21e corps d'armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 21e corps d'armée.
21e Corps d'Armée
Création 1913-1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Corps d'Armée
Fait partie de 1re armée
Garnison Épinal
Guerres guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de la Haute Meurthe
1914 - Bataille de la Chipotte
1914 - Bataille de La Marne
(Bataille de Vitry)
1915 - 2e Bataille de l'Artois
1915 - 3e Bataille de l'Artois
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille de la Malmaison
1918 - 3e bataille de l'Aisne
1918 - 4e bataille de Champagne
1918 - 2e bataille de la Marne
1918 - Offensive Meuse-Argonne
1918 - Bataille de Somme-Py
1918 - Bataille de la Serre
1918 - Poussée vers la Meuse

Le 21e Corps d'Armée est un corps de l'armée française. En novembre 1870, il est mis sur pied par le vice-amiral Fourichon, délégué au ministère de la marine et à celui de la guerre par intérim, pour renforcer l'Armée de la Loire. Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, il est rattaché à la 1re armée du général Dubail.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 21e corps d'armée
  • 8 mars 1916 : Renommé Groupement Maistre
  • 20 mars 1916 : Renommé 21e corps d'armée

Les chefs du 21e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Guerre franco-allemande de 1870-1871[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

1re division d'infanterie sous les ordres du général Rousseau

13e bataillon de chasseurs de marche sous les ordres du commandant Lombard
58e de marche sous les ordres du lieutenant-colonel Roux
3e bataillon de mobiles de l'Aube
4e bataillon de mobiles des Deux-Sèvres
2e bataillon de mobiles de la Loire-Inférieure
5e bataillon de mobilisés de la Sarthe
3 compagnies de marche du 26e régiment d'infanterie
3 compagnies de dépôt du 94e régiment d'infanterie
2 compagnies du 49e de marche
2 bataillons du 90e mobiles (Sarthe et Corrèze)
1 bataillon de mobiles de la Corrèze
  • Artillerie :
Trois batteries de 4, uns section de 12, une section de mitrailleuses
  • Corps francs divers
  • Cavalerie :
3 escadrons

2e division d'infanterie sous les ordres du général auxiliaire Colin

  • 1re Brigade sous les ordres du lieutenant-colonel Villain :
56e de marche sous les ordres du lieutenant-colonel Villain
1 bataillon de marche d'infanterie de marine
1 bataillon de mobiles d'Indre-et-Loire
1 bataillon de mobiles d'Ille-et-Vilaine
1 bataillon de mobilisés de la Sarthe
  • 2e Brigade sous les ordres du lieutenant-colonel des Moutis :
59e de marche sous les ordres du lieutenant-colonel Barilles
1 bataillon de marche d'infanterie de marine
49e mobiles de l'Orne sous les ordres du lieutenant-colonel des Moutis
1 bataillon de mobilisés de la Sarthe
  • Artillerie :
Trois batteries de 4
  • Génie :
une section

3e division d'infanterie sous les ordres du général de brigade de Villeneuve

6 bataillons de fusiliers-marins
15e mobiles (Calvados) sous le commandement du lieutenant-colonel de la Barthe
78e mobiles (Vendée, Lot-et-Garonne et Gironde) sous le commandement du lieutenant-colonel Rigalau
  • 2e Brigade sous le commandement du général auxiliaire du Temple :
3 bataillons de fusiliers-marins
30e mobiles (Manche) sous le commandement du lieutenant-colonel le Moyne-Desmarets
92e mobiles (Manche et Calvados) sous le commandement du lieutenant-colonel de Tocqueville

4e division d'infanterie sous les ordres du général auxiliaire Gougeard

  • 1re Brigade sous le commandement du colonel Bel :
3 bataillons de mobilisés de la Loire-Inférieure
2 compagnies de marche d'infanterie
1 bataillon du 62e de marche
1 bataillon du 97e de marche
1 bataillon de mobilisés d'Ille-et-Vilaine
  • 2e Brigade sous le commandement du colonel de Pineau :
1 bataillon du 19e de ligne
2 bataillons de mobiles de Bretagne
1 compagnie de la Légion Étrangère
1 bataillon de mobilisés du Morbihan
1 bataillon de mobilisés de la Loire-Inférieure
1 bataillon des Volontaires de l'Ouest
  • Artillerie :
Une batterie de 12, 14 pièces de 4 et 7 mitrailleuses (marins)
  • Génie :
Une compagnie
  • Cavalerie :
1 escadron de lanciers, 2 pelotons d'éclaireurs bretons

Division de Cavalerie sous les ordres du général Guillon

  • 1re Brigade sous les ordres du général de Tuce :
1er hussards de marche sous les ordres du lieutenant-colonel de Bonne
3e régiment de cavalerie mixte sous les ordres du lieutenant-colonel Bonie
  • 2e Brigade :
8e cuirassiers de marche sous les ordres du lieutenant-colonel Humblot
6e dragons de marche
8e régiment de cavalerie mixte sous les ordres du lieutenant-colonel Palanque

Artillerie de réserve

Cinq batteries de 4, 12 ou 8, deux batteries de mitrailleuses

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille le 2 août 1914 (mobilisation)[modifier | modifier le code]

Créé en 1913, en application de la plus récente loi militaire, à Épinal, 21e Région militaire, recrute dans la Haute-Marne, dans la Haute-Saône, il contient de nombreux Vosgiens et Lorrains.

Il est subordonné, au début de la Première Guerre mondiale à la Ire Armée. Son secteur de couverture se situe en rive droite de la vallée de la Meurthe et haute Meurthe, d'Avricourt jusqu'à Fraize comprenant les cols sur la frontière (Donon, Hantz, Saales, Sainte-Marie, Bonhomme).

13e division d'infanterie : général Bourdériat

17e régiment d'infanterie, (Épinal), colonel Brue.
17e bataillon de chasseurs à pied, (Baccarat), commandant Carrère.
20e bataillon de chasseurs à pied, (Baccarat), commandant Michaut.
21e bataillon de chasseurs à pied, (Raon-l'Étape), commandant Rauch.
21e régiment d'infanterie, (Langres), colonel Frisch.
109e régiment d'infanterie, (Chaumont), colonel Aubry.
5e escadron du 4e régiment de chasseurs à cheval, Lieutenant Adam
A.D.13 : 62erégiment d'artillerie de campagne (3 groupes), (Épinal), colonel Griache.
11e régiment du génie (compagnie 21/1)

43e division d'infanterie : général Lanquetot

149e régiment d'infanterie, (Épinal), colonel Menvielle.
158e régiment d'infanterie, (Bruyères, Corcieux), colonel Houssement.
1er bataillon de chasseurs à pied, (Senones), commandant Tabouis.
3e bataillon de chasseurs à pied, (Saint-Dié), commandant Reneaud.
10e bataillon de chasseurs à pied, (Saint-Dié), commandant Éveno.
31e bataillon de chasseurs à pied, (Saint-Dié), commandant Hennequin.
6e escadron du 4e régiment de chasseurs à cheval, capitaine Dézautière.
AD.43: 12erégiment d'artillerie de campagne (3 groupes), (Bruyères), colonel Cheminon.
11e régiment du génie (compagnies 21/2)

Éléments Organiques de corps d'armée: (EOCA)

  • Cavalerie : (rattachée au 21e CA): colonel Arthuis.
4e régiment de chasseurs à cheval (4 escadrons), (Épinal)
59e régiment d'artillerie de campagne, (Chaumont), 4 groupes, colonel Anus.
  • Génie : (rattaché au 21e CA)
11erégiment du génie (compagnies 21/3, 21/4, 21/16, 21/21)
  • Autres (rattaché au 21e CA) :
Génie : compagnies de S.M. 21/3 et 21/4, compagnie d'équipage de pont 21/16, compagnie de parc 21/21 du 11e Régiment
21e escadron du train des équipages militaires
21e section de secrétaires d'état-major et du recrutement
21e section d'infirmiers militaires (SIM)
21e section de commis et ouvriers militaires d'administration (SCOMA)

Éléments non endivisionnés (ENE)

  • Réserve d'infanterie :
57e bataillon de chasseurs à pied - capitaine Besson
60e bataillon de chasseurs à pied - capitaine Boisselet
61e bataillon de chasseurs à pied - capitaine Bernard

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

  • 2 - 14 août : en couverture sur la haute Meurthe, entre Fraize et Montigny ; puis à partir du 8 août mouvement offensif et occupation des cols des Vosges.
  • 14 - 20 août : combats de Plaine et de Saint-Blaise-la-Roche, puis occupation du Donon et progression jusqu'à Schirmeck.
18 août : combat dans la région de Schirmeck. À partir du 18 août, mouvement par le Donon en direction de Sarrebourg.
14 - 31 octobre : attaques françaises sur Vermelles, Ablain-Saint-Nazaire, Angres et le Rutoire.
31 octobre : front réduit à droite jusque vers Notre-Dame-de-Lorette, le 31 décembre front étendu à droite jusque vers Ablain-Saint-Nazaire.
16 - 21 décembre : attaques françaises au nord de Vermelles et vers Notre-Dame-de-Lorette.
3 - 8 mars 1915 : attaques allemandes vers Notre-Dame-de-Lorette et contre-attaques françaises.
15 - 20 mars : attaques françaises sur le plateau de Notre-Dame-de-Lorette.
8 mai : front réduit à gauche jusqu'au nord de Grenay.

1915[modifier | modifier le code]

12 mai : prise de la chapelle de Notre-Dame-de-Lorette.
12 mai - 16 juin : nouvelles attaques sur le plateau de Notre-Dame-de-Lorette.
16 - 29 mai : réduction à gauche jusqu'au sud-est de Grenay. À partir du 29 mai, relève partielle par l'armée britannique, la liaison avec cette armée est située au sud-est de Grenay.
16 - 30 juin : fin de la conquête du plateau de Lorette.
  • 25 septembre 1915 - 11 janvier 1916 : engagé dans la 3e bataille de l'Artois. Attaque sur Angres et le bois de Givenchy.
23 décembre : réduction du secteur à droite aux abords sud d'Angres.

1916[modifier | modifier le code]

  • 11 janvier - 1er février : retrait du front et repos dans la région Saint-Pol, Frévent.
  • 2 - 25 février : mouvement vers le camp de Saint-Riquier, instruction.
  • 25 février - 20 mars : transport par V.F. dans la région de Revigny-sur-Ornain et repos vers Vavincourt.
À partir du 8 mars, engagé dans la bataille de Verdun, dans la région bois Nawé, Douaumont, fort et village de Vaux, Eix.
8, 9, 10, 11, 16 et 18 mars : attaques allemandes.
20 mars : contre-attaque française au nord du fort de Vaux.
  • 20 mars - 15 avril : retrait du front dans la région est de Bar-le-Duc, puis travaux sur la rive gauche de la Meuse et repos.
  • 15 avril - 2 mai : transport par V.F. dans la région de Châlons-sur-Marne ; repos.
  • 2 mai - 25 juillet : occupation d'un secteur vers la butte de Souain et la cote 196.
  • 25 juillet - 10 août : retrait du front. Repos dans la région de Châlons-sur-Marne.
  • 10 août - 3 septembre : transport par V.F. dans la région de Marseille-en-Beauvaisis, Froissy ; repos et instruction.
  • 3 septembre - 29 décembre : mouvement vers la région entre l'Avre et la Noye. À partir du 19 septembre, engagé dans la bataille de la Somme, dans la région de Vermandovillers, sud-est d'Estrées-Deniécourt.
10, 14 octobre : attaques françaises sur Ablaincourt.
7 novembre : prise d'Ablaincourt.
15 novembre : attaque allemande sur Ablaincourt. Puis à partir de fin novembre, organisation des positions conquises.
28 décembre : réduction du front à gauche jusqu'au nord-est d'Ablaincourt.
  • 29 décembre 1916 - 14 avril 1917 : retrait du front ; transport par V.F. dans la région de Vesoul, instruction et couverture dans la région de Villersexel (éléments en couverture à la frontière suisse).

1917[modifier | modifier le code]

  • 14 avril - 20 mai : transport par V.F. de Vesoul à Sézanne ; repos et instruction dans la région de Château-Thierry.
  • 20 mai - 31 octobre : transport vers Soissons, puis à partir du 25 mai, occupation d'un secteur vers le Panthéon et la ferme Mennejean.
6 juin : extension du front à gauche jusque vers Vauxaillon.
22 août : réduction à gauche jusqu'à la ferme de Mennejean.
27 août : réduction à droite jusqu'au nord-ouest de Jouy.
23 octobre : engagé dans la bataille de la Malmaison, prise de Vaudesson et de Chavignon, progression jusqu'aux abords d'Anizy-le-Château. Organisation et défense des positions conquises.
  • 31 octobre - 20 novembre : retrait du front, mouvement vers La Ferté-sous-Jouarre ; repos et instruction.
  • 20 - 28 novembre : constitution du groupement Degoutte ; transport vers Péronne (zone britannique) en vue d'exploiter l'offensive projetée ; non engagé.
  • 28 novembre 1917 - 7 janvier 1918 : mouvement vers Montdidier, puis transport par V.F. vers Bruyères ; repos et instruction. À partir du 11 décembre des éléments du corps d'armée sont affectés à d'autres unités pour des travaux en 2e ligne.

1918[modifier | modifier le code]

31mars : extension du front à droite jusque vers Leimbach.
28 juin : réduction du secteur à gauche jusque vers Auberive-sur-Suippe.
1er juillet : extension à droite jusqu'aux Mamelles.
  • 15 - 18 juillet : engagé dans la 4e bataille de Champagne. Résistance sur la position principale.
  • 18 juillet - 25 septembre : pendant la 2e bataille de la Marne, contre-attaque et réoccupation d'une partie du terrain cédé. Organisation du nouveau front. Actions locales et fréquentes dans le secteur.
23 juillet : extension à droite jusqu'à Le Mesnil-lès-Hurlus.
16 septembre : extension à droite jusqu'à la ferme de Beauséjour.

Rattachement[modifier | modifier le code]

2 août - 4 septembre 1914
14 avril - 20 mai 1917
19 janvier - 19 février 1916
25 février - 15 avril 1916
4 - 7 septembre 1914
25 - 27 février 1916
29 novembre - 3 décembre 1917
7 - 14 septembre 1914
15 avril - 10 août 1916
21 juin - 18 octobre 1918
20 - 27 mai 1918
18 octobre - 11 novembre 1918
20 mai - 20 novembre 1917
27 mai - 21 juin 1918
30 décembre 1916 - 14 avril 1917
2 décembre 1917 - 20 mai 1918
14 septembre - 1er octobre 1914
5 octobre 1914 - 19 janvier 1916
19 - 25 février 1916
10 août - 30 décembre 1916
  • Détachement d'armée Maud'huy
1er - 5 octobre 1914
  • GQG
20 - 29 novembre 1917

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940, il fait partie des Réserves de Quartier Général.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Ministère de la Guerre, État-Major de l'Armée, Service Historique, Les Armées Françaises dans la Grande Guerre, t.1, volume 1, Appendice III, Imprimerie Nationale, Paris, 1936, p. 544-545
  • (fr) Service historique de l'armée de terre, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Troyes, Imprimerie « la Renaissance », , 691 p., (notice BnF no FRBNF35127448).
  • AFGG, vol. 1, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : grands quartiers généraux, groupe d'armées, armées, corps d'armée, , 966 p. (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En captivité à partir du 23 juin 1940

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]