Léon Broquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Broquet (homonymie).
Léon Broquet
Espérance Léon broquet.jpg
Léon Broquet
Naissance
Décès
Nom de naissance
Espérance Léon Cléophas Broquet
Nationalité
Activité
Maître
Lieu de travail
Mouvement
Distinction
Œuvres principales
L’hiver au marais, effet de neige (1912)
La Revanche. Le Petit Morin près Talus Saint-Prix (1914)
collection carnet de route d'un territorial (1918)

Espérance Léon Cléophas Broquet, dit Léon Broquet, né à Paris le et mort le à Châteauroux, est un artiste peintre et graveur français, ayant exercé son art principalement en peinture de paysage, marines , peinture d'histoire[1]

Élève de Claude Monet, Antoine Guillemet et Alexandre Nozal, Il réalise beaucoup d’huiles sur toile, mais également des gravures en eau-forte, des aquarelles et des peintures murales. Renommé comme peintre aux armées durant la guerre 1914-1918, il part vers 1929 rejoindre le groupe des peintres de Concarneau[2] puis Châteauroux, il expose au Salon des artistes français à Paris de 1901 jusqu'en 1931 recevant une médaille de seconde classe en 1912 (L’hiver au marais, effet de neige), médaillé et hors concours au Salon des artistes français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Léon Broquet naît dans le 5e arrondissement de Paris le .

Il réalise une carrière principalement de peintre de paysage, de scènes de genre et marines parcourant l'hexagone de Gravelines dans le Nord, Marcilly-sur-Seine dans la Marne à Martigues sur la Méditerranée. Il demeure en 1901 au 15 rue du Marché à Puteaux[3], en 1902 Villa des Chardons, à Garches[4]. Marié à Louise Eugénie Chevalier, il est père de trois enfants (son aquarelle Sur l'eau illustrant la couverture des Annales politiques et littéraires du 2 juillet 1922 les représente). Il peint des paysages de la région parisienne dont l’Étang de Ville d’Avray exposé au Salon de 1904. Dès 1904, il demeure au 12 quai de Seine à Marcilly-sur-Seine dans la Marne qu'il affectionnera jusqu'en 1929[5],[6], il y peint de nombreuses toiles représentant la ville et la campagne champenoise[7]. Il confie le soin à son beau-frère voisin et ébéniste d'encadrer certaines de ses œuvres. Il réalise des décors pour des maisons bourgeoises aux alentours de Marcilly[8].

Guerre 1914-1918[modifier | modifier le code]

Pendant la Grande Guerre, âgé de 45 ans, il s'engage et se fait incorporer dans le 2e escadron du 4e hussard en premières lignes dans l'action des tranchées de "La voie sacrée"[9] son chef d'escadron témoignera de son engagement. Il commence la guerre par esprit national avant tout comme militaire et non comme peintre (au début de la guerre, seul le musée de l’armée envoyait en mission des artistes sur le front. Ce n’est que le 8 novembre 1916 qu'un arrêté du sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts Albert Dalimier, institue les missions de peintres aux armées, la Première Guerre mondiale a consacré la suprématie de la photographie et du cinéma pour fixer la « vérité » des combats, et a marqué la fin de la grande peinture d’histoire militaire; le ministère de la Guerre, puis celui des Beaux-Arts ont cependant organisé des missions officielles de peintres au front, qui présentent leurs œuvres dans des salons). En 1917, il est nommé peintre aux armées[10] et demande à repartir au front. Il y dessine et peint durant toute la guerre des œuvres qui lui vaudront sa notoriété, il est félicité et reconnu depuis ses camarades de troupes[11]jusqu'au chef des Armées le Maréchal Pétain[12]. Le capitaine Delahaye le félicitera en ces termes «… un peintre aux armées sans automobile. Simple soldat avec un sac sur le dos, qui part avec la première relève de tranchées, qui couche sur la paille entre deux poilus, change de secteur s'il n'y a plus d'activité à exercer! un homme qui se sert d'une baïonnette comme appuie-main pour peindre; et entre deux tableaux, ne croit pas déroger en traçant des croquis schématiques où les artilleurs lisent avec certitude et sans calcul, les points qu'on leur demande d'arroser!! Quelle solde a-t-il ? aucune !… ceux qui vous ont frôlé ne se sont pas étonnés longtemps. Ils vous ont vu les peindre; ils vous ont senti les comprendre, et le jour où on leur a lu cette citation que votre modestie se défendait de voir baptiser à ma table… Ils ont trouvé naturel que celui qui avait partagé bénévolement leurs fatigues et leurs dangers en soit récompensé. Je n'ai pas qualité pour souligner votre talent, mais votre Capitaine a, fichtre, bien le droit de vous savoir gré d'avoir écrit des pages où il reconnaitra dans l'action, tel ou tel de ses hussards, vos camarades, où on a récompensé votre vaillance, moi je vous remercie d'avoir illustré la leur avec la sincérité, avec la probité qui conviennent à ceux qui, comme a dit Verlaine font leur humble devoir avec simplicité ».

Son camarade sur le front le peintre et dessinateur réaliste Lucien Jonas qui publia dans la presse durant toute la guerre notamment dans l'Illustration réalise le fusain présenté ci-contre qui représente l'artiste sur le front en train de dessiner avec cette mention manuscrite "A mon ami Léon Broquet, le vaillant et puissant peintre-soldat 21 mars 1917".

F. de Joannis dira de Léon Broquet [13] « La vie, au long de ses courbes cruelles ou heureuses, a entrainé ce visionnaire apte à saisir toutes les figures humaines, elle l'a mis d'abord à l'épreuve de la douleur et de la peine. Il est en peinture une expression pathétique, une clameur, un rythme brisé d'élans impétueux et de poignants recueillements ».

L'extrait suivant de l'étude par L'histoire par l'image de deux dessins au fusain La reprise de mondement réalisés par Léon Broquet caractérise de façon générale ses œuvres de cette période: "on lui doit de nombreux dessins de ce type, réalisés au moment de l’action et suivant son déroulement. Elles sont annotées par l’artiste, qui décrit chaque scène ainsi représentée, ce qui confère à son œuvre une valeur documentaire appréciable, renforcée par le caractère réaliste du trait... Les deux images, réalisées sur le vif, rendent parfaitement compte de cette « guerre de mouvement » qui caractérise tout assaut et plus généralement la première bataille de la Marne. De la guerre tout d’abord : dans une optique réaliste, l’artiste n’a pas gommé la violence des combats puis qu’il représente, sur la première image, un cadavre mais aussi un soldat en train de mourir. C’est aussi avec une grande précision, presque documentaire, que sont rendus les équipements et la manœuvre d’assaut des soldats, presque minute par minute. Du mouvement ensuite. Le premier dessin est marqué par le contraste entre le mur détruit immobile, et la mobilité des hommes qui s’y engouffrent en courant. Même séparée en deux groupes, la file des soldats semble avancer d’un même mouvement (légèrement en courbe, opposé aux murs plus anguleux) qui suit le bâtiment pour ensuite pénétrer sur la droite. Les hommes semblent ouvrir une brèche dans le dessin lui-même, qui offre alors une certaine profondeur, rendue par une sorte de perspective qui se distingue des murs à plat. On saisit alors la « percée » : celle de la bataille de Mondement, et, par extension, celle de la contre-offensive lancée par Joffre, qui sut, par endroits, enfoncer les lignes allemandes. Le second montre certes des soldats au repos, mais, semble-t-il, presque déjà prêts à repartir : un seul est assis, et ils sont toujours équipés. Surtout, le trait assez fluide ne les fige pas : ils sont certes arrêtés, mais pas immobiles. Cela renforce l’impression d’actualité qui se dégage des deux dessins, qui peignent l’action sur le vif. Si le fait que ces soldats soient des tirailleurs marocains est remarquable d’un point de vue historique, Broquet ne semble pas en faire un thème central de ses dessins. Il représente les choses telles qu’elles se déroulent, sans insister sur les détails « coloniaux ». Ce sont ici des soldats comme les autres, qui, héroïquement, ont contribué à cette victoire si importante."[14].

56 œuvres peintures, dessins et aquarelles "Carnet de route d'un territorial" font partie de la collection Henri Leblanc donnée à l'État le 4 août 1917[15] et ont rejoint les collections du musée franco-américain - Château de Blérancourt dans le pavillon des volontaires[16] dès son inauguration le 11 septembre 1938[17],[18] et le musée de l'Armée (Paris) - Hôtel des Invalides/Musée d'Histoire contemporaine. (Dès le début du conflit, un couple d’industriels parisiens, Louise et Henri Leblanc, rassemble toute la documentation possible sur les causes de la guerre et son développement qu’elle soit officielle ou privée et quels qu’en soient le support ou la langue, notamment des journaux de tranchées et des œuvres comme celles de Léon Broquet. En 1917, les Leblanc font don de leur collection à l’État, la Bibliothèque-Musée de la guerre est née, aujourd'hui la BDIC[19].)

50 des dessins sont reproduits dans l'édition Carnet de route d’un territorial, album no 1, batailles de la Marne et de la Champagne, Paris, Éditions d’Art guerrier, A. Le Prince.

Le livre 1914-1918 : la Grande Guerre vécue, racontée, illustrée par les combattants[20] René Christian-Frogé, Paris, éditions A. Quillet 1922 met en valeur une dizaine de reproductions de ces œuvres sur la Grande Guerre.

Carrière et notoriété[modifier | modifier le code]

Après la guerre, il revient dans sa maison de Marcilly-sur-Seine et dans son atelier de la cité Nicolas-Poussin au 242 boulevard Raspail à Paris. Comme le rappelle F. de Joannis, pour sujets de peinture, "il recherche les lieux où la vie s'atteste plus intense, où l'âme y est toute présente, ardente ou recueillie. Il respecte l'inspiration de la nature, la vérité donne à ses toiles leur dominante. Quand il peint des sujets, ses œuvres font transparaitre, dans une vision énergique, le moment qu'il a passé avec eux, il a été à l'épreuve de la joie et de la détresse de ses sujets".

Le 8 août 1926, le temps d'une virée entre amis, il fête avec un groupe de peintre la "Proclamation de l'état libre des Glénan" (Archipel des Glénan au sud de Concarneau), dans le livre Le Cercle de mer qui retrace cet évènement, Léon Broquel (pour Léon Broquet) se proclame Le Roi des États Libres des Glénan[21].

Devenu un peintre respecté, sa renommée devient internationale et plusieurs de ses toiles sont acquises par des musées français et étrangers [22].

Concarneau[modifier | modifier le code]

Marine par Léon Broquet

Vers 1929, âgé de 60 ans et veuf, il descend à Concarneau à l'Atlantic Hôtel qu'il connait bien. Il fait la connaissance d'Anna Marie Corentine Le Du, " charmante et modeste travailleuse ", qu'il épouse le 10 octobre 1929[23]. Mariage auquel assistaient les peintres Lucien-Victor Delpy, Victorien Harel (Coran d’Ys), Henri Barnoin, Paul Eschbach, l'encadreur Hervé Gorrec, et le photographe Louis Le Merdy. Le couple habite quelques années dans le quartier du Passage-Lanriec[24] au 40 rue Mauduit-Duplessis et adopte une nièce. Le port de Concarneau et ses environs mais aussi le Pays bigouden et Ouessant deviennent alors les sources d'inspiration du peintre. Il réalise également quelques décors pour différents établissements de la région[25] dont le grand hôtel de Cornouailles à Concarneau[26], la frise maritime du restaurant Ti Chupen Gwenn en 1928[27]. En décembre 1932 il assure la rénovation des décors de scène du théâtre municipal de Quimper, actuel théâtre Max-Jacob, les décors donnent pleine satisfaction à la commission réunie qui lui octroie une prime supplémentaire[28], parmi ces décors on peut admirer entre autres un fond de ciel et mer, un paysage champêtre, un fond de ville avec rivière, une balustrade avec terrasse, un intérieur de chaumière, une toile représentant une chapelle gothique, et un grand salon bourgeois[29]. Il occupe aussi à cette époque les fonctions de chef décorateur de la compagnie anglaise Waring & Gillow (en)[30]. Le restaurant de Mélanie Rouat à Riec-sur-Bélon connu pour sa promotion des peintres et visité par le tout Paris à cette époque voit sa salle décorée de sept de ses peintures[31]. Le couple voyage avant de s'installer définitivement à Châteauroux, au 48 rue des Américains. Léon Broquet établit une école de peinture à Châteauroux[32]. Léon Broquet y décède le 29 décembre 1935.

Expositions et critiques[modifier | modifier le code]

L'Hiver au marais, effet de neige (médaillé salon 1912) par Léon Broquet
Signature de Léon Broquet.

Léon Broquet expose fréquemment au Salon des artistes français entre 1901 et 1931. Il y obtient une médaille de troisième classe en 1911[33] et une médaille de seconde classe en 1912 pour L'Hiver au marais, effet de neige, qui est représentée et commentée dans l'édition no 65 du Larousse mensuel illustré en ces termes :

« Il n'y a dans cette toile importante que quelques flaques d'eau entre les trainées de neige, que quelques arbres dénudés montant vers le ciel. C'est dire que le sujet est exclusivement pictural. Mais l'artiste a su parfaitement donner à son paysage toute la profondeur désirable, non seulement par la perspective des lignes d'eau, mais encore par la perspective aérienne. Les tons sont dégradés avec une science impeccable: l'air bleuit les couleurs à mesure qu'augmente la distance entre le peintre et les objets ; et l'on peut observer comment les grands arbres qui se suivent en file du premier plan aux plans suivants ont été traités avec une très sûre gradation. Un autre rideau d'arbres, dans le fond, est noyé dans la brume. Le motif est particulièrement difficile à traiter pour les blancs neigeux : là encore, l'artiste a fait preuve d'une vision très délicate, et il a su donner, avec ce paysage pauvre sous un grand ciel gris, une impression de véritable grandeur : ce tableau lui a, du reste, valu une seconde médaille »

— Tr. L.

Il participe aussi au 1er Salon d'automne en 1903.

En 1910, la Chronique des Arts[34] goute[Quoi ?] «les bords de rivière assez lumineux de M. Broquet » en référence à Matinée d'octobre qui est acquise par le musée de Provins. En 1914, la revue mensuelle Les Arts[35] commente ainsi La fin des géants : « La féerie de la neige a tenté cette année bien des peintres… C'est la neige, spongieuse et fondante qui donne son charme à la toile de Broquet, la Fin des Géants ». La toile est acquise par la Mairie de Cenon (Gironde).

En 1919, il expose à Nantes Galerie d'art Mignon-Massard, 10 rue Boileau et l'Ouest-Éclair du 27 octobre consacre une longue colonne à son exposition[36].

En 1920, la Gazette des beaux-arts loue la qualité de ses gravures originales exposées au Salon des artistes français : « ses Pays de guerre, simples et larges[37] ». En 1921, à Bagatelle avec l'association des artistes de Paris et du département de la Seine, on dit de lui dans la Revue des Beaux Arts[38] que « de nombreux paysages témoignent de l'amour des peintres pour la nature :… en voici d'autres dus a des spécialistes attitrés : Aziere, Léon Broquet, Capgras, Nozal, Buffet, Montezin. »

De 1922 à 1926, il donne des expositions à la fameuse galerie Georges Petit de Paris. La même année, les Potins de Paris[39] commentent « Broquet-Léon est sensible, il aime la symphonie des neiges, effet facile, et les paysages vêtus d'écharpes légères que tissent les brumes. Il sait fixer l'attrait fragile du printemps » ; plusieurs de ses illustrations sont présentées dans le livre 1914-1918 : la Grande guerre vécue, racontée, illustrée par les combattants : hommage au soldat français par M. le Maréchal Pétain (de René Christian-Frogé, préface de M. le Maréchal Foch, Paris, éditions A. Quillet[40]). En 1923, le chroniqueur du Journal des débats politiques et littéraires du 30 avril commente le Salon et « recommande La Neige de Léon Broquet[41] ». En 1926, l'exposition majeure du 16 au 30 novembre à la galerie Georges Petit compte 75 peintures et 40 esquisses, sanguines, aquarelles et dessins rehaussés et voit son catalogue agrémenté d'une présentation détaillée de l'artiste et de son œuvre dans une préface de 4 pages par F. de Joannis.

En 1927, l'Art et les Artistes mentionne aux Salon des artistes français « la saisissante relève à Verdun 1916[42] », œuvre commandée par l'état Ministère des beaux arts pour le musée de Saint-Malo. En 1928, la Gazette des beaux-arts[37] rappelle la qualité de ses paysages « agréables et frais » exposés au salon et la revue L'Art et les Artistes[43] souligne la qualité de ses paysages « tendant a reproduire la nature, en la vérité multiple de ses lignes et de sa couleur » et au Salon de Nantes 1928, le chroniqueur de L'Ouest-Éclair édition de Nantes commente ainsi ses œuvres dans l'édition du 25 juin 1928[44] : « M. Broquet-Léon élève de Claude Monet, a hérité de son maître l'amour des calmes paysages et l'habileté des tons chauds et doux. On s'éloigne avec regret du Paillon à l'Escarène et de la matinée à Marcilly. » En 1929, ses œuvres du Salon de Paris sont commentées dans le périodique L'Art et les Artistes[45] en ces termes : « Hâtons-nous seulement de nommer, parmi les bons envois de 1929, aux Artistes français :…les effets de neige de Léon Broquet. » En 1929, son exposition à Ti Chupen Gwenn, chez M. et Mme Julien Le Clinche à Beuzec-Conq Concarneau est couverte de louanges par le journaliste de la Dépêche citant F. de Joannis dans le catalogue de l'exposition de 1926 : « Broquet-Léon caractérise tout ce que l'imagination peut évoquer autour de ce mot. Il est l'artiste type avec ses brusqueries, ses révoltes, ses duretés et ses merveilleuses douceurs… un artiste, et avec quelle simplicité. La liberté de sa forme est partie de son talent indépendant, gouverné seulement par le battement de son cœur et la réceptivité de son regard…! »

En 1930, le fascicule En Cornouaille par A. Verchin. Paris, Éditions Baudinière, est édité et illustré de 33 crayons de Broquet-Léon. L'Art et les Artistes mentionne « Livre fort bien écrit et qu'on lit avec un plaisir d'autant plus grand qu'il est égayé par tout une suite de dessins charmants signés de Broquet-Léon »[42].

En 1932, sa rénovation des nombreux décors de scène du Théâtre municipal de Quimper donne toute satisfaction.

En 1936, ses œuvres sont exposées pour la première fois au Salon de Saint-Nazaire[46]. En 1938, le 11 septembre, ses œuvres de la Grande Guerre Carnet de route d'un territorial prennent place dans les expositions permanentes des nouvelles collection du musée de l'Armée (Paris) - Hôtel des Invalides, ainsi qu’au musée franco-américain - Château de Blérancourt[17] inaugurées à cette date. En 1974, en avril une exposition lui est consacrée par la ville de Marcilly-sur-Seine présentant plusieurs de ses œuvres.

Liste d'œuvres exposées[modifier | modifier le code]

  • 1901 Salon des artistes français (no 315) derniers rayons[3].
  • 1902 SAF (no 243) Le matin en septembre ; Villeneuve-l'étang[47].
  • 1903 1er Salon d'automne Paris (no 98) Carrière abandonnée; Paysage[4].
  • 1904 SAF (no 276) L'étang, le soir ; Ville-d'Avray[48].
  • 1906 SAF (no 257) Soir d'hiver ; village champenois[49],[50].
  • 1910 Salon de l'école française.
  • 1910 SAF Matinée d'octobre (musée de Provins).
  • 1911 SAF Poésie matinale, Désolation. (médaille de troisième classe)[33].
  • 1912 SAF L'Hiver au marais, effet de neige (médaille de seconde classe)[51], le dégel (acquis par l'état)[52], déclaré hors concours.
  • 1913 SAF Les Cigales; roulottiers surpris par l'hiver[53](musée d'Orsay).
  • 1914 SAF (no 300) La fin des géants (mairie de Cenon)[54],[35].
  • 1918 SAF (no 74)Batterie du 112AL prenant position pour l'offensive sous Craonne (mars 1917)[55].
  • 1919 SAF Le givre, le pont de la Tournelle (acquis par l'état musée du Luxembourg), Nuit claire à Concarneau.
  • 1919 Salon de Nantes paysages.
  • 1920 SAF Gravures originales Pays de guerre[37].
  • 1920 Galerie Marcel Bernheim[56].
  • 1921 Association des artistes de Paris, Bagatelle[38].
  • 1921 SAF Les vieux peupliers.
  • 1922 Illustrations du livre "1914-1918 : la Grande guerre vécue, racontée, illustrée par les combattants" Encart page garde, Les guetteurs, Le bois des zouaves, La relève à Rilly, Artillerie embourbée, L'hiver 1917-1918, Ma dernière vision de guerre[57].
  • 1922 SAF Mes enfants sur l'eau (Illustration du magazine les annales politiques et littéraires 2 juillet 1922).
  • 1922 Galerie Georges Petit (Paris) Notre Dame de Paris [58],[39].
  • 1923 SAF Route de Chatillon (musée de Laon), Avant la promenade (Illustration du magazine hebdomadaire Floréal no 20)[59].
  • 1923 Galerie Georges Petit.
  • 1924 SAF Avant la promenade, Sous les peupliers, Conflans le village en hiver.
  • 1924 Galerie Georges Petit, L'hiver.
  • 1925 SAF Printemps (Metropolitan Museum of Art New York).
  • 1926 Galerie Georges Petit (Paris), 75 peintures et 40 esquisses, sanguines, aquarelles et dessins rehaussés (catalogue de l'expo avec introduction de F.de Joannis)[60].
  • 1927 SAF Une relève à Verdun 1916 (commandée par l'état Musée de St Malo)[42],[61].
  • 1928 SAF Entrée de l'Escarène, Paysage[37].
  • 1928 Salon de Nantes, Le Paillon à l'Escarène, Matinée à Marcilly.
  • 1929 Exposition Le Clinche (Concarneau) L'église de la forêt; aquarelle, Procession de Tregouresz, Soleil sur le bassin, La cale à Douélan, En Bretagne, Littoral breton; frise.
  • 1929 SAF Les platanes, Hiver; détrempe[45],[62].
  • 1929 Galerie d'Art du Bon Marché, fusains, marines[63].
  • 1930 SAF Aux martigues, Le dégel (musée de Nouvelle-Zélande) [64].
  • 1930 Illustrations du fascicule En Cornouaille[42].
  • 1938 Musée franco-américain et Musée de l'armée, carnet de route d'un territorial 56 œuvres guerre 1914-1918, exposition permanente depuis lors[65].

Musées et Lieux publics[modifier | modifier le code]

France:

Chili:

États-Unis d'Amérique:

Brésil:

Argentine:

Allemagne:

Nouvelle-Zélande :

Japon:

Postérité[modifier | modifier le code]

  • L'atelier du peintre à Paris au 242 boulevard Raspail dans la cité Nicolas-Poussin au cœur du quartier des ateliers d'artiste de Montparnasse existe toujours en 2013 et abrite plusieurs ateliers [74], parmi les célèbres artistes ayant eu un atelier dans cette cité on peut citer Pablo Picasso.
  • La maison du peintre à Marcilly-sur-Seine près du Pont au 12 quai de Seine existe toujours en 2012 dans un état proche de celui du séjour du peintre.
  • La maison où séjourna le peintre à Concarneau au 40 rue Mauduit-Duplessis existe toujours en 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Bénézit de référence des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs du monde entier.
  2. http://www.concarneau-peintres.fr/francais/broquet/broquet.html
  3. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207012d/f14.image
  4. a et b https://archive.org/stream/cataloguedesouvr1903salo/cataloguedesouvr1903salo_djvu.txt
  5. http://societeacademique10.voila.net/bul201209.pdf
  6. La maison existe toujours en 2012 dans un état proche de celui du séjour du peintre près du Pont sur le quai de Seine
  7. source catalogue de ses œuvres par l'artiste lui-même et lot d’œuvres exposées par la ville de Marcilly-sur-Seine lors d'une rétrospective de l'artiste
  8. source : entretiens novembre 2012 association patrimoine de Marcilly-sur-Seine
  9. courriers du capitaine Delahaye son chef d'escadron du 1er mai 1918
  10. courrier du gouverneur des invalides, 24 mars 1917
  11. courrier du capitaine Delahaye, 1918
  12. Courrier du Maréchal Pétain du 19 aout 1922
  13. catalogue de l'exposition à la galerie Georges Petit, 1926
  14. etude libre de droit uniquement pour usage a but non lucratif ou éducatif http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=988
  15. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6341281g/f93.image
  16. http://www.museefrancoamericain.fr/pages/page_id19132_u1l2.htm
  17. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5864955w/f3.image
  18. http://www.ourstory.info/library/3-FF/MuseumBulletin/MdF38.html
  19. http://www.bdic.fr/pdf/BDIC_fonds_premiere_guerre_mondiale.pdf
  20. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1//SRCH?IKT=12&TRM=127987428&COOKIE=U10178,Klecteurweb,D2.1,E3c126d9d-481,I250,B341720009+,SY,A\9008+1,,J,H2-26,,29,,34,,39,,44,,49-50,,53-78,,80-87,NLECTEUR+PSI,R86.74.119.64,FN
  21. https://books.google.fr/books?ei=pU7nUJHlIsqqtAaIooGgCw&hl=fr&id=sxQhAAAAMAAJ&dq=le+cercle+de+mer&q=cantine.Broquel+assure+a+nouveau#search_anchor
  22. catalogue d'œuvres de l'artiste avec annotations
  23. http://www.concarneau-peintres.fr/francais/broquet/broquet.htm
  24. http://eric.guillou.pagesperso-orange.fr/Textes/vachic7.pdf
  25. article de presse 1929 « Concarneau une œuvre artistique »
  26. peintures inaugurées le 1er et 2 octobre
  27. carte postale d'époque disponible et catalogue par l'artiste
  28. relevé des délibérations du conseil municipal du 26 décembre 1932
  29. à la suite de la confirmation en décembre 2012 du Directeur Technique du Théâtre ces décors n'existent plus
  30. dossier des archives municipales de la ville de Quimper
  31. les œuvres ont été dispersées à la succession de Mélanie ; pas d'information connue sur leur inventaire ni destination
  32. entretiens décembre 2012 avec la famille de l'artiste
  33. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6343998s/f2.image
  34. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6205557r/f3.image
  35. a et b https://archive.org/stream/lesartsrevuemens191416pariuoft/lesartsrevuemens191416pariuoft_djvu.txt
  36. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828457/f3.image
  37. a b c et d https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6111298f/f29.image Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Gazette des beaux-arts (Paris. 1859) - 1859-2002 - periodiques » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  38. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k120139d/f5.image
  39. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5555410w/f15.image
  40. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=127987428
  41. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k490403b/f3.zoom.r=broquet
  42. a b c et d https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58602090/f113.image Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « L'Art et les artistes - 1905-1939 - periodiques » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  43. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5862257p/f111.image
  44. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k612365w/f4.image
  45. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5862589p/f111.image.r=broquet.langFR
  46. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k631306d/f7.image
  47. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110432f/f10.image
  48. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1104346/f11.image
  49. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110436z/f203.image
  50. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6205469m/f4.image
  51. http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=65&FP=5470861&E=2K1KTSGFBNS1P&SID=2K1KTSGFBNS1P&New=T&Pic=8&SubE=2C6NU0S40AKD
  52. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432836v
  53. http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=65&FP=5470861&E=2K1KTSGFBNS1P&SID=2K1KTSGFBNS1P&New=T&Pic=9&SubE=2C6NU0S40UGR
  54. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/arcade_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=Broquet%20&NUMBER=6&GRP=0&REQ=%28%28Broquet%29%20%3aAUTR%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=Tous
  55. http://www.petitpalais.paris.fr/sites/default/files/editeur/PDF/M1111077084361_E8.pdf
  56. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6108672g/f240.image
  57. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=1016&SRT=RLV&TRM=l%C3%A9on+broquet
  58. https://archive.org/stream/arteetdcoratio4142pariuoft/arteetdcoratio4142pariuoft_djvu.txt
  59. http://www.journaux-collection.fr/fiche.php?id=616138
  60. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58601213/f82.image
  61. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/arcade_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=Broquet%20&NUMBER=9&GRP=0&REQ=%28%28Broquet%29%20%3aAUTR%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=Tous
  62. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5675047b/f940.image
  63. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6109912j/f25.image
  64. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6101136q/f113.image
  65. http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CExpT.aspx?E=2K1KL5U7SZ1&o=THT
  66. http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?nnumid=78530
  67. à la suite de l'information en décembre 2012 du Directeur du Musée, l'œuvre roulée pendant la Seconde Guerre mondiale a subi des dommages et n'est pas présentable sans restauration
  68. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5752613c/f393.image
  69. toile perdue
  70. toile cédée
  71. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral /arcade_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=Broquet%20&NUMBER=10&GRP=0&REQ=%28%28Broquet%29%20%3aAUTR%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=Tous
  72. http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?nnumid=78529
  73. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/arcade_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=Broquet%20&NUMBER=14&GRP=0&REQ=%28%28Broquet%29%20%3aAUTR%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=Tous
  74. http://www.parisapied.net/F%20ateliers%20montparnasse.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]