Guerre du Bani-Volta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guerre du Bani-Volta

Informations générales
Date - septembre 1916
Lieu Haute-Volta
Issue Victoire des troupes de l'Afrique-Occidentale française
Belligérants
Peuples Marka, Bwa, Samo, Minianka, Bobo, Dakkakari, Nuna, Fulbe, Toussian, Sambla, WiniamasAfrique-Occidentale française Afrique-Occidentale française
Commandants
DasaFrançois Joseph Clozel, Henri Maubert
Forces en présence
environ 160 000[1]environ 5 000
Pertes
environ 30 000[2]

La guerre du Bani-Volta ou Bona Kele, est une guerre coloniale qui s'est tenue entre 1915 et 1916, dans la région du Bani-Volta en Haute-Volta entre des insurgés et les troupes coloniales françaises.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Elle commença le 17 novembre 1915[1]quand les habitants d'une douzaine de villages se rassemblèrent dans le village de Bona, situé sur les boucles de la Volta, à une cinquante de kilomètres au sud de Dédougou pour prendre les armes contre le pouvoir colonial. Les raisons du mécontentement venaient du recrutement militaire forcé de soldats[3]. Ces régions étaient en effet soumises à un recrutement important de troupes coloniales pour servir sur le front de la Première Guerre mondiale.

En , ces troupes, qui n'étaient armées que d'arcs, de fusils à pierre, et d’un petit nombre de fusils à répétition périmés[3], repoussèrent une colonne militaire de troupes coloniales issues de l’Afrique-Occidentale française, composées de 200 auxiliaires et 24 tirailleurs[1]. Ils repoussèrent ensuite une colonne composée de 800 hommes[1].

La guerre engloba rapidement un nombre important d'ethnies (Marka, Bwa, Samo, Minianka, Bobo, Dakkakari, Nuna, Fulbe, Toussian, Sambla, Winiamas[3]).

Pour faire face à une résistance inattendue, le commandant supérieur des troupes de l’Afrique-Occidentale française, le général Pineau, confia au colonel Molard une mission pour détruire ces résistances[1]. En , fut lancée une nouvelle colonne militaire, qui organisa une campagne de destruction systématique, avec 750 hommes et deux sections de mitrailleurs. Deux autres colonnes furent lancées en avril 1916[3], quand la révolte était à son apogée, couvrant une surface grande comme plusieurs départements français[1]. Les dernières oppositions armées furent détruites en . 110 villages furent détruits par les troupes coloniales[4].

Les autorités coloniales furent surprises par le caractère supra-tribale de cette guerre[3], et le caractère total de la guerre menée par les troupes anticoloniales[1]. Pour certains auteurs, il s'agit d'une des plus grandes guerres coloniales menées en Afrique[2].

Mention[modifier | modifier le code]

  • La Guerre du Bani-Volta est le sujet du premier roman burkinabè, Crépuscule des temps anciens de Nazi Boni.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Les Africains et la Grande Guerre : L'Appel à l'Afrique (1914-1918), Marc Michel
  2. a et b West African Challenge to Empire - Culture and History in the Volta-Bani Anticolonial War, Mahir Şaul et Patrick Royer, 2002
  3. a b c d et e La guerre coloniale du Bani-Volta, 1915-1916 (Burkina Faso, Mali), Autrepart, 2003
  4. 14-18 Étions-nous bien défendus ?, Jean-Claude Flament, Société des écrivains, 2014