmi ces États proclamés à la suite de la Révolution d'Octobre, la République populaire ukrainienne est reconnue tant par l'Allemagne et ses alliés que par la Russie soviétique. Cependant, le pays est alors en pleine guerre civile entre le gouvernement de la Rada, qui a signé le traité, et le gouvernement de Karkhov, soutenu par les Bolcheviks : pour donner au traité une dimension réelle, les puissances centrales doivent intervenir dans la guerre civile ukrainienne[41], ce que les militaires austro-hongrois anticipent dès la signature du traité[40]. En effet, souhaitant transformer l’Ukraine en dépendance économique des empires centraux, contrepartie de la réinstallation du gouvernement de la Rada, les Allemands n'hésitent pas à prendre des gages dans ce pays[39].

Les Allemands aident Pavlo Skoropadsky à renverser le régime républicain et à installer un gouvernement monarchiste, qui se maintient jusqu'à la retraite des forces allemandes en novembre 1918.

La Biélorussie passe sous l'administration directe de l'Allemagne. Les nationalistes de gauche proclament alors la République populaire biélorusse, qui n'est pas en mesure d'établir sa souveraineté sur l'ensemble du territoire.

Clauses économiques[modifier | modifier le code]

De plus, Le traité signé entre les puissances centrales et la Russie comporte un volet économique, négocié durant le printemps et le début de l'été 1918.

Le gouvernement bolchevique s'engage notamment à verser au Reich une indemnité de 94 tonnes d'or.

la paix de Brest-Litovsk dans le conflit[modifier | modifier le code]

La fin du conflit dans l'Est de l'Europe a également des conséquences sur le conflit alors en cours.

Conséquences pour la cohésion interne des puissances centrales[modifier | modifier le code]

Les traités de paix avec l'Ukraine et la Russie se trouvent à la base d'importantes modifications au sein des puissances centrales ; ces conséquences concernent essentiellement la double monarchie.

En effet, les clauses du traité avec l'Ukraine connues, la double monarchie est le théâtre de soubresauts politiques de grande ampleur. En effet, l'annonce de la cession à l'Ukraine du district autrichien de Chelm suscite un grand émoi parmi les responsables polonais, jusqu'alors les plus fidèles soutiens de la double monarchie : en effet, les démissions, les renvois de décorations et surtout la multiplication des désertions de Polonais de l'armée austro-hongroise matérialisent la rupture définitive entre la double monarchie, et par extension les puissances centrales, et les Polonais[43], tandis que la Galicie autrichienne connaît une vague de manifestations et de grèves sans précédent[44]. De plus, elle remet en cause de façon fondamentale le soutien des responsables politiques polonais de la double monarchie à la solution austro-polonaise[45] ; ainsi, rapidement, au cours de l'été 1918, l'agitation en Galicie remet en cause les bases du pouvoir autrichien sur la province, pratiquement réduit à néant en octobre 1918[46].

La paix avec la Roumanie[modifier | modifier le code]

Dès la fin des hostilités entre le Reich et la Russie, la Roumanie se trouve obligée de traiter avec les puissances centrales.

En effet, depuis la conquête du pays durant l'automne 1916, la Roumanie poursuit la guerre, adossé à Russie, qui fournit une profondeur stratégique au front roumain; de plus, le pays est ravitaillé par les Alliés qui utilisent le territoire russe pour faire transiter les marchandises à destination de la Roumanie[47].

De plus, depuis le mois de février les troupes austro-allemandes mènent des opérations en Ukraine, menaçant les arrières des unités roumaines encore engagées en Moldavie[47].

Ainsi, la paix est rapidement signée, parachevant la fin de la guerre pour les puissances centrales sur le front de l'Est[48]

Le redéploiement d'unités sur le front de l'Ouest[modifier | modifier le code]

La fin officielle des hostilités sur le front de l'Est permet aux puissances centrales de mener un certain nombre d'offensives sur les autres fronts, en Italie et en France au printemps et au début de l'été 1918. Cependant, face à la ténacité des troupes alliées, ces offensives vouées à l'échec ne permettent pas d'emporter la décision.

Ainsi, les renforts allemands ne parviennent que tardivement en France, du fait des distances énormes et des nécessaires temps de récupération. Ils permettent cependant une offensive, repoussée lors de la seconde bataille de la Marne en juillet 1918, qui ne put être exploitée pleinement par manque de cavalerie, celle-ci étant restée à l'Est, pour contrôler les immenses territoires annexés (environ un million de kilomètres carrés).

Devenir du traité[modifier | modifier le code]

Pour les négociateurs des puissances centrales, comme pour les Russes, le traité signé en février n'a jamais été considéré comme définitif, pour les premiers parce qu'il leur semblait incomplet, pour les seconds parce que le traité constitue le moyen de gagner le temps nécessaire pour garantir le succès de la révolution, aussi bien en Russie que chez les belligérants[28].

Le Reich et le pouvoir bolchevique en 1918[modifier | modifier le code]

Dès la signature du traité, les dirigeants du Reich s'interrogent sur le soutien donné au pouvoir mis en place à la suite de la Révolution d'Octobre.

En effet, les dirigeants allemands, aussi bien politiques que militaires défendent l'opportunité du soutien au pouvoir bolchevique[N 4],[49].

Ainsi, au printemps 1918, les responsables du Reich défendent la nécessité du maintien en place du gouvernement bolchevique, garant d'une domination allemande sur l'Est de l'Europe ; en effet, c'est par la constitution d'un chapelet d'États liés politiquement et économiquement au Reich, que doit être établie cette domination sur la Russie. Cette vision optimiste des militaires allemands, Erich Ludendorff en tête, apparaît rapidement en décalage avec les considérations des responsables civils de la question de la guerre, ceux-ci souhaitant simplement empêcher un nouveau rapprochement entre la nouvelle Russie et les membres de l'Entente[50].

L'accord du 27 août 1918[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traité de Berlin (27 août 1918).

Négocié par Joffé, l'accord signé en août constitue à la fois le véritable traité de paix entre le Reich et les puissances centrales, d'une part, et la Russie bolchevique de l'autre[28] et la matérialisation de la victoire des civils sur les militaires au sein de l'appareil dirigeant du Reich[51]. Il est appuyé par Lénine qui souhaite donner au régime bolchevique le temps de la consolidation interne, en développant le commerce avec les grandes puissances, avant de lancer la Russie dans de nouvelle initiatives extérieures[52].

Le Reich proposant des contreparties jugées intéressantes, les négociations reprennent entre les représentants des puissances centrales et les représentants bolcheviques ; elle débutent donc à Berlin le 2 mai 1918[53].

Dénonciation du traité[modifier | modifier le code]

Avec la révolution allemande et l'armistice du 11 novembre 1918, le traité est dénoncé par le pouvoir soviétique de Moscou dès le 13 novembre 1918.

À la suite de cette dénonciation, l'Armée Rouge franchit la ligne de démarcation issue du traité le 17 novembre 1918, ne faisant que suivre la retraite des armées allemandes en évitant tout contact. Durant la guerre civile russe (1918-1921), l'Armée rouge reconquiert l'Ukraine et la Biélorussie, tandis que l'or versé au Reich doit être reversé à l'Entente en tant que compensation, conformément aux clauses du traité de Versailles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À quelques semaines d'intervalle, deux tentatives de coup d'État, d'extrême-droite, puis d'extrême gauche, ont été brisées par le gouvernement provisoire
  2. Ces demandes confèrent à l'avance allemande en Ukraine en février 1918 une dimension non seulement politique mais surtout économique
  3. Dans les faits, les capacités d'approvisionnement de la double monarchie par l'Ukraine n'atteint pas le dixième de ce qu'en espèrent Czernin et l'empereur Charles.
  4. À leurs yeux, les Allemands demeurent convaincus que tout autre pouvoir en place en Russie mènerait une politique favorable à l'Entente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Renouvin, 1934, p. 514
  2. Renouvin, 1934, p. 515
  3. a et b Renouvin, 1934, p. 516
  4. Renouvin, 1934, p. 517
  5. Fischer, 1961, p. 478
  6. Renouvin, 1934, p. 521
  7. Renouvin, 1934, p. 522
  8. a et b Schiavon, 2011, p. 195
  9. Fischer, 1961, p. 480
  10. Soutou, 1989, p. 632
  11. a et b Soutou, 1989, p. 633
  12. Fischer, 1961, p. 485
  13. a et b Fischer, 1961, p. 486
  14. a, b et c Fischer, 1961, p. 504
  15. Fischer, 1961, p. 487
  16. a, b et c Soutou, 1989, p. 634
  17. Schiavon, 2011, p. 196
  18. a et b Fischer, 1961, p. 490
  19. Fischer, 1961, p. 491
  20. Fischer, 1961, p. 495
  21. Fischer,1961, p. 16
  22. a et b Fischer, 1961, p. 499
  23. a et b Renouvin, 1934, p. 528
  24. a et b Bled, 2014, p. 347
  25. a, b, c, d et e Renouvin, 1934, p. 529
  26. a et b Schiavon, 2011, p. 198
  27. a, b et c Schiavon, 2011, p. 199
  28. a, b et c Soutou, 1989, p. 635
  29. Fischer, 1961, p. 492
  30. Schiavon, 2011, p. 197
  31. a et b Fischer, 1961, p. 496
  32. Fischer, 1961, p. 497
  33. a, b et c Renouvin, 1934, p. 530
  34. Fischer, 1961, p. 503
  35. Fischer, 1961, p. 506
  36. a et b Fischer, 1961, p. 511
  37. Fischer, 1961, p. 510
  38. Fischer, 1961, p. 501
  39. a et b Fischer, 1961, p. 505
  40. a et b Bled, 2014, p. 349
  41. a, b et c Fischer, 1961, p. 500
  42. Szymczak, 2015, p. 48
  43. Schramm, 2015, p. 15
  44. Szymczak, 2015, p. 49
  45. Schramm, 2015, p. 16
  46. Szymczak, 2015, p. 51
  47. a et b Renouvin, 1934, p. 531
  48. Renouvin, 1934, p. 533
  49. Soutou, 1989, p. 688
  50. Soutou, 1989, p. 689
  51. Soutou, 1989, p. 690
  52. Soutou, 1989, p. 695
  53. Soutou, 1989, p. 696

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Taillandier, , 464 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fritz Fischer (trad. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, , 654 p. (notice BnF no FRBNF35255571) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Jacques Marie, La guerre civile russe 1917_1922, Édition Autrement - Collection Mémoires, Paris, 2005, p. 91
  • Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Édition Aubier, 1967
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Tomasz Schramm, « Les Polonais : citoyens des Etats belligérants », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 4, no 260,‎ , p. 5-18 (DOI 10.3917/gmcc.260.0005, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges-Henri Soutou, L'or et le sang : Les Buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, , 963 p. (ISBN 2213022151). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Damian Szymczak, « Comment les Polonais retrouveront-ils leur indépendance ? », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 4, no 260,‎ , p. 33-58 (DOI 10.3917/gmcc.260.0033, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]