Bataille du Linge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Linge
Description de cette image, également commentée ci-après

La crête du Linge

Informations générales
Date du 20 juillet au
Lieu Hohrod, France
Issue Gains territoriaux minimes pour la France
Belligérants
Drapeau de la France France Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau de la France Louis Ernest de Maud'huy
Drapeau de la France Gaston d'Armau de Pouydraguin
Drapeau de la France Georges Brissaud-Desmaillet
Drapeau de l'Empire allemand Otto von Schmidt
Forces en présence
IIIe armée
47e division d'infanterie
129e division d'infanterie
3e brigade de chasseurs
6e division de Landwehr bavaroise (de)
187e brigade d'infanterie prussienne
Pertes
8 867 pertes 7 000 pertes

Première Guerre mondiale

Batailles

Front d'Europe de l’Ouest
Liège (8-1914) · Frontières (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · Messines (10-1914) · Ypres (10-1914) · Givenchy (12-1914) · 1re Champagne (12-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Festubert (5-1915) · Linge (7-1915) · 2e Artois (9-1915) · 2e Champagne (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · 1re Somme (7-1916) · Fromelles (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 3e Champagne (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · Passchendaele (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 2e Verdun (8-1917) · Malmaison (10-1917) · Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · Lys (4-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · 2e Marne (7-1918) · 4e Champagne (7-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · 2e Somme (9-1918) · Bataille de la ligne Hindenburg · Meuse-Argonne (10-1918) · Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique
Coordonnées 48° 03′ 17″ nord, 7° 07′ 32″ est

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Bataille du Linge

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Bataille du Linge

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille du Linge

La bataille du Linge oppose du 20 juillet au 16 octobre 1915, l'Armée française à l'Armée allemande durant la Première Guerre mondiale. Elle a pour cadre le massif du Linge qui se situe sur le ban des communes de Hohrod, Soultzeren et Orbey dans le département du Haut-Rhin. Cette bataille s'inscrit dans une série de combats dans les Vosges déclenchés par l'Armée française afin d'obtenir des positions dominantes pour une attaque future dans la plaine d'Alsace.

Ces combats et notamment la bataille du Linge sont particulièrement meurtriers pour des gains territoriaux minimes.

Le site fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1921. Le secteur protégé a toutefois été modifié en 1932[1] afin de permettre la remise en état du site[2].

Le champ de bataille[modifier | modifier le code]

Le Linge est une montagne recouverte pour partie de nombreux bois ou bosquets et de parois rocheuses escarpées. Les Allemands sont présents sur ce site depuis plusieurs mois. Ils l'ont aménagé en renforçant les défenses naturelles par l'ajout de blockhaus à intervalles réguliers pour y positionner de l'artillerie ou de mitrailleuses et par plusieurs lignes de tranchées. Ils installent également de nombreux réseaux de fils de fer barbelés, certains sont masqués dans les bosquets ou les couloirs rocheux. Ces différents aménagements en font une position défensive très forte.

Bataille et affrontements[modifier | modifier le code]

La bataille du Linge débute le 20 juillet 1915 et s'achève le 16 octobre 1915. À l'issue des assauts français menés par la 3e brigade de chasseurs et la 129e division d'infanterie, la crête n'a pu être conservée malgré quelques gains de terrain. En effet, dès le mois d'août 1915, de violentes contre-attaques allemandes ont rejeté les Français dans les contre-pentes. À partir du mois de septembre 1915, après de violentes attaques des troupes impériales menées avec le concours de lance-flamme et de gaz lacrymogènes[3], le secteur entre dans un calme relatif. Au mois d'octobre 1915, les dernières tentatives des Allemands se soldent par la stabilisation de la ligne de front sur ce massif jusqu'à la fin de la guerre. Dès lors, les deux camps vont largement s'employer à fortifier le massif. Une partie de ces vestiges, n'existant pour la plupart pas au moment de la bataille, sont encore visibles sur le site aujourd'hui.

Caractérisé comme l’un des plus meurtriers combats entre l’Empire allemand et la France, les affrontements ont fait plus de 17 000 pertes dont 10 000 Français[4].

Pour les forces françaises, les pertes s'élèvent à 8 867 hommes[5].

Mémorial[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire allemand du Linge.

Situé près d'Orbey, le musée mémorial du Linge rassemble tous les objets français et allemands qui ont été retrouvés sur place (armes, munitions, objets personnels et reliques).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Champ de bataille du Linge », notice no PA00085575, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Hensel Florian, Le Lingekopf, de 1915 à nos jours, Colmar, do Bentzinger, , 204 p. (ISBN 2849603627)
  3. HENSEL Florian, Le Linge, un massif alsacien dans la Grande Guerre, Strasbourg, Vent d'Est, , 64 p. (ISBN 978-2-37172-000-8, lire en ligne)
  4. « La crête du Linge », sur cheminsdememoire.gouv.fr (consulté le 19 avril 2011)
  5. Les pertes se répartissent en 1 157 tués, 7 611 blessés et 99 disparus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Armand Durlewanger, Le Drame du Linge, Ingersheim, SAEP, , 158 p.
  • Florian Hensel, Le Linge, un massif alsacien dans la Grande Guerre, Strasbourg, Vent d'Est éditions, , 64 p.
  • Journal de Marche et des Opérations du 14e BCAP, 26N820/10.
  • Journal de Marche et des Opérations du 22e BCAP, 26N823/12 et 26N823/13.
  • Journal de Marche et des Opérations du 30e BCAP, 26N826/10.
  • Journal de Marche et des Opérations du 70e BCA, 26N834/13.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]