4e armée (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 4e armée.

La 4e armée (en allemand : 4. Armee) était une armée (regroupement d'unités) de l'Armée de terre allemande (Heer) au sein de la Deutsches Heer pendant la Première Guerre mondiale puis au sein de la Wehrmacht lors de la Seconde Guerre mondiale.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, la 4e (de) et la 5e armées allemandes (de) forment le groupe Centre des armées allemandes sur le front occidental. Elles se déplacent à travers le Luxembourg et la Belgique, en l'appui de la grande boucle de l'aile droite destinée à déborder les armées françaises, les encercler, et capturer Paris suivant le plan Schlieffen. La 4e armée défait les forces belges sur la frontière, chasse les Français des Ardennes, puis rencontre le Corps expéditionnaire britannique (en anglais : British Expeditionary Force ou BEF) dans la course à la mer pendant la première bataille d'Ypres. La 4e armée reste en face des Britanniques dans la plaine de Flandre durant la plus grande partie de la guerre.

Commandants successifs[modifier | modifier le code]

Début fin Grade Commandant
Generalfeldmarschall Albert de Wurtemberg
1919 Général d'infanterie Friedrich Bertram Sixt von Armin

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La 4e armée (AOK 4) est activée le avec le Generalfeldmarschall Günther von Kluge aux commandes.

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Invasion de la Pologne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Invasion de la Pologne.

La 4e armée est d'abord entrée en action lors de la campagne de Pologne de , faisant partie du Groupe d'armées Nord, dirigé par le Generaloberst Fedor von Bock. La 4e armée est formé du 2e et du 3e corps d'armée, chacun des corps comprenant deux divisions d'infanterie, le XIX. Armeekorps avec deux divisions motorisées et une blindée, le I. Grenzschutzkorps avec une division d'infanterie et deux divisions d'infanterie en réserve. Elle a été chargée de capturer le corridor de Dantzig et donc de réaliser la liaison de l'Allemagne continentale avec la Prusse-Orientale. Sous les ordres de Günther von Kluge, la 4e armée a achevé sa tâche sans trop de difficulté. Une partie de la 4e armée a attaqué le sud dans la région de Poméranie et l'autre partie a rejoint les forces allemandes à Varsovie.

Campagne de l'Ouest de 1940[modifier | modifier le code]

Articles connexes : bataille de France et plan Jaune.

Lors des différents plans élaborés de l'automne 1939 à l'hiver 1940, la 4e armée toujours sous le commandement de Kluge et d'abord sous l'autorité du groupe d'armées B, reçoit d'importantes missions et donc des forces conséquentes, notamment blindées, pour agir au sud de Liège à travers le nord de l'Ardenne, d'abord en direction de la plaine belge en passant au nord de Namur (pour tourner l'armée belge), puis au fil des plans l'effort qui lui est dévolu se déplace de plus en plus vers le sud, de part et d'autre de Namur[1]. Finalement, placée sous le commandement du groupe d'armées A, entre la 6e armée au nord (du groupe d'armées B) et la 12e armée au sud, elle doit traverser le Nord de l'Ardenne avec deux divisions blindées en tête (XV. Armee-Korps (mot.)) en direction de Dinant, lesquelles évoluent au nord de la Panzergruppe von Kleist (en avant de la 12e armée). L'armée doit franchir la Meuse entre Fumay et Namur exclus, elle doit ensuite poursuivre vers l'ouest (ChimayBeaumont)[2],[3].

Invasion de l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

La 4e Armée prend part à l'opération Barbarossa en 1941 sous les ordres du Groupe d'armées Centre de von Bock. Son but initial était de piéger autant de troupessoviétiques que possible autour de Minsk. La 4e Armée a réussi sa mission et a pris part à la capture de Smolensk. Cependant, l'insuffisance du réseau routier a contribué à l'enlisement du groupe d'armées et de la 4e armée. Le , Kluge démissionne avec von Bock et le maréchal Walther von Brauchitsch Kluge est alors remplacé par le General der Gebirgstruppen Ludwig Kübler.

Après le lancement de l'opération Fall Blau, la 4e Armée et l'ensemble du Groupe d'armées Centre n'ont pas vu beaucoup d'action, alors que les troupes ont été concentrées au Sud. Cependant, dès 1943, comme le Groupe d'armées Centre était en pleine retraite, la 4e Armée a également déplacer ses troupes en arrière. La campagne de l'Armée rouge de l'automne 1943, l'Opération Souvorov (aussi connu comme la «bataille des routes») a vu la 4e Armée repousser vers Orcha et Vitebsk.

Opération Bagration[modifier | modifier le code]

1944 a vu la 4e Armée encore occupant des positions défensives à l'est de l'Orcha et de Moguilev dans la République socialiste soviétique de Biélorussie. La première offensive soviétique de l'été de cette année, l'opération Bagration, a été désastreuse pour la Wehrmacht, et surtout pour la 4e Armée. À compter du , une écrasante offensive voit presque toute l'armée piégé dans une poche à l'Est de Minsk et détruite pendant la première semaine de juillet. Très peu d'unités ont réussi à s'échapper vers l'Ouest, ceux qui l'ont fait ont été impliqués dans des tentatives désespérées pour stabiliser les lignes allemandes pour le reste de l'été, après quoi la 4e Armée a nécessité une reconstruction complète.

Prusse-Orientale[modifier | modifier le code]

Durant la fin de 1944-début 1945, la 4e armée, désormais sous le commandement du General der Infanterie Friedrich Hossbach, est chargée de la tenue des frontières de la Prusse-Orientale. L'offensive de la Prusse-Orientale par les Soviétiques, à partir du , a vu la 4e Armée progressivement reculer vers les côtes de la Baltique sur une période de deux semaines et menacée d'encerclement. Hossbach et le groupe d'armées Centre de Georg-Hans Reinhardt, tentent de sortir de la Prusse-Orientale (défiant les ordres reçus, pour cela ils seront relevés de leur commandement) en attaquant en direction d'Elbing, mais l'attaque est repoussée, et la 4e Armée est de nouveau encerclée dans ce qui est connu comme la poche de Heiligenbeil.

La 4e Armée tient ses positions le long de la côte de la lagune de la Vistule et est finalement submergée par les attaques soviétiques à la fin du mois de mars. Les quelques forces restantes dans la région ont été incorporées dans le groupe d'armées de la Prusse-Orientale commandé par Dietrich von Saucken, qui se rendit aux Soviétiques à la fin de la guerre en mai, un jour avant la capitulation de l'Allemagne nazie.

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandants successifs[modifier | modifier le code]

Début fin Grade Commandant
Generalfeldmarschall Günther von Kluge
General der Gebirgstruppen Ludwig Kübler
Generaloberst Gotthard Heinrici
Generaloberst Hans von Salmuth
Generaloberst Gotthard Heinrici
Generaloberst Hans von Salmuth
Generaloberst Gotthard Heinrici
General der Infanterie Kurt von Tippelskirch
Generalleutnant Vincenz Müller
General der Infanterie Kurt von Tippelskirch
General der Infanterie Friedrich Hoßbach
General der Infanterie Friedrich-Wilhelm Müller

Chefs d'état-major[modifier | modifier le code]

Début fin Grade Commandant
Generalleutnant Kurt Brennecke
Generalmajor Günther Blumentritt
Oberst Julius von Bernuth
Generalmajor Hans Röttiger (en)
Oberst Sigismund-Hellmuth Ritter und Edler von Dawans
Generalmajor Heinz von Gyldenfeldt (de)
Oberst Erich Dethleffsen
Oberst Ludwig Heinrich Gaedcke (en)
Generalmajor Erich Dethleffsen
Oberst Ulrich Freiherr von Varnbüler und zu Hemmingen
Oberst Heinz Langmann
Oberst Ulrich Freiherr von Varnbüler und zu Hemmingen

Ordres de batailles[modifier | modifier le code]

  • À la disposition de la 4e armée
    • Gruppe Fehn: Stab + 5. Panzer-Division + 15. Infanterie-Division
    • Divisionsstab 442 z.b.V. (avec Gruppe Gablenz)
    • Gruppe Artillerie-Kommandeur (Arko) 302 avec 1/3 31. Infanterie-Division
  • XXXX. Armeekorps (mot)
    • Stab 331. Infanterie-Division (avec Luftwaffen-Gefechts-Verbände, Gruppe Ramm & Gruppe Reichelt)
    • 2/3 331. Infanterie-Division
    • 216. Infanterie-Division
    • 19. Panzer-Division + 1/3 331. Infanterie-Division + 131. Infanterie-Division
    • 10. Infanterie-Division (mot)
    • 403. Sicherungs-Division
    • 211. Infanterie-Division
    • Gruppe Schlemm (Luftwaffen-Verbande)
  • XXXXIII. Armeekorps
    • Artillerie-Kommandeur (Arko) 133
    • 31. Infanterie-Division + 10. Infanterie-Division (mot) + 211. Infanterie-Division
    • 2/3 34. Infanterie-Division
    • 2/3 131. Infanterie-Division + 266. Sicherungs-Division
  • XIII. Armeekorps
    • 137. Infanterie-Division
    • 263. Infanterie-Division
    • 260. Infanterie-Division
    • 52. Infanterie-Division
  • XII. Armeekorps (avecGruppe Werner & Gruppe Haehnle)
    • 98. Infanterie-Division + 216. Infanterie-Division
    • 268. Infanterie-Division + 1/3 34. Infanterie-Division + 1/3 131. Infanterie-Division + 260. Infanterie-Division + 5. Panzer-Division + 10. Infanterie-Division (mot) + 17. Infanterie-Division + 23. Infanterie-Division
    • Luftwaffen-Verbände

  • À la disposition de la 4e armée
    • Divisionsstab 442 z.b.V.
    • Gruppe Hochbaum (403. Sicherungs-Division)
  • LVI. Armeekorps (mot) (Gruppe Frigger, Gruppe Mertens)
    • 331. Infanterie-Division
    • Gruppe Schlemm (Luftwaffen-Verbande)
    • 10. Infanterie-Division (mot)
    • 267. Infanterie-Division
    • 19. Panzer-Division + Gruppe von Gablenz (403. Sicherungs-Division)
    • 52. Infanterie-Division
    • 131. Infanterie-Division
    • 216. Infanterie-Division
  • XXXXIII. Armeekorps
    • 31. Infanterie-Division + 201. Sicherungs-Division
    • 34. Infanterie-Division
    • 137. Infanterie-Division
  • XII. Armeekorps
    • 263. Infanterie-Division
    • 260. Infanterie-Division
    • 98. Infanterie-Division
    • 268. Infanterie-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 183. Infanterie-Division
    • 253. Infanterie-Division
  • LVI. Panzerkorps
    • 321. Infanterie-Division
    • 131. Infanterie-Division
    • 14. Infanterie-Division
  • XII. Armeekorps
    • 267. Infanterie-Division
    • 260. Infanterie-Division
    • 268. Infanterie-Division
  • IX. Armeekorps
    • 342. Infanterie-Division
    • 252. Infanterie-Division
    • 35. Infanterie-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 337. Infanterie-Division
    • 95. Infanterie-Division
    • 129. Infanterie-Division
  • XXVIII. Armeekorps
    • 246. Infanterie-Division
    • 52. Infanterie-Division
    • 197. Infanterie-Division
    • 256. Infanterie-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 286. Sicherungs-Division
  • XII. Armeekorps
    • Korps-Abteilung D (Divisionsgruppen 56, 262)
    • Kampfgruppe 35. Infanterie-Division
    • 342. Infanterie-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 357. Infanterie-Division
    • 95. Infanterie-Division
    • 26. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 18. Panzer-Grenadier-Division + 1. SS-Infanterie-Brigade (mot)
    • 25. Panzer-Grenadier-Division
    • 78. Sturm-Division
    • 197. Infanterie-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 286. Sicherungs-Division
    • XXIII. Armeekorps
    • 267. Infanterie-Division + 110. Infanterie-Division
    • 95. Infanterie-Division
    • 260. Infanterie-Division
  • XII. Armeekorps
    • 131. Infanterie-Division
    • Korps-Abteilung D (Divisionsgruppen 56, 262)
    • 35. Infanterie-Division
    • 342. Infanterie-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 337. Infanterie-Division
    • 26. Infanterie-Division
    • 18. Panzer-Grenadier-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 25. Panzer-Grenadier-Division
    • 78. Sturm-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 342. Infanterie-Division
    • 286. Sicherungs-Division
  • XII. Armeekorps
    • 260. Infanterie-Division
    • 267. Infanterie-Division
    • 18. Panzer-Grenadier-Division + 267. Infanterie-Division + 260. Infanterie-Division
    • 31. Infanterie-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 12. Infanterie-Division
    • 337. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 26. Infanterie-Division
    • 25. Panzer-Grenadier-Division
    • 78. Sturm-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 286. Sicherungs-Division
  • XII. Armeekorps
    • 260. Infanterie-Division
    • 267. Infanterie-Division
    • 18. Panzer-Grenadier-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 31. Infanterie-Division
    • 12. Infanterie-Division
    • 337. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 57. Infanterie-Division
    • 25. Panzer-Grenadier-Division
    • 78. Sturm-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 286. Sicherungs-Division
  • XII. Armeekorps
    • 57. Infanterie-Division
    • 267. Infanterie-Division
    • 18. Panzer-Grenadier-Division
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 31. Infanterie-Division
    • 12. Infanterie-Division
    • 337. Infanterie-Division
    • 110. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 260. Infanterie-Division + 57. Infanterie-Division
    • 25. Panzer-Grenadier-Division
    • 78. Sturm-Division

  • Sperr-Gruppe General Weidling (VI. Armeekorps)
    • 50. Infanterie-Division
    • Gruppe Generalleutnant Flörke
    • Gruppe Graf von Gottberg
    • 5. Panzer-Division
    • 3. SS-Panzer-Division “Totenkopf”
  • XXXIX. Panzerkorps
    • 221. Sicherungs-Division
    • 170. Infanterie-Division
    • 131. Infanterie-Division
    • 7. Panzer-Division

  • VI. Armeekorps
    • 286. Sicherungs-Division
    • 50. Infanterie-Division
    • 562. Grenadier-Division
  • XXXXI. Panzerkorps
    • Korps-Abteilung G (Divisionsgruppen 260, 299, 337)
    • 542. Infanterie-Division
    • 170. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 131. Infanterie-Division + 196. Infanterie-Division
    • 547. Grenadier-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • Panzer-Brigade 103
  • LV. Armeekorps
    • 28. Jäger-Division
    • 562. Grenadier-Division
    • 367. Infanterie-Division
  • VI. Armeekorps
    • 203 Sicherungs-Division
    • 286. Sicherungs-Division
    • 50. Infanterie-Division
    • Gruppe Oberstleutnant Danz
  • XXXXI. Panzerkorps
    • 299. Infanterie-Division
    • 558. Grenadier-Division
    • 170. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 131. Infanterie-Division
    • 547. Grenadier-Division
    • 561. Grenadier-Division
  • XXVI. Armeekorps
    • 549. Grenadier-Division
    • Gruppe Oberstleutnant Schirmer (Fallschirmjäger-Regiment 16 + Begleit-Regiment “Hermann Göring”)
    • 1. Infanterie-Division
    • 56. Infanterie-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 4. Kavallerie-Brigade
    • Panzer-Brigade 103
  • LV. Armeekorps
    • 28. Jäger-Division
    • 562. Volks-Grenadier-Division
    • 367. Infanterie-Division
  • VI. Armeekorps
    • 203 Sicherungs-Division
    • 286. Sicherungs-Division
    • 50. Infanterie-Division
    • Gruppe Oberst Hannibal (Polizei)
  • XXXXI. Panzerkorps
    • 3. Kavallerie-Brigade
    • 558. Volks-Grenadier-Division
    • 170. Infanterie-Division
  • XXVII. Armeekorps
    • 131. Infanterie-Division
    • 547. Volks-Grenadier-Division
    • 561. Volks-Grenadier-Division
    • 549. Volks-Grenadier-Division
  • XXVI. Armeekorps
    • 1. Infanterie-Division
    • 349. Volks-Grenadier-Division
    • 56. Infanterie-Division

  • À la disposition de la 4e armée
    • 5. Panzer-Division
    • Fallschirm-Panzer-Division 1 “Hermann Göring”
  • LV. Armeekorps
    • 547. Volks-Grenadier-Division
    • 562. Volks-Grenadier-Division
    • 203. Infanterie-Division
  • VI. Armeekorps
    • 541. Volks-Grenadier-Division
    • Gruppe Oberst Hannibal (Polizei)
    • 131. Infanterie-Division
    • 558. Volks-Grenadier-Division
  • XXXXI. Panzerkorps
    • 170. Infanterie-Division
    • 367. Infanterie-Division
    • 50. Infanterie-Division
    • 28. Jäger-Division
    • 21. Infanterie-Division
  • Fallschirm-Panzerkorps “Hermann Göring”
    • Fallschirm-Panzergrenadier-Division 2 “Hermann Göring”
    • 61. Infanterie-Division

  • Kommandant Frische Nehrung
    • Stab 129. Infanterie-Division
  • XXVI. Armeekorps
    • 14. Infanterie-Division
    • 28. Jäger-Division
    • 349. Volks-Grenadier-Division
    • 24. Panzer-Division + 299. Infanterie-Division
  • VI. Armeekorps
    • Kampfgruppe 131. Infanterie-Division + 10. Radfahr-Jäger-Brigade
    • Kampfgruppe 541. Volks-Grenadier-Division
    • Kampfgruppe 61. Infanterie-Division
    • 18. Panzer-Grenadier-Division
  • XX. Armeekorps
    • Kampfgruppe 558. Volks-Grenadier-Division
    • Kampfgruppe 21. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 102. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 292. Infanterie-Division + 129. Infanterie-Division
  • XXXXI. Panzerkorps
    • Kampfgruppe Hauser
    • Divisionsstab z.b.V. 605
    • 56. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 170. Infanterie-Division
  • Fallschirm-Panzerkorps “Hermann Göring”
    • 562. Volks-Grenadier-Division
    • 50. Infanterie-Division
    • Fallschirm-Panzergrenadier-Division 2 “Hermann Göring”
    • Panzer-Grenadier-Division “Großdeutschland”

  • À la disposition de la 4e armée
    • 50. Infanterie-Division
  • VI. Armeekorps
    • Kampfgruppe 102. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 24. Panzer-Division
    • Gruppe Generalmajor Koetz (Stab 349. Volks-Grenadier-Division)
  • XX. Armeekorps
    • Kampfgruppe 131. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 61. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 21. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 14. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe 292. Infanterie-Division + 56. Infanterie-Division
  • XXXXI. Panzerkorps
    • Kampfgruppe 170. Infanterie-Division
    • Kampfgruppe Fallschirm-Panzergrenadier-Division 2 “Hermann Göring” + Kampfgruppe 28. Jäger-Division
    • 562. Volks-Grenadier-Division
    • Panzer-Grenadier-Division “Großdeutschland”

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric van den Bergh, Mai 1940 : une victoire éclair, (lire en ligne), chap. 40, 41, 44, 46.
  2. van den Bergh 2009, chap. 52.
  3. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]