Mailly-le-Camp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Aube
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aube.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mailly.
Mailly-le-Camp
Mairie de Mailly-le-Camp
Mairie de Mailly-le-Camp
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Arcis-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes du Nord de l'Aube
Maire
Mandat
Jean-Claude Robert
2014-2020
Code postal 10230
Code commune 10216
Démographie
Population
municipale
1 636 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 07″ nord, 4° 12′ 28″ est
Altitude Min. 118 m – Max. 202 m
Superficie 42,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mailly-le-Camp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mailly-le-Camp

Mailly-le-Camp est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est. Ses habitants sont appelés les maillochaines et les maillochains. La ville est connue pour abriter un grand camp militaire depuis le début du XXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

En Champagne crayeuse, le village est à mi-chemin entre les villes de Troyes et de Châlons-en-Champagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village a connu différentes formes au cours des âges : Mailliacus (859), Mailli (1181), Maillacum (1201), Mailleyum (1292), Mailley (1293), Mailly (1504) pour finalement devenir Mailly-le-Camp le 29 décembre 1905 par décret du Président de la République.

Le camp militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Camp de Mailly.

Le vaste camp militaire de Mailly a été créé en 1902, sur une superficie de 11 170 hectares (superficie légèrement supérieure à celle de Paris intra muros). Les bases de l'organisation du baraquement des troupes ont été données par la dépêche ministérielle du 27 décembre 1900. Les effectifs à loger correspondaient alors à environ 350 officiers, 10 700 hommes et 690 chevaux. 17 852 parcelles dont 11 fermes et le hameau des Fenus ont été expropriés.

Il fut utilisé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans la nuit du 3 au 4 mai 1944, le camp fut frappé par un bombardement d'envergure.

Il a été choisi pour l'implantation de l'usine de destruction d'armes chimiques du programme SECOIA.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mailly-le-Camp

Tranché : au premier de gueules à l'épée d'argent garnie d'or, au second d'azur aux trois épis de blé d'or en éventail ; à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or brochant sur la partition.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An III - An VI Jean Niquet - -
An VII - 1813 Hubert Lefèvre (1758-1835) - cultivateur
1813 1820 Pierre Quantin (1748-1820) - cultivateur
1821 1830 Pierre Barthélémy Tallot (1771-1834) - cultivateur
1830 1832 Louis Jacquier - -
1832 1859 Pierre Louis Robert - cultivateur
1859 1867 Eugène Gillon - notaire
1867 1880 Rousselot Robert - -
1881 1885 Pierre Quantin (1821-1901) - cultivateur
1885 1911 Édouard Robert - cultivateur
1911 19?? Aristide Robert (1860-1929) - cultivateur
19?? 19?? M. Guérin - -
19?? 19?? M. Puaux - -
19?? 1998 Serge Ducasse - médecin
1998 mars 2008 Bernard Laval DVD militaire
mars 2008 2014 Christine Dutripon SE [1] -
2014 en cours Jean Claude Robert DVD[2] retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 636 habitants, en diminution de -5,21 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
737 655 713 636 684 650 652 651 643
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
651 642 633 571 582 549 553 545 491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
473 911 1 127 2 429 3 462 3 106 2 871 1 475 2 123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 448 1 490 1 593 1 589 1 375 1 423 1 614 1 777 1 636
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Mailly comprenait autrefois un hameau appelé Romaincourt (Remainecourt dans les écrits du XVIIIe siècle) qui correspondait à la partie du pays dénommée encore aujourd'hui Petit-Mailly, et des écarts disparus depuis plus d'un siècle : Vautrepuis, le prieuré de la Perthe et la ferme de Sainte Suzanne.

Église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Du Petit-Mailly, cette église datant du XIIe siècle est classée aux monuments historiques. Son clocher a été détruit par la tempête du 26 décembre 1999. Des travaux de sauvegardes ont été entrepris, mais le clocher n'a pas été reconstruit. L'église est aujourd'hui condamnée et ne peut être visitée. Seul le cimetière attenant est accessible.

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin du Grand-Mailly est un monument du XIIe et du XVIe siècle. La grande flèche octogonale de 25 mètres de hauteur et couverte d'ardoises fut détruite par le cyclone du 30 juin 1905 qui ravagea également deux maisons et seize granges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

  • Par autocars :
    • Ligne régulière no 7 Troyes (gare routière) ⇒ Arcis ⇒ Mailly[7].
    • Ligne régulière no 5 TransChampagneArdenne Troyes ⇒ Châlons-en-Champagne[8].

Trains[modifier | modifier le code]

  • Gare de Troyes, taxis disponibles sur la place de la gare.

Avions[modifier | modifier le code]

  • aérodrome Troyes-Barberey
  • aéroport international de Vatry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Robert & A. Thévenot, Mailly-le-Camp et ses environs, Le Livre d'histoire, 1991
  • Philippe Pierrejean, Mailly-le-Camp, Alan Sutton, 2007
  • M. Menu capitaine du génie, Notice sur l'installation du camp d'instruction de Mailly, Berger-Levrault et Cie, 1906

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :